Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Go vegan! - Page 9

  • Le véganisme n'est pas un choix : c'est un devoir moral

    1779121_10152283753181508_1812184748_n.jpg

    DEVENEZ VEGANS SI VOUS RESPECTEZ VRAIMENT LES ANIMAUX.

    Inutile de vous apitoyer sur leur sort si par ailleurs vous les consommez sous une forme ou sous une autre.

    Consommation de produits d'origine animale = collaboration à l'exploitation animale.

    Pas d'offre sans demande.

    Pensez-y.

  • 24 mai à Plailly (60) : manifestion internationale contre les delphinariums

    manifestation_cestassez_72.jpg

    Quand ?
    24/05/2014
    08:30 - 16:00

    Où ?
    Parc Astérix
    Parc Astérix
    Plailly
    France
     
    Le samedi 24 mai 2014 a lieu une manifestation internationale contre les delphinariums. Non, applaudir un dauphin sous médicaments dans une baignoire n’est pas une preuve d’amour.
     
    Aimons-les vraiment, libérons-les !
     
    Plus de détails sur la manifestation :
     
    Mobilisation statique, calme et apolitique avec visuels et distribution de tracts, avant l’entrée du Parc Asterix sur terre-plein central.
     
    Covoiturage possible et souhaité.
     
    Amenez de quoi manger pour pique-niquer, de quoi s’asseoir pour ceux qui craignent la station debout ou assise par terre et de quoi se protéger du soleil.
     
    Mobilisation dans le cadre d’une journée internationale contre la captivité des cétacés.
     

    Comment venir au parc Astérix ?
     
    En voiture : depuis Paris, autoroute A1 direction Lille, sortie directe Parc Astérix entre les sorties 7 et 8. Parking payant : 10€
     
    Le parking est nécessaire pour ceux qui viennent en voiture pour éviter de troubler la circulation des voitures visiteurs et que la police n’intervienne.

    En Navette depuis l’aéroport Charles De Gaulle

    RER B3 de Paris Gare du Nord, sur le quai n°43 et descendez à l’arrêt « Aéroport Charles De Gaulle Terminal 1, Terminal 3″. Guichet « Parcs de Loisirs ».

    Tarif Aller/Retour :
    8,50€ /adulte à partir de 12 ans
    7,50€/enfant de 3 à 11 ans
    Gratuit pour les moins de 3 ans

    Heures de départ : Toutes les 30 minutes, de 9h et jusqu’à 1h00 après la fermeture du Parc

    Heures de retour : idem

    ATTENTION IL EST PREFERABLE DE RESERVER A L’AVANCE POUR ETRE SUR D’AVOIR LES PREMIERS BUS ET D’EVITER LA FILE D’ATTENTE !

    Pour réserver : http://www.cif-bus.com/exec/home.asp?NumRub=2006
    (Si vous vous organisez, vous pouvez profiter des tarifs de groupe)

    ATTENTION: évitez la navette du parc qui part du Louvre.
    Trop chère et il n’y a qu’un aller / retour seulement à 9h et 18h30.

    En minivan privatif depuis l’aéroport Charles De Gaulle.

    Trajet en minivan 8 places (opéré par SuperShuttle), tarif fixe par trajet en fonction du point de départ et à partir de 79€ pour 8 places. Heure déterminée par les voyageurs.

    Pour réserver https://reservations.supershuttle.fr/default.aspx?content=GroupReservations&GC=ASTER

    http://www.vegactu.com/evenements/manifestation-internationale-contre-les-delphinariums/

  • Barjavel, à son corps défendant

    "L’élevage, cette horreur, avait également disparu. Élever, chérir des bêtes pour les livrer ensuite au couteau du boucher, c’étaient bien là des moeurs dignes des barbares du XXe siècle. Le « bétail » n’existait plus. La viande était « cultivée » sous la direction de chimistes spécialistes et selon les méthodes, mises au point et industrialisées, du génial précurseur Carrel, dont l’immortel coeur de poulet vivait encore au Musée de la Société protectrice des animaux.

    Le produit de cette fabrication était une viande parfaite, tendre, sans tendons, ni peaux ni graisses, et d’une grande variété de goûts. Non seulement l’industrie offrait au consommateur des viandes au goût de boeuf, de veau, de chevreuil, de faisan, de pigeon, de chardonneret, d’antilope, de girafe, de pied d’éléphant, d’ours, de chamois, de lapin, d’oie, de poulet, de lion et de mille autres variétés, servies en tranches épaisses et saignantes à souhait, mais encore des firmes spécialisées, à l’avant-garde de la gastronomie, produisaient des viandes extraordinaires qui, cuites à l’eau ou grillées, sans autre addition qu’une pincée de sel, rappelaient par leur saveur et leur fumet les préparations les plus fameuses de la cuisine traditionnelle, depuis le simple boeuf miroton jusqu’au civet de lièvre à la royale.

    Pour les raffinés, une maison célèbre fabriquait des viandes à goût de fruit ou de confiture, à parfum de fleurs. L’Association chrétienne des abstinents, qui avait pris pour devise : « Il faut manger pour vivre et non pas vivre pour manger » possédait sa propre usine. Afin de les aider à éviter le péché de gourmandise, elle y cultivait pour ses membres une viande sans goût.

    La Brasserie 13 n’était qu’une succursale de la célèbre usine du bifteck-frites, qui connaissait une grande prospérité. Il n’était pas une boucherie parisienne qui ne vendît son plat populaire. Le sous-sol de la brasserie abritait l’immense bac à sérum où plongeait la « mère », bloc de viande de près de cinq cents tonnes.

    Un dispositif automatique la taillait en forme de cube, et lui coupait, toutes les heures, une tranche gigantesque sur chaque face. Elle repoussait indéfiniment. Une galerie courait autour du bac. Le dimanche, le bon peuple consommateur était admis à circuler. Il jetait un coup d’oeil attendri à la « mère » et remontait à la brasserie en déguster un morceau, garni de graines de soja géant coupées en tranches, et frites à l’huile de houille. La fameuse bière 13, tirée de l’argile, coulait à flots.

    François, son bifteck achevé, se fit servir une omelette et un entremets au lait.

    Il ne serait pas venu à l’idée des Européens du XXe siècle de manger des foetus de mouton ou des veaux mort-nés. Ils dévoraient pourtant des oeufs de poule. Une partie de leur nourriture dépendait du derrière de ces volatiles. Un procédé analogue à celui de la fabrication des viandes libéra l’humanité de cette sujétion. Des usines livrèrent le jaune et le blanc d’oeuf, séparés, en flacons. On ne commandait plus une omelette de six oeufs, mais d’un demi-litre.

    Quant au lait, sa production chimique était devenue si abondante que chaque foyer le recevait à domicile, à côté de l’eau chaude, de l’eau froide et de l’eau glacée, par canalisations. Il suffisait d’adapter au robinet de lait un ravissant petit instrument chromé pour obtenir, en quelques minutes, une motte d’excellent beurre. Toute installation comportait un robinet bas, muni d’un dispositif tiédisseur, auquel s’ajustait une tétine. Les mères y alimentaient leurs chers nourrissons."

    Barjavel, Ravage (1943)

  • Citations (Gary L. Francione)

    J'ajoute ce complément à la première citation de Francione :

    "Si vous êtes antiraciste sans être végan, cela signifie que vous faites mine d'ignorer que vous établissez des discriminations entre les espèces de la même manière qu'un raciste établit des discriminations entre les 'races'."

    2013

    « Si vous êtes féministe sans être végan, cela signifie que vous faites mine d’ignorer, ou que vous passez sous silence, l’exploitation des femelles nonhumaines, la marchandisation de leur processus reproductif et la destruction de leurs relations avec leurs bébés ;

    Si vous êtes écologiste sans être végan, cela signifie que vous faites mine d’ignorer, ou que vous passez sous silence, le fait indéniable que l’agriculture animale représente un désastre écologique ;

    Si vous souscrivez à la non-violence sans être végan, alors les mots de non-violence sortent de vos lèvres de la même façon que les produits de la torture et de la mort y pénètrent.

    Si vous prétendez aimer les animaux mais que vous les mangez, eux ou les produits issus de leurs corps, ou que vous les consommez de quelque manière que ce soit, alors vous considérez que l’amour est compatible avec le fait de faire du mal à ceux que vous aimez.

    Arrêtez de vous trouver des excuses. Aucune n’est valable. Devenez végan. » – 17 novembre 2013

    « Etre végan, ce n’est pas simplement se montrer ‘bon’ envers les animaux. C’est avant tout être juste et respecter l’obligation morale que nous avons de ne pas traiter les autres êtres sentients comme des choses. » – 24 janvier 2013

    « Les humains traitent les animaux comme des choses n’existant que comme moyens mis au service de leurs propres fins. D’un point de vue moral, c’est mal. Le sexisme propage l’idée que les femmes sont des choses n’existant que comme moyens mis au service des fins masculines. D’un point de vue moral, c’est mal. Nous devons cesser de traiter autrui — qu’il soit humain ou nonhumain — comme une chose. » – 8 janvier 2013

    « Ce n’est vraiment pas sorcier. Si les animaux ne sont pas de simples choses ; s’ils ont une valeur morale, nous ne pouvons justifier le fait de les manger, de les porter ou de les utiliser, a fortiori lorsque nous n’avons pas de meilleure raison de le faire que la mode ou le plaisir gustatif. Si vous mangez, portez ou utilisez les animaux, alors vos actions disent que vous les considérez comme de simples choses, même si vous prétendez le contraire. » – 6 janvier 2013

    2012

    « Si nous partons du principe que la conclusion selon laquelle le véganisme est moralement préférable au végétarisme n’est pas possible sous prétexte que chacun suit « son propre parcours », alors le jugement moral devient à son tour complètement impossible et spéciste. Il devient impossible car si nous suivons chacun « notre propre parcours », alors il n’y a plus rien à reprocher aux racistes, aux sexistes, aux antisémites, aux homophobes, etc. Si nous disons que ces formes de discrimination sont moralement mauvaises mais que, dès lors qu’il s’agit des animaux, chacun de nous suit « son propre parcours » et que donc nous ne saurions émettre de jugements moraux sur, par exemple, la consommation de produits laitiers, alors nous nous montrons tout simplement spécistes en ce que nous n’appliquons pas, avec les non-humains, la même analyse morale dont nous nous servons dans les contextes humains. » – 2012

    « Le véganisme est-il une question de ‘choix’ ? Non, sauf si vous pensez que nous avons moralement le droit de choisir d’exploiter les êtres vulnérables à des fins frivoles telles que le plaisir gustatif. » – 22 décembre 2012

    « Il y a une tendance à considérer la valeur inhérente ou intrinsèque comme une sorte de concept mystérieux. Ce n’est pas le cas. Il reflète simplement le fait que certains objets — les choses non sentientes que sont par exemple les rochers, les voitures et les téléphones portables — n’ont d’autre valeur que celle que nous leur accordons. D’autres — à savoir les humains et les non-humains sentients — attachent de la valeur à leur vie même si personne d’autre ne leur en accorde. La valeur inhérente est le nom que nous donnons à la reconnaissance de cette évaluation. » – 16 décembre 2012

    « Nourriture végane : facile, bon marché, saine, délicieuse. Ne laissez personne dire le contraire. » – 6 décembre 2012

    « Non-violent ? Devenez végan. » – 3 décembre 2012

    « Si vous vous souciez des animaux, alors il n’y a qu’une seule chose à faire : devenir végan. Pouvez-vous choisir de ne pas être végan ? Bien sûr. Vous pouvez effectivement choisir de ne pas vous soucier des animaux. » – 1er décembre 2012

    « Rendez grâce pour tout ce que vous avez en décidant de ne pas faire de mal aux autres. Si vous n’êtes pas végan, célébrez cette journée en devenant végan afin que chaque jour soit pour toujours l’expression de votre grâce à travers votre refus de participer à l’exploitation animale. » – 22 novembre 2012 (Thanksgiving Day, USA)

    « Les animaux comptent-ils moralement ? Si vous pensez que tel est le cas, assurez-vous que ces quatre mots fassent partie de votre vocabulaire : être végan, éduquer, adopter, héberger. » – 14 septembre 2012

    « Le véganisme n’est en aucune manière une limitation ; au contraire, c’est une expansion de votre amour, la marque de votre engagement pour la non-violence et de votre croyance en la justice pour tous. » – 6 septembre 2012

    « Chaque être sentient attache de la valeur à son existence même si personne d’autre ne le fait. C’est ce qui doit être compris lorsqu’on dit que la vie de chacun d’eux a une valeur inhérente. » – 28 août 2012

    « Le fait d’être végan nous comble de la paix de savoir que nous ne participons plus à cette violence hideuse qu’est l’exploitation animale. » – 28 août 2012

    http://fr.abolitionistapproach.com/citations/

  • De la facilité de devenir végan et d'inviter chez soi des végans sans craindre le qu'en dira-t-on

    AT.jpg

    Celles et ceux qui font mine de s’étonner du fait que les végans refusent de manger avec des non-végans doivent comprendre que cela leur est impossible pour la simple raison que voir manger devant soi les animaux est d’une grande violence, un peu comme quelqu’un que l’on forcerait à côtoyer à table un cannibale (rappelez-vous le banquet d'Hannibal Lecter).

    De fait, manger les animaux est d’une grande violence de l’ordre préhistorique, et il est temps que l’humanité, qui se targue de posséder une conscience et n’a pas besoin de produits d’origine animale pour vivre (et qui donc n’en mange que par futilité et gourmandise), se civilise un peu en faisant passer l’éthique élémentaire - laquelle consiste à ne pas exploiter, tuer ni dévorer autrui - avant son estomac.

    D’autre part, ce sont généralement les cannibales en question qui n’acceptent pas de voir les végans à leur table et le leur font très vite sentir, ce qui entraîne des discussions désagréables pour les deux parties, les végans se voyant forcés de se justifier de vivre sans causer la mort (un comble), et les cannibales éprouvant de leur côté (ou n’éprouvant pas d’ailleurs) le besoin de se justifier, sans jamais y parvenir et pour cause, de vivre en la causant — leur mauvaise conscience, doublée de leur absence d’arguments valables, les rendant généralement très agressifs.

    Leur mauvaise foi alors est immense, mais ils n'en ont cure : n'oubliez pas qu'ils savent que la majorité est de leur côté, ce qui leur permet, toute honte bue, d'être fiers,  arrogants, et convaincus de leur bon droit.

    Vous hésitez donc à rassembler ces deux camps ennemis autour de votre table, de peur que l'amicale rencontre ne vire au pugilat - ce en quoi vous n'avez pas tort, non à cause des végans encore une fois, mais bien de ceux de vos hôtes préhistoriques qui ne le sont pas.

    La solution ?

    Elle est simple : cuisinez végan pour tout le monde !

    Osez franchir le pas.

    Songez qu’il est facile d’inviter chez soi des végans, qui sont gens accommodants pour peu que l'on ne dévore pas leurs frères et soeurs nonhumains sous leurs yeux, ce qui est, avouons-le, la moindre des choses et la première des politesses.

    Pour les plus paresseux et les moins inventifs, il suffit d’acheter des spaghettis, de les plonger dans l’eau bouillante, d’ajouter ensuite une noix de margarine végétale et une cuillère à soupe d’huile d’olive, de mettre un peu d’ail, de sauce tomate et de sel, et le tour est joué !

    Vos hôtes, quel que soit leur camp, seront comblés et le clan préhistorique oubliera de manifester sa mauvaise humeur née de sa mauvaise conscience.

    On pourra accompagner ces pâtes d’une entrée tout aussi délicieuse, peu onéreuse et simple à préparer : une salade composée (laitue, noix, tomates, maïs, avocat, etc., les combinaisons sont nombreuses !).

    En dessert, un flan sans œufs (dont on trouvera la poudre dans n’importe quelle grande surface) préparé avec un simple litre de lait de soja calcium (lui aussi disponible dans n’importe quelle grande surface), ou bien encore des sorbets (sans lait ni cochenille) ou de simples fruits.

    Sans oublier Internet qui regorge de centaines, non, de milliers de recettes végétaliennes élaborées et délicieuses : pour cela, tapez simplement "recettes véganes" ou "recettes végétaliennes" dans votre moteur de recherche !

    Vous ne pourrez plus dire ensuite que vous ne saviez pas.

    J’espère que ce billet vous convaincra du fait qu’inviter des végans chez soi est facile, et que devenir végan soi-même l’est tout autant : la preuve, bien des gens y sont parvenus, et vous êtes tout aussi capables et doués de conscience qu’eux, n’est-il pas vrai ?

    Comme eux, vous comprenez qu'en 2014 il est temps de faire passer la vie d'autrui avant son plaisir gustatif.

    Il suffit de prendre vraiment conscience du fait – et non seulement en surface – que les animaux sont des êtres sensibles et conscients possédant pour cette raison des droits élémentaires que nous leur nions, qu’ils sont des individus dignes de respect et qu’à ce titre ils ne se mangent pas.

    Souvenez-vous-en : pas de demande, pas d’offre.

    Les élevages, les abattoirs et les bourreaux qui y travaillent n’existent qu’en raison de la demande de la population en produits d’origine animale.

    Il ne sert donc à rien d’incriminer les abattoirs et les bourreaux.

    Le changement commence par soi-même, et la paix débute avec ce que l’on mange et ce avec quoi l’on se vêt.

  • Vins : le label "vegan" débarque en France

    Label "Vegan" sur l'étiquette

    Les vins certifiés sans produits issus d'animaux émergent en France. Au lieu d'utiliser de la colle à base de blanc d'oeuf, de la caséine de lait, de la peau et du cartilage de poisson ou de la gélatine de boeuf ou de porc pour agglomérer les lies en suspension après la fermentation, des domaines clarifient le vin avec des protéines végétales (pois, soja), de la poudre d'algues ou de l'argile (bentonite). Il n'existe pas de signe officiel: les rares pionniers français le mentionnent sur l'étiquette. 

    Notre conseil: optez pour le domaine Ampelidæ (Haut-Poitou) de Frédéric Brochet, premier en France à être certifié par la Vegan Society de Londres, ou les huit vins végétaliens sélectionnés par le caviste Meilleursvinsbio.com. Le champagne Larmandier-Bernier fait par exemple appel à des Bourguignons pour réaliser un tamisage léger avant la mise en bouteille. 


    En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/tendances/vin-et-alcool/le-vin-bio-sort-des-caves_1505701.html#uGzIXp30vGKuyyeQ.99

    Label "Vegan" sur l'étiquette (L'Express n° 3274, 2 avril 2014)

    Les vins certifiés sans produits issus d'animaux émergent en France.

    Au lieu d'utiliser de la colle à base de blanc d'oeuf, de la caséine de lait, de la peau et du cartilage de poisson ou de la gélatine de boeuf ou de porc pour agglomérer les lies en suspension après la fermentation, des domaines clarifient le vin avec des protéines végétales (pois, soja), de la poudre d'algues ou de l'argile (bentonite).

    Il n'existe pas de signe officiel: les rares pionniers français le mentionnent sur l'étiquette. 

    Notre conseil : optez pour le domaine Ampelidæ (Haut-Poitou) de Frédéric Brochet, premier en France à être certifié par la Vegan Society de Londres, ou les huit vins végétaliens sélectionnés par le caviste Meilleursvinsbio.com.

    Le champagne Larmandier-Bernier fait par exemple appel à des Bourguignons pour réaliser un tamisage léger avant la mise en bouteille.

    En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/tendances/vin-et-alcool/le-vin-bio-sort-des-caves_1505701.html#uGzIXp30vGKuyyeQ.99

    Label "Vegan" sur l'étiquette

    Les vins certifiés sans produits issus d'animaux émergent en France. Au lieu d'utiliser de la colle à base de blanc d'oeuf, de la caséine de lait, de la peau et du cartilage de poisson ou de la gélatine de boeuf ou de porc pour agglomérer les lies en suspension après la fermentation, des domaines clarifient le vin avec des protéines végétales (pois, soja), de la poudre d'algues ou de l'argile (bentonite). Il n'existe pas de signe officiel: les rares pionniers français le mentionnent sur l'étiquette. 

    Notre conseil: optez pour le domaine Ampelidæ (Haut-Poitou) de Frédéric Brochet, premier en France à être certifié par la Vegan Society de Londres, ou les huit vins végétaliens sélectionnés par le caviste Meilleursvinsbio.com. Le champagne Larmandier-Bernier fait par exemple appel à des Bourguignons pour réaliser un tamisage léger avant la mise en bouteille. 


    En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/tendances/vin-et-alcool/le-vin-bio-sort-des-caves_1505701.html#uGzIXp30vGKuyyeQ.99
  • Retour sur les actions devant le Salon de l'Agriculture : et la dignité des victimes dans tout ça ?

    94096618_o.jpg

    Intéressant article décidément que celui de JP Géné paru dans M le Magazine du Monde du 7/3/2014, qui met en lumière à son corps défendant les conséquences désastreuses d'un certain "militantisme" spectaculaire en vogue, aux antipodes du respect des animaux nonhumains, et dont le dernier Salon de l'Agriculture fournit un exemple saisissant.

    Il appelle les deux réflexions suivantes :

    1) Voilà ce que c'est que de ne pas présenter le véganisme comme principe intangible et d'accepter n'importe qui dans ses rangs (des végétariens par exemple, qui par leur régime alimentaire nuisent gravement aux animaux qu'ils prétendent défendre) : les journalistes - parmi lesquels JP Géné qui confond allégrement ce qu'il appelle et orthographie les "vegan" (n'a-t-il pas encore compris que le mouvement avait enfin gagné la France ?...) avec des "végétariens militants" - se perdent ensuite dans les définitions  et ce n'est pas leur faute : L214 et consorts auront tout fait pour.

    2) Certaines "actions" déplorables (voir photo) menées par les groupes de "droits des animaux" (!) susmentionnés portent gravement atteinte à la dignité des animaux.

    Brandiraient-ils en effet, ces fiers militants, de vraies têtes humaines dans des rassemblements pour les droits humains ?...

    Ne cherchez plus l'erreur : vous venez de la trouver... avec JP Géné lui-même, un comble !

    Conclusion : il y a d'un côté les végans abolitionnistes dont nous faisons partie, qui condamnent ce genre de mascarades macabres et voyeuristes, et tous les autres qui usurpent le nom de "végans", qui ne condamnent pas de telles actions, mais les mettent sur pied et les encouragent.

    Voici le paragraphe de l'article en question :
     

    "Les vegan (végétariens militants) n'y étaient pas conviés.

    Début février ils avaient organisé place de la Bastille un "banquet troublant", avec de vraies têtes de veau, d'agneau ou de porc pour dénoncer le meurtre des animaux.

    Devant le hall 3, ils ont renoncé au "banquet" - les éleveurs auraient pu se fâcher  -, se contentant de brandir têtes de bétail et pancartes proclamant : "Aujourd'hui les caresses, demain l'abattoir".

    A noter un débat passionnant au sein du mouvement à propos de l'utilisation d'animaux morts dans ces happenings.

    Comment peut-on être veganet congeler une tête ?

    Comment peut-on être vegan, ouvrir la porte d'un congélateur et y placer une partie d'un être assassiné ?

    Que sont devenues ces têtes ?

    Ont-elles été enterrées dignement ou bien simplement jetées à la poubelle ?, s'interrogent certains amis des bêtes qui voient dans cette théâtralisation une insulte fondamentale à la dignité animale.

    Graves questions, à méditer au moment du pot-au-feu."

    ... et ma lettre à JP Géné :

    Monsieur,
     
    Je prends aujourd'hui connaissance de votre article "Label et les bêtes".
     
    Vous écrivez que les "vegan" sont des "végétariens militants" : absolument pas.
     
    Les végans (le terme s'est francisé, dérivant de l'anglais "vegan"/"veganism") sont des personnes dont le mode de vie exclut l'ensemble des produits d'origine animale. Cela recouvre tous les aspects de l'existence, de l'alimentation à l'habillement en passant par les loisirs, etc.
     
    Le végétalisme, lui, ne fait référence qu'à l'alimentation. Un végétalien peut ainsi porter, par exemple, du cuir ou de la soie, ce qui ne fait pas de lui un végan.
     
    Un végétarien, pour sa part, n'est pas un végétalien (moins encore un végan...) puisqu'il consomme des oeufs et/ou des produits laitiers.
     
    Un végan, enfin, n'est pas forcément militant...
     
    Bref, je vous renvoie au site de l'association Vegan.fr : http://vegan.fr/ qui explique ce qu'est le véganisme. [...]
     
    Pour nous autres végans abolitionnistes ou éthiques (expressions synonymes), les actions pratiquées par certains groupes dits de "droits des animaux" et comportant des mises en scène macabres avec cadavres ou têtes d'animaux véritables sont révoltantes.
     
    Permettez-moi à ce titre de vous remercier pour avoir mentionné à la fin de votre article l'opposition radicale d'une partie du mouvement animaliste (des végans abolitionnistes en premier lieu) à ce type de manifestations qui sont, en effet, "une insulte fondamentale à la dignité animale".
     
    Cordialement,
     
    Méryl Pinque
  • Le refuge végan Oasis Végan’imaux

    oasis
    Présentation de l’association :

    L’association l’Oasis Végan’imaux promeut le véganisme en faveur des droits des animaux avec une approche abolitionniste et vient en aide aux animaux réfugiés en les accueillant ou en les aidant à trouver une solution d’accueil.

    Les animaux accueillis par l’Oasis Végan’imaux sont nourris végétalien pour des raisons de cohérence et vivent dans des conditions adaptées le plus possible à leurs besoins, sans surpopulation. Nous les considérons comme des réfugiés de l’exploitation animale, et les aider fait partie intégrante du véganisme.

    L’association ne reçoit aucune subvention, elle a donc besoin d’aide permanente pour financer l’alimentation et les soins de ses protégés.

    L’association vient en aide à des animaux de toute espèce : âne, brebis, chien, chat, pigeon, poule, cochon d’Inde, lapin, rat. Elle compte actuellement environ une cinquantaine d’animaux.

    L’Oasis Végan’imaux connaît un déficit budgétaire. Aidez-la en adhérant, faisant un don, parrainant des animaux.

    En tant qu’œuvre d’intérêt général, 66 % de vos dons sont déductibles de vos impôts.

    « Accueillir un animal sans foyer ne signifie pas approuver la domestication. Cela signifie considérer que nous devons prendre soin de ceux qui sont là maintenant. »

    Gary L. Francione

    Le refuge végan Oasis Végan’imaux
    http://www.oasisveganimaux.org

  • Retour sur le Salon de l'Esclavage (archive 2012)

    Dimanche 4 mars 2012, six militantes antispécistes se sont rendues au salon de l'agriculture pour questionner les visiteurs et provoquer une réflexion sur l'élevage et la mise à mort des animaux pour la consommation.

    Plus d'information : http://cleda.over-blog.com
    et http://abolir-la-viande.org

    http://www.youtube.com/watch?v=9MxxDIVIaZ8&feature=share

  • La logique des imbéciles

    oscar-chaton-extrc3a9miste.png

    Défendre le chaton Oscar c’est bien, défendre TOUS les animaux, c’est mal !

    http://mouvementvegan.wordpress.com/