Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Féminisme - Page 5

  • Chasseurs

    caricature.jpg

    Viol intrafamilial lors de parties de chasse à Rochefort : la famille condamnée.

    Le procès dans le dossier du viol intrafamilial à Rochefort s’est terminé ce mardi avec le prononcé des peines. Les six personnes poursuivies pour des viols et attentats à la pudeur commis sur une jeune fille durant plus de dix ans ont toutes été condamnées avec des peines plus ou moins lourdes.

    Le procès des membres de la famille et de connaissance de la traqueuse de Rochefort qui avait été violée à plusieurs reprises lors de parties de chasse s’est achevé ce mardi avec le prononcé des peines. Les six personnes poursuivies ont été condamnées. Le père de la jeune fille a été condamné à 9 ans de prison ferme, la mère à 6 ans de prison ferme, le parrain à 8 ans de prison ferme et un ami chasseur à 7 ans de prison ferme. Seuls les deux frères de la victime, Marc et Guy, ont été condamnés avec sursis. Ils ont écopé respectivement de 4 et 2 ans de prison avec sursis.

    La jeune fille avait tout révélé le 11 janvier 2012
     
    Le 11 janvier 2012, la victime présumée a dénoncé aux forces de l'ordre les faits qu'elle aurait subis de la part de son père, ses deux frères et l'ami de la famille. "Trois PV d'audition ont été rédigés, modifiés pendant l'audition et faxés au juge d'instruction qui n'était pas encore saisi pour ces nouveaux faits. D'autres problèmes apparaissent également, ces PV ne sont pas conformes", avait soutenu l'avocat de la mère de la victime, Me Rodeyns.

    "La jeune fille a été victime de prédateurs sexuels lors des parties de chasse, sa famille étant une proie facile"

    Les avocats de la défense avaient également mis en avant le fait que divers devoirs complémentaires qui auraient pu permettre d'amener des éléments de culpabilité, comme un test ADN ou le fait que la victime ait parlé de davantage de chasseurs dans ses auditions, leur ont à chaque fois été refusés. "La jeune fille a été victime de prédateurs sexuels lors des parties de chasse, sa famille étant une proie facile. La victime a parlé de neuf chasseurs et on n'en trouve que deux sur le banc des prévenus", avait souligné l'avocat du père de la victime.

    Le tribunal a suivi l'avis du parquet

    Les avocats de la défense avaient également déploré une violation du secret professionnel de la part de l'assistante sociale qui a accompagné la victime lors de la première dénonciation des faits. À titre subsidiaire, le père, la mère, l'un des frères de la victime et l'ami de la famille avaient plaidé l'acquittement. Le parrain et le second frère avaient demandé les sursis les plus larges. Le parquet de Dinant lui avait requis des peines allant de 2 à 9 ans de prison. Il semblerait donc que ce soit cet avis que le tribunal ait décidé de suivre. Les avocats de la défense ont jugé ces peines très lourdes.

    http://www.rtl.be/info/belgique/faitsdivers/1068506/viol-intrafamilial-lors-de-parties-de-chasse-a-rochefort-la-famille-condamnee

  • Lutter contre les stéréotypes (Jean-Marc Roirant pour Le Monde)

    La rumeur n'est jamais innocente. Notre histoire en est riche d'exemples. On a montré comment elle a accompagné le coup d'Etat de Napoléon III face à de prétendues tentatives d'attentat. Comment, après la défaite de 1870, des rumeurs de cannibalisme ont traversé certains villages de Dordogne à la recherche de boucs émissaires, justifiant des actes de barbarie. Cent ans plus tard, à Orléans, une rumeur antisémite a laissé croire que les cabines d'essayage de certains magasins de vêtements féminins étaient des pièges pour les clientes, livrées à la traite des Blanches. Cette « rumeur d'Orléans » continue de courir sous diverses formes.

    Quand la rumeur s'est installée, l'ampleur du mensonge n'importe guère. Si la rumeur a pris, c'est que ses colporteurs ont suscité un réflexe de protection des familles, le plus souvent en créant une inquiétude irrationnelle. Une inquiétude telle que la diffusion de la vérité est rarement d'un secours suffisant. Une fois que la rumeur devient un phénomène social, nourri des conversations croisées, alors elle s'entretient elle-même, crépitant de son petit feu. Dans nos sociétés dans lesquelles certains médias sont chaque jour avides de nouvelles actualités et font peu de tri, ce feu s'allume vite et devient parfois un incendie. C'est le cas lorsque cette rumeur s'attaque à l'école publique.

    Celle qui s'est propagée fin janvier dans plusieurs collèges à propos des modules ABCD de l'égalité a été une attaque organisée contre la République. Elle a été transportée par des SMS, envoyés en masse aux parents, appelant au boycottage de l'école, avec pour seul objectif de saper la confiance dans notre école publique. Les messages sont de pures élucubrations.

    Rappelons les faits. Les modules se déroulent au primaire (et pas au collège) dans 600 classes volontaires. Ils prennent place dans les enseignements existants sur les savoirs de base. Ils sont adaptés selon les niveaux. Ils ont été conçus par des professionnels et des mouvements éducatifs, dont la Ligue de l'enseignement, pour permettre aux élèves de s'interroger sur leurs différences, dans divers contextes d'apprentissage : Est-ce qu'un chevalier a le droit d'avoir peur du noir ? Est-ce que les princesses peuvent aussi jouer un rôle dans leur propre histoire ? Comment organiser des jeux de ballon mixtes ? Voici les enjeux de ces modules.

    LE RESPECT MUTUEL ET LE REFUS DE LA VIOLENCE

    L'idée est de permettre aux enfants de s'émanciper des rôles que la société a tendance à leur assigner par avance et développer le respect mutuel et le refus de la violence. Les enseignants et les animateurs sont formés pour cela. Les contenus pédagogiques des ABCD et de bien d'autres programmes d'éducation à l'égalité filles-garçons s'intègrent pleinement à l'apprentissage des savoirs fondamentaux des jeunes élèves figurant dans le socle commun des compétences de base et de culture.

    L'égalité et le respect ne sont pas une nouvelle matière, une nouvelle case à cocher dans les programmes. Ils sont une nouvelle dimension dans l'apprentissage des savoirs de base dans le cadre d'une école laïque. On est loin de la désinformation grossièrement mensongère, souvent haineuse, de ces derniers jours.

    Des attaques de ce type, il en existe chaque semaine. Mais celle qui a concerné les ABCD de l'égalité n'est pas un épisode ordinaire pour deux raisons. La première, c'est que cette rumeur a eu une perfide efficacité, parce que plusieurs personnalités publiques ne se sont pas contentées de la diffuser, mais l'ont accréditée en alimentant un faux débat sur la prétendue théorie du genre. Il y a sans doute beaucoup de paresse dans les commentaires que nous avons subis pendant plusieurs jours sur ce nouvel épouvantail.

    A l'école publique, les enseignants et les personnels ont pour mission de faire découvrir, partager et faire vivre les valeurs de la République. Ils l'ont fait de manière exemplaire en réponse aux rumeurs, et ce, le plus souvent, avec la confiance des parents, des élus locaux et avec le concours de nombreuses associations d'éducation populaire.

    L'enjeu est de taille, car faire reculer les stéréotypes et les violences sexistes, c'est combattre les violences conjugales, qui frappent 400 000 femmes chaque année. Il s'agit également de faire disparaître les souffrances d'enfants victimes d'insultes sexistes dans les cours de récréation. C'est enfin faire progresser la mixité professionnelle et reconnaître que la diversité est une richesse, y compris pour les entreprises. C'est un combat qui mérite que chacun se mobilise et assume ses responsabilités.

    Jean-Marc Roirant (Secrétaire général de la Ligue de l'enseignement)

  • Désolante capitulation gouvernementale / Le genre ne concerne pas que les "bobos" (Collectif, Le Monde)

    stereotype genre.jpg

    Depuis des années, nous nous évertuons à répondre aux attaques à répétition contre la supposée théorie du genre. A défaut d'empêcher les caricatures, nous nous efforçons de dissiper les malentendus. Inlassablement, nous expliquons que le genre est un concept dont l'utilité a été démontrée de longue date, dans des disciplines multiples, par quantité de recherches menées dans de nombreux pays. Nous précisons que des paradigmes différents, parfois concurrents, définissent ce champ d'études : parler de la théorie du genre, au singulier, revient à nier cette richesse inséparablement théorique et empirique.

    Nous ajoutons qu'analyser la construction sociale de la différence des sexes n'implique nul déni de la réalité biologique : savoir comment un mur est bâti n'a jamais empêché de s'y cogner. Enfin, loin d'affirmer qu'on pourrait devenir homme ou femme au gré de ses fantaisies, nos travaux soulignent la force d'inertie des normes qui assignent des places différentes selon un ordre sexuel hiérarchisé. Il a certes changé depuis une ou deux générations ; les inégalités entre les sexes n'en perdurent pas moins, malgré l'égalité que revendiquent nos sociétés. S'il faut étudier les normes de genre qui continuent de reproduire cet écart entre les principes proclamés et la pratique constatée, c'est dans l'espoir de le réduire.

    Mais l'heure n'est plus à nous justifier. Désormais, c'est aux adversaires des études de genre de répondre : de quel droit peuvent-ils disqualifier tout un champ d'études dont ils ne semblent rien connaître ? Bien sûr, il était légitime que l'ouverture du mariage et de la filiation aux couples de même sexe fît l'objet d'un débat démocratique. En revanche, la validité scientifique ne saurait se décider sous la pression de la rue ou des sondages. La légitimité de la science tient à son autonomie, soit à l'évaluation par les pairs. Or tout se passe aujourd'hui comme si le savoir était sommé de se conformer aux exigences de telle ou telle chapelle, religieuse ou pas, comme si la science avait pour vocation de conforter les préjugés et non de les remettre en cause.

    UNE FABRICATION DU VATICAN IMPORTÉE EN FRANCE

    Il est vain de répondre à la désinformation par l'information. Qu'est-ce que la théorie du genre ? Une fabrication du Vatican importée en France. En 2004, dans sa « Lettre aux évêques sur la collaboration de l'homme et de la femme dans l'Eglise et dans le monde », le cardinal Ratzinger dénonçait « l'occultation de la différence ou de la dualité des sexes » : s'il « entendait favoriser des visées égalitaires pour la femme en la libérant de tout déterminisme biologique, a inspiré des idéologies qui promeuvent la mise en question de la famille, de par nature (…) composée d'un père et d'une mère, ainsi que la mise sur le même plan de l'homosexualité et de l'hétérosexualité (…) ».

    Tout l'argumentaire actuel était déjà là. Manquait seulement la formule magique : la théorie du genre, en écho aux offensives de la droite religieuse étatsunienne contre l'enseignement de la théorie de l'évolution. N'est-ce pas sur le terrain scolaire que s'est portée la bataille en 2011, contre l'introduction du « genre » dans les manuels de sciences de la vie et de la terre ? Surtout, si l'expression s'est imposée, c'est qu'en France la droite religieuse a trouvé des relais dans une droite réputée laïque : l'ignorance et l'anti-intellectualisme dénoncent la science au nom du bon sens… Ce n'est plus une frange marginale, mais un large spectre qui s'engage à droite contre la théorie du genre, de Christine Boutin à Nathalie Kosciusko-Morizet, en passant par Hervé Mariton, Henri Guaino et Jean-François Copé.

    Aujourd'hui, l'extrême droite a rejoint le combat – non plus seulement sa composante religieuse, avec les intégristes de Civitas, mais aussi les nationalistes identitaires. C'est sur le site d'Alain Soral, qui se dit « national-socialiste », que Farida Belghoul a annoncé sa « Journée de retrait de l'école ». Et c'est au lendemain des manifestations de « Jour de colère » qu'elle a bénéficié d'une couverture médiatique exceptionnelle. Bref, l'unité de toutes les droites, modérées et extrêmes, se fait aux dépens des études de genre.

    Face à ces mobilisations politiques déterminées, dans la majorité gouvernementale, certains ont d'abord hésité : le ministre de l'éducation nationale, Vincent Peillon, entend certes « lutter contre les stéréotypes de genre », mais il se déclare « contre la théorie du genre »… Cet embarras vient de se transformer en reculade sous la pression de manifestants nostalgiques de la famille à l'ancienne.

    Sur l'ouverture de la PMA aux couples de femmes, le gouvernement avait déjà cédé ; aujourd'hui, en renonçant à la loi sur la famille, il capitule avant même d'avoir combattu. On entend monter un refrain populiste bien connu : et si le genre était seulement l'affaire des « bobos » ? Le peuple n'est-il pas réfractaire à ces préoccupations élitistes ? Dès qu'on traite des femmes, des gays ou des lesbiennes, on nous explique que les classes populaires ne sont pas concernées, comme si elles étaient uniquement constituées d'hommes hétérosexuels, et comme si le genre et la sexualité n'étaient pas l'affaire de toutes et tous.

    A ceux qui craignent que le genre ne trouble la quiétude du peuple, il faut expliquer que le trouble vient de l'évolution sociale elle-même : dès lors qu'est ébranlé l'ordre ancien des hiérarchies sexuelles, les rôles des femmes et des hommes ne vont plus de soi. Faut-il regretter l'âge d'or du patriarcat, ou bien se réjouir que l'incertitude provoquée par sa remise en cause n'ouvre une marge de liberté, ou en tout cas de négociation ? Non, notre place dans le monde n'est pas fixée pour l'éternité ; aussi les études de genre travaillent-elles à rendre intelligible l'histoire qui nous traverse jusque dans notre intimité.


    Lucie Bargel, politiste, université de Nice ; Laure Bereni, sociologue, CNRS ; Michel Bozon, sociologue, INED ; Delphine Dulong, politiste, université Paris-I ; Eric Fassin, sociologue, université Paris-VIII, Rose-Marie Lagrave, sociologue, EHESS ; Sandrine Levêque, politiste, université Paris-I ; Frédérique Matonti, politiste, université Paris-I ; Florence Rochefort, historienne, présidente de l'Institut Emilie du Châtelet.

  • Zéromacho agressé par des membres du STRASS

    manifToulouse1-2-14.JPG

    Communiqué de Zéromacho : Zéromacho agressé en défendant le droit à l'avortement

    Une fois de plus, des soutiens de la prostitution s’en prennent avec violence à des membres de Zéromacho. Une fois de plus, ils agressent des hommes engagés pacifiquement pour l’égalité femmes-hommes. Cette fois-ci, ils dévoilent, outre leur haine, leur alliance objective avec les opposants aux droits des femmes.

    Le 1er février 2013, à Toulouse, quatre membres de Zéromacho participent avec leur banderole à la manifestation de soutien aux Espagnol-es pour le droit à l’avortement, menacé par une loi répressive.

    À 15h, rue de Metz, une vingtaine de personnes, en grande majorité des hommes, dont certains avaient le visage masqué par une écharpe, se présentant comme membres du STRASS (syndicat du travail sexuel), les insultent, les menacent, leur arrachent la banderole et la volent. Couvrant les slogans de la manifestation, une femme hurle dans un mégaphone : « Solidarité avec les putes du monde entier ».

    Plutôt que de défendre le droit des Espagnoles à l’avortement, le STRASS préfère perturber une manifestation unitaire et pacifique, en employant des méthodes dignes des commandos anti-avortement. Une fois de plus, ce mouvement qui prétend militer « pour la liberté » utilise la violence, mais cette fois-ci pour s’attaquer à des défenseurs d’un droit fondamental des femmes. Il démontre ainsi qu’il ne défend en réalité que des intérêts on ne peut plus catégoriels : ceux des prostitueurs.

    En menant une action que ne désavouerait pas l’association intégriste catholique « SOS tout petits », le STRASS a montré son véritable visage.

    Faut-il désormais l’appeler « SOS tous maquereaux » ?

     Ci-joint, photo de la manifestation avec la banderole volée ensuite.

    ***

    info.zeromacho@gmail.com

    site http://www.zeromacho.eu/

    Facebook: @Zéromacho    Twitter @Zeromacho

  • L'union sacrée de la droite traditionaliste, de l'islam réactionnaire et des transfuges Soral, Belghoul et Dieudonné : d'une imparable logique

    Le sexisme, l'homophobie, le conservatisme, le mépris de l'individu et du droit, et tant d'autres anti-valeurs, cimentent ce petit monde, qui se retrouve aujourd'hui uni contre l'ennemi commun : l'ABCD de l'égalité.

    Quelle ironie de voir que l'islam, défendu par la gauche tendance boboïsante, a toujours été du côté de la droite la plus conservatrice.

    Et que les ex-gauchistes Soral, Dieudonné et Belghoul se retrouvent aujourd'hui piliers de l'extrême-droite.

    Mais quelle naïveté, aussi, de la part de ceux et celles qui en font la découverte.

    Car quoi de plus logique qu'une telle union sacrée ?

    M. P.

    Dessin d'Aurel sur le boycott des écoles par des parents d'élèves.

    « Théorie du genre » : l'appel au boycott qui alarme l'école

    LE MONDE | 29.01.2014 à 11h38 • Mis à jour le 30.01.2014 à 14h52 | Par Mattea Battaglia et Stéphanie Le Bars

    Une centaine d'écoles perturbées par un absentéisme inhabituel des élèves, des syndicats d'enseignants alarmés, un ministre de l'éducation contraint de prendre la parole pour rassurer les parents : bien que limité, l'impact de la « journée de retrait de l'école », organisée vendredi 24 et lundi 27 janvier pour protester contre l'enseignement supposé de la « théorie du genre » dans les classes, a surpris tout le monde.

    Pour cette directrice d'école primaire située à Evreux, en pleine zone d'éducation prioritaire, l'inquiétude des familles a commencé à poindre jeudi 23 janvier. « Les parents avaient reçu le même texto, parfois plusieurs fois de suite, sans qu'ils sachent précisément d'où il venait, même s'il avait l'air de cibler la communauté musulmane », raconte-t-elle.

    Le message reçu pourrait prêter à sourire s'il n'avait été pris au sérieux par quelques parents : « Le choix est simple, soit on accepte la « théorie du genre » (ils vont enseigner à nos enfants qu'ils ne naissent pas fille ou garçon mais qu'ils choisissent de le devenir !!! Sans parler de l'éducation sexuelle prévue en maternelle à la rentrée 2014 avec démonstration et apprentissage de la masturbation dès la crèche ou la halte-garderie…), soit on défend l'avenir de nos enfants. »

    Lire notre décryptage : Cinq intox sur la « théorie du genre »

    « DÉSAMORCER LA POLÉMIQUE »

    Dans cette école d'Evreux très attachée au dialogue avec les familles, où l'équipe s'est portée volontaire pour expérimenter les « ABCD de l'égalité », il n'a pas fallu grand-chose pour « désamorcer la polémique », note la directrice. « Les parents inquiets sont venus me questionner. Je leur ai expliqué que le nouveau dispositif n'avait rien à voir avec la prétendue théorie du genre, qu'on travaillait sur l'égalité entre les sexes pour lutter contre les stéréotypes, contre une orientation scolaire et professionnelle depuis trop longtemps défavorable aux filles… Et ils sont repartis en disant qu'ils nous soutenaient ! » Le lendemain, 4 enfants – sur 185 – manquaient à l'appel.

    Sur l'ensemble du territoire, l'appel au boycott lancé par Farida Belghoul, figure de la seconde « marche des beurs » (1984) aujourd'hui proche de la formation d'extrême droite Egalité et réconciliation d'Alain Soral (lui-même lié à Dieudonné), a eu un « impact localisé », martèle-t-on au ministère de l'éducation.

    Une centaine d'écoles, sur 48 000, ont été perturbées. Mais près de la moitié des académies ont été concernées, avec parfois une seule école touchée, parfois une vingtaine. Dans deux écoles de Strasbourg, près d'un tiers des élèves manquaient à l'appel. D'autres se sont fait porter pâle dans des écoles du Rhône, de l'Isère, des Pyrénées-Atlantiques, de la Seine-Saint-Denis, de la Seine-et-Marne, du Val d'Oise, du Loiret…

    Lire le décryptage : Comment les détracteurs de la théorie du "genre" se mobilisent

    « CLIMAT NAUSÉABOND »

    Alors que de nouvelles « journées de retrait » sont programmées chaque mois, le ministre de l'éducation nationale, Vincent Peillon, a voulu « rassurer tous les parents » : « Ce que nous faisons, ce n'est pas la théorie du genre – je la refuse », a-t-il assuré à l'Assemblée.

    Les syndicats ont tous – ou presque – manifesté leur indignation face à l'écho de cette « opération » relayée sur les réseaux sociaux. « A chaque fois, c'est le même type d'écoles, le même profil de familles qui sont visées : celles des zones sensibles, s'indigne Christian Chevalier, du SE-UNSA. Des familles déjà en difficulté, dont les enfants ont le plus à pâtir d'absences », ajoute-t-il, dénonçant « des actions de guérilla contre l'école de la République réunissant l'extrême droite, les intégristes religieux, les nationalistes et les anti-républicains ».

    Analyse peu différente au SNUipp-FSU. « On assiste à une instrumentalisation des élèves sur des territoires ciblés, une campagne de calomnie à fort retentissement sur Internet qui salit l'institution et les enseignants », déplore Sébastien Sihr, qui se dit choqué par ce « climat nauséabond ». Car au-delà de la dénonciation d'une supposée « théorie du genre », c'est une défiance à l'égard de l'école qui s'exprime ici sur un mode très virulent.

    DES CRAINTES RÉELLES

    « Le ministre doit expliquer de vive voix ce qu'est son projet, qu'on ne soit plus tributaire de ce qui tourne sur Internet », estime Ahmet Ogras, président du Comité de coordination des musulmans turcs de France et vice-président du Conseil français du culte musulman, « harcelé » par des parents inquiets. De son côté, le responsable du Rassemblement des musulmans de France, Anouar Kbibech, évoque une « inquiétude mais pas d'affolement ».

    Sur les réseaux communautaires, le sujet fait débat. Mais sur le fond, les craintes sont réelles. « Sous couvert de lutter contre l'homophobie et pour l'égalité des sexes, se diffuse une propagande pour l'idéologie du genre et pour l'homosexualité », assure Abdallah Dliouah, imam dans le sud de la France, interpellé sur le sujet par des fidèles. « Ce sujet suscite une énorme émotion, car il touche à la question cruciale de la transmission des valeurs », confirme Nabil Ennasri, du Collectif des musulmans de France, qui dénonce toutefois une tentative d'entrisme de l'extrême droite dans les milieux musulmans.

    Côté enseignants, les rumeurs propagées ces derniers jours en auront sans doute déstabilisé quelques-uns. Mais pour beaucoup d'entre eux, il y a urgence à rappeler le rôle de l'école dans la lutte contre les inégalités et les discriminations liées… au genre.

    http://abonnes.lemonde.fr/societe/article/2014/01/29/l-appel-au-boycott-qui-alarme-l-ecole_4356195_3224.html

  • ALLEZ, LES BLEUS : DROIT AUX PUTES ! (Communiqué des Zéromachos)

    RB.jpg

    Zéromacho félicite le tribunal correctionnel de Paris pour la relaxe de Franck Ribéry et de Karim Benzéma, nos deux héros nationaux, dans l’affaire Zahia.

    La justice a choisi de ne pas céder aux pressions du lobby féministe, qui n’a de cesse de vouloir priver les hommes de la part la plus précieuse — et la plus grosse — de leur virilité.

    Elle a pourtant reconnu l’évidence : Zahia n’était pas majeure au moment des faits, mais la valeur d’une femme n’attend pas le nombre des années.

    Comme l’a souligné lors du procès le témoin de moralité Kamel Ramdani — accusé de proxénétisme, alors qu’il ne cherchait qu’à rendre service à des amis en se faisant un peu d’argent de poche :

    « Franchement, au lit, elle avait 18 ans. »

    En effet, c’est bien ce qui compte.

    Zéromacho se réjouit de constater que la solidarité masculine sait encore se manifester quand il faut faire barrage à l’injustice et à l’opprobre qui pourraient peser sur les meilleurs d’entre nous.

    Franck Ribéry ayant déjà été, par une décision scandaleuse, privé du Ballon d’or 2013 au profit d’un bellâtre portugais, il eut été inhumain d’en rajouter dans le déni de justice.

    Car, sérieusement, quel homme normalement constitué résisterait à ses pulsions irrépressibles en présence d’une jeune fille, quel que soit son âge, ayant toutes les caractéristiques d’une vraie femme, à savoir de gros nichons et des talons aiguilles ?

    On ne refuse pas une boîte de chocolats quand on vous l’offre, c’est très mal élevé : alors, refuser une femme, surtout quand elle vous est gentiment apportée en cadeau d’anniversaire par un copain…

    Merci, monsieur le procureur ! Merci, monsieur le président !

    Nous avons besoin de Ribéry et de Benzéma pour le Mondial de foot au Brésil : ils doivent marquer des putes et aller aux buts, pour la France !

    Pour les étrangers au monde merveilleux du football, rappel des faits :

    Franck Ribéry et Karim Benzema, footballeurs, l’un au Bayern Munich, l’autre au Real Madrid, étaient accusés d’avoir payé pour une relation sexuelle avec Zahia Dehar, âgée de 17 ans (en 2009). 

    La prostitution d’une mineure est un délit passible de trois ans de prison et de 45 000 € d'amende.

    Jugés par le tribunal correctionnel de Paris, ils ont été relaxés le 30 janvier 2014.

    L’un des arguments de leur défense a été qu’ils ignoraient l’âge de Zahia Dehar.

    Selon la loi de 2002, « le fait pour le client de dire qu’il ignorait la minorité de la victime ne peut être considéré comme un fait justificatif. Il appartient donc au prévenu de justifier d’une erreur dont il ne saurait être responsable par exemple, si le mineur lui a présenté une pièce d’identité falsifiée. »

    Si cette décision fait jurisprudence, qu’est-ce qui s’opposera à la prostitution des adolescent-es de moins de 18 ans ?

    La justice ne donne-t-elle pas là un encouragement, non seulement aux footballeurs, mais à tous les prostitueurs ?

    Après le vote le 4 décembre dernier par l’Assemblée nationale de la loi contre le système prostitueur, Zéromacho s’engage dans la campagne pour le vote au Sénat.

    ***

    Zéromacho 

    80, quai de Jemmapes 75010 Paris 

    info.zeromacho@gmail.com

    site http://www.zeromacho.eu/

    Facebook: @Zéromacho    Twitter @Zeromacho

  • La réussite scolaire passe par la fin des stéréotypes (Marie Duru-Bellat, Le Monde)

    Si l'on n'est guère surpris par la vitesse à laquelle, à l'heure d'Internet, les rumeurs les plus folles se diffusent, on peut l'être davantage face à la violence des polémiques qui accompagnent les premiers pas des ateliers ABCD, visant à lutter contre les stéréotypes masculin/féminin auprès des élèves. Car de quoi s'agit-il ? Non de leur inculquer une quelconque théorie : on l'a dit et répété maintes fois, il n'y a pas une théorie du genre mais des travaux articulés autour de cette notion. Très simple, elle pose que le masculin et le féminin tels que nous les concevons ne découlent pas mécaniquement de la différence des corps mais résultent de constructions sociales variables selon les époques et les lieux.

    De nombreux travaux d'anthropologues (ceux de l'ethnologue Margaret Mead dans les années 1960, par exemple) ou d'historiennes (notamment ceux de l'historienne Michèle Perrot dans les années 1990) en attestent. Il ne s'agit pas de nier qu'il y a des hommes et des femmes, mais de poser tranquillement que, au-delà de ce qui est lié strictement à la reproduction (pour ceux et celles qui choisissent de se reproduire), tout est ouvert…

    L'éducation est censée ouvrir l'horizon des enfants, permettre aux jeunes d'envisager tous les possibles. Toute détermination qui viendrait biaiser le seul jeu du travail et des intérêts est condamnée : comme on refuse les discriminations selon l'origine sociale et ethnique, garçons et filles doivent avoir les mêmes chances. Mais l'école est nichée dans la société, et de multiples travaux montrent qu'à la fois les interactions pédagogiques et les contacts entre élèves sont profondément affectés par les stéréotypes du masculin et du féminin, ces représentations schématiques qui disent ce qui doit être.

    « MENACE DU STÉRÉOTYPE »

    Ainsi, il est des disciplines scolaires considérées comme convenant davantage aux garçons ou aux filles. Ce ne sont pas que des images, car les stimulations des enseignants et leurs attentes en matière de réussite vont inconsciemment se caler sur ces stéréotypes. Du côté des élèves, savoir que, vu votre sexe, vous êtes censé moins bien réussir telle ou telle tâche obère vos chances d'y réussir effectivement. Cette « menace du stéréotype » limite la réussite des filles en mathématiques. Si l'on parvient à annuler ce phénomène, en annonçant aux élèves qu'il est établi que filles et garçons réussissent pareillement à l'exercice demandé, l'écart entre les sexes disparaît.

    Ceci montre combien, en la matière, le poids des représentations est décisif, et non la nature, alors que, régulièrement, des sondages montrent que nombre de Français invoquent la nature – le cerveau, les hormones… – pour expliquer la meilleure réussite masculine en maths. De plus, les comparaisons entre pays montrent que les différences de réussite et de confiance en soi entre filles et garçons sont plus ou moins fortes, et sont plus marquées quand les classes sont mixtes.

    En effet, c'est quand ils et elles sont entre eux qu'il est primordial de se positionner comme garçon ou comme fille, faute de quoi on craint le rejet ou le harcèlement… Les garçons, notamment ceux de milieu populaire, vont craindre d'être jugés efféminés s'ils travaillent trop bien ou s'expriment de façon trop personnelle devant un texte littéraire ; les filles craindront d'être jugées peu féminines si elles surpassent les garçons en physique.

    Au total, les stéréotypes du masculin et du féminin constituent de fait un tel corset que, comme l'ont montré des travaux canadiens, l'affranchissement des stéréotypes de sexe s'accompagne d'une meilleure réussite scolaire : les élèves les plus brillants sont les filles un peu « masculines » et les garçons un peu « féminins ». Ce résultat donne à réfléchir sur le caractère délétère d'une forte différenciation des rôles de sexe.

    Aider les élèves à comprendre que leurs réussites et leurs projets n'ont pas à se couler dans des moules masculins et féminins devrait donc a priori séduire les parents. De plus, ceux-ci, dans leur vie d'adulte, ne sont pas sans percevoir ce que ces stéréotypes ont d'invalidant. Par exemple, lors des recrutements, quels que soient leurs diplômes, les femmes sont préférées là où il faudra materner, les hommes là où il faudra commander. D'où des discriminations injustes et sources d'inefficacité.

    UN ESPACE DE LIBERTÉ VERTIGINEUX

    Plus largement, dès lors que les hommes se sentent contraints à être virils – ce qui peut aller jusqu'à la violence – et les femmes féminines – ce qui peut aller jusqu'à une obsession du regard d'autrui qui détruit toute autonomie personnelle –, il est clair que les coûts de ces stéréotypes sont énormes sans qu'on perçoive leurs avantages ! Alors, comment comprendre que la notion de genre soit perçue comme une menace ? A l'évidence parce que cela ouvre un espace de liberté vertigineux ! Si les femmes et les hommes se ressemblent, peuvent occuper les mêmes rôles, peuvent avoir les mêmes comportements sans que cela choque, il n'y a plus de modèle breveté pour leurs relations : tout est à inventer et ce n'est pas facile alors que nos identités d'aujourd'hui ont été façonnées par les étayages psychologiques ou religieux et les récits, grands ou petits, définissant et opposant hommes et femmes.

    Il est tellement plus reposant de se dire que tout ça reflète la main de Dieu ou résulte de déterminismes génétiques. Qui plus est, tous ceux qui tiraient profit d'un ordre ainsi « bétonné » vont se mobiliser : les religieux pour qui Dieu a créé des hommes et des femmes et leur a donné des rôles bien distincts (comme l'ont montré les manifestations contre le mariage pour tous, dont l'assignation des femmes à la maternité a été un leitmotiv fort), les « psys » qui vivent des pathologies qu'engendrent les malaises face à ces modèles autant qu'à leur dissolution alors qu'ils restent des modèles, ou encore et peut-être tous ceux qui préfèrent se dire que leur destin les prive de tout choix ou qu'il ne faut pas brouiller les cartes alors que l'« ennemi principal » est ailleurs.

    Ces peurs ne sont pas sans fondements. Car rien ne garantit que les choix ouverts, si on lève le carcan du masculin et du féminin, vont se couler dans l'ordre existant. Les adversaires de l'égalité entre hommes et femmes sont les premiers à trembler ; car là où ils ont raison, c'est que, avec la notion de genre, on entend aussi dénoncer un état actuel des rapports entre les sexes, des rapports de pouvoir qui n'ont rien de naturel et que l'on peut donc changer…

    Mais qui accepterait aujourd'hui de revenir à une société où votre naissance, et tout ce qui va avec et qui n'est pas choisi, détermine ce que vous pouvez faire de votre vie ? C'est vrai, on ne sait pas ce que peut être une société d'égalité, mais on soupçonne quand même que c'est une perspective plus stimulante pour le XXIe siècle.


    Marie Duru-Bellat travaille à l'Observatoire sociologique du changement et à l'Institut de recherche sur l'éducation. Elle est notamment l'auteure de L'Ecole des filles (L'Harmattan, 2004) et des Inégalités sociales à l'école. Genèse et mythes (PUF, 2002).

    http://abonnes.lemonde.fr/idees/article/2014/01/30/theorie-du-genre-la-reussite-scolaire-passe-par-la-fin-des-stereotypes_4357462_3232.html

  • Moi président, mufle, phallocrate, infidèle, polygame, je répudie

    francois-hollande.jpg

    "Je fais savoir que j'ai mis fin à la vie commune que je partageais avec Valérie Trierweiler."

    Communiqué de François Hollande à l'AFP, le 25 janvier 2014

  • Zahia, ou la femme déguisée en femme : un pur produit de la domination masculine, et sa victime de prédilection

    Affaire Zahia: Le procureur requiert la relaxe pour Ribéry et Benzema

    JUSTICE - Ils sont accusés d'avoir eu recours aux services d'une prostituée mineure...

    Le procureur a requis mercredi le relaxe «pure et simple» des footballeurs français Franck Ribéry et Karim Benzema, accusés d'avoir eu des relations tarifées avec Zahia, ancienne escort-girl reconvertie dans la création de lingerie alors qu'elle était mineure.

    Jean-Julien Xavier-Rolai a expliqué devant le tribunal correctionnel de Paris qu'il était impossible pour l'accusation de démontrer que les deux footballeurs avaient connaissance de la minorité de la jeune femme, qui avait menti sur son âge.

    Le magistrat a en revanche requis des peines allant d'un an de prison avec sursis à trois ans, dont la moitié avec sursis, à l'encontre de cinq autres prévenus poursuivis pour proxénétisme aggravé. Dans cette affaire qui avait éclaté peu avant la Coupe du monde 2010, Ribéry, 30 ans, et Benzema, 26 ans, sont poursuivis pour recours aux services d'une prostituée mineure, délit passible de trois ans de prison et 45 000 euros d'amende, respectivement en 2009 et 2008.

    Zahia, Franck Ribéry et Karim Benzema absents de l'audience

    Pendant l'enquête, Ribéry a affirmé qu'il ignorait que Zahia n'avait pas 18 ans et contesté l'avoir rétribuée, affirmant même qu'il ignorait qu'il s'agissait d'une prostituée, Benzema a quant à lui contesté avoir eu une relation sexuelle avec la jeune fille. Le procureur a estimé que «la réalité même» de cette relation est «à tout le moins douteuse».

    Tout comme Zahia, ni le milieu offensif du Bayern Munich ni l'attaquant du Real Madrid ne se sont présentés au procès, qui s'est ouvert lundi devant le tribunal correctionnel de Paris. A l'issue de l'instruction, le parquet avait requis un non-lieu concernant les deux footballeurs et le beau-frère de Ribéry. Le procureur a également requis mercredi la relaxe de ce dernier.

    Le juge d'instruction avait quant à lui considéré qu'ils ne pouvaient ignorer que Zahia avait moins de 18 ans, et les avait renvoyés devant le tribunal. Les plaidoiries des avocats des deux joueurs sont attendues en fin d'après-midi, celles des conseils des autres prévenus sont attendues jeudi. Le jugement devrait être mis en délibéré.

    - avec AFP

    http://www.20minutes.fr/sport/1278218-affaire-zahia-le-procureur-requiert-la-relaxe-pour-ribery-et-benzema

  • Droit d’avorter : régression brutale en Espagne (Encore Féministes)

    Le gouvernement espagnol a adopté le 20 décembre 2013 un avant-projet de loi sur « la protection de la vie de l’être conçu et des droits de la femme enceinte » qui revient sur la loi libérale de 2010. Le nouveau texte interdit l’avortement sauf dans deux cas :

    — si la grossesse résulte d’un viol pour lequel une plainte a été déposée ;

    — si elle menace « de manière durable ou permanente la santé physique ou psychique » de la femme enceinte.

    Les cas de malformation du foetus ou d’inceste ne sont pas pris en considération.

    Aucun droit humain n’est jamais acquis, mais combien cela est-il encore plus vrai pour les droits des femmes ! Or le droit à l’avortement est la clef de tous les autres : sans la maîtrise de leur fécondité, les femmes ne peuvent prendre leur vie en main.

    Dans l’Union européenne, seuls 2 des 28 États-membres, Malte et l’Irlande, interdisent l’avortement.

    Partout où les femmes sont privées du droit d’avorter, elles ont recours à des pratiques illégales ; seules les plus riches peuvent le faire sans prendre de risques pour leur santé.

    Face à une régression aussi brutale, les Espagnoles ont besoin de la solidarité des féministes et des démocrates du monde entier. Déjà, des manifestations de soutien ont eu lieu devant des ambassades d’Espagne.

    Le réseau « Encore féministes ! » témoigne publiquement de sa solidarité en adressant ce jour au gouvernement espagnol une lettre (voir ci-dessous, avec traduction en espagnol).

    Nous vous invitons à écrire à l’ambassade d’Espagne dans votre pays (en France, son adresse est 22 avenue Marceau 75008 Paris) ; vous pouvez vous inspirer de notre texte, le copier ou y ajouter votre touche personnelle.

    Ecrivez par la poste, c’est beaucoup plus efficace qu’un courriel, et demandez que votre message soit transmis à M. Mariano Rajoy, Président du conseil des ministres, auquel vous pouvez aussi écrire (Palacio de la Moncloa. Av. Puerta de Hierro, s/n, 28071 Madrid, España).

    Il est urgent d’agir, car le projet de loi sera soumis au Parlement dans quelques jours.

    << Monsieur le Président du conseil,

    Votre gouvernement a adopté le 20 décembre 2013 un avant-projet de loi sur « la protection de la vie de l’être conçu et des droits de la femme enceinte » qui restreint considérablement la liberté d’avorter garantie par la loi de 2010.

    La suppression brutale de ce droit serait sans précédent dans l’histoire des démocraties. L’Espagne s’honorerait plutôt à poursuivre dans la voie ouverte depuis la fin de la dictature pour lutter contre les discriminations, injustices et violences subies par les femmes.

    Au nom des 4 801 membres (personnes et associations) du réseau « Encore féministes ! » dans 56 pays, nous vous demandons de respecter le droit des femmes à maîtriser leur fécondité.

    Veuillez agréer, Monsieur le Président du conseil, l’expression de notre haute considération.

    << Señor Presidente:

    Su gobierno ha adoptado el 20 de diciembre un anteproyecto de ley sobre "la protección de la vida del concebido y de los derechos de la mujer embarazada" que restringe considerablemente la libertad de abortar que garantizaba la ley de 2010.

    La supresión brutal de ese derecho no tiene precedentes en la historia de las democracias. Por el contrario, España se honraría si continuara la vía abierta desde el fin de la dictadura en la lucha contra las discriminaciones, injusticias y violencias sufridas por las mujeres.

    En nombre de las/los 4801 miembros (personas y asociaciones) de la red "Encore féministes" de 56 países, le pedimos que respeten el derecho de las mujeres a controlar su fecundidad.

    Atentamente, >>

    Merci de diffuser cette information dans votre entourage !

    Adelphiquement*,

    Florence Montreynaud

    *« Adelphiquement » dérive d’« adelphité », notion groupant fraternité et sororité. En français, « soeur » et « frère » proviennent de deux mots différents. « Adelphité » est formé sur la racine grecque adelph- qui a donné les mots grecs signifiant « soeur » et « frère ».