Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Féminisme

  • Pamela Anderson a pour ami un proxénète allemand qui porte de la fourrure

    3,w=993,q=high,c=0.bild.jpg

    Pamela Anderson (dont on m'apprend à l'instant qu'elle a récemment porté des chaussures YSL en cuir de veau : http://www.jeanmarcmorandini.com/article-385454-revelation-pamela-anderson-multiplie-les-exigences-vegan-lors-de-son-passage-dans-quotidien-mais-vient-avec-des-escarpins-en-cuir-de-veau.html) a pour ami un proxénète allemand multi-condamné pour trafics d'êtres humains et blanchiment d'argent, du nom de Marcus von Anhalt.
    Ce triste sire porte aussi manifestement de la fourrure.
     
     
    "Il y a la chaîne [de bordels] du flamboyant « prince » de Anhalt qui possède plus de 20 bordels et strip clubs, où plus de 1 000 femmes « travaillent » pour lui. Bien sûr, il a été arrêté pour fraude fiscale, blanchiment d’argent et trafic d’êtres humains et a fait 4 ans de prison. 
     
    On peut voir des photos de lui dans la presse de caniveau allemande, souriant aux côtés de son amie Pamela Anderson, figure de proue du mouvement animaliste, qui vient en Allemagne pour l’inauguration des nouveaux établissements de son ami Marcus." 
     
    Mon tweet à Pamela Anderson :
     
    "@pamfoundation, you can't promote animal rights if you are the friend of @prinzvonanhalt who exploits women in prostitution (and wears fur). If you are antispecist, you are necessarily against sexism and racism too, and vice versa."

    anhalt.jpg

  • LA question la plus cruciale, et aussi la plus taboue : pourquoi les hommes sont-ils sadiques ?

     

    brett-kavanaugh-christine-blasey-ford.jpg

    Brett Kavanaugh et Christine Blasey Ford

    Que faudra-t-il qu’il arrive pour qu’on parle franchement de la source du sadisme des hommes ?

    Le sadisme des hommes est soit inné, soit appris. S’il est appris, c’est un problème auquel on peut s’attaquer.

    Le 6 octobre 2018 par MEGHAN MURPHY (traduit par Pauline Cyr)

     

    Bonjour et bienvenue à l’édition de cette semaine sur Qu’est-ce qui peut bien clocher à ce point chez les hommes?

    Je dois vous avertir que je n’aurai probablement pas de réponse à la fin de cette enquête, mais peut-être qu’un généreux confrère se sentira inspiré à éclairer notre pauvre lanterne.

    Je suis, bien sûr, hors de mon domaine d’expertise, car je n’ai jamais joui en suffoquant un homme avec mon vagin, et je n’ai jamais rêvé non plus d’inviter un groupe de copines à venir torturer avec moi un homme jusqu’à ce qu’il pleure ou qu’il vomisse, tout en me masturbant et en le traitant de sale chien. Je n’ai jamais poussé un homme saoul dans une chambre, verrouillé la porte, et couvert sa bouche pour l’empêcher de respirer ou de crier, pour ensuite le baiser devant une copine en rigolant.

    Vous me trouverez peut-être coincée, mais faire mal à d’autres personnes ne m’excite pas. L’idée d’étrangler ou de torturer quelqu’un ne m’excite pas: ça me rend malade. Cela ressemble à quelque chose qu’on ferait à quelqu’un qu’on déteste, pas à quelqu’un qu’on désire. Et qui veut avoir des relations sexuelles avec une personne qu’on déteste?

    Oh? Ah bon…

    Le 8 août 2017, Justin Schneider a offert à une femme de l’emmener chez son copain à elle, en insistant qu’il le connaissait. Mais il l’a conduite ailleurs, puis a arrêté la voiture et lui a demandé de sortir. Alors qu’elle s’éloignait, il l’a attaquée par-derrière et lui a dit qu’elle allait mourir, avant de l’étrangler jusqu’à ce qu’elle perde connaissance. Lorsque sa victime de 25 ans a repris connaissance, Schneider venait de se masturber et d’éjaculer sur elle. Il refermait sa braguette. Il lui a donné un mouchoir en lui disant : « Je ne vais pas réellement te tuer, j’ai dû te faire croire que tu allais mourir pour pouvoir jouir. »

    Cet homme de 34 ans n’a pas reçu de peine d’emprisonnement, mais son année de détention à domicile lui a donné une chance de « travailler sur lui-même et de devenir une meilleure personne, un meilleur mari et un meilleur père ».

    Bravo pour lui. Super.

    Pour éviter tout malentendu, je dois préciser que je crois en la réhabilitation. Je crois que les gens peuvent changer. Je ne crois pas que la prison réhabilite les gens. Mais je sais aussi qu’il y a énormément d’hommes sadiques dans ce monde, et c’est terrifiant. Je ne crois pas du tout qu’une année de détention à domicile a guéri cet homme de ses désirs sadiques, et je pense que maintenant, comme d’habitude, d’autres femmes courent le danger d’être victimes de cet homme. Et je pense que suffisamment de femmes ont subi des épreuves semblables à celle de la victime de Schneider – et bien pire – et qu’il est temps de commencer à examiner les causes profondes de ce problème au lieu d’accorder aux hommes des peines ridicules après le fait, en leur permettant de continuer à fonctionner comme ils l’ont toujours fait, mais peut-être un peu plus discrètement.

    Il me semble évident que, dans une société qui tolère le sadisme comme une fantaisie sexuelle saine, les hommes voudront réaliser ces fantasmes. Je trouve choquant que tout le monde considère la strangulation comme une façon amusante et inoffensive de pimenter les choses dans la chambre à coucher, mais aussi que personne ne s’attende à ce qu’un homme se masturbe en étranglant une femme.

    Et je sais, oui je sais. Je sais ce que vous allez me dire : Le consentement, Meghan… C’est le consentement qui fait la différence. Mais je ne parle pas ici de ce que les femmes veulent (ou de ce qu’elles disent qu’elles veulent, parce qu’elles savent que cela fait bander les hommes). Je parle de ce que les hommes veulent. Parce que même si un homme me demandait de l’étrangler jusqu’à ce qu’il perde connaissance, je ne le ferais pas. Et même si je le faisais, sous quelque prétexte, comme de l’aimer au point que je veuille lui plaire en l’étranglant jusqu’à ce qu’il perde connaissance, parce que pour lui, je ferais n’importe quoi, cela ne me ferait pas jouir.

    La semaine dernière, nous avons entendu Dre Christine Blasey Ford expliquer que ce qui l’a le plus marquée, cette nuit-là, il y a 36 ans, lorsque Brett Kavanaugh l’a agressée sexuellement, c’était le rire : « Le rire éclatant des deux gars » a-t-elle dit de sa voix brisée, « et le fait qu’ils s’amusaient à mes dépens… J’étais sous l’un d’eux, et ils riaient. »

    J’ai beaucoup de souvenirs de jeunes hommes comme ces deux-là, qui ont fait des choses semblables à mes amies, ou qui ont essayé de me les faire à moi. D’une façon ou d’une autre, j’ai réussi à m’échapper de situations semblables, en pleurant et traumatisée, mais seulement de m’être faite traiter de « salope », de « putain », de « chienne », parce que je j’avais refusé de me plier au scénario prévu. J’ai eu beaucoup de chance dans de nombreuses situations qui auraient pu tourner extrêmement mal. Beaucoup de femmes que je connais n’ont pas eu cette chance. Ce que je veux dire, c’est que les hommes de ce genre ne sont pas particulièrement hors de l’ordinaire, même s’il y a de nombreux niveaux aux actes sadiques que différents hommes veulent infliger aux femmes et leur infligent.

    Le 9 juin 2017, Yingying Zhang, chercheuse chinoise invitée aux États-Unis, est montée dans une voiture avec Brendt Christensen à l’Université de l’Illinois, au campus Urbana-Champaign. Christensen a emmené Zhang jusqu’à son appartement où il l’a séquestrée, sans doute agressée sexuellement et torturée de diverses façons, avant de l’assassiner (son corps n’a toujours pas été retrouvé). Christensen est un ancien étudiant au doctorat, inscrit à l’université de Zhang. Il s’est servi du site Fetlife, un « réseau social de la communauté des BDSM, fétichistes et pervers », pour accéder au forum « Enlèvement 101 », qui comprend des sous-titres comme « Fantasme de l’enlèvement parfait » et « Planifier un enlèvement ». Des procureurs à son procès ont révélé que Christensen avait « étranglé et agressé sexuellement » une autre victime en 2013, en Illinois, et déclaré avoir fait « d’autres victimes », et exprimé sa volonté d’être « connu en tant que tueur ». C’était réellement un de ses fantasmes, qu’il a pu entretenir et planifier grâce à des sites BDSM. Christensen était marié et semblait, aux dires de tous, être un homme tout à fait normal. Il était aimé de ses élèves (Christensen a été maître de recherches à la faculté de Physique, lors de ses études post-graduées).

    Peter Masden participait régulièrement à des partys « fétiches ». Il a lui-même figuré dans deux films pornos, et aimait la pornographie violente de type « snuff ». Le jour où il a rencontré la journaliste Kim Wall à Copenhague, qu’il a tuée à bord de son sous-marin en août 2017, Masden a fait une recherche sur Internetavec les mots beheaded girl agony (agonie d’une fille décapitée), et il a regardé un film sur une femme à qui l’on tranchait la gorge. On a trouvé dans son ordinateur des vidéos de femmes torturées et exécutées en direct. L’homme de 47 ans a ligoté Kim Wall et l’a agressée sexuellement avant de la tuer et de démembrer son cadavre. Madsen a été accusé de « relations sexuelles autres que la pénétration vaginale d’un caractère particulièrement dangereux » après qu’on ait découvert des blessures faites au poignard dans et autour des organes génitaux de Kim Wall.

    Il y a beaucoup d’autres récits concernant des hommes comme ceux-là. Il y a les Jian Ghomeshi, qui ne veulent peut-être pas aller jusqu’à tuer quelqu’un, mais veulent simplement avoir le plaisir de frapper une femme à la tête pendant qu’elle leur fait une fellation. Il y a d’innombrables jeunes hommes qui violent des femmes en groupe lors d’un party, parce qu’en fin de compte, c’est un party! Et puis il y a tous les hommes qui regardent tout simplement ce genre de chose sur Internet en se masturbant, et qui suggèrent peut-être très poliment à leurs copines d’intégrer ces « perversions inoffensives » à leur répertoire sexuel. Il y a tellement d’hommes qui trouvent amusant de faire mal à des femmes. C’est une blague. C’est un divertissement, ou c’est sexy.

    Où se situe la limite? À quel moment déclarons-nous qu’il est acceptable ou inacceptable qu’un homme rêve de faire mal à des femmes? Lorsqu’il réalise son fantasme? Lorsqu’il se masturbe en regardant des femmes se faire agresser ou humilier sur Internet? Lorsqu’il est trop tard?

    Et d’où viennent ces désirs? Pourquoi tant d’hommes veulent-ils faire mal aux femmes – pourquoi faire mal aux femmes les fait-il bander?

    Je suppose que certains de ces hommes ont eux-mêmes été victimes d’agressions, peut-être sexuelles. Mais ils ont fort probablement, pour la plupart, souffert ces agressions aux mains d’autres hommes. Et beaucoup d’entre eux, bien sûr, n’ont pas subi d’agressions sexuelles – ils n’ont pas été étranglés en se faisant baiser, n’ont pas été étouffés par une queue dans la gorge, n’ont pas été traités de pute ou de chienne en étant pénétrés dans le cul et la gorge en même temps. Il y a une raison pour laquelle les hommes font cela aux femmes. Ce n’est pas parce que les femmes le méritent, ni parce que les femmes le leur ont fait et qu’ils veulent maintenant se venger.

    Beaucoup de gens trouvent difficile d’expliquer ou de constater la misogynie. Cependant, quand on réfléchit à de tels crimes et qu’on cherche leur justification, cela cesse d’être difficile.

    Il y a quelque chose d’inquiétant dans notre peu de préoccupation envers ces comportements et envers la quantité d’hommes qui les adoptent, sous différentes formes. Soit que nous admettons toutes et tous qu’il y a quelque chose d’inné chez les hommes qui les incite à jouir de la torture, et dans ce cas, que doit-on faire des hommes? Soit que nous reconnaissons que ce comportement est surtout appris, et dans ce cas, nous pouvons y mettre fin. Il ne peut pas y avoir autant de psychopathes de naissance dans ce monde. (Et s’il y en a autant, pourquoi sont-ils presque tous des hommes, et presque jamais des femmes?) Et considérant les hommes non psychopathes que nous aimons et avec lesquels nous vivons – ceux qui sont « bons », et qui ne se masturbent pas sur des femmes qu’ils étranglent dans la rue jusqu’à l’inconscience – des hommes qui sont eux aussi excités à l’idée qu’ils pourraient tuer leur copine s’ils le voulaient et qui nous le disent, mais choisissent de ne pas le faire, et trouvent que ce sentiment de puissance en étranglant juste un peu leur copine constitue une perversion inoffensive, alors nous devons reconnaître que ce problème de violence et de domination sexualisées n’est pas seulement un problème de pervers et de « cas psychiatriques ».

    Dans la pornographie et dans la « vraie vie », des hommes veulent nous étrangler, éjaculer dans nos yeux, nous pénétrer jusqu’à nous faire étouffer, pleurer ou vomir – jusqu’à nous tuer peut-être aussi – et peut-être rire tout en le faisant (« Oh, tu ne peux plus respirer? Mais regarde comme ma queue est dure! »), mais ils n’arrivent pas à comprendre pourquoi les féministes protestent! C’est comme s’ils croyaient que les femmes ne voient pas ce qu’ils regardent, ce qu’ils font et ce qu’ils demandent au lit. Mais bien sûr, nous le voyons. Nous le savons toutes. Seulement, la plupart d’entre nous ne veulent pas en parler. C’est trop dur de reconnaître ce problème, et c’est trop dur d’y faire face lorsque nous le faisons. Allons-nous quitter ces hommes? Désespérer d’eux comme étant mauvais et incorrigibles? Allons-nous leur parler et essayer de leur expliquer les torts causés par leurs habitudes pornographiques ou sexuelles? Je n’ai pas de réponse assurée à ces questions. Mais je sais au moins qu’il nous faut commencer à en parler, et dire que cela n’est pas normal, que ce n’est pas acceptable, et que ce n’est certainement pas inoffensif.

    Nous pouvons continuer à trouver des excuses, à fermer les yeux, ou à crier : « Ne viens pas contrôler ma sexualité, espèce de sainte-Nitouche! » chaque fois que des féministes suggèrent que, peut-être, le fait de transformer la violence en source d’excitation pourrait inciter les hommes à être excités par la violence. Ou nous pouvons commencer à parler franchement. Étant donné les conséquences, ça semble en valoir la peine.

    Version originale, suivie d’une centaine de commentaires : https://www.feministcurrent.com/2018/10/06/will-take-honest-conversation-root-mens-sadism/

    On trouvera beaucoup d’autres textes de Meghan Murphy sur d’autres pages de TRADFEM.

    photo Meghan C-16Meghan Murphy est écrivaine et journaliste autonome, secrétaire de rédaction du soir pour le site rabble.ca, et fondatrice et directrice du site Feminist Current. Elle a obtenu une maîtrise au département d’Études sur les femmes, le genre et la sexualité de l’Université Simon Fraser en 2012.
    Meghan a commencé sa carrière radiophonique en 2007, dans une caravane installée au milieu d’un champ de moutons. Son émission s’appelait « The F Word » et était diffusée à partir d’une toute petite île au large des côtes de la Colombie-Britannique. Elle a pleinement profité de la liberté que lui laissait cette radio pirate  : buvant de la bière à l’antenne, lisant des passages d’Andrea Dworkin, et passant du Biggie Smalls. Elle est revenue à Vancouver, où elle a rejoint l’émission de radio elle aussi nommée, coïncidence, « The F Word », qu’elle a produite et animée jusqu’en 2012. Le podcast de Feminist Current est le projet « radio » actuel de Meghan, une façon de communiquer une analyse critique féministe progressiste à quiconque s’y intéresse. Feminist Current est une émission syndiquée à Pacifica Radio et hébergée par le réseau de podcasts Rabble.
    Meghan blogue sur le féminisme depuis 2010. Elle n’hésite pas à penser à contre-courant et a été la première à publier une critique des défilés Slutwalk, en 2011. C’est l’une des rares blogueuses populaires à développer en public une critique à la fois féministe radicale et socialiste de l’industrie du sexe. Les critiques adressées par Meghan au #twitterfeminism, à la mode du burlesque, à l’auto-objectivation des selfies, et au féminisme du libre choix lui ont valu une foule d’éloges et d’attaques, mais surtout une reconnaissance comme écrivaine qui n’a pas peur de dire quelque chose de différent, en dépit de ce que le féminisme populaire et les grands médias décrètent comme ligne du parti.
    Vous pouvez trouver ses écrits en version originale dans les médias TruthdigThe Globe and MailGeorgia StraightAl JazeeraMs. MagazineAlterNetHerizonsThe TyeeMegaphone MagazineGoodNational PostVerily MagazineRavishlyrabble.caxoJaneViceThe Vancouver Observer et New Statesman. Meghan a également participé à l’anthologie Freedom Fallacy : The Limits of Liberal Feminism.
    Elle a été interviewée par Radio-Canada, Sun News, The Big Picture avec Thom Hartmann, BBC Radio 5, et Al Jazeera, ainsi que dans de nombreux autres médias.
    Isabelle Alonso a publié une interview d’elle sur son blog.
    Vous pouvez la suivre sur Twitter @MeghanEMurphy.
     

    Source : https://tradfem.wordpress.com/2018/10/08/que-faudra-t-il-quil-arrive-pour-quon-parle-franchement-de-la-source-du-sadisme-des-hommes/

  • "Dictionnaire Colette" (éditions Classiques Garnier)

    GydMS01b.png

    Parution ce 4 octobre aux éditions Classiques Garnier du Dictionnaire Colette à la rédaction duquel j'ai eu, comme d'autres, tant de plaisir à participer.

    Il rend compte du profond renouvellement des études consacrées à l’écrivaine, notamment sur le chapitre de la question animale qui bien sûr a été mon sujet d'élection.

    Colette se révèle en effet antispéciste avant l'heure, considérant les animaux comme des égaux, des personnes à part entière. Elle les a d'ailleurs expressément préférés aux humains en vertu d'une saine misanthropie, et s'identifiait à eux.

    Ce Dictionnaire est un magnifique hommage à ce monument de la littérature française, à cette styliste incomparable qui serait probablement végane si elle avait vécu à notre époque.

     

    https://classiques-garnier.com/dictionnaire-colette.html

  • La citation du jour : John Stoltenberg

    quote-pornography-tells-lies-about-women-but-pornography-tells-the-truth-about-men-john-stoltenberg-68-8-0866.jpg

     

    "La pornographie raconte des mensonges sur les femmes. Mais elle dit la vérité sur les hommes."

     

     John Stoltenberg

  • La citation du jour : Julia Kristeva

    4915.jpg

     
    « C'est un "penchant au meurtre, une indéracinable 'pulsion de mort' dans ce qu'elle a de plus archaïque, à savoir la dévoration" qui caractérise l'alimentation carnée. 
     
    Le concept forgé par Derrida de "carno-phallogocentrisme" pour parler d'une "virilité carnivore", désigne avec force l'indissociabilité des liens entre la carnivoréité, le discours et le masculin, c'est-à-dire aussi le sujet tel qu'il est défini par la métaphysique. 
     
    En tant que tel, ce concept peut constituer une grille de lecture pour ce passage de la Genèse qui voit dans le meurtre de l'animal un moment fondateur d'une humanité au sein de laquelle un double clivage homme/femme et homme/ animal se forme. »
     
    Julia Kristeva, Pouvoirs de l'horreur (1980)
  • Le chiffre du jour

    metoo.jpg

     

    Piqûre de rappel pour tous les misogynes qui se régalent de l'affaire Asia Argento/Jimmy Bennett : 96 % des auteurs présumés d'infractions sexuelles sont de sexe masculin.

     

    Ce sont les statistiques officielles du Québec (2014) mais c'est partout pareil.

     

    http://www.agressionssexuelles.gouv.qc.ca/fr/mieux-comprendre/statistiques.php

  • La citation du jour : Michèle Sarde

    maxresdefault.jpg

     

    "Pour les hommes les animaux sont restés longtemps des repoussoirs, des sujets de réflexion philosophique et des cobayes. Ils les ont domptés, enchaînés, apprivoisés ou envoyés au cirque ; ils se sont posé le problème de leur âme et de leur place au paradis. Ils ont médité sur les animaux-machines, puis ils ont étudié leurs moeurs pour en tirer des conclusions scientifiques ou philosophiques concernant le langage, les acquisitions sociales ou la communication, ils se sont servis d'eux et continuent à les expérimenter en médecine ou en psychiatrie.

     

    Mais les femmes, elles, depuis toujours se sont occupées des animaux comme elles se sont occupées des enfants. Ce qui prédispose à une autre espèce de connaissance, la connaissance inexacte de l'amour."

     

    Michèle Sarde, Colette, libre et entravée (1978)

  • “Hugh Hefner n’a pas normalisé le sexe, il a normalisé la misogynie” (par Meghan Murphy)

    HH.jpg

    Hef ne devrait pas laisser le souvenir d’un combattant libertaire. Mais bien celui d’un escroc de proportions épiques.

     

    par MEGHAN MURPHY, sur FeministCurrent.com, le 28 septembre 2017

     

    Hefner

     

    Le véritable monarque de la culture porno est mort mercredi dernier et, alors que des milliers de personnes ont crié « Enfin ! » et « Bon débarras! », beaucoup d’autres se sont lancées dans de sombres panégyriques, en parlant d’Hugh Hefner comme d’un « révolutionnaire » et d’un visionnaire.

     

    Et à certains égards, il l’était.

     

    Le vieux ‘Hef envisageait un monde où le porno était totalement banalisé – plutôt que quelque chose de honteux que des hommes utilisaient seuls chez eux ou dans des cabines privées de sex shop, hantées par le sperme d’antan, mais quelque chose qui n’était qu’un élément normal de la société. Il rêvait en effet de la culture pornographique ; et il l’a effectivement instaurée.

     

    Hefner avait une opinion plus élevée de lui-même que peut-être n’importe qui d’autre. Pour m’être imposé le pénible visionnement de sa série filmique de 2017, American Playboy: The Hugh Hefner Story, un hommage à Hef de Hef, il m’est devenu évident que cet homme a très délibérément conçu le récit que l’Amérique en viendrait à tenir à son sujet : celui d’un croisé, un rebelle, un simple homme humble qui voulait mener le bon combat contre la répression sexuelle et libérer la population américaine des croisés moraux pour qui le sexe était une mauvaise chose. Hefner a constamment fait valoir que son objectif, avec la revue Playboy, était de convaincre les États-Unis que le sexe était « normal » et d’« amener le sexe au grand public ». Mais non seulement n’y a-t-il pas réussi, mais il n’a même pas essayé.

     

    En regardant la série American Playboy, en écoutant les histoires racontées par Hef sur lui-même, je me suis rendue compte que Hefner était en grande partie responsable du mensonge selon lequel la chosification sexuelle équivaut au sexe. Il ne s’intéressait aucunement à une normalisation de la sexualité réelle, mais voulait plutôt normaliser le regard masculin et la perception masculine des femmes comme de jolis objets à regarder. Playboy n’a jamais été à propos du « sexe », mais bien à propos de fantasmes masculins.

     

    Le numéro inaugural de la revue Playboy, en 1953, contenait des photos de Marilyn Monroe nue, photos dont Hefner avait acheté les droits sans prendre la peine de demander à Monroe l’autorisation de les utiliser. Peu importe. Pour Hef le révolutionnaire, le « sexe » était une chose qui arrivait aux femmes, pour divertir les hommes. De fait, le « sexe » résultant des photos nues publiées par Playboy était unilatéral. Après avoir utilisé Monroe pour vendre des dizaines de milliers d’exemplaires de la revue, Hef a décidé qu’il voulait mettre en vedette des femmes du genre « jolie voisine » ; il s’est donc mis à les détourner de leurs emplois de bureau pour faire d’elles la « Playmate du mois ». Encore une fois, il s’est lui-même félicité de cette approche révolutionnaire de la chosification, qualifiant ces femmes d’éminemment accessibles (et certainement moins coûteuses que des modèles professionnelles). Elles n’avaient pas l’aspect intimidant des modèles et des célébrités sur lesquelles les hommes étaient habitués à fantasmer – c’étaient des femmes que tout homme pouvait s’approprier.

     

    Cette notion, lancée par Hefner, que de chosifier des femmes « ordinaires » constituait un progrès – comme si diversifier les types de femmes face auxquelles les hommes pouvaient se branler était le plus généreux cadeau que nous puissions offrir à la population féminine – a été entièrement adoptée par les progressistes d’aujourd’hui.

     

    Shauna, sur Twitter : « Fait amusant : Hugh Hefner était un allié précoce du mouvement LGBT, présentant un modèle trans dans Playboy en 1991. » http://www.cosmopolitan.com/entertainment/news/a42434/caroline-tula-cossey/ …

    « J’ai l’impression d’avoir été en avance de beaucoup trop d’années. » (Caroline « Tussa » Cossey)

     

    Il a été loué en tant que pionnier pour avoir fait de Jennifer Jackson, une femme noire, sa Playmate du mois en 1965 et pour avoir mis Darine Stern sur la couverture de Playboy en 1971, en faisant d'elle la première Noire à bénéficier de l’honneur d’une couverture solo. Il a été porté aux nues comme un « défenseur des droits des trans » pour avoir mis le modèle transsexuel Caroline « Tula » Cossey dans son magazine en 1991. Si quelqu’un se souciait d’y porter quelque attention, il serait clair que la chosification sexuelle n’est pas un vecteur de droits, de respect ou d’égalité. Mais l’Amérique néolibérale préfère un récit plus simpliste.

     

    Hefner s’est longtemps vanté d’avoir été un pionnier féministe, et il n’est pas le seul. Les critiques de l’homme sont constamment tempérées par des rappels au fait qu'il a soutenu les droits reproductifs – mais quel libéral masculin ne l’a pas fait ? La capacité de baiser sans l’inquiétude de devenir enceinte libère sans aucun doute les femmes, mais elle libère également les hommes. En effet, il est remarquable que, même si les hommes libéraux se rallient au seul droit spécifique à la femme qui les absout de leur propre responsabilité sexuelle (les femmes demeurent, après tout, responsables de prendre cette pilule ou d’obtenir cet avortement), ils refusent de prendre position contre la déshumanisation des femmes dans la pornographie ou la violence inhérente à leur prostitution.

     

    Le rôle que s’est attribué Hef dans le fait d’avoir cimenté le statut des femmes comme objets sexuels a été repris avec enthousiasme par ses successeurs. Bien que le magazine ait annoncé qu’ils ne publieraient plus de nus en 2015, ils ont rapidement compris que les bénéfices de l’empire Playboy dépendaient (encore) du corps des femmes et, en février, le fils de Hefner et chef créatif de la société, Cooper Hefner, a annoncé que l’élimination de la nudité avait été une erreur.

     

    Il a dit : "La nudité n’a jamais été le problème car la nudité n’est pas un problème. Aujourd’hui, nous reprenons notre identité et revendiquons qui nous sommes."

     

    Cooper Hefner

     

    Le vocabulaire utilisé pour commercialiser Playboy et l’héritage de Hef comme féministe – en lutte contre tous les pouvoirs – ne peut être décrit que comme dégoûtant. Nous parlons d’un empire plusieurs fois millionnaire. Au-delà du fait que transformer des femmes en objets décoratifs destinés à accueillir les projections masculines de fantasmes unidimensionnels garantissait indéniablement le maintien des femmes dans la subordination, Playboy s’est livré à plusieurs autres pratiques contraires à l’éthique. Dès les années 1960, Gloria Steinem a rendu compte de la manière déshumanisante et exploitante dont les Playboy Bunnies étaient traitées, et Monroe n’a pas été la seule femme dont les images ont été publiées sans leur consentement.

     

    Malgré toutes ses prétentions d’avoir été « féministe avant qu’il ait existé une chose comme le féminisme », Hef détestait celles qu’il appelait les « women’s libbers ». Dans une dévastatrice chronique nécrologique, Julie Bindel cite, après Susan Braudy, « une note de service secrète que des secrétaires de Playboy avaient coulée à des féministes ». Hefner y écrivait : « Ces poules [les féministes] sont nos ennemies naturelles. Il est temps d’engager la bataille contre elles… Ce que je veux, c’est un article dévastateur qui réduise en miettes le militantisme féministe. Les féministes se sont toujours opposées au type de société romantique garçon/fille que Playboy veut promouvoir. » (Cité dans L’envers de la nuit : les femmes contre la pornographie, Montréal, Remue-ménage, 1983, p. 299.)

     

    couv Envers de la nuit

     

    Hefner a traité les femmes comme des jouets, et les femmes qui vivaient dans son palais ont témoigné de la façon dont elles étaient contrôlées par lui et à quel point les rapports sexuels qu’elles étaient forcées d’avoir avec lui leur était désagréables. La « révolution sexuelle » de Hefner n’était rien d’autre que de la misogynie ordinaire. En effet, un harem est loin d’être révolutionnaire, et traiter des femmes comme des enfants emprisonnés est le contraire exact d’une libération. Après que l’ex-Playboy Bunny Holly Madison a refusé son offre d’un Quaalude lors de leur première soirée de clubbing, Hef lui a dit : « Habituellement, je n’approuve pas l’usage de drogues, mais vous savez, dans les années 1970, on appelait ces pilules des ‘ouvre-cuisses’. » S’il est le pionnier d’une évolution, Hefner est plutôt celui de la culture du viol, comme en témoignent les dessins « humoristiques » omniprésents dans le magazine Playboy.

     

    Hoechst raspe

    Un dessin de Bill Hoest publié dans Playboy.

     

    Le premier des playboys ne sera pas oublié, c’est certain. Son héritage, cependant, n’est pas celui d’un croisé pour les droits des femmes, mais plutôt celui d’un menteur habile. Hefner a consacré sa vie à répandre le mensonge selon lequel la pornographie équivaut à la sexualité et les femmes doivent choisir la chosification pour être libérées. En d’autres termes, il a convaincu l’Amérique que la liberté des femmes se situait dans les bénéfices des hommes (et dans leurs lits).

     

    C’est l’arnaque la plus grotesque du XXe siècle, et Hef peut être certain que nous ne l’oublierons pas.

     

    Version originale : http://www.feministcurrent.com/2017/09/28/hugh-hefner-didnt-normalize-sex-normalized-patriarchy/ + commentaires

     

    Traduit par TRADFEM, avec l’accord de l’autrice.

     

    Meghan Murphy est une écrivaine de Vancouver, C.-B. Son site Web est Feminist Current, www.feministcurrent.com et plusieurs de ses articles sont traduits sur le site de TRADFEM.

     

    https://tradfem.wordpress.com/2017/10/02/meghan-murphy-hugh-hefner-na-pas-normalise-le-sexe-il-a-normalise-la-misogynie/

  • "Trafics de femmes - Enquête sur l'esclavage sexuel dans le monde", un livre de Lydia Cacho / Extraits

    téléchargé.jpg

    Journaliste, écrivaine et féministe mexicaine, Lydia Cacho est l'auteure de plusieurs ouvrages retentissants. Elle est reconnue pour ses activités militantes en faveur des droits des femmes, et est considérée comme l'une des journalistes les plus engagées et les plus courageuses de la scène internationale. Couronnée par Amnesty International en 2007, elle dirige à Cancun un centre de soutien pour les femmes victimes de violence et collabore avec le Fonds de développement des Nations Unies pour la femme (Unifem). En 2011, elle a reçu le prix Olaf Palme.

     

    Chaque année 1,4 million de personnes, en grande majorité des femmes et des petites filles, sont achetées et revendues, comme une matière première, au point que le commerce sexuel est devenu, avec la vente d'armes et le trafic de drogue, le plus rentable du monde.

     

    Dans cette enquête, d'une ampleur sans précédent, menée durant six ans sur trois continents, la parole est donnée à tous les acteurs : les victimes et les trafiquants, les intermédiaires et les clients, les proxénètes et les mafieux…

     

    Cet ouvrage unique qui constitue un tour du monde de la traite des êtres humains à des fins d’exploitation sexuelle nous mène au Japon, au Cambodge, en Birmanie, au Vietnam, mais aussi en Argentine, au Mexique, ainsi qu’en Turquie et au Moyen-Orient… L’auteur y décrit comment les armées de tous pays se procurent des prostituées auprès des mafias, comment les Européens s’offrent des femmes ou des fillettes avec l’accord des autorités des pays les plus pauvres, comment les trafiquants recrutent leurs victimes et les maintiennent sous domination. Dans un système libéral où tout est à vendre, mafieux, hommes politiques, militaires, entrepreneurs, industriels, leaders religieux, banquiers, policiers, juges, hommes de la rue… forment une chaîne du crime trop bien organisée.

     

    Un livre-choc, une enquête minutieuse, de nombreuses révélations, des témoignages bouleversants et des actions concrètes pour entrer en lutte contre la prostitution forcée. (Présentation de l'éditeur.)

     

    *

     

    Une plongée dans un enfer méconnu, et pour cause : le patriarcat a tout intérêt à ce que l'exploitation des femmes et des enfants reste la plus invisible possible de sorte qu'elle puisse se perpétuer. La prostitution et la pornographie, au-delà de l'argent qu'elles génèrent, permettent aux hommes de maintenir leur pouvoir symbolique sur les femmes.

     

    Il appartient aux femmes et aux hommes de bonne volonté d'ouvrir les yeux sur cette réalité dramatique et omniprésente, et de dire non à l'esclavage sexuel.

     

    Le livre de Lydia Cacho démontre avec brio la loi suivante : la légalisation et la régulation de la prostitution favorisent la traite des femmes et des petites filles partout où elles ont cours. C'est pourquoi l'abolitionnisme est la seule position éthiquement défendable.

    45110983_10321877.jpg

     

    EXTRAITS :

     

    "Ce phénomène criminel [la traite sexuelle des femmes et des petites filles], dont l'existence sous sa forme actuelle remonte au XXe siècle, s'est tant et si bien développé et sophistiqué à l'échelle mondiale que le nombre de victimes dépassera bientôt celui des esclaves vendus entre le XVIe et le XIXe siècle dans le cadre de la traite négrière." (p. 14)

     

    "Le sexe fait partie intégrante de toutes les organisations criminelles, qu'il s'agisse des yakuzas japonais, des triades chinoises, des mafias italiennes, russes ou albanaises ou encore des cartels de la drogue qui sévissent en Amérique latine. Le plaisir charnel est essentiel à leur pouvoir économique et politique. Les femmes et les petites filles sont achetées, vendues et offertes, ou séquestrées, louées, prêtées, violées, torturées et tuées. Dans ces milieux machistes, elles ne sont pas considérées comme des personnes, mais comme des objets voués au plaisir. Les femmes qui travaillent dans ces réseaux criminels véhiculent elles aussi ces valeurs de mépris et de misogynie." (p. 14-15)

     

    "... il est toujours dangereux d'être une femme dans une société patriarcale." (p. 17)

     

    "Les rapports de Save the Children [...] affirment que de nombreux pédophiles sont attirés par les endroits où la prostitution des adultes est légale. Ils s'y installent et forment ainsi une clientèle fidèle qui favorise le développement de l'exploitation sexuelle infantile." (p. 37)

     

    "L'esclavage a besoin de la prostitution légale pour rendre plus difficile la distinction entre les deux activités. [...] C'est pourquoi tant de personnes ont intérêt à promouvoir la réglementation de la prostitution." (p. 49)

     

    "Cette nuit-là, je suis morte. [...] Pendant vingt-quatre heures, quarante hommes m'ont violée de toutes les façons possibles. L'un d'eux, qui faisait une fixation sur les petites filles, m'a caressée comme si j'étais un bébé, m'a mise dans le jacuzzi et m'a lavée délicatement, en chantant doucement comme un psychopathe. Il était chauve, musclé et avait le tatouage caractéristique des yakuzas qui lui recouvrait le corps. C'était traumatisant. […] Les choses que j'ai subies dans cette suite les trois jours qui ont suivi sont innommables, inconcevables pour la plupart des êtres humains. Ils avaient tous leur propre perversion. Certains m'ont introduit des objets, provoquant de graves hémorragies. Aujourd'hui encore, les cicatrices qu'ils ont laissées sur mes organes génitaux m'empêchent de devenir mère." (Une victime de la traite sexuelle au Japon) (p. 85-6)

     

    "Pour empêcher les petites filles de se rebeller trop facilement, les trafiquants emploient les techniques classiques des ravisseurs : ils tentent de créer un climat de discorde et de rivalité entre les victimes, qui vivent dans un espace commun, et ils utilisent un système de récompenses et de punitions injuste. Les fillettes qui se soumettent et adoptent un caractère hypersexualisé, séducteur et obéissant deviennent les favorites. Du fait de leur jeune âge, les petites filles soumises à ce conditionnement émotionnel l'intègrent entièrement à leur personnalité. Entre elles, aucun jugement moral n'est porté sur leurs expériences : de leur vie entière, elles n'ont connu que la condition d'esclave." (p. 93-4)

     

    "Appeler la prostitution 'travail sexuel' est dangereux." (p. 100)

     

    "Faire le tour du monde et traverser les frontières aériennes, terrestres et maritimes m'a permis de comprendre les véritables implications de la corruption et ses conséquences en faveur de la criminalité organisée et de la traite des personnes. Pour résumer, la Birmanie est un camp d'extermination de femmes. Lorsque le pays parviendra à se libérer de la junte militaire et à se tourner vers la démocratie et que les médias révéleront ce qui s'est réellement passé, le reste du monde sera révolté. En effet, les horreurs commises dans cet État sont semblables aux crimes nazis et si elles n'en ont pas l'ampleur, elles n'en sont pas moins tragiques et impardonnables. Ce pays est devenu un véritable paradis pour la criminalité organisée spécialisée dans le trafic de drogue et l'esclavage des êtres humains." (p. 144-5)

     

    "C'est simple : sans demande, il n'y aurait pas de prostitution. La prostitution n'a rien à voir avec la sexualité féminine. Il s'agit d'une création masculine. Si les hommes, à travers le monde, ne recherchaient pas de relations sexuelles payantes, il ne serait pas nécessaire de traquer, de rabaisser et de soumettre des millions de femmes et de petites filles et de leur imposer cette existence déshumanisante."

     

    "Pour comprendre le fonctionnement de l'esclavage humain, il faut accepter le fait que les mafias sont des entreprises, que la prostitution est une activité économique et que les femmes et les enfants en sont les marchandises." (p. 200-1)

     

    "Les groupes de traite du monde entier, qui fonctionnent avec des réseaux de protection liés entre eux, ont fait évoluer leurs techniques. Ils ont en effet compris qu'il était nécessaire de se moderniser pour suivre la tendance. C'est ainsi que dans divers pays, trafiquants et proxénètes ont commencé à reprendre à leur compte le discours de certains académiciens et 'féministes', selon lequel le travail sexuel représente en réalité la libéralisation réelle de la sexualité féminine dans l'économie capitaliste. Il n'était donc plus nécessaire de droguer, de frapper ou de terroriser les victimes, mais simplement de consolider une culture machiste tout en la déguisant pour qu'elle ait l'air évoluée et élégante. [...] Les mafias s'enrichissent et s'amusent même de cette polémique entre intellectuels et activistes. L'argumentation philosophique sur la signification de la liberté et du libre arbitre fait désormais partie du discours des réseaux de trafiquants, ainsi qu'ils me l'ont eux-mêmes expliqué. Le contre-argument des abolitionnistes repose justement sur le fondement philosophique du concept de liberté et sur la réelle capacité des femmes à prendre des décisions dans un contexte culturel de soumission et d'inégalités profondes." (pp. 204, 205)

     

    "Tandis que les réseaux criminels évoluent rapidement et furtivement, les institutions internationales qui luttent contre le crime organisé, semblables à de vieux éléphants, peinent à suivre le mouvement. En effet, il existe une grande différence structurelle qui avantage les réseaux de trafiquants par rapport aux institutions internationales qui luttent contre la délinquance organisée : l'absence de bureaucratie et de principes." (p. 207)

     

    "Tant que la corruption au niveau local ne sera pas éliminée pays par pays, les accords internationaux contre la traite ne dépasseront jamais le stade des bonnes intentions." (p. 208)

     

    "Au cours de mes nombreuses années d'enquête, je me suis souvent demandé quelle était la raison de l'augmentation du nombre de jeunes femmes et de petites filles dans le commerce sexuel à l'échelle mondiale. [...] Victor Malarek et [...] Oscar Montiel Torres, qui donnent la parole aux fournisseurs et aux consommateurs de l'exploitation sexuelle, soulignent tous deux un élément important qu'il ne faut pas sous-estimer : nous vivons un contrecoup de la libération féminine qui a provoqué la colère de millions d'hommes, dont les principes traditionnels de virilité n'avaient jamais été remis en cause." (p. 277)

     

    "[Il y a une] confusion [...] entre traite et prostitution. En effet, les gens ne peuvent pas (ou ne veulent pas) distinguer le lien qui unit les deux phénomènes. Les acteurs de l'industrie sexuelle sont les grands gagnants de cet amalgame et de cette inaction sociale : tant que l'opinion publique s'obstinera à considérer la prostitution comme une simple affaire de philosophie libérale, sans prendre correctement en compte le phénomène de la traite, les trafiquants continueront à gagner des millions de dollars par an." (p. 283)

     

    "... l'industrie du sexe se modernise, se mondialise et adopte de nouvelles méthodes de communication politiquement correctes. Ainsi, les mafias essaieront toujours de nous faire croire que nous sommes libres d'exploiter et de consommer d'autres personnes, et que les femmes choisissent elles aussi librement de jouer les esclaves pour leurs clients. Tout le monde adhère à ce discours : d'une part, la gauche et les féministes postmodernes, et d'autre part, la droite qui, à l'abri derrière un crucifix ou sous une soutane, se délecte d'une prostitution plus raffinée." (p. 293)

     

    "Les mafias sont sans doute plus solides et mondialisées que les principes démocratiques." (p. 294)

     

    "Les réseaux de trafiquants ont plus de pouvoir que jamais : en effet, le nombre de criminels arrêtés et condamnés pour ce chef d'accusation est le plus bas parmi toutes les infractions existantes. À la frontière entre la Malaisie et Singapour, beaucoup de petites filles sont achetées pour être revendues et torturées. Les témoignages des membres de l'AFESIP [Agir pour les Femmes En SItuation Précaire] sont affreux et laissent supposer que des films mêlant pornographie et tortures, comparables à des snuff movies légèrement édulcorés, seraient réalisés." (p. 298)

     

    "La production pornographique réalisée avec des esclaves est un phénomène fait pour durer : tant qu'elle sera considérée comme une forme de liberté d'expression, personne ne pourra lui fixer de limites, hormis les consommateurs et la société." (p. 300)

     

    "Dans les allées de l'AEE [Adult Entertainment Expo, qui a lieu chaque année dans le Nevada] se côtoient les amateurs, qui considèrent l'industrie du sexe comme une forme d'éducation et de libération érotique, et les trafiquants nationaux et internationaux, qui utilisent cette liberté créatrice pour vivre d'un esclavage destructeur. Tous ceux qui osent poser des questions sur ces mafias et sur leurs liens avec l'industrie sexuelle conventionnelle se heurteront à une vague d'attaques de la part de ceux qui estiment qu'il ne s'agit que d'un mythe, tout comme les snuff movies à caractère pornographique produits avec des victimes de Ciudad Juarez, de Tijuana ou de Thaïlande." (p. 301)

     

    Lydia Cacho, Trafics de femmes. Enquête sur l'esclavage sexuel dans le monde, Nouveau Monde, 2012.

  • Marlène Schiappa ou le visage du sexisme du gouvernement Macron

    marlene-schiappa-gouvernement-ministre.jpg

    Capture.PNG

    Capture 2.PNG

    A LIRE : https://revolutionfeministe.wordpress.com/2017/05/25/marlene-schiappa-secretaire-detat-a-legalite-femmes-hommes-un-cadeau-pour-les-femmes/#_ftn8