Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Film

  • La citation du jour : Robert Bresson

    LDP.gif

    "Ce qui m'a poussé à faire cette œuvre, c'est le gâchis qu'on a fait de tout. C'est cette civilisation de masse où bientôt l'individu n'existera plus. Cette agitation folle. Cette immense entreprise de démolition où nous périrons par où nous avons cru vivre. C'est aussi la stupéfiante indifférence des gens sauf de certains jeunes plus lucides."

     

                                                                                                                       Robert Bresson (1977)

  • "Jeune & Jolie" : Ozon la propagande (sexiste)

    2012468.jpg

    JosephinedeB

    "Pour gagner beaucoup d'argent, il y a des hommes qui mettent des femmes sur les trottoirs (prostitution), puis il y a des metteurs en scène qui embauchent de jolies jeunes filles et qui les font se déshabiller devant la caméra et ça rapporte beaucoup, beaucoup d'argent et tant pis pour l'image de la femme."

    Marushka B.

    "J'ai bien ri en lisant cette critique d'un ou une spectateur-trice : "Je mets 5 étoiles pour cette sublime apologie du vulgaire et de la prostitution infantile, ce merveilleux film va ravir tous les pervers malsains les plus avérés, DSK a dû lui même apprécier ce film".

    Je suis tout à fait d'accord, sauf que je le note à sa juste valeur.

    Un autre critique en herbe a dit : les macs mettent leurs prostituées sur le trottoir, Ozon met une mannequin nue à l'écran.

    Un autre très bon résumé !

    D'autant plus qu'Ozon ne cache pas le fond de sa pensée, souvenez-vous : selon lui, toutes les femmes rêvent de se prostituer...

    A vomir."

    Motilili :

    "Ne faites pas l'erreur comme moi d'aller voir ce film en plein après-midi, vous vous rendriez vite compte de la catégorie ou plutôt de la population attirée par ce film...

    L'histoire est infâme, quelle manière naïve de dédramatiser la prostitution ?

    Si les plans sont parfois jolis et l'actrice jolie...

    Ce film n'a d'intérêt que pour les voyeurs que j'ai pu voir en salle.

    J'ai eu honte et même peur d'être assimilé à certains spectateurs.

    Ce film m'a dérangé profondément, au delà des images c'est le message : se prostituer pour jouer, pour s'exciter, pour sortir d'un train train...

    Je n'ai pas aimé, j'en suis sorti malade et dérangé mais pas comme j'aime l'être."

    http://www.allocine.fr/film/fichefilm-209525/critiques/spectateurs/star-0/

  • « Les Femmes du bus 678 » contre les clichés des Egyptiens

    safe_image.php.jpg

    Louis Lepron | Journaliste

    Une salle d’audience d’un tribunal du Caire en 2008.

    Premier procès, en Egypte, pour harcèlement sexuel.

    La plaignante, Noha Rushdi, se fait moquer par l’avocat de la défense.

    Mohamed Diab était présent :

    « C’est à ce moment là que j’ai décidé de réaliser “Les Femmes du bus 678”. Pour que cet avocat comprenne ce que vivent les femmes. »

    Elles seront trois à incarner « les » femmes d’Egypte :

    • Fayza des quartiers populaires,
    • Seba la bourgeoise ;
    • Nelly, tête brûlée.

    Toutes les trois victimes d’une agression sexuelle.

    Film réalisé par Mohamed Diab

    Un cercle vicieux

    En Egypte, les harcèlements sexuels concernent 83% des Egyptiennes, et 98% des femmes étrangères de passage.

    Le scénariste égyptien s’est inspiré des groupes thérapeutiques qui réunissent des femmes ayant été attaquées.

    « Même si cela m’a pris des années pour récupérer des informations, les femmes avec qui j’ai parlé se sont ouvertes progressivement. “

    Selon lui, un cercle vicieux caractérise la société égyptienne :

    • les hommes n’ont pas conscience de la gravité de leurs actes ;
    • honteuses, les femmes n’iront jamais avouer avoir été agressées ou violées ;
    • les frères ou maris, s’ils apprenaient une telle chose, se sentiraient comme des ‘sous-hommes’.

    Il précise :

    ‘Dans Les Femmes du bus 678’, chaque mot, chaque phrase, a déjà été prononcé.”

    Place Tahrir, l’agression d’une journaliste

    A sa sortie dans les salles égyptiennes, “Les Femmes du bus 678” fait beaucoup parler de lui.

    Les femmes savent que le film dépeint une vérité ; les hommes, pour la plupart, n’y voient qu’une fiction de plus.

    Un mois plus tard éclate la révolution égyptienne.

    Mohamed Diab, alors en promotion pour son film, sera l’une des premières personnalités à soutenir le mouvement.

    Mais il perçoit une confrontation abstraite entre deux Egypte :

    “Les Egyptiens présents lors des dix-huit premiers jours étaient les plus braves car ils pensaient que la police allait les tuer. Avec le courage d’affronter la mort, ils ont fait ressortir le meilleur d’eux-mêmes. Aucune femme, alors qu’on était serrés comme des sardines, n’a été abusée.”

    Le réalisateur parle de la “nouvelle Egypte”.

    La “vieille”, elle, arrive place Tahrir le 11 février, quelques heures après le départ de Hosni Moubarak : des femmes se font violer, notamment une journaliste d’ABC, une histoire reprise dans le monde entier.

    “Un fondement culturel, propre à l’Egypte”

    Mohamed Diab en est conscient : le procès auquel il a assisté en 2008, comme son film, ne sont que des étapes vers un changement en profondeur des mentalités.

    “Des femmes m’ont affirmé qu’elles ne se laisseraient plus faire ; des hommes m’ont affirmé qu’ils avaient pris conscience.”

    Mohamed Diab a confiance dans la nature humaine : pour lui, les hommes ne sont pas mauvais, ils ont simplement, en tête, “de mauvaises images, des clichés”.

    Mais il en veut aux médias occidentaux qui font le lien entre les agressions sexuelles et la religion musulmane :

    “Ce phénomène arrive aussi en Inde et au Mexique, des pays non-musulmans. Cela s’explique par exemple par la pauvreté ou la densité de population, très forte au Caire. Ce n’est pas un fondement religieux mais un fondement culturel, propre à l’Egypte.”

  • Lars Von Trier, cinéaste assassin

    http://4.bp.blogspot.com/-zs9Y8DaqSvI/TdUMgRSL7VI/AAAAAAAADjk/v8ebObgASkc/s1600/704967LarsvonTrier.jpg
     
    On connaissait Lars Von Trier pour son idéologie misogyne (d'une violence rarement atteinte au cinéma).

    Il est temps de dévoiler une autre des facettes de ce réalisateur : un âne a réellement été tué pour les "besoins" dramatiques de son film Manderlay (2004), parabole douteuse officiellement antiraciste, officieusement raciste, posant que le bonheur, au fond, se trouve dans l'esclavage ("l'intrigue a été en partie inspirée, de l'aveu même du cinéaste, par la préface, signée Jean Paulhan, de la célèbre Histoire d'O de Pauline Réage. Paulhan y relate la révolte de Noirs, sur l'île de la Barbade, en 1838, demandant à retrouver leur statut d'esclave alors que celui-ci vient d'être aboli" : http://www.allocine.fr/film/anecdote_gen_cfilm=49149.html).

    On ne s'étonne pas des sources d'inspiration de Trier.
     
    L'acteur John C. Reilly, qui devait jouer dans le film, a finalement refusé en apprenant qu'un animal devait y être sacrifié.
     
    La scène de l'abattage de l'âne a été coupée au montage.

  • "Les Coulisses du trafic des animaux cobayes" (Direct 8)

    http://www.prijatelji-zivotinja.hr/data/image_2_2151.jpg

    http://www.youtube.com/watch?v=ptv2zmsLLBs&feature=player_embedded

    Chaque année, 12 millions d’animaux sont utilisés comme cobayes en Europe.

    Et la France est en tête pour les essais sur les animaux.

    C’est que des centaines de produits doivent être testés avant d’être mis sur le marché.

    Médicaments, mais aussi shampooings, dentifrices ou produits d’entretien, tous doivent être essayés sur des lapins, des souris ou des singes.

    Aujourd’hui, des militants se battent contre les tests sur les animaux qui peuvent virer au sombre trafic.

    Plongée dans les étranges secrets des tests sur les animaux.

    ***
    Commentaire d'une militante :
     
    "J'ai regardé l'émission et j'ai failli m'évanouir d'horreur et par les images et par les propos de ces SADIQUES ! Il y a une école dans laquelle on apprend à "expérimenter avec amour" textuellement !
    Un étudiant : "Oui, parfois on est mal, et on pense que ça pourrait être un humain."
    Une étudiante : "C'est important pour sauver les humains."
    Cette image de ce petit beagle qui recule au fond de sa cage,avec un regard terrorisé.
    Les lapins brûlés.
    Les souris brûlées.
    Le cochon expérimenté pour sauver les bouffeurs de graisse animale victimes de mauvais cholestérol et qui après avoir été torturé pendant des semaines sera tué et broyé .
    Les expérimentations pour les médicaments, pour les produits cosmétiques et autres.
    Donner la souffrance à quelqu'un pour l'enlever à quelqu'un d'autre est ignoble.
    Une ignominie de plus..."
  • BBC World va diffuser un programme en deux parties sur les animaux et le mouvement animaliste (Gary Francione)

    http://ursispaltenstein.ch/blog/images/uploads_img/nick_brandt_photography1.jpg

    Photo : Nick Brandt

    Chers Collègues,

    Le 31 Décembre 2009 et le 7 Janvier 2010, BBC World diffusera un documentaire en deux parties intitulé Une planète : Les Animaux et Nous.

    Victor Schonfeld, qui a réalisé le film The Animal Film (narré par Julie Christie) en 1982, présentera l’émission.

    Schonfeld demandera si nous avons fait des progrès dans ce domaine et si les animaux nonhumains sont toujours autant exploités qu’ils l’étaient en 1982.

    Il explorera l’état du mouvement animaliste et fera un focus dans la première partie du programme sur le fait de manger les animaux et dans la seconde partie sur l’utilisation des animaux à des fins expérimentales.

    Il discutera aussi des relations entre la souffrance humaine et animale.

    BBC World est suivi par des millions de personnes à travers le monde.

    Je n’ai aucune idée de ce que va dire Schonfeld et quelle position il prendra.

    Mais, étant donné que beaucoup de personnes vont suivre l’émission et se forger une opinion suite à cela, il est impératif que les défenseurs des animaux regardent cet émission.

    Allez ici pour voir les heures de diffusion.

    Les émissions seront aussi archivées sur le site de la BBC et il y aura des informations en plus.

    Vous pouvez aussi faire part de vos réactions ici.

    Gary L. Francione

    http://www.abolitionistapproach.com/fr/2009/12/19/checkingbbc-world-va-diffuser-un-programme-en-deux-parties-sur-les-animaux-et-le-mouvement-animaliste/

  • Eric Zemmour exige l'arrêt de la diffusion du film de Patrick Jean, "La Domination masculine"

    http://www.grazia.fr/storage/images/in-the-city/culture/la-domination-masculine-le-film-choc-20983/304825-1-fre-FR/La-domination-masculine-le-film-choc.jpg

    Ainsi, Eric Zemmour a entrepris de faire interdire mon film La Domination masculine, nous adressant, par voie d’huissier, ses exigences de déprogrammation immédiate des cinémas, sous peine d’être attaqués par ses soins.

    Eric Zemmour est le chroniqueur présent tous les samedis soir dans l’émission de Ruquier sur France 2 (« On n’est pas couchés »).

    Il apparaît furtivement dans mon film, dans une archive de la télévision suisse où il décrit sa vision de la sexualité des hommes pour le moins surprenante.

    C’est lui aussi qui m’a traité de « Voyou, escroc, terroriste médiatique » chez Tadéi sur France 3 (en mon absence évidemment).

    Passé le premier fou rire, il nous faut analyser sa demande.

    Les réponses à ses arguments, nous les gardons évidemment pour le tribunal au cas où Zemmour déciderait d’ester en justice puisque nous avons décidé de ne pas lui répondre.

    Mais pour le reste…

    Tout d’abord, mes amis diront que je suis incorrigible, je voudrais lui trouver des circonstances atténuantes.

    Zemmour s’exprime évidemment dans la souffrance.

    On ne peut exprimer tant de haine et de colère sans qu’il en soit ainsi.

    En ce qui concerne les femmes, sa blessure narcissique fondatrice ressemble à celles des nombreux masculinistes que j’ai rencontrés.

    Un sentiment de ne pas occuper la place qu’ils méritent.

    En l’occurrence, Zemmour aurait rêvé d’être un grand intellectuel et il est chroniquer à la télé, envoyé spécial du Figaro dans le VIIIe arrondissement.

    Il se voyait énarque et a échoué à plusieurs reprises au concours d’entrée de l’ENA, se voyant doublé par bon nombre de femmes.

    Et comme toujours dans ces cas-là, l'observation est simple: dans une situation non mixte de pouvoir, chaque fois que des femmes prennent enfin des positions, les hommes qui les suivent reculent d’autant.

    Il faut accepter ce fait comme étant juste, nécessaire et souhaitable.

    Ce que Zemmour n’a pas encore réussi à faire, préférant, plutôt que de s’en prendre à ses limites, voire à sa médiocrité, chercher un bouc émissaire : les femmes qui feraient mieux de garder leur place.

    Il théorise ainsi à souhait ce qui lui sert à justifier sa haine des femmes qui réussissent, surtout en politique.

    Son livre Le premier sexe (sic) se conclut par une déclaration très claire à ce sujet :

    « L’équilibre subtil entre hommes et femmes, entre virilité dominante et féminité influente, a été brisé par l’abdication des hommes blancs du XXe siècle qui ont mis à terre leur sceptre patriarcal. »

    Ou bien (page 95) :

    « Dans le monde d’autrefois, les règles étaient clairement définies : la femme a droit au respect, mais souvent aussi à la frustration ; l’homme a droit au plaisir, mais il a des devoirs envers la jeune fille qu’il séduit (…) Globalement, ces règles sont à peu près respectées jusqu’aux années 1950. Elles sont à la fois inhibitrices et rassurantes. Ce monde est mort et enterré. (…) Les hommes n’ont plus le pouvoir sur rien dans la famille et ils se défaussent des responsabilités qui allaient avec. »

    Il est nécessaire de préciser à la lecture de l’ouvrage, que Zemmour ne s’exprime pas au second degré.

    Il défend vraiment le principe d’une « virilité dominante » et d’une « féminité influente ».

    On sait ce que tout cela veut dire.

    Le bon temps d’avant 1950, où les femmes n’avaient pas le droit de vote (sauf sur l’oreiller)…

    Pour ne prendre qu’un exemple dans le même opuscule, il explique comment les femmes ne peuvent réussir en politique que par la promotion canapé.

    Penser qu’elles gravissent les échelons par leur talent ne lui est pas venu à l’esprit .

    « Les femmes devaient passer par le lit du roi pour avoir de l’influence. On pourrait compter sur les doigts d’une main les femmes politiques, de stature nationale, qui ne soient pas passées dans les bras de Giscard, Mitterrand, Chirac. » (p81)

    Celles-ci doivent apprécier…

    Sa vision de la sexualité et du désir est plutôt surprenante, il nous assène ainsi (p 67 à 69) :

    « C’est l’inégalité qui était le moteur traditionnel du désir. La machine séculaire du désir entre l’homme et la femme reposait sur l’admiration de la femme pour celui qui a ce qu’elle n’a pas entre les jambes.

    (…)

    La prostitution (est) devenue un des moyens qu’ont trouvé les hommes pour retrouver une supériorité – et donc leur désir - dans la société du respect et de l’égalité. Pour la même raison, d’autres vont en Thaïlande ou à Cuba. Ces hommes occidentaux, beaucoup d’Allemands et d’Américains qui viennent de contrées où les féministes ont été particulièrement virulentes, fuient les femmes blanches, leurs égales, trop respectables, qu’ils n’osent pas désirer.

    (…)

    Exactement comme les hommes du XIXè siècle se rendaient au bordel, baiser des putains ou des courtisanes, tandis qu’ils « respectaient » leur femme sanctifiée par la religion catholique. »

    La norme masculine archaïque est donc en permanence réaffirmée par Zemmour de façon caricaturale, quitte à faire rire de lui. (p 82 et 86)

    « Si Capet (Louis XVI) est condamné à mort, c’est parce qu’il a subi l’influence de l’Autrichienne et des émigrés efféminés, qu’il n’a pas été le père que l’on attendait, qu’il n’a pas été l’homme viril que l’on espérait.

    Les baby-boomers (…), cette génération veut abandonner la pulsion de mort qui est le propre de la virilité depuis des millénaires. Ils veulent être du côté de la vie, du côté des femmes. Mais c’est cette pulsion de mort qui depuis toujours structure la loi et les interdits. »

    [...]

    Les blessures de Zemmour devraient donc se soigner ailleurs que sous les projecteurs.

    Mais comme elles provoquent de bons scores d’audience, des producteurs de télévision continueront sans doute de les valoriser longtemps. En se pinçant le nez.

    En attendant, La Domination masculine reste à l’affiche à moins qu’une décision de justice ne vienne le déprogrammer.

    Note : pour ceux qui veulent vérifier ces citations que l’on a peine à croire, les numéros des pages correspondent à l’édition en poche, chez « J’ai lu ».

    Patrick Jean

    http://patricjean.blogspot.com/

  • Le Havre, 10 décembre 2009 : projection du film "The Cove" par "Vivre Ethique" dans le cadre de la JIDA

    coveflyer560_small.jpg

    Projection de The Cove par "Vivre Ethique" au Havre dans le cadre de la JIDA 2009 le 10 décembre.

    http://www.international-campaigns.org/ic/action/programme-actions.htm#lehavre

  • "Le Sang des bêtes", de Georges Franju (1949) : le vrai visage de la viande

    http://i2.ytimg.com/vi/QFAUA8_mfXs/hqdefault.jpg

    Lien de la première partie
    Lien de la deuxième partie

    Deux commentaires d'internautes :

    1) "J'ai vu ce film il y a 4 ans en cours d'esthétique de l'image, et depuis je n'ai plus jamais mangé de viande.

    J'ai regardé Diet for a New America il n'y a pas longtemps, et je pense arrêter de consommer des produits issus d'animaux, donc de devenir vegan.

    Il reste un film à voir en tous les cas, moi ce qui m'a marqué (en dehors du fait que c'est un film dur et brutal qui montre comment on tue les animaux... barbare) c'est que le film est en noir et blanc, mais qu'on ressent quand même les flots de sang qui s'écoulent.

    C'est vraiment impressionnant, et j'étais mal à l'aise.

    Je l'ai quand même revu il y a quelque temps, histoire de me rappeler..."

    de lespizzasjoey

    http://www.filmreference.com/images/sjff_01_img0432.jpg

    2) "C'est plutôt un documentaire [...] sur les méthodes d'abattage des chevaux, vaches, veaux et moutons de l'époque (1949).

    [...]

    Résumé pour ceux qui ne veulent pas regarder : on est à Paris, dans la cour de l'abattoir, on amène un cheval blanc, un gars lui assène un énorme coup entre les deux yeux avec une sorte de tournevis pointu, il tombe, gigote, un mec lui taille le cou et il se vide de litres et de litres de sang, ensuite on lui coupe les genoux, il est suspendu, un mec désigné enlève la peau de l'animal en quelques secondes avec beaucoup de précision et en même pas 5 minutes ils commencent à le tailler en plus petits morceaux...

    Ensuite c'est au tour d'une vache, pareil, gros coups entre les deux yeux, l'animal tombe et gigote encore, le gars lui rentre une sorte de câble de fer très long (genre 1m) dans le trou qui lui a été fait dans le crâne et l'animal ne bouge plus.

    Ensuite il est égorgé, un mec secoue l'animal pour qu'il se vide plus vite de son sang puis, même chose qu'avec le cheval...

    Puis les veaux, ça c'est le plus dur à regarder, ils sont trimbalés comme des sacs de patates, on les "couche" (en les faisant retomber lourdement) sur des tables, on attache leurs pattes, puis l'animal attend, avec des grands yeux, impuissant, apeuré, un gars arrive avec son couteau aiguisé, coupe pratiquement toute la tête de l'animal...

    Et enfin des moutons, on les entasse dans un minuscule enclos en les jetant dedans, un gars en prend un, le retourne sur une longue table en longueur et le pose sur le dos, de l'autre côté de la table un gars saisit la tête de l'animal et lui découpe directement toute la tête au niveau de la gorge (comme si il coupait dans du beurre), on prend le suivant, on le cale à côté de l'animal qui se vide de son sang et on lui coupe la tête comme au précédent, on continue avec les autres puis dépeçage, débitage et tout le bazar.

    Productivité maximale, ils ont tous leur rôle et sont tous rapides et précis...

    C'est assez troublant, on ressent [...] une banalité de quelque chose de monstrueux... et parfois on entend siffler ou chanter des mecs pendant leur "travail".

    Mais quand on voit ça on est bien content d'être végétarien.

    [...]"

    de Daniel-San

    http://forum.vegan.fr/viewtopic.php?f=5&t=1560

  • "Mon chien", de Georges Franju (1955)

    0002422_aff_001_med.jpg

    Mon chien
    de Georges Franju

    France/1955/ 25'/16 mm

    Avec Jacqueline Lemaire.

    Les vacances, que faire de son chien encombrant ?

     

    Le bon père de famille l'abandonne dans la forêt, malgré les pleurs de sa petite fille.

     

    L'animal, lui, réussit à retrouver son chemin et la villa vide de ses maîtres à Paris.

     

    Obligé d'errer dans les rues, il se fait capturer par les gardiens de la force publique qui le conduise à la fourrière.

     

    Franju décrit toute l'atrocité vécue par ses chiens abandonnés et qui finissent la plupart dans la chambre à gaz des fourrières.


    http://www.cinematheque.fr/fr/nosactivites/projections/rendez-vous-cinema/courtsmetrages/art-court-metrage/historique/cinquieme-partie/historique-90-92.html

  • Charlie Chaplin : la cruauté qu'on ignore

    chaplin-charlie-a-dogs-life_01.jpg

    Charlie Chaplin a beaucoup baissé dans l'estime des amoureux des chiens lorsqu'ils ont appris que Charlot n'a pas toujours été drôle...

     

    Pour tourner Une vie de chien, il est allé chercher Mut à la fourrière pour l'abandonner ensuite.

     

    Une bien triste histoire.

     

    Chaplin, pour son film Une vie de chien, en 1918, décide de se passer de dresseur et va chercher à la fourrière un petit bâtard de fox-terrier qu'il nomme Mut.

     

    Il passe son temps à le cajoler lors de la préparation pour que pendant le tournage l'amitié entre le vagabond et le petit corniaud soit évidente.

     

    Mais, au dernier jour de tournage, Chaplin abandonne Mut pour partir vers de nouvelles aventures !...

     

    Malgré l'attention des gens des studios Chaplin, Mut se laissera mourir, le cœur brisé par ce qu'il avait cru une affection sincère.

     

    Carl Miller

     

    http://www.reporters-associes.ca/Panoramarticles/mutetcharlie.htm

     

    http://alnr.chez-alice.fr/chaplin/A_dogs_life.jpg

    Sur le tournage du film, les chiens étaient "calmés" avec des piqûres d'ammoniac :

    « Vous savez Vernsky, ce que je cherche vraiment c'est un bâtard qui ait assez faim pour être drôle quand il mange !»

     

    J'avais quadrillé toutes les rues de Los Angeles pour dénicher ce clébard.

     

    Rien, pas un chien errant !

     

    A croire qu'ils étaient tous à la fourrière !

     

    Et effectivement, rentré bredouille de mes investigations canines, Monsieur Chaplin m'envoya direct à la fourrière de la ville !

     

    Mais je ne savais pas exactement le type de cabot qu'il espérait !

     

    Alors j'ai emprunté un des fourgons qui se trouvaient dans le hangar des véhicules de la production et j'ai filé à la fourrière !

     

    J'en ai ramené pas moins de vingt et un !

     

    Je ne vous dis pas ce que le voisinage a râlé.

     

    De ce fait je n'en ai gardé que douze, les neuf autres, je les ai relâchés dans la nature !

     

    J'avais repéré un plus futé parmi eux !

     

    Il s'appelait Mut !

     

    Il faisait l'affaire !

     

    Devant la caméra, c'était un vrai cabot ce chien !

     

    Il connaissait tout le monde et adorait se dandiner dans la rue en forme de T qui restera le décor central des films de Chaplin pendant vingt ans !

     

    Avec des variantes bien sûr !

     

    Et Mut, il fera partie des murs des studios jusqu'à sa mort !

     

    Les autres chiens errants, on les retrouvera par hasard lors des tournages en ville devant le Palace Market.

     

    J'avais essayé de préparer les scènes dictées par le boss avec les chiens !

     

    C'était un casse-tête.

     

    Finalement je les tenais dans un enclos mobile et, au moment de lancer la caméra, je les libérais.

     

    Ils se barraient à fond de train pendant que Rollie Totheroh et Jack Wilson les suivaient dans des courses qui me faisaient hurler de rire !

     

    Le comique était des deux côtés de la caméra !

     

    Je n'allais pas rire longtemps !

     

    Les chiens devenaient de plus en plus agressifs au fur et à me-sure des tournages !

     

    Ils étaient devenus de véritables enragés !

     

    Monsieur Chaplin, dans son humeur changeante me déconcerta lorsqu'il me demanda de trouver une solution pour les calmer !


    Je ne trouvai rien d'autre que de les piquer avec de l'ammoniaque !

     

    Chaplin fut satisfait du résultat et me nomma second assistant auprès de Charles Reisner que tout le monde appelait « Chuck »."

     

    Jean-Luc Flines, Fitz Bowling's Hollywood

     

    http://manuscritdepot.com/livres-gratuits/pdf-livres/n.jean-luc-flines.1.pdf

    bfi-00n-hl0.jpg

    « Si l'on en croit les rapports de presse, après avoir commencé le tournage d'Une vie de chien, Chaplin avait ramené au studio vingt et un chiens de la fourrière de Los Angeles mais, devant les plaintes du voisinage, les autorités lui demandèrent de réduire ce nombre à douze […].

    Le réalisme des décors d'Une vie de chien est tel qu'au montage Chaplin pourra passer d'une scène en studio à une autre filmée en ville (ainsi la scène des chiens devant le Palace Market) sans que la différence apparaisse.

    Comme il n'était pas question de préparer les scènes avec des chiens, les animaux et Charlie partaient à fond de train tandis que Rollie Totheroh et Jack Wilson, en cameramen expérimentés, suivaient du mieux qu'ils pouvaient…

    Mais les figurants canins étaient de redoutables brutes et les choses prirent rapidement un tour violent.

    On acheta une grosse seringue et de l'ammoniaque pour clamer les molosses trop agressifs. »

    David Robinson, Chaplin, éd. Ramsay Cinéma (p. 155).

  • Nick Brandt : faire le portrait de l'âme des animaux

    http://storage.canalblog.com/34/55/372511/45695591_p.jpg

    "Ce qui m'intéresse en définitive, ce n'est pas de créer une œuvre purement documentaire ou remplie d'action et de spectacle, comme c'est généralement la règle dans le domaine de la photographie d'animaux.

    Mais de montrer les animaux en train d'être, tout simplement.

    En train d'être avant qu'ils ne soient plus.

    Avant qu'ils cessent d'exister, à l'état sauvage en tout cas."

    http://www.lilela.net/wp-content/uploads/nick_brandt_1.jpg

    Ces propos sont tenus par Nick Brandt, artiste photographe.

    C'est un photographe animalier reconnu, acclamé par la critique et le public.

    Nick Brandt a fait le choix du noir et blanc.

    Il a laissé les téléobjectifs à la maison.

    Il s'approche ainsi, patiemment, distant de quelques mètres parfois, avec empathie, des sujets qu'il veut photographier.

    kudu-against-sky-laikipia-2003-nick-brandt.jpg

    En réalité, ce sont plus que des photos : ce sont des portraits.

    Portraits d'animaux sauvages :  lions, guépards, éléphants, rhinocéros, girafes, gnous... vivant en Afrique de l'Est, au Kenya ou en Tanzanie.

    Nick Brandt aime les animaux.

    Tous les animaux.

    Il ne les mange pas.

    Il est végan.

    Son premier ouvrage, On this earth, a été préfacé par Jane Goodall.

    Un nouvel ouvrage présentant ses oeuvres vient tout juste de sortir : L'Afrique au crépuscule, Editions La Martinière (35 €).

    Son site : http://www.nickbrandt.com/

    http://taomugaia.canalblog.com/archives/2009/10/29/15604904.html

    nick-brandt6.jpg
  • "The Cove - La Baie de la Honte" : le massacre des dauphins au Japon

    the.jpg

    Après s'être fait connaître dans les années 60 par la série Flipper, l'ex-dresseur de dauphins Ric O'Barry entreprend de révéler, avec l'équipe de l'Oceanic Preservation Society, comment sont massacrés plus de 23 000 dauphins chaque année à Taiji, au Japon.

    The Cove, la Baie de la Honte sort au cinéma le 30 septembre prochain.

    Le film traite d'une baie d'une petite ville japonaise de Taiji où a lieu une sanglante pêche aux dauphins.

    Chaque année, pendant six mois, les plus beaux d'entre eux sont récupérés et revendu aux delphinariums pour 150 000 $.

    Quant aux autres, ils sont tués, dépecés, leur chair revendu aux restaurants...

    Un dauphin tué pour sa viande rapporte environ 600 $.

    Environ 23 000 dauphins sont ainsi massacrés chaque année en toute légalité.

    En effet, la chasse aux dauphins reste autorisée (la chasse à la baleine est interdite depuis 1986) car, bien que les dauphins et les baleines soient issues de la même famille animale, la Commission Baleinière Internationale refuse de protéger les "cétacés de petite taille".

    cove.jpg

    Découvrez la bande annonce de The Cove

    " Avec The Cove, on passe la barrière de l'inaccessible, si Le Grand Bleu était une fable, The Cove est un cauchemar...

    Les Japonais seront toujours mes amis mais les assassins toujours mes ennemis.

    La mer est meurtrie sur toute la surface du globe, le vivant souffre.

    Les espèces s'éteignent dans l'indifférence. [...]

    On ne peut plus fermer les yeux.

    Quelques ignobles font couler le sang des dauphins et c'est la nation nippone tout entière qui est salie.

    Plus que politique, The Cove est un film nécessaire, dans le sens où le monde doit savoir ", écrit Luc Besson sur le site français du film.

    En attendant de voir The Cove sur grand écran le 30 septembre prochain, n'hésitez pas à vous engager pour la cause des dauphins : http://www.takepart.com/thecove

    Pour plus d'informations sur le sujet et le film, rendez-vous sur le site officiel (en anglais).

    Sensibiliser le monde au terrible sort de ses animaux

    C'est la démarche du film pour lequel Ric O'Barry s'est heurté à l'hostilité de la police locale et des pêcheurs.

    Mais avec son équipe de choc composée de cadreurs et preneurs de sons sous-marins, océanographes et plongeurs en apnée, ils ont réussi à mener leur opération secrète et à rapporter des images interdites de la petite baie isolée...

    The Cove n'est pas un documentaire classique, c'est d'abord un film d'investigation journalistique.

    The Cove a remporté le Prix du Public au Festival de Sundance en 2009 puis le Prix du Public au Hot Docs Canadian International Documentary Festival, au Newport Beach Film Festival et au Seattle Internationnal Film Festival.

    Il a également été sélectionné pour le 35e Festival du cinéma américain de Deauville qui se déroule actuellement.

    604-125311183-650x0-1.jpg

    Elle sert non seulement pour la capture d'animaux vivants destinés aux parcs d'attraction marins et aquariums, mais aussi à la consommation de viande.

    Or cette viande contient de nombreux produits toxiques comme le mercure et des produits chimiques chlorés dangereux pour la santé.

    Dans les zones côtières, les dauphins sont capturés à l'aide de filets dérivants.

    Ils sont attirés dans des cages grâce à des explosions qui pertubent leur sonar et les font paniquer.

    Une fois piégés dans les filets, les vétérinaires et les dresseurs choisissent ceux qui peuvent être achetés (plus de la moitié des dauphins en captivité meurent avant deux ans).

    Les autres sont tués avec des lances, des couteaux et des crochets. Au large, on les tue plutôt avec des harpons.

    On trouve plusieurs espèces à Taiji ; les Tursiops, le dauphin bleu et blanc, le dauphin tacheté et le dauphin de Risso.

    On trouve aussi de fausses orques et des baleines pilotes.

    Nombreuses de ces espèces sont considérées en voie d'extinction.

    Une viande empoisonnée au mercure

    Certains échantillons de viande de dauphins ont montré des taux de mercure 1 000 fois supérieurs au maximum autorisé.

    Néanmoins, aucun cas d'empoisonnement lié à l'ingestion de viande dauphin n'a donné suite à une étude médicale.

    Dans The Cove on apprend que la viande de dauphin a été abusivement étiquetée comme de la viande de baleine, induisant le consommateur en erreur.

    En octobre 2208, suite au tournage de The Cove, la municipalité a retiré la viande de dauphin des repas destinés aux écoliers de Taiji.

    Les dauphins retrouvés morts en Australie l'année dernière ont subi de graves troubles neurologiques liés à l'empoissonnement au mercure.

    75 % de la présence de mercure chez l'être humain proviennent de la consommation de produits de la mer.

    Des échantillons d'eau prélevés en 2006 démontraient que la pollution des océans au mercure a augmenté de 30 % par rapport aux années 90.

    Une études des Nations Unies de 2003 démontre qu'en raison de l'utilisation d'énergies fossiles, comme le charbon, l'émission de mercure dans l'atmosphère augmente de 1,5 à 3 % par an.

    Emilie Villeneuve

    http://www.bioaddict.fr/article/the-cove-la-baie-de-la-honte-le-massacre-des-dauphins-presente-par-luc-besson-a212p1.html

  • Sexisme et misogynie dans le Mouvement (Gary Francione)

    Chers collègues,

    Depuis maintenant 20 ans, je soutiens qu’utiliser le sexisme et la misogynie soi-disant pour promouvoir les Droits des Animaux est une très mauvaise idée.

    Perpétuer la marchandisation des femmes est non seulement intrinsèquement immoral, mais ne fera rien pour changer les mentalités sociales relatives à la marchandisation des non-humains.

    Depuis des années PETA a fait différentes versions de la campagne “Je préfère être nue plutôt qu’en fourrure”.

    Et quel résultat cela a t-il donné ?

    L’industrie de la fourrure est plus forte aujourd’hui qu’elle ne l’a jamais été.

    Même ceux qui jadis allaient nus pour PETA se mettent à porter à nouveau de la fourrure.

    Je viens de voir une petite vidéo produite par Wakker Dier, qui signifie « Animal Awake », une association néerlandaise décrite comme une “copie de PETA Europe”.

    Wakker Dier a embauché la playmate néerlandaise et modèle fétiche Ancilla Tilia à jouer le rôle d’une strip-teaseuse qui se fait matraquer et dépouiller comme un animal.

    PETA a poussé ses campagnes sexistes plus loin avec des vidéos de nudité.

    Et maintenant nous voyons de la violence graphique pure et simple.

    Si vous pensez que tout cela va aider les gens à prendre conscience de l’exploitation animale, je suis respectueusement mais fermement en désaccord.

    Ces pitreries sont conçues comme rien de plus qu’un divertissement pour le mouvement, elles ne font rien pour convaincre le public de l’importance de la question de l’exploitation animale.

    Depuis le temps que je travaille sur le sujet des droits des animaux, personne n’est venu vers moi pour dire qu’il allait se pencher sur la question parce qu’il avait vu une femme nue dans une cage.

    En effet, c’est précisément le genre de choses qui fait que des personnes progressistes pensent que le mouvement des Droits des Animaux est une plaisanterie pathétique qu’il faut rejeter et ignorer.

    La marchandisation des non-humains est très similaire à la marchandisation des femmes.

    Mais la société n’a aucun problème avec la marchandisation des femmes.

    Au lieu de s’opposer au sexisme et la misogynie, une grande partie du mouvement en fait activement la promotion.

    Tant que nous continuerons à voir les femmes comme de la viande, nous ne verrons jamais  où est le problème d’utiliser les animaux comme de la viande.

    Je vous demande de réfléchir à cette question et d’envisager une opposition active au sexisme et la misogynie dans le mouvement.

    C’est intrinsèquement mauvais et ca ne fait rien, absolument rien pour aider les animaux.

    Gary L. Francione

    http://www.abolitionistapproach.com/fr/2009/09/15/sexisme-et-misogynie-dans-le-mouvement/

  • Parties de HOME : plus d’activisme non violent (Francione)

    http://lorenjy.files.wordpress.com/2009/06/home-film.jpg

    Chères collègues et chers collègues,

    La semaine dernière, j’ai blogué à propos de HOME, un documentaire extraordinaire portant sur la manière dont l’avidité humaine et le matérialisme détruisent notre planète.

    Bien que HOME était (et est toujours) disponible sur YouTube, il est aussi disponible sur support DVD dans la plupart des clubs vidéos.

    Pour l’avoir vu sur un écran d’ordinateur d’abord et sur le large écran d’une télévision ensuite, je peux vous assurer que l’expérience est qualitativement différente.

    HOME est esthétiquement magnifique lorsqu’il est diffusé sur l’écran 17 pouces d’un Mac.

    Mais lorsqu’il l’est sur un écran plat de 40 pouces, l’expérience est stupéfiante.

    Nous avons tenu deux « parties HOME ».

    Nous avons invité des petits groupes d’amis à se joindre à nous pour regarder le film, qui dure à peu près 90 minutes.

    Pendant le visionnement, nous avons offert une variété de bouchées véganes.

    Après cela, nous avons eu une discussion où, à tour de rôle, nous interprétions ce que nous venions de voir, partagions le message retenu et imaginions les différentes choses nous pouvons faire dans nos propres vies pour rendre notre passage sur cette planète un peu moins dommageable.

    Dans tous les cas, la discussion a glissé vers l’élevage ainsi que vers la relation générale entre le matérialisme et les violations des droits des humains et des nonhumains.

    Même si aucun de nos invités n’était végan avant de venir (plusieurs étaient végétariens), il est clair que le film et la discussion qui a suivi les a stimulés à réfléchir et je ne serais pas surpris d’apprendre que certains changements personnels profonds avaient été inspirés à l’occasion de ces réunions autour de HOME.

    Comme je l’ai mentionné dans mon premier billet, HOME ne véhicule pas un message explicitement pro-végan, mais il est difficile de ne pas comprendre que le véganisme est un message implicite, au moins pour des raisons écologiques, sinon pour des raisons directement associées à la valeur inhérente des animaux, sujet dont je parle dans mon travail portant sur l’éthique animale.

    À cet égard, une discussion après-film peut facilement se diriger vers la relation entre les préoccupations écologiques et celles qui touchent la valeur inhérente.

    Les opportunités de promouvoir l’éducation créative et non violente à propos du véganisme nous entourent. HOME a attiré plus de 1 million de spectateurs YouTube en une semaine.

    C’est un excellent moyen d’explorer plusieurs des sérieuses questions morales impliquant les humains et les nonhumains.

    Les réunions HOME peuvent constituer une bonne façon de faire découvrir à vos amis et à vos voisins la nourriture végane afin qu’ils puissent s’apercevoir qu’ils peuvent manger de manière non violente sans avoir à sacrifier le bon gout de leurs repas.

    Pensez à organiser une party HOME.

    Cela pourrait vous donner une bonne opportunité d’informer vos inviter, de participer à des discussions stimulantes et d’avoir du plaisir.

    Gary L. Francione

    http://www.abolitionistapproach.com/fr/2009/06/15/parties-de-home-plus-dactivisme-non-violent/

  • "Prendre soin de notre maison" (à propos de "Home") (Francione)

    http://lorenjy.files.wordpress.com/2009/06/home-film.jpg

    Chères collègues et chers collègues,

    Le vendredi 5 juin - le jour de l’environnement - un documentaire remarquable appelé HOME a été diffusé dans les salles de cinéma et à la télévision de plus de 50 pays, ainsi que sur internet.

    HOME est l’histoire de la Terre et de l’évolution de la vie sensible, sur la manière dont les êtres humains ont, dans une période de temps relativement courte, amené la planète au bord du désastre.

    Je vous recommande fortement de visionner ce documentaire, qui sera disponible jusqu’au 14 juin à l’adresse YouTube.

    Encouragez vos ami(e)s et votre famille à le voir.

    C’est gratuit et chaque seconde des 93 minutes que dure le film vaut la peine.

    La narration est intelligente et ceux qui en connaissent peu à propos de l’écologie en sortirons riches d’une expertise considérable.

    Ceux qui sont déjà instruits en sauront encore davantage.

    La photographie est absolument sensationnelle.

    Chaque plan représente une photo qui pourrait facilement être affichée sur l’un de vos murs.

    Et à l’égard de la question animale, HOME est largement meilleur que le documentaire de Al Gore, An Inconvenient Truth, ce qui était surprenant, considérant que les commanditaires de HOME produisent des produits animaux.

    Le film contient une critique explicite de l’agriculture intensive et une discussion à propos de l’inefficacité de notre utilisation des ressources (céréales, eau) pour la production de la viande.

    Bien que le film ne défende pas le véganisme en tant que tel, il s’agit pourtant là de la conclusion logique vers laquelle mène son message.

    Tel que je le soutiens depuis plus longtemps que ce dont je souhaite me souvenir, quiconque se soucie le moindrement de l’environnement doit devenir végan même s’il ou si elle ne se soucie pas des problèmes éthiques entourant l’exploitation animale.

    HOME est un signal d’alerte dont nous avons désespérément besoin.

    Nous, êtres humains, - spécialement ceux qui, parmi nous, vivent dans les nations riches et industrialisées - devons comprendre la pure insanité du style de vie que nous considérons comme « normal ».

    Regardez HOME.

    Gary L. Francione

    http://www.abolitionistapproach.com/fr/2009/06/08/prendre-soin-de-notre-maison/

  • Business : "Antichrist" - Lars von Trier fait son beurre du voyeurisme des foules

    http://www.celebrityzine.net/files/photos/lars-von-trier.jpg

    Comment faire du fric à notre époque ?

    C'est simple : en monnayant sa folie.

    En titillant le voyeurisme des foules en leur donnant en pâture tout ce qui les obsède : sexe, violence et glauquitude, le tout flanqué d'un titre aussi racoleur que possible.

    Or quel est le sésame de cette époque ?

    Antéchrist, bien sûr.

    Certains sont passés maîtres dans cet art... libéral.

    Lars von Trier en est un bon exemple, et il aurait tort de s'arrêter en si bon chemin : tout le monde suit, tout le monde applaudit, tout le monde se fait entuber dans les grandes largeurs par cet apôtre misogyne.

    C. Gainsbourg a beau prendre, en parlant d'Antichrist, des airs mystiques et inspirés (d'autant plus inspirés qu'il faut bien créer du mystère là où il n'y a rien, sinon les perversions, les obsessions et les divagations d'un esprit malade), Lars von Trier restera un truqueur et son film une daube supplémentaire dont se gargariseront les imbéciles et les voyeurs.

    L'Art, c'est faire émerger le sens du chaos.

    Lars von Trier n'est pas un producteur de sens, mais de chaos et de platitudes (la femme est la nature et la nature est le temple de Satan... quelle originalité), un "mad man" qui avalise le chaos et en entretient le mythe diabolique auprès d'un public lui-même égaré.

  • "The World Without Us (Homo Disparitus)" : le livre d'Alan Weisman intéresse la Fox

    http://www.yume.co.uk/wp-content/uploads/2008/12/world-without-us.jpg

    Un Monde sans humains pour la Fox

    La Fox vient d'acquérir les droits du documentaire d'adaptation cinématographique de The World Without Us (Homo Disparitus) pour en faire un long-métrage que pourrait réaliser Francis Lawrence (Je suis une légende), a annoncé The Hollywood Reporter.

    Après s'être intéressé au seul humain de la planète avec Je suis une légende, Francis Lawrence pourrait s'attaquer à l'absence totale de l'humanité avec l'adaptation de The World Without Us (Homo Disparitus) d'Alan Weisman.

    Ce documentaire (il ne s'agit pas d'une ouvre de fiction mais d'un essai) est disponible en France chez Flammarion.

    En voici la présentation de l'éditeur :

    La nature reprendrait- elle ses droits ? Combien faudrait-il d'années au clin pour retrouver son niveau d'avant l'âge industriel ? Qu'adviendrait- il des réacteurs de nos centrales ? Quels animaux prospéreraient et quelles race s'éteindraient ?...

    Ces questions, et beaucoup d'autres - des plus sérieuses aux plus saugrenues -, sont celles que le journaliste Alan Weisman plusieurs fois primé pour ses reportages (The New York Times Magazine The Atlantic Monthly, Discover), nous invite à explorer.

    Parcourant les cinq continents, convoquant de nombreux experts - climatologue botanistes, spécialistes de l'écologie, architectes, géographes... - il nous offre ici un passionnant reportage - où la réalité dépasse la (science) fiction.

    La Fox, attirée par l'idée de départ, ne compte pas en faire un documentaire.

    Le film pourrait par exemple montrer comment l'humanité a disparu de la surface du globe.

    Le studio espère pouvoir confier l'écriture du scénario à Mark Protosevich (The Cell, Thor, Je suis une légende) avant que celui-ci s'attaque à Old Boy que devrait réaliser Steven Spielberg.

    Et si l'humanité disparaissait du jour au lendemain, quelles traces laisserions- nous ?

    Alan Weisman décrit la désintégration progressive des restes de notre civilisation.

    Le plus durable n'est pas le plus évident.

    Et on ne le devinera pas sans de gros efforts de perspective historique.

    Homo disparitus frappe plus que le titre original (Le monde sans nous) mais relève du mensonge : dans le monde que décrit l'essai d'Alan Weisman, il ne reste aucun membre du groupe homo.

    La cause possible de notre anéantissement soudain n'est pas creusée et reste en exercice au lecteur, il suffit que l'apocalypse nucléaire ne vitrifie pas la planète.

    La disparition des traces de l'homme progresse crescendo : si le chapitre 2 s'étend sur la décrépitude en quelques décennies de simples maisons sous le coup des cycles gel-dégel, des spores, et d'entreprenantes racines, l'effondrement rapide d'un New York tributaire des pompes qui protègent son sous-sol suit vite.

    Un passage sur les masses monstrueuses de plastique non biodégradables que nous laisserons derrière nous précède un résumé assez apocalyptique de ce qui attend la ribambelle de barrages, raffineries et centrales nucléaires réparties sur la planète.

    Le final s'étend sur ce qui témoignera le plus longtemps de notre civilisation : des statues de bronze parfois déjà millénaires, des grottes et tunnels, les montagnes que nous avons façonnées (mont Rushmore ou collines décapitées pour leur charbon), les ondes et quelques sondes qui ont quitté la Terre voire le Système solaire.

    Mais la description jouissivement morbide de la déliquescence de notre civilisation est une partie relativement maigre.

    La perspective historique semble plus lourde au premier abord : Weisman s'étend longtemps sur la conquête de l'Amérique par l'homme, l'écosystème de Manhattan avant la ville, les troglodytes turcs, l'histoire des engrais, celle du canal de Panama, l'effondrement de la civilisation maya, les avicides perpétrés plus ou moins volontairement par l'homme par sa seule présence, etc.

    Cependant, ce n'est pas vain, le passé nous renseigne sur ce que sera le futur.

    En effet, des villages abandonnés retournés à la forêt primitive existent déjà : j'ai bien aimé le passage où un pommier au sein d'une forêt de chênes indique une ancienne habitation proche avalée par la forêt en quelques siècles ; après tant de temps il ne restera d'ailleurs de villes entières que les bouches d'incendie en fonte et des canettes d'aluminium.

    Nous pouvons même étudier en temps réel la déliquescence de Pripiat la radioactive ou de Varosha à Chypre, deux cités fantôme encore debout mais où le travail de sape végétal a commencé.

    Une autre leçon du passé est la description comparée de l'action de l'homme préhistorique en Amérique (où la mégafaune a disparu) et en Afrique (où l'homme cohabite avec l'éléphant), obtenant des paysages très différents au final.

    Si le super-prédateur qu'est l'homme disparaît, le paysage changera à nouveau, même dans les contrées encore rurales.

    (Voir comme exemple la réintroduction du loup dans le parc de Yellowstone qui en a modifié paysage et écosystème.)

    La question de ce qui restera après nous pose immédiatement celle de ce qui est déjà détruit ou en voie de l'être, ou des destructions visibles que laissera notre civilisation.

    Un des passages les plus effrayants, car décrivant une catastrophe en cours concerne le plastique : il se fragmente mais les bactéries sont encore incapables de le dégrader, et ses morceaux de plus en plus minuscules finissent par étouffer des espèces de plus en plus
    petites.

    L'océan est un vaste dépotoir où flotte des millions de sacs, bouteilles.. . jamais dégradés.

    Moins tragique, Weisman évoque les espèces animales qui nous regretteront : nos parasites (poux...), les cafards qui ne passeront plus d'hiver au chaud, les rats qui n'auront plus nos déchets, et devront se battre avec tous les chats redevenus sauvages...

    Le signet fourni avec le livre contient une échelle temporelle égrenant la disparition de nos traces :

    a.. 2 jours après la disparition : sans stations de pompage, l'eau commence à saper New York par son métro ;

    b.. à 7 jours, l'arrêt de nombre de génératrices de secours dans diverses centrales et installations chimiques fait débuter les feux d'artifices nucléaires et les pollutions massives ;

    c.. dans les décennies qui suivent, les immeubles sans entretien ni chauffage disparaissent sous les assauts de la végétation, les mouvements du sol, les cycles gel-dégel ; les légumes et plantes que nous connaissons redeviennent sauvage ;

    d.. au bout de quelques siècles, les ponts les plus solides ont trop rouillé pour tenir (les plus récents et « optimisés » s'effondrent les premiers), les barrages cèdent tous, les fleuves retrouvent leur cours naturel, des deltas se remplissent ; les forêts ont effacé la présence humaine dans la plupart des endroits ;

    e.. les millénaires suivants éradiquent les traces visibles au-dessus du sol (notamment si les glaciations reviennent et broient tout) ;

    f.. après 100 000 ans, le CO2 que nous avons injecté dans l'atmosphère aura enfin été digéré par Gaïa ;

    g.. dans le million d'années qui suit devraient disparaître le plutonium et le plastique digéré (enfin) par les microbes ;

    En dernier recours, notre civilisation laissera un joli stock d'uranium 238 qui sera encore là quand la Terre disparaîtra, et pas mal de saletés genre PCB ou objets en fonte ou bronze qui se retrouveront peu à peu compressés dans des strates géologiques.

    http://www.fantasy.fr/articles/view/9055/un-monde-sans-humains-pour-la-fox

    http://img.dailymail.co.uk/i/pix/2007/07_01/treesDM_468x461.jpg

  • Brandon Walters : hommage au jeune héros d'"Australia"

    L'image “http://cache.gawker.com/assets/images/defamer/2008/11/brandon_walters.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

    Brandon Walters (né en 1995) est un jeune acteur aborigène australien qui a joué le rôle de Nullah dans le film Australia en 2008.

    Né de parents aborigènes, Janie et Paul[1], il a grandi dans une communauté autochtone près de Broome, en Australie-Occidentale[2].

    On lui a découvert une leucémie à l'âge de six ans, qui a pu être guérie après avoir passé un an dans un hôpital de Perth en 2003[3].

    Le réalisateur australien Baz Luhrmann était à la recherche d'un jeune garçon autochtone pour tenir le rôle de "Nullah" pendant plus de douze mois lorsque l'un des directeurs de casting du film a vu Walters avec son père à une piscine de Broome en 2007[2]; Walters avait également répondu à un appel radio recherchant des candidats pour les auditionner[4].

    Il reçut ensuite une lettre de Luhrmann disant qu'il l'intéressait énormément.

    Walters, qui n'avait jamais quitté l'Australie-Occidentale[3], et un groupe de garçons qui avaient été auditionnés pour le rôle ont été invités à Sydney, en Nouvelle-Galles du Sud pour faire des castings à la Fox Studios Australia[4].

    Sa famille et lui campaient avec Luhrmann à la Eighty Mile Beach à Broome quand Walters reçut le rôle et fut engagé pour le film[4],[5].

    Quand il rejoignit le reste des acteurs, il n'avait jamais entendu parler de Nicole Kidman ou de Hugh Jackman, les acteurs principaux du film[2].

    Walters avait vu seulement quelques films, mais selon Luhrmann il avait "l'essence d'un acteur"[3],[4].

    Bien que Kidman et Walters aient été intimidés lors de leur première rencontre, Nicole Kidman déclara qu'ils s'étaient mieux compris progressivement pendant le tournage du film et dit :

    "J'ai besoin de le protéger ... [et] si le film marche vraiment bien il va avoir besoin de beaucoup de protection"[1].

    Luhrmann et Kidman ont mis en place un Fonds d'affectation spéciale pour garantir l'avenir de Walters[6].

    Luhrmann, qui a également visionné Walters dans un film pour une campagne de publicité sur l'Australie, a affirmé :

    "Notre prochaine star fait environ quatre pieds de haut, a de longs cheveux d'or et est un garçon autochtone." [7].

    Références [modifier]

    1. a et b Sophie Tedmanson, « Brandon Walters - the real star of Australia [archive] », 18 novembre 2008, The Times. Consulté le 22 11 2008
    2. a , b et c Christine Sams, « New face of Australia [archive] », 27 mai 2007, The Sydney Morning Herald. Consulté le 22 11 2008
    3. a , b et c Katie Hampson, « Broome boy rides high in Aussie blockbuster [archive] », 18 avril 2007, The West Australian. Consulté le 22 11 2008
    4. a , b , c et d ‘AUSTRALIA’ welcomes BRANDON WALTERS [archive], 18 avril 2007, Bazmark Film II. Consulté le 22 11 2008
    5. Vanessa Mills, « Broome boy lands lead role in movie with Nicole [archive] », 17 avril 2007, Australian Broadcasting Corporation. Consulté le 22 11 2008
    6. Belinda Goldsmith, « Brandon Walters - the real star of Australia [archive] », 18 novembre 2008, Reuters. Consulté le 22 11 2008
    7. Baz Luhrmann tips big things for Australia star Brandon Walters [archive], 9 octobre 2008, Herald Sun. Consulté le 22 11 2008
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Brandon_Walters
  • Vidéo "La Bonne science contre la mauvaise science" (André Ménache)

    http://www.freewebs.com/queenofpandas/save1.gif

    La version sous-titrée en français de la vidéo (8 minutes) d'André Ménache sur la « Bonne science contre la mauvaise science » peut être visionnée en cliquant sur le lien : http://animal- tv.org/html/ english/movie_ good_bad_ science_French. html

    Un précieux argumentaire à caractère scientifique à assimiler et à utiliser lors de vos discussions et débats sur l'expérimentation animale.

    A faire circuler à tous vos contacts et carnets d'adresses.

    Tous ensemble, éradiquons le fléau de la vivisection.

    www.international-campaigns.org pour les droits des animaux