Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Go vegan! - Page 5

  • COP21 : sans un véganisme généralisé, la planète n'a pas d'avenir (mais le direz-vous ?)

    tumblr_lxzwzmYzEB1qzrvd9.png

  • Hommage à Mrs Coby

    12219484_1656665641281619_1117795755229064121_n.jpg

    Hommage à Mrs Coby, dont la famille a caché des juifs à Amsterdam pendant l'holocauste.

     

    Elle a 88 ans sur cette photo. Elle est végétarienne depuis sa naissance et végétalienne depuis 35 ans.

    Être omnivore, cela signifie participer directement au meurtre de 65 milliards d'animaux terrestres et de 1000 milliards d'animaux marins par an, sans aucune nécessité puisque nous savons désormais que la consommation de produits d'origine animale n' est pas nécessaire à notre survie.

     

    Pire, ces mêmes produits d'origine animale sont responsables d'une grande partie des maladies dites "de civilisation".

    Photo prise le 4 mai 2013. Manifestation devant le plus grand abattoir de la côte ouest des États-Unis.

  • La citation du jour : Catherine B., militante végane abolitionniste

    "La plupart des végans que je connais disent regretter de ne pas l'avoir été plus tôt.

    Alors pourquoi certaines personnes veulent-elles prendre du temps pour le devenir ?

    Parce qu'on devient végan quand on a compris que c'est inacceptable de ne pas l'être."

    Catherine B.

  • La solution aux "problèmes" des éleveurs ? Le véganisme !

    1614539_595150023923528_8406715005347692900_o.jpg

    La solution aux "problèmes" des éleveurs ?
    Le véganisme !
    Si nous étions tous végans, les éleveurs (et leurs soucis d'esclavagistes) disparaîtraient d'eux-mêmes.

  • Avoir honte pour autrui, puisque autrui n'a pas honte

    Avoir honte pour autrui, puisque autrui n'a pas honte.

    Avoir honte pour cet autre qui exploite et mange la chair de ses frères animaux, par exemple.

    Voilà un sentiment que j'éprouve très souvent.

    Les Finlandais ont un mot pour ça : "Myötähäpeä".

    http://www.lemonde.fr/m-actu/article/2013/12/06/myotahapea_3525721_4497186.html

  • "Le Danemark interdit (enfin) la zoophilie" (Sciences & Avenir)

    13932256.jpg

    La zoophilie est enfin interdite au Danemark. ©Régis Leroy / Green Eye / Biosphoto

     
    Victoire ! Le Danemark a adopté le projet de loi interdisant l'acte sexuel entre un humain et un animal. Une décision qui sonne la fin du tourisme zoophile en Europe.
     
    Au Danemark, avoir des relations sexuelles avec un animal n'était jusqu'alors pas illégal.
     
    Pis, le pays abritait même des bordels animaliers, où des hordes de cars touristiques étrangers se ruaient avec avidité.
     
    Et ce d'autant plus qu'au sein de l'Europe, nombreux sont les pays (dont la France) à s'être déjà prononcés contre la zoophilie.
     
    Une situation dénoncée en octobre 2014 par Dan Jørgensen, ministre de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Pêche, comme le relatait Sciences et Avenir dans un précédent article.

    Jusqu'alors, la loi danoise prévoyait uniquement des sanctions envers une personne ayant maltraité un animal avec qui elle aurait eu des relations sexuelles (maltraitances devant être constatées par un vétérinaire).

    Désormais, c'est l'acte sexuel lui-même qui est considéré comme une agression, "puisque les animaux ne peuvent pas dire non", comme l'expliquait Dan Jørgensen lors de la présentation de son projet de loi.

    Cette mesure politique ne manquera pas d'être saluée par les défenseurs des animaux, qui dénonçaient la légalité de ces viols zoophiles.

    Enfin, une bonne nouvelle surtout pour les animaux du Danemark !

    http://www.sciencesetavenir.fr/animaux/20150424.OBS7912/le-danemark-interdit-enfin-la-zoophilie.html

  • Parution le 11 mars 2015 de "Bêtes humaines ? Pour une révolution végane" (éditions Autrement)

    https://scontent-fra.xx.fbcdn.net/hphotos-xfp1/v/t1.0-9/1422513_1020910377937647_5578655865541559465_n.jpg?oh=75a64903e5a99d878355fc1b3318a023&oe=55B19440Parution le 11 mars 2015 aux éditions Autrement de Bêtes humaines ? Pour une révolution végane, tout premier essai entièrement consacré au véganisme abolitionniste publié par une maison d'édition française.

    Présentation :

    Plus cohérents et radicaux que les végétariens et autres défenseurs du bien-être animal, les végans abolitionnistes prônent une véritable révolution visant à mettre fin à l’exploitation des animaux nonhumains et à considérer ceux-ci comme nos égaux en vertu de leur conscience et de leur sensibilité.

    S’inspirant du courant immédiatiste en vigueur dans les États-Unis du XIXe siècle qui exigeait l’abolition immédiate de la traite des Noirs et la reconnaissance de leur égalité civile et politique, ils rejettent les principes du gradualisme (politique des « petits pas »). Hostiles aux discours bien-pensants et aux campagnes visant à améliorer le quotidien des personnes animales victimes de l’esclavage, les auteurs de cet ouvrage crient haut et fort leur refus de l’animal-objet et de son exploitation par les humains. Ils soulignent que le problème réside non pas dans la manière d’utiliser les animaux, mais dans le fait de les utiliser.

    Élevage, production de viande, de lait, de fourrure, de laine, de cuir, de miel, de soie, etc., « spectacles » aquatiques, chasse, pêche, corridas, zoos, déportation, emprisonnement, vivisection, manipulation génétique, domestication, confiscation, destruction et pollution des territoires… : autant de crimes spécistes auxquels nous collaborons collectivement et devant lesquels nous fermons les yeux depuis toujours.

    N’ayant pas besoin de produits d’origine animale pour vivre, nous réduisons en esclavage et massacrons les animaux par simple futilité. L’unique raison qui fait que nous exploitons et tuons plusieurs centaines de milliards d’animaux terrestres et marins chaque année est que nous en aimons le goût.

    Ce manifeste bouleverse nos valeurs et pointe du doigt la bonne conscience derrière laquelle se retranchent les adeptes du bio et d’une consommation soi-disant éthique de l’autre animal. Sans détours ni concessions, les auteurs affirment qu’il n’existe pas d’exploitation « humaine » d’autrui, pas plus qu’il n’existe de torture ou de meurtre « humain ».

    Ils dénoncent l’anthropolâtrie millénaire et battent en brèche notre prétendue supériorité morale infirmée par la manière dont nous traitons les autres créatures qui partagent avec nous la Terre — créatures que nous avons asservies, réduites à l’état de moyens au service de nos propres fins. Pour réveiller les consciences, ils n’hésitent pas à qualifier notre comportement de génocidaire, citant la fameuse phrase d’Isaac B. Singer, lauréat du Nobel de littérature : « Quand il s’agit d’animaux, tous les hommes se comportent comme des nazis. »

    Écrivains, philosophes, juristes et avocats s’accordent ici pour redonner une voix à ces victimes silencieuses qui, comme nous, ont droit à la vie et au respect.  

    Cet ouvrage constitue une tribune pour les hommes et les femmes œuvrant intellectuellement, pratiquement, pacifiquement pour la cause animale.

    Œuvrer pour les animaux, cela signifie mettre fin à leur exploitation, et non la réglementer ; cela signifie procéder à leur émancipation, et non pas aménager leur esclavage. Cela signifie travailler à un monde plus juste qui engloberait dans la communauté des égaux l’ensemble des êtres doués de sentience, en vertu de cette sentience même. De tels objectifs ne peuvent être atteints qu’à travers l’adoption d’un mode de vie végan, application pratique de la théorie abolitionniste et principe moral fondamental. Il se veut encore un outil puissant pour amener d’autres personnes à réfléchir sur la libération animale et ses implications.

    Enfin, il espère contribuer humblement à conjurer le cercle de violence que nous avons initié et dont nous sommes tragiquement prisonniers.

    Bêtes humaines ? Pour une révolution végane (dir. Méryl Pinque) est paru aux éditions Autrement le 11 mars 2015 dans la collection « Universités populaires & Cie ».*

    Avec, par ordre alphabétique, les contributions de : Gary L. Francione, Valéry Giroux, Patrick Llored, Méryl Pinque et Gary Steiner.

    Quatrième de couverture éditeur :

    Mettre fin à la domination de l'homme sur l'animal : tel est l'objectif du mouvement végan. À l'heure où les consciences s'éveillent face à la cruauté des pratiques observées dans les élevages et les abattoirs et où le nombre de végétariens ne cesse de croître, la philosophie végane, la plus radicale d'entre toutes, semble se faire une place dans nos sociétés contemporaines.

    Opposés à la consommation d'animaux et de tout produit issu de leur exploitation (lait, oeufs, miel mais aussi cuir, soie, fourrure ou laine), à leur emploi dans la recherche scientifique, aux zoos, aux corridas ainsi qu'à toute forme de domestication, les défenseurs de la cause végane bouleversent et dérangent nos habitudes. Un débat nécessaire et passionnant qui ne laissera personne indifférent.

    Méryl Pinque, qui dirige cet ouvrage, est écrivaine et fut porte-parole de 2008 à 2014 de l'association Vegan.fr pour la promotion du véganisme abolitionniste. Elle a collaboré à plusieurs revues littéraires et universitaires.

    Avec les contributions des grands spécialistes internationaux de la cause animale : Gary L. Francione (professeur de droit et de philosophie), Valéry Giroux (juriste et philosophe), Patrick Llored (philosophe) et Gary Steiner (philosophe).

    ***

    Explications sur le titre regrettable "Bêtes humaines" imposé par le directeur de collection : https://www.facebook.com/mouvementvegan/posts/919273654749401


    "Bêtes humaines est un titre spéciste et anthropomorphique.

    "Bêtes" est déjà un terme péjoratif ou rendu tel par l'usage.

    Le fait de lui accoler l'épithète "humaines" achève de le rendre tout à fait injurieux pour les animaux, comme si ceux-ci ne devaient mériter des droits qu'en étant comparés ou rapprochés des humains.

    Imagine-t-on une féministe écrire un livre intitulé : "Femmes masculines", ou un antiraciste un essai titré "Nègres blancs" ?...

    Il eût été juste que nous ayons pu dès le début de l'ouvrage nous dédouaner de la responsabilité d'un titre qui nous fut imposé, qui trahit les victimes, la philosophie du livre et nos convictions les plus essentielles.

    Il a donc fallu que je rajoute à la dernière minute, le titre final nous ayant été soumis très tardivement, un paragraphe au début de mon introduction, destiné à déconstruire ce titre spécieux et sémantiquement douteux.

    Fort heureusement, nous avons obtenu le droit de faire ajouter un point d'interrogation à la fin (point d'interrogation destiné à remettre en cause sa pertinence) ainsi que le sous-titre : Pour une révolution végane."

  • Un pavé dans le silence : "Introduction aux droits des animaux" de Gary L. Francione (Âge d'Homme, janvier 2015)

    Un classique de la littérature sur les droits des animaux vient de paraître à l'Âge d'Homme, et aucun - je dis bien AUCUN - critique ou journaliste n'en a parlé dans les médias.

    Est-ce la preuve de l'impéritie de la profession critique et journalistique ?

    Certainement.

    Il est absolument honteux de constater que les piètres livres de "célébrités" médiatiques telles que Franz-Olivier Giebert soient plébiscités et longuement présentés dans les colonnes des journaux et au cours d'innombrables émissions de télévision et de radio, et que le classique de Gary L. Francione, l'un des théoriciens des droits des animaux les plus mondialement connus et respectés, inventeur de la théorie végane abolitionniste (la seule en vérité qui garantisse aux animaux leurs droits fondamentaux et la fin de leur exploitation), paraisse dans le silence le plus total.

    Trop révolutionnaire pour être cité ?

    Ou tout simplement écrit par quelqu'un qui n'est pas connu d'un landerneau médiatique ignare et paresseux ?...

    Gary L. Francione, Introduction aux droits des animaux

    Parution : Âge d'Homme, Collection V, janvier 2015.

    390 p.

    http://www.lagedhomme.com/boutique/fiche_produit.cfm?ref=978-2-8251-4470-1&type=47&code_lg=lg_fr&num=0

  • "Nos amis pour la vie" : les produits laitiers ou les animaux, des êtres sensibles, conscients, de chair et de sang ?...

    veau en train d'e--tre tue--.jpg

    Les humains exploitent et tuent chaque année 60 milliards d'animaux terrestres et des trillions d'animaux marins non parce qu'ils ont besoin de produits d'origine animale pour vivre, mais parce qu'ils en aiment le goût. Aussi n'exploitent-ils et ne tuent-ils que par futilité.
     
    Qu'est-ce qui est le plus important ?
    La vie d'un animal, son bonheur, son bien-être, ou bien notre estomac ?
    Ayons enfin le sens des priorités.
    Ne soyons pas ridicules.
     
    Le texte ci-dessous est de Nicolas Steffen.
    A lire, à méditer, et à partager.
     
    ***
     
    Une vache produit-elle du lait naturellement tout au long de sa vie ?
    Comment expliquer la quantité astronomique de yaourts, lait, chocolat au lait, beurre et fromages que l’on trouve dans les supermarchés des pays industrialisés, alors que l’on voit si peu de vaches laitières dans les prés et pâturages ?
    Que sait-on au juste de la vie de ces vaches, en dehors des images bucoliques et verdoyantes véhiculées par la publicité et les livres pour enfants ?
     
    J’espère que vous consacrerez les dix minutes nécessaires à la lecture de ce document. Fruit de plusieurs heures de lecture, il est constitué de divers témoignages de vétérinaires, ouvriers, écrivains, historiens, journalistes et scientifiques. Cet enchaînement d’extraits reconstitue la vie d’une vache destinée à la production de lait ; il devrait répondre aux questions qui m’ont été adressées ces derniers temps.
     
    PRODUITS LAITIERS – POURQUOI NOUS ALLONS NOUS EN PASSER
     
    Obtenir du lait
     
    "De nombreux adultes ignorent probablement la réalité de la production laitière : la séparation des vaches et de leurs petits, l’abattage des veaux mâles, les taux de mammites, boiteries et autres affections des vaches. Ce manque ou cette négation de connaissance critique permet d’ignorer plus facilement le fait que la production laitière constitue véritablement un vol, de la part des êtres humains, du lait des vaches."
     
    Matthew Cole, sociologue britannique, dans Michelle Julien, La vache à lait, Notre consommation, leur martyre
     
    "Dans notre système agro-alimentaire, les vaches ont deux fonctions : fournir du lait ou de la viande. Suite à un processus de sélection artificielle, les vaches sont de nos jours spécialisées pour répondre à l’une ou l’autre des ces demandes. Les vaches dites allaitantes servent à produire de la viande. Ce sont d’elles que viennent les steaks. Quant aux vaches laitières, elles servent, comme leur nom l’indique, à la production du lait. Une fois leur service terminé, ces vaches laitières partent aussi à l’abattoir, mais leur viande, de moins bonne qualité, est vendue sous forme de steak haché, par exemple."
     
    Thomas Lepeltier, La révolution végétarienne
     
    "Première insémination des génisses à l’âge de 15 mois. Gestation pendant neuf mois.
    Les veaux sont ensuite séparés de leur mère, dans les 24 heures après leur naissance.
    Le lait de la vache ne sera jamais pour son veau.
    Trois mois après la mise bas, la vache sera réinséminée.
    L’éleveur conserve les femelles pour le renouvellement du troupeau.
    Quant aux mâles, ce sont les « surplus » de la production laitière."
     
    Michelle Julien, La vache à lait, Notre consommation, leur martyre
     
    La séparation
     
    « Pour qu'une femelle mammifère donne du lait, il faut qu'elle soit enceinte.
    Un long manche en fer enfoncé dans leur vagin pour leur injecter du sperme de taureau, parfois ils emploient leur main nue, et après qu'elle donne naissance, ses bébés lui sont volés. C'est le pire cri que j’aie jamais entendu, et j'ai été en première loge pour les entendre.
    Quand j'ai commencé à entendre parler de tout ça il y a 15 ans, j'étais comme tout le monde, je ne pensais pas que c'était si terrible, je pensais que tout le monde exagérait. Mais contrairement à tous les autres qui chassent ça de leur esprit et le mettent de côté, j'ai été voir ce qui se passait, j'ai passé 6 semaines dans un abattoir de cochons en 1993, je suis rentré par effraction dans des laboratoires de recherches animales, dans des fermes à fourrures, j'ai été dans les coulisses de chaque cirque, chaque rodéo au Michigan. Le cri le plus horrible que je n'aie jamais entendu : une mère vache dans une laiterie, elle crie et mugit de tous ses poumons, jour après jour, pour son bébé volé, pour qu'on le lui rende. »
     
    Gary Yourovsky, Extrait de la conférence « Le discours le plus important de votre vie »
     
    "Les veaux. Donc, au bout d’un jour ou deux, le cachot. La mère peut meugler sans presque s’arrêter pendant quarante-huit heures. Elle cherche le petit qu’elle a porté dans son corps. Faut-il être stupide ! La séparation la stresse gravement. Elle lui fait un mal qu’aucun instrument n’est capable de mesurer. Un veau est passé, simplement. Dans la nature, le sevrage se fait en douceur, sur un temps étonnamment long. Un veau peut téter sa mère jusqu’à l’âge de huit mois."
     
    Fabrice Nicolino, Bidoche, l’industrie de la viande menace le monde
     
    "Des études canadiennes ont mis en évidence la détresse et le traumatisme des vaches quand on les sépare de leur veau le lendemain même de la naissance et qu’on les mène aussitôt dans la salle de traite. Comme le note Boris Cyrulnik : « En procédant de la sorte, on vide le monde de la mère et du tout jeune animal, et l’on provoque une souffrance très intense, un vrai désespoir. Ce ne sont pas les voies nociceptives qui sont cette fois stimulées, mais bien la représentation. Tous deux sont privés de ce qui faisait sens pour eux. »
     
    Matthieu Ricard, Plaidoyer pour les animaux
     
    « La séparation du veau est l’incident potentiellement le plus douloureux dans la vie de la vache laitière. »
    « Des exemples de vaches qui se sont échappées et ont parcouru plusieurs kilomètres pour retrouver leur propre veau, après qu’il fut vendu à une autre ferme. »
     
    John Webster, Université de Bristol, spécialiste du comportement de l’animal domestique, dans Michelle Julien, La vache à lait, Notre consommation, leur martyre
     
    "Sur une exploitation laitière, une vache avait mis bas pour la cinquième fois de sa vie. Son veau lui fut comme d’habitude retiré, mais au lieu de continuer à produire des dizaines de litres de lait par jour, cette fois son pis restait presque vide. On découvrit finalement que la vache avait donné naissance à des jumeaux et que, par un « choix de Sophie », elle avait livré un de ses veaux à l’éleveur et caché l’autre dans un bois en bordure de prairie. Chaque jour et chaque nuit, elle retrouvait et nourrissait son petit, le seul qu’elle ait jamais pu garder auprès d’elle – et qui lui fut ensuite retiré sans pitié."
     
    D’après le témoignage de Holly Cheever, vétérinaire, dans Désobéir pour les animaux
     
    "Le veau. Reste le veau. Il a été privé de l’affection dont tous les enfants mammifères ont besoin. Ce peut être soit un mâle, soit une femelle. Dans le premier cas, il va être conduit dans un centre d’engraissement où il passera sa très courte vie enfermé, dans une stalle individuelle ou collective, où il aura très peu de place pour se déplacer et où il n’aura rien à faire de ses journées. Son alimentation sera calculée pour qu’il soit anémique, afin que sa viande soit blanche. Enfin, au bout de six mois, il sera conduit à l’abattoir.
    Si le veau est une femelle, elle risque de vivre le même cauchemar que sa mère. Mais si sa croissance n’est pas assez rapide, ou simplement s’il y a déjà trop de femelles, elle subira le même sort que les veaux mâles. Bref, de nos jours, la vache qui rit, cela n’existe pas, sauf dans les spots publicitaires."
     
    Thomas Lepeltier, La révolution végétarienne
     
    "Les veaux souffrent d’être séparés de leur mère et sont enfermés dans des boxes qui les empêchent d’adopter leur position naturelle de sommeil, la tête sous le flanc. Les boxes sont aussi trop étroits pour permettre au veau de se tourner ou de se lécher. Leur aliments sont délibérément appauvris en fer, car les consommateurs apprécient la viande « pâle » dont la couleur est due au fait que les animaux ont été volontairement anémiés."
     
    Matthieu Ricard, Plaidoyer pour les animaux
     
    "Pendant vos cours et/ou vos stages, vous a-t-on appris quel est l’âge considéré le moins « douloureux » pour castrer et écorner les veaux ?
    Nous n’avons pas vu de castration de veaux. Il a été évoqué une fois qu’on les castrait à vif avec une grosse pince : on serre le cordon testiculaire très très fort pendant une minute et cela suffit. Le taurillon est coincé dans une cage de contention, il subit ainsi cette barbarie sans pouvoir se défendre. La souffrance n’est absolument pas prise en compte car ils estimaient que « une minute c’est pas long ! », « on va pas endormir une bête pour une minute ! », « ils s’en remettent ! »…
     
    Les veaux sont écornés à une semaine/quinze jours. On leur applique un fer chauffé à 400° c sur la tête à l’endroit présumé où les cornes pousseront plus tard. On brûle le cartilage et la peau avec. Certains éleveurs font ça avec de l’acide, d’autres laissent pousser les cornes et les coupent à la scie plus tard. Ils sont très rarement endormis car « on va pas endormir tous les veaux juste pour ça!», « ils sont jeunes, dans deux jours ils ne s’en souviendront plus », « ça leur fait pas si mal »… Les éleveurs ont bonne conscience. Ils se disent que les animaux sont jeunes, et oublieront très vite cette souffrance. La douleur animale n’est donc jamais prise en compte."
     
    Une étudiante en BTS Productions Animales, dans Michelle Julien, La vache à lait, Notre consommation, leur martyre
     
    "Un ouvrier américain raconte que, pour tuer les veaux plus vite, on en met huit ou neuf ensemble dans l'enclos d'abattage. "Dès qu'ils entrent, tu commences à tirer; les veaux sautent, ils se montent les uns sur les autres. Tu ne sais plus lesquels ont été touchés et lesquels non, et tu oublies ceux qui sont au fond. " Ils sont suspendus vivants et partent sur le convoyeur en se tordant et en criant. "Les bébés - ceux qui n'ont que deux ou trois semaines - , ça me fait mal de les tuer, alors je les laisse passer. " Pourtant, il ne rend pas service à ces petits veaux en les "laissant passer", car ça veut dire qu'ils seront tout à fait conscients quand l'ouvrier, plus loin sur la chaîne, les suspendra, les saignera, les découpera."
     
    D'après Gail Eisnitz, Slaughterhouse, dans Charles Patterson, Un éternel Treblinka
     
    En Angleterre, le docteur Alan Long a qualifié ce qui se passe dans les abattoirs, où il se rend régulièrement en tant que chercheur, d’entreprise « implacable, impitoyable et sans remords ». Certains ouvriers lui ont confié que le plus dur dans leur travail était de tuer les agneaux et les veaux, parce que « ce ne sont que des bébés ».
     
    « C’est un moment poignant, dit le docteur Long, quand un petit veau affolé, qu’on vient d’arracher à sa mère, se met à téter les doigts du boucher dans l’espoir d’en tirer du lait, et ne reçoit que de la méchanceté humaine. »
     
    Matthieu Ricard, Plaidoyer pour les animaux
     
    Vie d’une vache laitière
     
    "Ensuite, il va falloir que la vache soit traite sans relâche pour que le maximum de lait lui soit soutiré. Pour faciliter cette opération et la rentabiliser, les vaches passent de moins en moins de temps en pâturage. Leur élevage se fait de façon croissante en stabulation individuelle (les animaux sont séparés les uns des autres par des barreaux) où elles ont très peu de possibilité de se mouvoir."
     
    Thomas Lepeltier, La révolution végétarienne
     
    « Selon moi, une vache à viande est bien plus heureuse car elle vit toute l’année au pré ; contrairement à la vache laitière qui vit sur du béton, enfermée dans un bâtiment. »
    Une étudiante en formation BTS Productions Animales, dans Michelle Julien, La vache à lait, Notre consommation, leur martyre
     
    "Alors qu’une vache allaitante produit environ 4 litres de lait par jour (ce qui est suffisant pour son veau), les éleveurs ont réussi à obtenir des vaches laitières qu’elles en produisent en moyenne 30 litres par jour, avec des pics de 60 litres. Leurs pis débordant de lait sont donc très lourds et trop volumineux, ce qui provoque un écartement des membres postérieurs, des lésions au niveau des pieds, des boiteries et autres problèmes fonctionnels. Soumises à ce calvaire pendant quelques années, les vaches finissent rapidement par être épuisées et par voir leur production de lait diminuer. Comme seule l’hyper-productivité est intéressante pour l’industrie, les vaches laitières sont en général envoyées à l’abattoir quand elles ont entre 4 et 5 ans. Ce voyage est encore plus éprouvant que pour leurs cousines allaitantes, puisque les vaches laitières ont bien souvent du mal à se déplacer, quand elles arrivent encore à se tenir debout. Il faut donc les frapper et les traîner par des treuils pour les conduire dans les camions, les en faire sortir et les amener au poste d’abattage. Ensuite, c’est le massacre habituel."
     
    Thomas Lepeltier, La révolutions végétarienne
     
    « La principale maltraitance, subie par les « vaches laitières », est leur continuelle gestation. (…) Les gestations à répétition et la production d’énormes quantités de lait sont épuisantes pour l’organisme de la vache. Par conséquent, tous les éleveurs sont confrontés au problème des « vaches couchées » (downer cows). De nombreuses fois, nous avons été témoins du fait qu’au lieu d’être euthanasiées, ces vaches sont soit laissées dans l’étable où elles finissent par mourir, soit chargées sur un camion et emmenées à l’abattoir. »
     
    Sophie Greger, enquêtrice au sein de Animals’ Angels, dans Michelle Julien, La vache à lait, Notre consommation, leur martyre
     
    « Toutes les vaches sont piquées aux hormones. La seringue n’a jamais été changée pendant toute la semaine où j’ai fait la traite. Le fermier les pique directement dans le trayon (le trou du pis) pour que le lait vienne plus vite. »
     
    Une étudiante en BTS Productions Animales, dans Michelle Julien, La vache à lait, Notre consommation, leur martyre
     
    En France, environ 70% de la viande de bœuf provient des vaches laitières de réforme, c’est-à-dire des vaches envoyées à l’abattoir quand elles ne sont plus considérées comme rentables dans un élevage laitier : trop « vieilles », difficulté à être fécondées, ou subissant des mammites à répétition.
     
    Michelle Julien, La vache à lait, Notre consommation, leur martyre
     
    « Après plusieurs années de production de lait, lorqu’elles arrivent en vaches de réforme… elles arrivaient, et elles arrivent encore dans de… très mauvais états. »
     
    Docteur vétérinaire Jean-Pierre Kieffer, président de l’OABA, dans Michelle Julien, La vache à lait, Notre consommation, leur martyre
     
    "Les conditions de vie en élevage bio ou en extensif sont globalement moins mauvaise qu’en intensif. Cependant, les vaches et les veaux sont toujours séparés précocement, les poussins mâles sont broyés ou gazés pour la production d’œufs, les porcelets castrés à vif et un nombre excessif d’animaux sont élevés ensemble : en bio, le nombre de poules pondeuses peut aller par exemple jusqu’à 3000 individus dans le même bâtiment. Quant aux abattoirs bio, ils n’existent pas."
     
    Dans Désobéir pour les animaux
     
    Dans les abattoirs
     
    "Il faut savoir que pour amener les animaux de la stabulation au poste d’abattage, il y a un couloir, souvent mal adapté, avec des angles, des parois trop larges, l’animal peut alors se retourner. Et pour faire avancer les animaux parcequ’ils sont effrayés, il y a l’utilisation de la pile électrique. Cette utilisation est réglementée, on ne doit pas l’utiliser sur certaines parties du corps qui entrent dans la consommation. Ensuite, les animaux arrivent au poste d’abattage."
     
    Docteur vétérinaire Jean-Pierre Kieffer, président de l’OABA, dans Michelle Julien, La vache à lait, Notre consommation, leur martyre
     
    Dès que l’animal a posé un sabot sur la rampe, son destin est scellé. Quand il ressort de la rampe et se retrouve dans l’usine, il est immédiatement « zappé » par un pistolet pneumatique qui lui envoie une balle jaune dans le crâne. Après, il « tombe à genoux, les yeux vitreux », un ouvrier accroche un de ses sabots arrière à une chaîne, une poulie soulève alors « la bête comateuse » de la plate-forme et elle se débat, la tête en bas, balancée au-dessus de la salle d’abattage où « des hommes couverts de sang attendent avec de longs couteaux de couper la gorge de l’animal et de lui trancher la veine jugulaire ».
     
    Jimmy M. Skaggs, dans Charles Patterson, Un éternel Treblinka
     
    Comme les autre bêtes de rente, elles doivent d’abord être étourdies. En ce qui les concerne, l’opération consiste à leur pérforer le crâne. Là encore, l’intention est bonne. Mais, comme toujours, les bêtes ne sont pas dociles. Elles bougent et se débattent. Quant aux personnes en charge de l’opération, elle ne sont pas toujours à la hauteur de leur tâche. En plus, elles n’ont pas le temps de faire soigneusement leur travail. Résultat : de nombreuses vaches, simplement sonnées, restent conscientes ou reprennent rapidement conscience. Or voilà que commence l’opération de dépeçage. On suspend donc à un crochet ces vaches toujours conscientes par une patte de derrière et on leur tranche la gorge pour qu’elles se vident de leur sang. Imaginez ce que doit être pour une vache de plus de 500 kg que d’être soulevée par une patte arrière : le crochet lui arrache la peau, sa hanche est à peu près sûre d’être démise et, psychologiquement, la situation doit être terrifiante. En tout cas, c’est au cours de ce processus qu’elles sont sensées mourir. Mais, dans l’industrie, on ne peut pas se permettre d’attendre longtemps. Alors, quand de nombreuses bêtes sont encore conscientes, on se met à les dépecer, en commençant par couper les pattes de devant. Les vaches toujours suspendues par une patte arrière, se débattent tant qu’elles peuvent. Mais leur destin est scellé. Le couteau du boucher continue son œuvre.
     
    Thomas Lepeltier, La Révolution végétarienne
     
    "Ensuite, cette vache, qui a produit pendant un certain temps, ne va pas mourir dans le pré et être enterrée comme un animal domestique. Elle va partir à l’abattoir. Elle a une période de production, ensuite une période de consommation. Elle va être consommée et cette vache abattue sans étourdissement… Surtout les vaches laitières sont beaucoup plus longues à mourir de la saignée ! J’ai vu des petites vaches laitières, des petites Holstein très maigres, qui saignaient beaucoup moins vite. … Les vaches de réforme peuvent demander 5 à 7 minutes avant de mourir. Imaginez une vache qui fait 500 kg, suspendue par une patte, la gorge tranchée, et attendre 5 minutes avant de mourir. Elle risque même de se retrouver… « habillée » - c’est un terme que les abattoirs emploient lorsqu’ils commencent à retirer la peau. Donc on risque de commencer à retirer la peau sur un animal qui n’est pas complètement mort…"
     
    Docteur vétérinaire Jean-Pierre Kieffer, président de l’OABA, dans Michelle Julien, La vache à lait, Notre consommation, leur martyre
     
    La chaîne d’abattage est un lieu où les bruits atteignent aisément 110 décibels, soit davantage que le fracas d’un concert. Le crissement des couteaux et des scies fendeuses se mêle à celui des vérins soutenant les plates-formes et des outils pneumatiques. L’on travaille sous le jet de lances à eau sans lesquelles les ouvriers disparaîtraient sous les déjections. Il faut chaque matin se réhabituer à l’odeur du chlore, à l’odeur de l’urine, à l’odeur de la merde, à l’odeur du sang. N’oublions surtout pas, car c’est lié, l’obsession sanitaire, sans laquelle l’édifice s’effondre immanquablement.
     
    Fabrice Nicolino, Bidoche, l’industrie de la viande menace le monde
     
    "Un homme, Danny, revient de son déjeuner. Il donne trois ou quatre coups de pied violents à la vache blessée pour la faire lever, mais elle ne peut pas. Il se penche dans le box métallique et tente de l’assommer de son pistolet pneumatique, puis lui tire une balle de douze centimètres dans la tête.
    Danny attache une chaîne à l’une des pattes arrière de la vache et la soulève. Mais la vache n’est pas morte. Elle lutte, ses pattes s’agitent tandis qu’elle s’élève, la tête en bas. Sue remarque que certaines vaches sont totalement assommées mais d’autres pas du tout. « Elles se débattent comme des folles pendant que Danny leur tranche la gorge. » Danny parle à celles qui sont encore conscientes : « Allez, ma fille, sois gentille ! » Sue regarde le sang gicler « comme si tous les êtres vivants étaient des récipients mous qui n’attendaient que d’être percés ». Danny s’approche de la porte et fait avancer les vaches suivantes à coups de bâton électrique. Les vaches terrifiées résistent et donnent des coups de sabots. Tandis qu’il les force à pénétrer dans l’enclos où elles vont être assommées, Danny répète d’une voix chantante : « Allez, ma fille ! »
     
    D’après le témoignage de l’artiste peintre Sue Coe, dans Matthieu Ricard, Plaidoyer pour les animaux
     
    "J’ai entendu dire que des vaches arrivent à l’abattoir alors qu’elles attendent un petit. L’avez-vous également constaté ?
    - Oui, c’est une pratique courante, chez les éleveurs. En fait, une vache pleine est plus lourde, elle rapporte ainsi plus d’argent à l’éleveur."
     
    Une élève de deuxième année à l’Ecole Nationale Vétérinaire D’Alfort.
    Dans Michelle Julien, La vache à lait, Notre consommation, leur martyre
     
    Un ouvrier témoigne :
     
    « Une génisse de trois ans est arrivée dans la zone de tuerie. Et elle était en train de vêler, juste là, le veau était à moitié sorti. Je savais qu’elle allait mourir, alors j’ai tiré le veau. Bon sang, mon patron était fou de rage. (…) Ces veaux, ils les appellent des « avortons ». Ils se servent du sang pour la recherche sur le cancer. Et il le voulait, ce veau. »
     
    « Quand il y en a qui se réveillent, explique un employé de la chaîne, on a l’impression qu’elles cherchent à grimper le long des murs. » Quand les vaches arrivent au niveau des coupeurs, les coupeurs de pattes n’ont pas le temps d’attendre que leur collègue vienne assommer de nouveau la vache. Donc, ils leur coupent simplement le bas des pattes avec les pinces : « Les bêtes deviennent folles, elle donnent des coups de pied dans tous les sens. »
     
    Jonathan Foer, Faut-il manger les animaux ?
     
    « J’aimerais ajouter que, sur le problème des abattoirs… c’est un énorme problème, et le public n’est pas informé ! Il tient également à vous de les informer. »
    Docteur vétérinaire Jean-Pierre Kieffer, président de l’OABA, dans Michelle Julien, La vache à lait, Notre consommation, leur martyre
     
    « Je me souviendrai toujours de cette vache qui louchait. Comme j’aurais voulu la sauver ! Mais ce n’était pas possible. D’autant plus que la législation spécifie bien que tout animal entré dans un abattoir ne peut en ressortir vivant… »
     
    Jean-Luc Daub, ancien enquêteur dans les abattoirs, dans Michelle Julien, La vache à lait, Notre consommation, leur martyre
     
    Les personnes en charge de l’opération
     
    « J’ai reçu un jour, chez ma logeuse, un ouvrier de l’abattoir. Or elle le connaissait depuis plus de vingt ans, mais elle ignorait qu’il faisait ce travail. Il ne lui avait jamais dit. Certains ne le disent pas à leur propre femme. Je crois que ces gens intériorisent une sorte de condamnation morale a priori, jamais exprimée, de leur activité. »
     
    Témoignage de Séverin Muller, sociologue
     
    Séverin Muller a bien raison d’insister sur cette dimension sociale. L’immense majorité des ouvriers d’abattoir sont des… ouvriers, souvent d’origine rurale, peu cultivés et ne disposant d’aucun relais dans la société pour faire entendre leur point de vue et défendre leur intérêts. (…) Mais le grand massacre, dans ces conditions indignes, ne cache-t-il pas des mystères plus profonds encore ? D’où vient cette volonté du corps social de faire accomplir la tuerie par les plus pauvres, les mal-aimés de la vie, payés comme il se doit à un prix dérisoire ?
    Comme il serait facile de concentrer le regard sur les tueurs patentés qui oeuvrent en notre nom collectif !
     
    Fabrice Nicolino, Bidoche, l’industrie de la viande menace le monde
     
     
    "Tuer des jeunes peut parfois poser problème aux ouvriers des abattoirs. "Il est intéressant de voir, dit un observateur anglais, ce qui touche encore le coeur calleux - de par le travail qu'ils font ou que le consommateur leur demande de faire - des ouvriers des abattoirs. Pour l'un, ce sont les chèvres. "Elles pleurent comme des bébés". Pour un vétéran de l'eviscération, c'est de porter des veaux de trois jours jusqu'à l'abattage et de leur détruire le cerveau d'une balle."
     
    Andrew Tyler, dans Charles Patterson, Un éternel Treblinka
     
    "D’après une étudiante vétérinaire, Christine M. Haupt, qui relate son expérience de stagiaire dans un abattoir, ce sont les consommateurs qui contribuent à entretenir ce système et sont donc, en fin de compte, responsables : « Il me vient à penser que – à part quelques exceptions – les personnes qui travaillent ici ne réagissent pas de façon inhumaine, elles sont tout simplement devenues indifférentes, comme moi aussi avec le temps. C’est de l’autoprotection. Non, les vrais inhumains sont ceux qui ordonnent quotidiennement ces meurtres de masse et qui, à cause de leur voracité pour la viande, condamnent les animaux à une vie misérable et à une lamentable fin, et forcent d’autres humains à accomplir un travail dégradant qui les transforme et êtres grossiers. Moi-même, je deviens progressivement un petit rouage de ce monstrueux automatisme de la mort. »
     
    Matthieu Ricard, Plaidoyer pour les animaux
     
    "Le docteur Long aime discuter avec les ouvriers, pendant leurs pauses. « J’ai souvent traîné avec l’équipe des assommeurs dans leur salle quand, couverts de sang et de sueur, ils se reposent de la tuerie. J’ai tenté d’en apprendre autant que j’ai pu et d’obtenir leur point de vue. Ils ont parfois des remarques révélatrices comme : « Enfin c’est légal, non ? »
    Et je pense que ces remarques laissent entendre qu’ils sont peut-être un peu surpris eux-mêmes. »
     
    Charles Patterson, Un éternel Treblinka
     
    En finir avec l’exploitation animale
     
    Ecoutons la grande primatologue Jane Goodall : « Ce qui me choque le plus, c’est que les gens paraissent presque schizophrènes dès lors que vous évoquez les conditions terribles qui règnent dans les élevages intensifs, l’entassement cruel d’êtres sensibles dans des espaces minuscules – des conditions tellement horribles que l’on est obligé de leur administrer sans cesse des antibiotiques pour les garder en vie, sinon ils se laisseraient mourir. Je décris souvent le cauchemar du transport – s’ils tombent pendant le transport, on les hisse par une jambe, qui se casse – et des abattoirs où tant d’animaux ne sont même pas étourdis avant d’être écorchés vifs ou plongés dans l’eau bouillante. C’est évidemment atrocement douloureux. Lorsque je raconte tout ceci aux gens, ils répondent souvent : « Oh, s’il vous plaît, ne m’en parlez pas, je suis trop sensible et j’adore les animaux. » Et je me dis : Mais qu’est-ce qui a bien pu dérailler dans ce cerveau ?!
     
    Matthieu Ricard, Plaidoyer pour les animaux
     
    "Les mauvais traitements à l’égard des animaux restent, eux, le plus souvent, ignorés, tolérés, voire approuvés. Pourquoi ignorés ? Parce que l’écrasante majorité de ces mauvais traitements sont infligés aux animaux loin des regards, dans les entreprises de prodution industrielle et dans les abattoirs. Et l’industrie agroalimentaire exerce une censure tacite mais hermétique, s’assurant qu’aucune image choquante ne sorte de ses enceintes de torture."
     
    Matthieu Ricard, Plaidoyer pour les animaux
     
    "A de rares exceptions près (celle du documentaire L’adieu au steak, par exemple, qui a été diffusé par Arte), on ne montre jamais à la télévision ce qui se passe tous les jours dans ces lieux. Des documentaires remarquables, tels que Terriens, Food Inc. et LoveMEATender, réalisés au prix de grandes difficultés, ne sont jamais diffusés sur les chaînes publiques. (…) Ce n’est pas que les médias et la télévision répugnent à montrer des images susceptibles de heurter les âmes sensibles. Ils diffusent continuellement des images de guerre, d’attentats et de catastrophes naturelles dans le but d’informer et, dans certains cas, d’éveiller notre compassion et de nous inciter à venir en aide aux victimes.
    Dans les pays riches (…) le sort de ceux que nous mangeons est dissimulé avec force précautions. Tous est fait pour que le consommateur soit maintenu dans l’ignorance. (…)
    Les industriels en question affirment n’avoir aucune raison d’avoir honte des leurs activités. Mais s’ils avaient l’esprit en paix, pourquoi feraient-ils tant d’efforts pour les dissimuler ? Ils savent fort bien que la demande des consommateurs baisserait spectaculairement si ces derniers voyaient ce qui se passe dans les élevages de masse et dans les abattoirs.
    Il n’est donc guère surprenant que les responsables de ces entreprises interdisent systématiquement l’accès de leurs locaux aux journalistes et aux autres personnes qui veulent les visiter, et veillent à ce que leurs usines soient gardées comme des camps militaires hautement sécurisés."
     
    Matthieu Ricard, Plaidoyer pour les animaux
     
    « La cruauté incontestable associée à la production de produits laitiers fait comprendre que le lacto-végétarisme n’est qu’à mi-chemin entre la consommation de viande et une alimentation réellement humaine et civilisée. »
     
    Donald Watson, co-fondateur de la Vegan Society, dans Michelle Julien, La vache à lait, Notre consommation, leur martyre
     
    « Je pense très profondément que les gens qui ont une sensibilité, qui réfléchissent aux choses, doivent en arriver à la conclusion qu’il est impossible d’être bon, d’être pacifique si on tue des animaux. Qu’on ne peut pas se dire épris de justice si on s’empare d’une créature plus faible que soi pour la torturer et la tuer. »
     
    Isaac Bashevis Singer (prix Nobel de littérature en 1978), dans Charles Patterson, Un éternel Treblinka
     
    ***
    Ne dites plus que vous aimez les animaux si vous consommez des produits d'origine animale.