Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Salauds & imbéciles

  • “Hugh Hefner n’a pas normalisé le sexe, il a normalisé la misogynie” (par Meghan Murphy)

    HH.jpg

    Hef ne devrait pas laisser le souvenir d’un combattant libertaire. Mais bien celui d’un escroc de proportions épiques.

     

    par MEGHAN MURPHY, sur FeministCurrent.com, le 28 septembre 2017

     

    Hefner

     

    Le véritable monarque de la culture porno est mort mercredi dernier et, alors que des milliers de personnes ont crié « Enfin ! » et « Bon débarras! », beaucoup d’autres se sont lancées dans de sombres panégyriques, en parlant d’Hugh Hefner comme d’un « révolutionnaire » et d’un visionnaire.

     

    Et à certains égards, il l’était.

     

    Le vieux ‘Hef envisageait un monde où le porno était totalement banalisé – plutôt que quelque chose de honteux que des hommes utilisaient seuls chez eux ou dans des cabines privées de sex shop, hantées par le sperme d’antan, mais quelque chose qui n’était qu’un élément normal de la société. Il rêvait en effet de la culture pornographique ; et il l’a effectivement instaurée.

     

    Hefner avait une opinion plus élevée de lui-même que peut-être n’importe qui d’autre. Pour m’être imposé le pénible visionnement de sa série filmique de 2017, American Playboy: The Hugh Hefner Story, un hommage à Hef de Hef, il m’est devenu évident que cet homme a très délibérément conçu le récit que l’Amérique en viendrait à tenir à son sujet : celui d’un croisé, un rebelle, un simple homme humble qui voulait mener le bon combat contre la répression sexuelle et libérer la population américaine des croisés moraux pour qui le sexe était une mauvaise chose. Hefner a constamment fait valoir que son objectif, avec la revue Playboy, était de convaincre les États-Unis que le sexe était « normal » et d’« amener le sexe au grand public ». Mais non seulement n’y a-t-il pas réussi, mais il n’a même pas essayé.

     

    En regardant la série American Playboy, en écoutant les histoires racontées par Hef sur lui-même, je me suis rendue compte que Hefner était en grande partie responsable du mensonge selon lequel la chosification sexuelle équivaut au sexe. Il ne s’intéressait aucunement à une normalisation de la sexualité réelle, mais voulait plutôt normaliser le regard masculin et la perception masculine des femmes comme de jolis objets à regarder. Playboy n’a jamais été à propos du « sexe », mais bien à propos de fantasmes masculins.

     

    Le numéro inaugural de la revue Playboy, en 1953, contenait des photos de Marilyn Monroe nue, photos dont Hefner avait acheté les droits sans prendre la peine de demander à Monroe l’autorisation de les utiliser. Peu importe. Pour Hef le révolutionnaire, le « sexe » était une chose qui arrivait aux femmes, pour divertir les hommes. De fait, le « sexe » résultant des photos nues publiées par Playboy était unilatéral. Après avoir utilisé Monroe pour vendre des dizaines de milliers d’exemplaires de la revue, Hef a décidé qu’il voulait mettre en vedette des femmes du genre « jolie voisine » ; il s’est donc mis à les détourner de leurs emplois de bureau pour faire d’elles la « Playmate du mois ». Encore une fois, il s’est lui-même félicité de cette approche révolutionnaire de la chosification, qualifiant ces femmes d’éminemment accessibles (et certainement moins coûteuses que des modèles professionnelles). Elles n’avaient pas l’aspect intimidant des modèles et des célébrités sur lesquelles les hommes étaient habitués à fantasmer – c’étaient des femmes que tout homme pouvait s’approprier.

     

    Cette notion, lancée par Hefner, que de chosifier des femmes « ordinaires » constituait un progrès – comme si diversifier les types de femmes face auxquelles les hommes pouvaient se branler était le plus généreux cadeau que nous puissions offrir à la population féminine – a été entièrement adoptée par les progressistes d’aujourd’hui.

     

    Shauna, sur Twitter : « Fait amusant : Hugh Hefner était un allié précoce du mouvement LGBT, présentant un modèle trans dans Playboy en 1991. » http://www.cosmopolitan.com/entertainment/news/a42434/caroline-tula-cossey/ …

    « J’ai l’impression d’avoir été en avance de beaucoup trop d’années. » (Caroline « Tussa » Cossey)

     

    Il a été loué en tant que pionnier pour avoir fait de Jennifer Jackson, une femme noire, sa Playmate du mois en 1965 et pour avoir mis Darine Stern sur la couverture de Playboy en 1971, en faisant d'elle la première Noire à bénéficier de l’honneur d’une couverture solo. Il a été porté aux nues comme un « défenseur des droits des trans » pour avoir mis le modèle transsexuel Caroline « Tula » Cossey dans son magazine en 1991. Si quelqu’un se souciait d’y porter quelque attention, il serait clair que la chosification sexuelle n’est pas un vecteur de droits, de respect ou d’égalité. Mais l’Amérique néolibérale préfère un récit plus simpliste.

     

    Hefner s’est longtemps vanté d’avoir été un pionnier féministe, et il n’est pas le seul. Les critiques de l’homme sont constamment tempérées par des rappels au fait qu'il a soutenu les droits reproductifs – mais quel libéral masculin ne l’a pas fait ? La capacité de baiser sans l’inquiétude de devenir enceinte libère sans aucun doute les femmes, mais elle libère également les hommes. En effet, il est remarquable que, même si les hommes libéraux se rallient au seul droit spécifique à la femme qui les absout de leur propre responsabilité sexuelle (les femmes demeurent, après tout, responsables de prendre cette pilule ou d’obtenir cet avortement), ils refusent de prendre position contre la déshumanisation des femmes dans la pornographie ou la violence inhérente à leur prostitution.

     

    Le rôle que s’est attribué Hef dans le fait d’avoir cimenté le statut des femmes comme objets sexuels a été repris avec enthousiasme par ses successeurs. Bien que le magazine ait annoncé qu’ils ne publieraient plus de nus en 2015, ils ont rapidement compris que les bénéfices de l’empire Playboy dépendaient (encore) du corps des femmes et, en février, le fils de Hefner et chef créatif de la société, Cooper Hefner, a annoncé que l’élimination de la nudité avait été une erreur.

     

    Il a dit : "La nudité n’a jamais été le problème car la nudité n’est pas un problème. Aujourd’hui, nous reprenons notre identité et revendiquons qui nous sommes."

     

    Cooper Hefner

     

    Le vocabulaire utilisé pour commercialiser Playboy et l’héritage de Hef comme féministe – en lutte contre tous les pouvoirs – ne peut être décrit que comme dégoûtant. Nous parlons d’un empire plusieurs fois millionnaire. Au-delà du fait que transformer des femmes en objets décoratifs destinés à accueillir les projections masculines de fantasmes unidimensionnels garantissait indéniablement le maintien des femmes dans la subordination, Playboy s’est livré à plusieurs autres pratiques contraires à l’éthique. Dès les années 1960, Gloria Steinem a rendu compte de la manière déshumanisante et exploitante dont les Playboy Bunnies étaient traitées, et Monroe n’a pas été la seule femme dont les images ont été publiées sans leur consentement.

     

    Malgré toutes ses prétentions d’avoir été « féministe avant qu’il ait existé une chose comme le féminisme », Hef détestait celles qu’il appelait les « women’s libbers ». Dans une dévastatrice chronique nécrologique, Julie Bindel cite, après Susan Braudy, « une note de service secrète que des secrétaires de Playboy avaient coulée à des féministes ». Hefner y écrivait : « Ces poules [les féministes] sont nos ennemies naturelles. Il est temps d’engager la bataille contre elles… Ce que je veux, c’est un article dévastateur qui réduise en miettes le militantisme féministe. Les féministes se sont toujours opposées au type de société romantique garçon/fille que Playboy veut promouvoir. » (Cité dans L’envers de la nuit : les femmes contre la pornographie, Montréal, Remue-ménage, 1983, p. 299.)

     

    couv Envers de la nuit

     

    Hefner a traité les femmes comme des jouets, et les femmes qui vivaient dans son palais ont témoigné de la façon dont elles étaient contrôlées par lui et à quel point les rapports sexuels qu’elles étaient forcées d’avoir avec lui leur était désagréables. La « révolution sexuelle » de Hefner n’était rien d’autre que de la misogynie ordinaire. En effet, un harem est loin d’être révolutionnaire, et traiter des femmes comme des enfants emprisonnés est le contraire exact d’une libération. Après que l’ex-Playboy Bunny Holly Madison a refusé son offre d’un Quaalude lors de leur première soirée de clubbing, Hef lui a dit : « Habituellement, je n’approuve pas l’usage de drogues, mais vous savez, dans les années 1970, on appelait ces pilules des ‘ouvre-cuisses’. » S’il est le pionnier d’une évolution, Hefner est plutôt celui de la culture du viol, comme en témoignent les dessins « humoristiques » omniprésents dans le magazine Playboy.

     

    Hoechst raspe

    Un dessin de Bill Hoest publié dans Playboy.

     

    Le premier des playboys ne sera pas oublié, c’est certain. Son héritage, cependant, n’est pas celui d’un croisé pour les droits des femmes, mais plutôt celui d’un menteur habile. Hefner a consacré sa vie à répandre le mensonge selon lequel la pornographie équivaut à la sexualité et les femmes doivent choisir la chosification pour être libérées. En d’autres termes, il a convaincu l’Amérique que la liberté des femmes se situait dans les bénéfices des hommes (et dans leurs lits).

     

    C’est l’arnaque la plus grotesque du XXe siècle, et Hef peut être certain que nous ne l’oublierons pas.

     

    Version originale : http://www.feministcurrent.com/2017/09/28/hugh-hefner-didnt-normalize-sex-normalized-patriarchy/ + commentaires

     

    Traduit par TRADFEM, avec l’accord de l’autrice.

     

    Meghan Murphy est une écrivaine de Vancouver, C.-B. Son site Web est Feminist Current, www.feministcurrent.com et plusieurs de ses articles sont traduits sur le site de TRADFEM.

     

    https://tradfem.wordpress.com/2017/10/02/meghan-murphy-hugh-hefner-na-pas-normalise-le-sexe-il-a-normalise-la-misogynie/

  • Marlène Schiappa ou le visage du sexisme du gouvernement Macron

    marlene-schiappa-gouvernement-ministre.jpg

    Capture.PNG

    Capture 2.PNG

    A LIRE : https://revolutionfeministe.wordpress.com/2017/05/25/marlene-schiappa-secretaire-detat-a-legalite-femmes-hommes-un-cadeau-pour-les-femmes/#_ftn8

  • "Le Premier ministre Edouard Philippe vient d’Areva et n’a pas la fibre écolo" (Reporterre)

    ep.jpg

     

    Édouard Philippe a été directeur des Affaires publiques d’Areva de 2007 à 2010. Il a également voté contre les lois de transition énergétique et sur la biodiversité et s’est dit favorable à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Le signal envoyé aux écolos est inquiétant.

    C’est le premier signal négatif adressé par le nouveau président de la République aux écologistes. Lundi 15 mai, Emmanuel Macron a nommé à la fonction de Premier ministre Édouard Philippe, député (Les Républicains) de la 7e circonscription de Seine-Maritime, maire du Havre et président de la communauté de l’agglomération havraise. Mais ce diplômé de Sciences Po Paris et de l’ENA a également été directeur de la communication et directeur des affaires publiques d’Areva de 2007 à 2010. Un passé qui jure avec l’objectif du patron d’En marche ! d’abaisser à 50 % la part du nucléaire dans le mix énergétique français et qui ne rassure guère sur le projet d’enfouissement des déchets nucléaires Cigéo.

    Contactée par Reporterre, la multinationale de l’énergie spécialisée dans le cycle de vie du combustible nucléaire n’a pas souhaité faire de « commentaire ». Une enquête publiée dans Charlie hebdo en avril 2009 indique qu’Édouard Philippe, « lobbyiste », était « chargé des relations avec les élus » et notamment des parlementaires chargés du Niger — entre autres Marc Vampa, alors député de l’Eure et président du groupe d’amitié France-Niger à l’Assemblée nationale. « Il a donc défendu les actions d’une entreprise qui, au Niger, a pollué irréversiblement les territoires des peuples autochtones et baigné dans les scandales financiers », affirme le réseau Sortir du nucléaire dans un communiqué diffusé lundi 15 mai.

    Impossible pour autant d’affirmer que M. Philippe a trempé dans l’affaire Uramin — l’achat, en juin 2007, pour la somme astronomique de 1,8 milliard d’euros, d’une petite société canadienne et de ses gisements, qui n’ont finalement jamais donné d’uranium. Si sa présence était contemporaine du scandale, « jamais je n’ai vu surgir le nom d’Édouard Philippe dans ce dossier », assure à Reporterre Vincent Crouzet, auteur de l’enquête Un scandale atomique. UraMin/Areva, l’hallucinante saga d’un scandale d’Etat. Pour autant, « il était au contact du directoire et de [la présidente d’Areva] Anne Lauvergeon pendant trois ans. Il a nécessairement eu connaissance de certains détails de cette affaire et de ses conséquences », estime l’écrivain. Ce qui intéresse désormais ce dernier, ce sont « les efforts que va produire le gouvernement pour faire toute la lumière sur ce scandale. Deux instructions judiciaires sont en cours. Il est très important que le gouvernement suive cette affaire, au nom de la moralisation de la vie publique défendue par Emmanuel Macron et de la qualité d’ancien directeur des affaires publiques d’Édouard Philippe ».

    Contre la loi de transition énergétique et la loi biodiversité, pour l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes

    Ancien membre du cabinet d’Alain Juppé au ministère de l’Écologie puis député de la 7e circonscription de Seine-Maritime depuis mars 2012, il a été membre de la commission du développement durable et de l’aménagement du territoire de juin 2012 à septembre 2013. Ce qui ne l’a pas empêché de voter contre la loi de transition énergétique et la loi sur la biodiversité. Quant au projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, il s’y est montré favorable en octobre 2016 sur France info, disant espérer « qu’on pourra engager les travaux avant mai ou juin 2017 ».

    M. Philippe a aussi participé à la réunion du groupe Bilderberg en 2016. Le groupe Bilderberg réunit chaque année pendant deux jours les principaux dirigeants économiques et politiques - ainsi que quelques journalistes - pour discuter des « affaires du monde ». Emmanuel Macron y avait participé en 2014.

    En tant que maire, Édouard Philippe s’est battu pour l’implantation par Areva de deux usines de fabrication de pales et de nacelles d’éoliennes offshore sur le port du Havre. Mais ce projet, dévoilé en septembre 2011, n’a toujours pas abouti : en grande difficulté financière, le groupe a finalement cédé ses activités d’éoliennes en mer à Siemens et Gamesa, en septembre 2016, créant l’incertitude. « Officiellement, les projets d’usines ne sont pas du tout abandonnés puisque les permis de construire ont été déposés il y a très peu de temps, un mois peut-être. Pour autant, le dépôt de ces permis n’implique pas que les usines vont sortir de terre », juge Pierre Dieulafait, de l’association Écologie pour le Havre.

    Ce dernier a eu l’occasion de côtoyer Édouard Philippe au cours de ses treize années de mandat de conseiller municipal (EELV). Il en tire un bilan mitigé. « Officiellement, il affiche une grande appétence pour l’écologie au Havre, juge-t-il. Ainsi, il a hérité du maire précédent, Antoine Rufenacht, l’impulsion et la gestion d’un agenda 21. » Il a aussi suivi de près l’installation du tramway jusqu’à son inauguration en décembre 2012 et a rénové le fort de Sainte-Adresse en y créant un jardin suspendu « avec des plantes de toute l’Afrique francophone ». Pour autant, s’il a conservé et même amélioré la forêt de Montgeon et le parc de Rouelles, « on a dû se bagarrer pour que les friches, les espaces résiduels, soient maintenus en l’état pour former des trames vertes et bleues et pas transformés en zones commerciales et d’activité », rapporte M. Dieulafait. Et, au plan énergétique, la transition n’était pas au rendez-vous : M. Philippe a défendu bec et ongles la centrale à charbon du site du Havre — de même, certes, que les élus locaux tous bords politiques confondus. Emmanuel Macron a lui inscrit dans son programme de candidat la fermeture de toutes les centrales à charbon françaises d’ici la fin de son quinquennat.

     

    https://reporterre.net/Le-Premier-ministre-Edouard-Philippe-vient-d-Areva-et-n-a-pas-la-fibre-ecolo

  • "Edouard Philippe à Matignon : des associations féministes inquiètes" (Libération)

    EP.jpg

     

    Les associations Osez le Féminisme et les effronté-e-s ont exprimé lundi soir leurs inquiétudes après la nomination d’Edouard Philippe à Matignon, la première estimant que l’égalité entre les femmes et les hommes ne semble "pas une priorité" pour lui.

    L’ex-député UMP de Seine-Maritime s’était abstenu sur la loi ouvrant le mariage et l’adoption aux couples homosexuels en 2013, ainsi que sur la loi du 4 août 2014 pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes, a souligné Osez le féminisme dans un communiqué.

    Comme le montrent les analyses des scrutins publics publiés par l’Assemblée nationale, M. Philippe a par ailleurs voté contre la proposition de loi renforçant la lutte contre la prostitution.

    "Ou bien M. Philippe n’a jamais trouvé le bouton +pour+ sur la table de vote, ou bien l’égalité femmes-hommes n’est pas une priorité politique pour lui. Curieusement, nous penchons pour la deuxième option", a ironisé Osez le féminisme.

    Dans une tribune commune avec Nathalie Kosciusko-Morizet, M. Philippe avait expliqué en 2013 sa décision de s’abstenir sur le mariage pour tous, par son opposition à la possibilité d’adoption plénière par les couples homosexuels.

    Les deux députés avaient dit craindre que cela n’ouvre la voie à une extension de la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de femmes, à laquelle ils étaient "résolument" opposés.

    "La PMA pour toutes les femmes, promesse de campagne de M. Macron après l’avoir été de M. Hollande, passera-t-elle malgré l’opposition résolue du nouveau chef du gouvernement ?", se demandent les effronté-e-s dans un communiqué.

    Dans son programme, Emmanuel Macron s’est dit favorable à l’ouverture de la PMA aux femmes seules et aux couples de femmes, mais il souhaite attendre l’avis du Comité consultatif national d’éthique (CCNE), "afin d’assurer dans la société un vrai débat, pacifié et argumenté".

    Les deux associations ont par ailleurs regretté que le nouveau président n’ait pas choisi de nommer une femme Premier ministre, comme il l’avait évoqué pendant la campagne.

    Le 8 mars, lors de la journée internationale des droits des femmes, Emmanuel Macron avait dit que c’était «plutôt (son) souhait» de nommer une femme à Matignon, soulignant que le choix dépendrait aussi du "contexte" dans lequel il serait élu.

    AFP

    http://www.liberation.fr/societe/2017/05/15/edouard-philippe-a-matignon-des-associations-feministes-inquietes_1569716

  • Requiem pour les requins de la Réunion

    R.jpg

     
    "Interrogé sur l’épineux sujet des requins de l’île de la Réunion, Emmanuel MACRON avait dit souhaiter que soient rouvertes leur chasse et leur commercialisation, ceci pour ne pas gêner le tourisme balnéaire et pour “exploiter certaines activités marchandes“…"
      
  • Edouard Philippe, chantre de la chasse (et François Baroin, chasseur)

    ep.jpg

    Edouard Philippe, le nouveau premier ministre, chantre de la chasse (on apprend aussi en passant que François Baroin est chasseur) :

     

    "François Baroin, lui, chasse. C’est plus qu’un sport, la chasse. C’est un art de vivre. Une communion avec la terre, avec la nature, un hommage de la civilisation à la loi de la jungle. Une passion sociale, qui se partage avec son chien et ses amis. Pour être un bon chasseur il faut être patient, adroit et discret. A l’affût. Et François Baroin est, dit-on, un bon chasseur."

     

    Source :

    http://www.liberation.fr/elections-presidentielle-legislatives-2017/2017/05/15/edouard-philippe-chroniqueur-dans-liberation_1569481

  • Animaux : le bruit des bottes en marche

    EM.jpg

     

    Emmanuel Macron : "La corrida fait partie intégrante de la culture et de l’économie, y compris du tourisme, de la région. Je suis à ce titre opposé à l’interdiction dans les territoires de tradition taurine."
    (Source : La Provence)