Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Des hommes féministes répondent aux "343 salauds"

    titre_5984919.jpg

    En réponse au manifeste des « 343 salauds », des hommes partisans de la prostitution, Zéromacho a diffusé le texte (ci-dessous) « 1 881 hommes contre la prostitution », et en quelques heures le nombre de signataires de notre manifeste est passé à 1 928 !

    « En réponse à cette pétition, explique la dépêche de l’AFP, le collectif Zéromacho, qui revendique 1.881 hommes "engagés contre le système prostitueur", dénonce dans un communiqué des "ringards (qui) s'amusent à défendre une cause machiste perdue". »

    À l’approche du vote de la loi contre le système prostitueur à l’Assemblée nationale, le débat public s’est enflammé.

    Voici une revue de presse et de tweets dressée par Christine Le Doaré :


    Ci-dessous, quelques articles citant Zéromacho :

    http://www.femmeactuelle.fr/actu/news-actu/343-salauds-la-petition-provoc-pour-la-prostitution-16231

    http://www.humanite.fr/fil-rouge/tribune-343-salauds--343-reacs-sexistes-et-machistes-laurence-cohen--pcf

    (en anglais) http://www.abc.net.au/news/2013-10-31/french-prostitutes-prostitution-hookers-france-girls-whores/5059494

    et aussi un excellent texte sur le modèle suédois :

    http://www.slate.fr/tribune/78774/abolition-prostitution-suede-modele

    Vous trouverez bien d’autres liens sur le site http://www.abolition2012.fr/ , collectif groupant 55 associations engagées contre le système prostitueur et dont Zéromacho fait partie.

    Si vous avez besoin d’arguments dans les débats avec votre entourage, nous vous invitons à consulter l’argumentaire mis au point par Zéromacho, sur la page http://zeromacho.wordpress.com/textes/

    Cordialement,

    L’équipe de Zéromacho

    ***

    Communiqué de presse   30 octobre 2013

    Zéromacho, des hommes contre la prostitution et pour l’égalité femmes-hommes

    1 881 hommes contre la prostitution

    Des ringards s’amusent à défendre une cause machiste perdue.

    Dans le débat en cours sur l’abolition du système prostitueur, quelques hommes médiatisés ont l’indécence de singer le courageux combat des femmes pour le droit d'avorter (1971) en lançant une pétition intitulée « Les 343 salauds ».

    Qu'est-ce qui les pousse à faire de l’humour à propos de l'esclavage de millions de femmes, d'hommes et d'enfants ?

    Dans le sous-titre « Touche pas à ma pute ! », décalque ignoble du combat anti-raciste (1985), l’adjectif possessif traduit leur mépris pour les femmes dans la prostitution.

    Cette pétition réac prétend que la volonté d'abolir la prostitution serait « une guerre faite contre les hommes ».

    C’est tout le contraire : nous, Zéromachos, hommes engagés contre le système prostitueur, affirmons que le combat pour l'abolition de la prostitution est avant tout un combat pour l'Égalité.

    Cette lutte progressiste, à la suite de femmes courageuses et aussi d'hommes tels Zola, Hugo ou Jaurès, nous libère d'un diktat qui a amené des générations d’hommes à se comporter en « salauds ».

    Que certains se revendiquent encore de ce machisme ne les honore pas. Ils perpétuent ainsi des comportements dégradants et archaïques.

    Nous, Zéromachos, voulons un autre avenir ; nous exprimons notre désir de liberté et de plaisir sexuel pour les hommes et aussi pour les femmes, oubliées de la « libération sexuelle ».

    Aussi disons-nous à ces quelques hommes : « Vous voulez retourner à l’époque de l’esclavage ?  Pas nous ! »

    Car, avec des femmes et des hommes lucides, nous travaillons à l’avènement d’un monde sans esclavage, sans viol, sans prostitution.

    Pour que celle-ci disparaisse, il faudra du temps.

    À condition que les « salauds » pétitionnaires comprennent l’analyse de Françoise Héritier : « Dire que les femmes ont le droit de se vendre, c'est masquer que les hommes ont le droit de les acheter. »

    Nous répondrons aux « 343 salauds » par un spot vidéo qui montrera la violence des « clients » prostitueurs.

    Il sera mis en ligne le 7 novembre à minuit.

    Responsables : Gérard Biard, Patric Jean et Frédéric Robert

    Facebook : @Zéromacho  Twitter @Zeromacho

  • Tristes salops

    http://343connards.fr/images/thumbs/8.jpg

    Des têtes connues, de près ou de loin...

    Je m'étonne que certains, dans le lot, aient signé ce lamentable, honteux et grotesque torchon.

    J'ai choisi de mettre Caubère l'aficionado en photo : se délecter de la torture des uns et de l'esclavage des autres, rien que de très "normâle" décidément.

    Tristes salops.

    Tou-te-s derrière l'initiative http://343connards.fr/ !

    "Réponds à ton connard ! Alors clique !

    Nous offrons la possibilité d'une sorte de droit de réponse à ce qui entend s'instituer comme une offense permanente à la dignité des femmes, prostituées ou non.

    Nous nous révoltons de voir que des hommes usent de leur stature publique pour faire parler d'eux contre la cause des femmes et nous entendons leur montrer que, nous aussi, citoyens, citoyennes, nous avons le droit d'être entendus.

    Enfin, nous défendons le fait de pouvoir appeler connards ceux qui se sont eux-mêmes érigés en "salauds" sans pour autant faire appel à la haine.

    Lassés du machisme ordinaire chronique, nous avons décidé de ne plus le laisser passer.

    Dans les médias, dans la publicité, en politique.

    Ce site est une nouvelle pierre, il y en aura d'autres."

    http://www.huffingtonpost.fr/2013/10/31/manifeste-343-salauds-connards-repondre_n_4180491.html

  • Prostitution : les "salauds" de part et d'autre du Rhin ne sont pas les mêmes

    Capture d’écran 2013-10-30 à 18.00.33
    Alors qu'un mensuel français ultra conservateur (Causeur), et parfois "border-line" publie "Touche pas à ma pute", un "manifeste des 343 salauds", un autre magazine, allemand celui-là (Emma), lance un appel de 90 personnalités pour l'abolition de la prostitution dans leur pays.

    Et cela, alors même qu'une proposition de loi vient d'être déposée au bureau de l'Assemblée nationale à Paris par quelques député(e)s de la majorité de gauche visant à pénaliser les clients des prostitué-es, tandis qu'en Allemagne, des Flatrate-Bordell (bordels à forfait) ouvrent tous les jours, dans ce pays où il s'agit d'une profession comme les autres, réglée et encadrée. 

    Les deux systèmes, la pénalisation des clients ou la réglementation de cette activité visent toutes deux, les un-es et les autres le jurent, à protéger les "professionnel-les de la profession", en particulier celles qui sont transformées en bêtes de somme, envoyées à l'abattage pour soulager les hommes après les autres.

    [...]

    Je voudrais juste que les filles de joie si peu joyeuses pour elles-mêmes, venues de l'Est ou du Sud, puissent être arrachées aux trottoirs de Barbès ou aux routes nationales d'une France si peu douce aux miséreuses.

    Je voudrais juste aussi que les hommes, en se revendiquant des quelques hôtesses de charme, libertines, bourgeoises esseulées ou curieuses, à la façon Bunuel de Belle de Jour, cessent de parler à la place de ces femmes-là, celles qui écartent les jambes, les fesses ou les mâchoires cinquante fois par jour, pour proclamer que "chacun a le droit de vendre librement ses charmes - et même d'aimer ça." 

    Et ils ajoutent : "Qu'il nous arrive ou pas de payer pour des relations charnelles, nous ne saurions sous aucun prétexte nous passer du consentement de nos partenaires".

    Et ils portent en étendard les prostituées (peu nombreuses) qui manifestent pour dire qu'elles sont "putes et fières de l'être".

    Et l'on ne voit alors que ce mot : consentement.

    Comment peuvent-ils réellement savoir si ces "partenaires" sont "consentantes" ?

    Alors qu'elles apprennent d'abord et avant tout à simuler et à faire l'article, comme une comédienne dans un film porno, ou encore tel le commerçant du coin qui vous expliquera que vous ne trouverez pas mieux et moins cher ailleurs.

    Ce texte se veut drôle, paraît-il.

    L'ironie est à la mode sur ce sujet.

    Dans le quotidien français Libération du 22 octobre, l'éditorialiste Luc Le Vaillant pensait être drôle en imaginant, dans une fiction intitulée "Najat, son gigolo et la pénalisation des client(e)s", Najat Vallaud Belkacem, ministre des Droits des femmes qui soutient la proposition de loi visant à pénaliser les clients des prostitué-e-s, "cédant aux sirènes d'un gigolo aux tarifs aussi gonflés que les biceps." Et cela afin que "le gouvernement PS cesse de faire assaut de puritanisme et que les projets de loi punisseurs des client(e)s de la prostitution regagnent le fond des tiroirs qu’ils n’auraient jamais dû quitter, et que les relations tarifées entre adultes consentants et autonomes puissent voir le jour dans des bordels d’Etat pour hommes et femmes."

    Il ne semble pas avoir fait rire beaucoup de personnes, en tout cas ni moi, ni Thalia Breton, (qu'il apostrophe "d'ancienne porte-parole de mes chères amies d’Osez le féminisme"), et qui lui a répondu une semaine plus tard, dans le même journal, par une autre imagination (lien payant) "Luc se prostitue" :

    "Quand Luc se lève le matin, il a mal aux jambes et aux mâchoires. Il a aussi mal à l'estomac, un peu tout le temps. Il a envie de dormir, d'oublier. (.../...) Luc ment pour faire croire aux clients qu'il a toujours envie, qu'il consent, qu'il est d'accord…" .

    Les mâles (mais aussi des femmes) adeptes des 'échanges commerciaux ainsi consentis entre adultes émancipés' peuvent compter sur des soutiens féminins éminents : Elisabeth Levy, directrice de la rédaction du Causeur, à l'origine du manifeste des 343 salauds, et Elisabeth Badinter (cela rapprocherait-il de s'appeler Elisabeth ?).

    L'appui enthousiaste de la première n'étonnera plus personne, intellectuelle passée de la gauche presque radicale au flirt avec le nationalisme façon Marine Le Pen.

    L'engagement de la deuxième laisse perplexe.

    Figure féministe éminente - et on se régala en son temps de sa biographie de l'une des premières scientifiques françaises, Emilie du Châtelet -, cette combattante du droit à l'avortement - ce droit même qui émergea grâce au manifeste des 343 (ces 343 courageuses qui reconnaissaient s'être fait avortées appelées ensuite salopes par Charlie Hebdo par provocation) publié en avril 1971, cinq ans avant la Loi Veil, le vrai manifeste celui-ci et pas cet avatar publicitaire , détourné façon hold-up par par Elisabeth Levy -, entend batailler pour la légalisation de la prostitution au nom du droit absolu des femmes à disposer de leur corps.

    Un droit qu'elle n'entend cependant pas défendre quand il s'agit de celui des musulmanes à se voiler la tête dans l'espace public français.

    Virage à 180° et franchissement du Rhin, nous voici à Cologne, au sommet d'une tour qui domine le fleuve si large à cet endroit.

    Alice Swhartzer continue de régner sur l'un des fleurons de la presse féministe initiée au mitan des années 70.

    Emma était alors un hebdomadaire qui tirait à des dizaines de milliers d'exemplaires et étendait son influence bien au delà des frontières allemandes.

    Le magazine survit vaille que vaille, sa périodicité est plus aléatoire (tous les deux mois), mais son écho bien plus fort que sa diffusion réelle, grâce aussi à la présence médiatique de sa directrice emblématique.

    Et donc, dans ce numéro du mois de novembre, ce ne sont pas 343 hommes, exclusivement blancs, qui signent un appel, mais 90 personnalités, femmes et hommes, des origines les plus diverses, à l'image de la multiplicité terrienne, qui réclament à leur gouvernement d'en finir avec la prostitution.

    L'Allemagne, comme sa voisine helvète, considère, depuis 2002, que vendre son corps pour un service sexuel est un métier comme un autre, inscrit au registre du commerce ou à celui du travailleur indépendant.

    Mais en mai 2013 l'hedomadaire Der Speigel consacrait, sous le titre "Le bordel allemand" un dossier à ce choix législatif pour en pointer toutes les défaillances, à commencer par la condition de ces dizaines de milliers de femmes venues principalement de l'Est pour alimenter les eros center.

    La députée qui avait promu cette organisation étatique de la prostitution est elle-même revenue sur sa décision (à lire en français ici).

    Les transactions, les prix, se négocient dans des boutiques éclairées pour les piétons, des parkings à sexe ou des centre commerciaux sur plusieurs étages, servez-vous, tous nos articles sont garantis…

    Les signataires notent que cette loi (de 2002) qui "était censée profiter aux quelque 700.000 prostituées recensées, a dans la réalité engraisser les trafiquants et leurs lobbyistes. Depuis lors, l'Allemagne est devenue la plaque tournante de l'Europe pour le trafic de femmes et un paradis pour les touristes sexuels en provenance des pays voisins."

    Et que proposent-ils pour sortir de cette indignité : "ostraciser, voire mettre à l'amende les clients potentiels, puisque sans eux, ce marché n'existerait pas."

    Nous soumettons donc aux futurs 343 salauds et leurs émules hexagonaux, les questions posées par nos 90 cousins germains, certainement bien trop coincés dans leur intimité aux yeux de nos flamboyantes lumières de la pensée et de la liberté :

    "La prostitution est " le plus vieux métier du monde » ? La prostitution est « un métier comme un autre » ? La prostitution existera toujours, parce que son abolition est utopique ? Faux. Aussi faux que lorsque l'abolition de l'esclavage était, il n'y a pas si longtemps encore, une utopie. Et même si l'esclavage n'a pas complètement disparu de notre monde, il serait impensable aujourd'hui dans tout Etat éclairé ou démocratique".

    On attend le retour des copies le plus rapidement possible...

    http://blogs.tv5.org/caravane/2013/10/les-salauds-de-part-et-dautre-du-rhin-ne-sont-pas-les-m%C3%AAmes.html

  • Les vendus

    tr.png

    Toutes les associations qui font la promotion des campagnes de bien-être (qui consistent à "améliorer" l'esclavage des animaux et non à l'abolir) au détriment du véganisme éthique (qui prône l'abolition de l'exploitation animale ici et maintenant) marchent nécessairement main dans la main avec les bourreaux, que ce soit en pensée ou dans les actes.

    Si demain Monoprix, par exemple, répond aux suppliques de L214 qui lui demande de ne plus utiliser d'oeufs de batterie, gageons que L214 félicitera Monoprix.

    Or Monoprix devra-t-il être félicité ?

    Non, car il utilisera toujours des oeufs, même si issus de l'"exploitation heureuse" (oxymore).

    Ce qui a lieu aujourd'hui aux USA (partenariats obscènes entre exploiteurs "humains" des animaux et associations animalistes, distribution de prix, etc.) arrivera demain chez nous.

    Mais je laisse la parole à Gary Francione.

    Méryl Pinque

    ***

    Les réformes de bien-être animal, l’« exploitation heureuse » et le spécisme

    Le problème : le traitement différent des humains et des non-humains

    Je maintiens que si nous ne pouvons justifier moralement l’exploitation des animaux, alors nous ne devons pas nous faire les avocats d’une exploitation (soi-disant) plus « humaine » ou « heureuse ».

    Certaines des raisons qui me conduisent à cette conviction sont d’un ordre plus pratique.

    Par exemple, je ne pense pas que les réformes de bien-être, qui sont l’objet des campagnes welfaristes lancées par les grandes associations, fournissent la moindre protection significative aux animaux nonhumains. Si l’on prend l’exemple des poules pondeuses, je pense que la différence entre une cage de batterie traditionnelle et une cage « enrichie » équivaut à la différence qu’il y a entre la « torture » tout court et la « torture un poil moins dure » — au mieux. La mise en œuvre de ces « réformes », telles qu’elles sont, advient après une très longue période de temps, voire jamais. Et il se rencontre toujours des problèmes pour appliquer ces « réformes » et s’assurer qu’elles sont bien mises en œuvre.

    En outre j’estime que la plupart d’entre elles verraient le jour de toute façon car elles cherchent à modifier des pratiques économiquement inefficaces (par exemple l’étourdissement électrique des poulets, délaissé au profit de l’étourdissement par atmosphère contrôlée ; l’élimination des box pour l’élevage des veaux de batterie au profit de petites unités sociales), ou, dans la mesure où elles augmentent les coûts de production, elles changent si peu de choses que l’industrie, au final, réalise des bénéfices (exemple des cages de batterie « améliorées »).

    Les associations qui soutiennent les réformes de bien-être n’aident pas les animaux en présentant les produits soi-disant issus d’ « un plus grand bien-être » comme moralement acceptables et résultant d’une exploitation plus « compassionnelle ». Bien au contraire : cela a pour effet d’encourager les gens qui s’interrogent sur la légitimité qu’il y a à consommer les animaux à continuer de les consommer, au lieu de les amener à se concentrer sur le véganisme comme éthique de base et comme seule réponse claire — que ce soit aussi bien à l’échelle individuelle que sociale — au problème de l’exploitation animale. Par conséquent, poursuivre les réformes de bien-être a un effet contre-productif sur l’avancée du véganisme.

    Dans cet article, je débattrai de certains de ces problèmes pratiques, mais je le ferai dans le contexte d’une exploration plus théorique afin de rejeter les réformes de bien-être — que je considère comme les manifestations d’un spécisme inhérent à l’approche welfariste.

    Bien que les viols se produisent à une fréquence alarmante, nous n’avons pas de compagnes pour des viols « humains ». La pédophilie est endémique, mais nous ne faisons pas campagne pour une pédophilie « humaine ». L’esclavage existe dans plusieurs parties du monde et les gens mis en esclavage se comptent par millions, mais nous ne faisons pas campagne pour un esclavage « humain ».

    En revanche, dès lors qu’il s’agit des animaux, de nombreux animalistes font campagne et promeuvent une exploitation (soi-disant) « humaine » ou « heureuse ».
    Je considère cette conduite, qui diffère selon qu’il s’agisse d’humains ou de non-humains, comme problématique.

    Un exemple : Quelle affaire ! 1,99 $ la livre de poulet « heureux »

    Réfléchissons à l’exemple suivant.

    Voici un panneau que j’ai vu à l’entrée du Whole Foods local :

    WholeFoods222

    Outre la publicité qui vend un pauvre poulet dont la triste vie vaut apparemment 1,99 $ la livre, le panneau dit : « Global Animal Partnership, Niveau 2 de Bien-Etre : environnement enrichi ».

    Le Global Animal Partnership est « un organisme de bienfaisance sans but lucratif fondé en 2008 » qui

    rassemble des agriculteurs, des scientifiques, des éleveurs, des détaillants et des défenseurs des animaux — un groupe diversifié dont l’objectif commun est la volonté d’améliorer le bien-être des animaux dans l’agriculture. Notre programme de signatures, les Normes de Notation du Bien-Etre Animal en 5 Etapes (5-Step Animal Welfare Rating Standards), reconnaît et récompense les producteurs pour leurs pratiques de bien-être, promeut et facilite l’amélioration progressive, et informe mieux les consommateurs sur les systèmes de production qu’ils choisissent de soutenir.

    Un « environnement enrichi » signifie que les poulets sont maintenus en intérieur mais qu’on leur fournit des choses telles que plates-formes et balles de foin, qui permettent à leur comportement naturel de s’exprimer.

    Wayne Pacelle, PDG de la HSUS, est membre du Conseil d’administration du Global Animal Partnership.

    Mais avant de critiquer HSUS, sachez que Pacelle n’est pas seul à soutenir le programme « exploitation heureuse » de Whole Foods. Dans le milieu des années 2000, lorsque Whole Foods a lancé ce programme, à peu près toutes les grandes associations animalistes aux Etats-Unis (PETA, Farm Sanctuary, Mercy For Animals, Compassion Over Killing, et Vegan Outreach) ont rejoint Peter Singer et HSUS en exprimant « gratitude et soutien » pour le programme « pionnier » Whole Foods de ce que j’appelle l’ « exploitation heureuse ».

    support1

    Whole Foods — fait compréhensible — a utilisé cette lettre à des fins de relations publiques. Peter Singer a été interrogé à ce sujet :

    Comment ressentez-vous le fait que cette lettre figure dans la section relations publiques du site de Whole Foods, et que lorsqu’on l’interroge sur le traitement des animaux d’élevage et des normes humaines, John Mackey se réfère à elle ?

    Singer a répondu :

    Je n’ai aucun problème avec ça. J’appuie ce que dit la lettre et ils sont invités à l’utiliser. Je veux dire que nous leur avons écrit en nous attendant à ce qu’ils l’utilisent. Ce n’était pas seulement une lettre personnelle à John Mackey à ranger dans son classeur.

    PETA a décerné un prix à Whole Foods :

    Picture1

    VegNews a mis le PDG de Whole Foods en couverture, a décerné une récompense à Mackey et a nommé Whole Foods « Magasin Préféré de Nourriture Naturelle » durant quatre années consécutives.

    CoverMackey

    Permettez-moi de dire clairement ici que je considère le partenariat entre Whole Foods et les défenseurs des animaux comme parfaitement obscène. Il est vraiment moralement répugnant. Pour la plupart d’entre nous, une telle chose ne serait jamais acceptable dans un contexte humain. Imaginez la promotion de certaines — de toutes — les versions « humaines » de la torture. Imaginez que l’on décerne des récompenses à des humains qui en auraient torturé d’autres, mais de manière plus « humaine ». Imaginez des déclarations publiques exprimant « gratitude et soutien » pour des tortures « pionnières ».

    Ces choses-là sont difficiles à imaginer, car la plupart d’entre nous les excluraient dès le départ du moment que des humains sont concernés. Autrement dit, nous dirions que, même si c’est toujours mieux d’imposer moins que plus de souffrance, d’avoir moins que plus de torture, faire une campagne pour « humaniser » la torture — quand bien même une telle campagne pouvait la réduire légèrement — serait une mauvaise chose car elle omettrait le principal : il est mal de torturer les humains tout court. Il est impératif que nous soyons clairs quant au fait que notre opposition à la torture ne porte pas sur le fait de réduire la souffrance, mais sur l’affirmation d’un droit humain fondamental.

    Mais ceux qui font la promotion des campagnes de bien-être animal et qui expriment « gratitude et soutien » aux programmes « pionniers » de l’ « exploitation heureuse » alors qu’ils ne soutiendraient pas de telles campagnes si des humains en étaient l’objet, ne font rien d’autre que cela : nier le droit moral fondamental des animaux nonhumains à ne pas être traités comme des ressources remplaçables.

    Selon moi, c’est du spécisme : nous traitons l’exploitation humaine et l’exploitation nonhumaine de façon différente et nous n’avons aucune bonne raison de le faire.

    Quelle surprise : les néowelfaristes sont en désaccord avec moi

    Ceux qui soutiennent les réformes de bien-être ne sont évidemment pas d’accord avec moi. Ils m’affirment que les défenseurs des animaux doivent soutenir ces campagnes. En effet, dans un événement récent auquel j’ai assisté, Bruce Friedrich de Farm Sanctuary, anciennement à PETA (Farm Sanctuary et PETA sont signataires de la lettre d’amour de Singer à Whole Foods), m’a déclaré que, parce que je m’oppose à ces programmes, je suis « profondément spéciste ».

    Ainsi, selon les partisans des réformes de bien-être, si je m’oppose au programme « exploitation heureuse » de Whole Foods, ou si je ne soutiens pas la campagne pour des cages en batterie « enrichies » promues par les United Egg Producers (premier groupe commercial de l’industrie des œufs) en partenariat avec HSUS, Mercy For Animals, Farm Sanctuary, Compassion Over Killing et d’autres, ou si je critique HSUS et Mercy For Animals parce qu’ils promeuvent le porc « hors batterie » comme une « bonne chose », je ne suis pas seulement spéciste, je suis « profondément spéciste ».

    Voilà une déclaration étrange s’il en fut jamais.

    Est-ce à dire que ces réformistes seraient favorables à des campagnes pour le viol, la pédophilie ou l’esclavage « humains » ?

    D’une manière générale, aucun d’entre eux n’est prêt à dire qu’il soutiendrait de telles campagnes si des humains étaient impliqués.

    Aussi, comment les protecteurs des animaux répondent-ils à ma question de savoir pourquoi nous soutenons les campagnes pour les réformes de bien-être et l’ « exploitation heureuse » mais pas les campagnes pour un viol, une pédophilie ou un esclavage plus « humains » ? Autrement dit, comment évitent-ils la très limpide réalité suivante : à savoir que nous traitons les situations impliquant les non-humains différemment de la façon dont nous traitons celles impliquant les humains ?

    Les réformistes répondent généralement que l’exploitation animale est omniprésente et acceptée, tandis que le viol, la pédophilie et l’esclavage sont tous rejetés et peu répandus, étant donné qu’il existe déjà contre ces pratiques de solides normes morales et que les lois les interdisent. Ils affirment que des campagnes qui feraient la promotion du viol, de la pédophilie ou de l’esclavage « humains » affaibliraient ces normes et ces lois, tandis qu’il n’existe pas de normes fortes contre l’exploitation des animaux, pas de lois interdisant leur maltraitance dans la plupart des circonstances, et que par conséquent les réformes de bien-être et les programmes d’ « exploitation heureuse » ne pourront que renforcer ces normes et se traduire par de nouvelles lois.

    Cet argument ne tient pas.

    Des campagnes pour rendre les violations des droits fondamentaux plus « humaines » versus des campagnes pour étendre les droits des personnes

    En ce qui concerne la prétendue solidité des normes et des lois contre le viol, la pédophilie et l’esclavage, je doute que la plupart des victimes de ces trois fléaux en soient d’accord.

    Quelles que soient les normes et les lois existantes, la réalité est qu’il y a encore énormément de viols et autres agressions sexuelles. Une Américaine sur six a été victime de viol ou de tentative de viol, et le viol comme les autres formes de violences sexuelles sont souvent non déclarées.

    Chaque année, on dénombre environ 6 millions d’enfants abusés. Encore une fois, il est impossible de savoir le nombre exact d’actes pédophiles. Mais il y en a énormément.

    Et bien que l’esclavage soit interdit dans tous les pays et par les normes du droit coutumier international, il y a environ 27 millions d’esclaves dans le monde — plus que jamais dans l’histoire humaine.

    Beaucoup de gens croient que si des lois existent qui interdisent une pratique, cela signifie qu’une norme morale existe contre cette pratique et qu’elle advient rarement. C’est tout simplement faux et cela reflète une compréhension naïve de la loi. Pensez-y. Il y a des lois contre les excès de vitesse. Avez-vous conduit ces derniers temps ? De même, alors que nous avons de nombreuses lois contre le viol, la pédophilie et l’esclavage, ces pratiques non seulement perdurent mais se produisent fréquemment et ne sont pas punies.

    Par ailleurs, tout comme il existe des normes contre le viol, la pédophilie et l’esclavage, et des lois qui les interdisent, il existe aussi une très forte norme contre la cruauté envers les animaux et des lois qui interdisent de les maltraiter. Les welfaristes esquivent la question en posant que les campagnes pour le bien-être et les programmes d’ « exploitation heureuse » renforceront la norme contre l’utilisation des animaux. Au contraire, il y a toutes les raisons de croire qu’elles auront l’effet inverse et renforceront l’idée que l’on peut « humainement » utiliser/exploiter les animaux si nous promulguons les réformes de bien-être et exigeons pour eux un traitement plus « humain ».

    Les welfaristes pensent que la différence entre les campagnes pour un viol « humain » et les campagnes pour une exploitation « humaine » des animaux repose en grande partie sur le fait que l’exploitation des femmes, des enfants ou des esclaves n’est pas aussi répandue que l’exploitation animale. De fait, avec 7 milliards d’humains vivant sur ​​la planète et 1000 milliards d’animaux tués par an pour la seule nourriture, il ne serait guère possible que la valeur quantitative soit la même ! Donc, je ne nie pas qu’il y ait une énorme différence quantitative entre le taux de violences interhumaines de toutes sortes et le taux de violence contre les animaux. Mais le fait est qu’en dépit des normes et des lois qui condamnent toutes ces pratiques, celles-ci ont toujours court, non en tant qu’exceptions mais comme une part « normale » de la vie quotidienne.

    Par conséquent, il y a des gens — beaucoup de gens — qui souffrent du viol, de la pédophilie et de l’esclavage.

    Pourquoi, dès lors, ne pas faire campagne en faveur d’une forme de viol « moins violent », de pédophilie « plus douce » ou d’esclavage plus « humain » ?

    Après tout, les réformistes affirment qu’en promouvant les réformes de bien-être, nous devons nous demander : la souffrance animale exige-t-elle maintenant cette réforme ? Si la réponse est « oui », alors pour eux nous devons les soutenir.

    Mettons de côté le fait que celles-ci entrent généralement en vigueur (si c’est le cas) de nombreuses années après leur promulgation. Donc si je traduis bien ce « test », il signifie que nous nous demandons, en 2013 : « une poule en 2023 préfère-t-elle être dans une cage de batterie ‘enrichie’ ou dans une cage de batterie conventionnelle ? » C’est là un questionnement fort étrange, que nous allons appliquer au viol, à la pédophilie et à l’esclavage.

    Une femme violée par un violeur brutal préfèrera-t-elle l’être par un violeur moins brutal ?

    Oui, bien sûr.

    Un enfant abusé préfèrera-t-il être abusé moins souvent ou moins cruellement ?

    Oui, bien sûr.

    Un esclave préfèrera-t-il être traité moins durement ?

    Oui, bien sûr.

    Ainsi, selon cette idée, nous devons soutenir les campagnes visant à inciter les gens à être moins brutaux et plus « humains » quand ils entreprennent des actes auxquels, en dépit des lois, beaucoup vont se livrer de toute façon.

    Mais bien que nous soyons tous d’accord sur le fait que moins de souffrance soit préférable à plus de souffrance, la plupart d’entre nous ne soutiendraient pas ce genre de campagnes. Pourquoi ?

    C’est facile. Parce que le viol, la pédophilie et l’esclavage sont des choses qui ne devraient pas advenir du tout. Le viol, la pédophilie et l’esclavage impliquent tous la violation des droits fondamentaux que quiconque possédant le statut moral de personne doit avoir. Les droits fondamentaux sont les droits à poursuivre son existence, à ne pas subir de torture, de viol, de mutilation, etc.

    La plupart d’entre nous sont révulsés par l’idée qu’il pourrait exister des campagnes visant à rendre les violations de ces droits fondamentaux plus « humaines ». C’est une chose que de rechercher des améliorations graduelles une fois achevée la conquête des droits fondamentaux pour nous occuper de droits qui peuvent encore être très importants mais ne sont pas fondamentaux de la façon dont les droits à la vie et à la sécurité physique le sont ; c’en est une autre que de faire campagne pour une torture, un viol, une pédophilie, un esclavage, etc., plus « humains ».

    Afin de bien voir la différence, nous allons examiner les deux campagnes suivantes. Campagne 1 est une campagne visant à garantir le droit de conduire aux femmes dans un pays, l’Arabie Saoudite, qui le leur interdit en raison d’interprétations religieuses. Campagne 2 est une campagne visant à rendre plus humaine la lapidation des femmes en Arabie Saoudite accusées de parler avec un homme qui n’est pas leur mari.

    Notre intuition nous dit que soutenir une campagne pour le droit de conduire est acceptable, surtout si elle est couplée avec une demande claire et sans équivoque pour l’égalité complète des femmes. Mais une campagne pour une lapidation « humaine » ? Non. Notre intuition nous dit qu’une telle campagne est moralement inacceptable et que la seule position à prendre est qu’aucune femme ne doit être lapidée tout court. Quand il s’agit de ce genre de situations, nous ne pensons pas en termes de réduction de la souffrance : nous pensons en termes d’interdiction et nous voulons envoyer le message très clair suivant : le droit à ne pas être lapidée pour avoir parlé avec un homme est un droit qui ne peut être compromis.

    Il serait tout simplement obscène d’avoir une campagne en faveur d’une lapidation plus « humaine » couplée à une lettre publique, rédigée par des militants des droits humains, exprimant « gratitude et soutien » aux auteurs des lapidations pour leurs méthodes « pionnières » en la matière.

    De la même façon, comparons une campagne invitant un dictateur à torturer plus « humainement » les prisonniers politiques avec une campagne encourageant le même dictateur à monter des procès équitables et assurer la protection due à ces prisonniers. Dans le premier cas, la campagne cherche à rendre la violation du droit fondamental à la sécurité physique plus « humaine ». Dans le second, la campagne vise à franchir un pas supplémentaire vers la justice pour un groupe particulier.

    Pouvez-vous imaginer une campagne demandant des supplices plus « doux », décernant au dictateur un prix pour ses méthodes de torture « humaines » et mettant celui-ci en couverture d’un magazine dédié aux droits humains sur un mode dithyrambique ?

    Il ne fait aucun doute qu’il existe une différence entre une campagne visant à rendre l’esclavage plus « humain » en limitant le nombre de coups infligés aux esclaves, et une campagne cherchant à étendre et protéger le droit de vote pour les groupes minoritaires qui ne sont pas esclaves et sont considérés moralement et juridiquement comme des personnes, et pour lesquels nous cherchons la justice et l’égalité. Il ne fait aucun doute qu’il existe une différence entre une campagne pour un viol « humain » et une campagne pour la pleine égalité des droits pour les femmes. Il ne fait aucun doute qu’il existe une différence entre une campagne pour une pédophilie plus « humaine » et une campagne pour une meilleure éducation publique des enfants issus de milieux économiquement défavorisés.

    Dans la première partie de chacun des ensembles ci-dessus, la campagne vise une violation plus « humaine » des droits fondamentaux des êtres qui sont traités comme des choses. Dans la seconde, la campagne vise à assurer une plus grande protection aux êtres qui sont considérés comme des personnes mais faisant l’objet d’une injustice ou d’une inégalité.

    Les animaux nonhumains, qui sont élevés et tués pour l’usage des humains, sont, de manière institutionnelle, privés de leurs droits fondamentaux à la vie et à la sécurité physique. Ils se trouvent dans une situation similaire à celle des esclaves en ce qu’ils sont des biens meubles — des choses — qui n’ont pas de valeur intrinsèque. Ils ont seulement la valeur extrinsèque que nous, leurs propriétaires, leur donnons. Les animaux nonhumains sont dans une situation similaire à celle des victimes des camps de concentration, dont la détention et le sacrifice sont rationalisés afin d’être aussi mécanisés et efficaces que possible. Ils sont victimes d’une exploitation institutionnelle où l’institution existe pour les priver de leurs droits fondamentaux et nier leur statut de personnes morales.

    La plupart d’entre nous estiment que ce ne serait pas une bonne idée du tout que de faire campagne pour un esclavage ou des camps de concentration plus « humains ». Et nous n’aurions certainement pas fait de déclarations publiques louant les propriétaires d’esclaves et leur exprimant « gratitude et soutien », ni qualifié les méthodes de confinement et d’exécution dans les camps de concentration de « pionnières ».

    Pourtant, la plupart des grandes associations animalistes des Etats-Unis, d’Amérique du Sud, d’Europe, d’Australie, etc., font précisément cela. Ils promeuvent des campagnes en faveur de violations plus « humaines » des droits moraux des animaux. Ce qu’ils font est analogue au fait de faire campagne pour une lapidation plus « humaine ». Une campagne pour des cages de batterie « enrichies » ou pour le meurtre des poulets par atmosphère contrôlée ne peut s’apparenter ni à une campagne pour le droit de conduire des femmes en Arabie Saoudite (qui est une étape vers la pleine égalité des personnes), ni aux programmes de discrimination positive, ni aux programmes visant à améliorer et augmenter les prestations de Medicaid.

    Non, je ne suis pas pour plus de souffrance animale

    Les réformistes affirment que s’opposer à leurs campagnes d’« exploitation heureuse » équivaut à s’opposer à soulager la souffrance des animaux. C’est tout simplement absurde. En mettant de côté le fait que j’estime que ces réformes de bien-être ne contribuent guère à accroître la protection des animaux, je ne soutiens pas davantage ces campagnes que je ne soutiendrais une lapidation plus « humaine » des femmes ou une pédophilie plus « douce ». Une lapidation plus « humaine » et une pédophilie plus « douce » peuvent réduire un peu la souffrance des victimes, mais ce serait au prix de l’acceptation du fait que les institutions existant à seule fin de nier les droits moraux fondamentaux peuvent être « améliorées ». Or elles ne peuvent l’être.

    Les réformistes prétendent que parce que je me suis opposé à la Proposition 2 en 2008, j’étais pour que les poules pondeuses en Californie souffrent plus. C’est tout simplement absurde. Je me suis opposé à la Proposition 2 parce que je rejette l’approche welfariste et que j’estimais qu’il était important de prendre position contre les campagnes de bien-être qui sont devenues une caractéristique omniprésente du mouvement animaliste moderne. Comme je l’ai dit à l’époque :

    La Proposition 2, si elle est adoptée, ne fera que rendre le public plus à l’aise par rapport à l’exploitation animale et entraînera son augmentation. Les animaux continueront d’être torturés ; la seule différence sera que la torture portera le sceau d’approbation de HSUS, de Farm Sanctuary et des autres organismes de protection animale qui font la promotion de la Proposition 2. Il est révélateur qu’environ 100 organisations agricoles soutiennent la proposition 2. Pourquoi à votre avis ? La réponse est simple : ces producteurs croient que la Proposition 2 aidera leurs « performances ». Et elle le fera.

    et :

    Il est important pour les défenseurs des animaux d’envoyer un message clair à HSUS, à Farm Sanctuary et aux autres associations concernées en leur disant de cesser de promouvoir des mesures telles que la Proposition 2. Si HSUS est vraiment préoccupée par la souffrance animale, alors elle devrait peut-être consacrer une grosse partie de ses 223 millions de dollars d’actifs et 124 millions de dollars de recettes à l’éducation végane. Le véganisme réduit la demande en produits d’origine animale et contribue à changer les attitudes sociales en battant en brèche l’idée qu’il est moralement acceptable d’utiliser les animaux aussi longtemps que nous le faisons « humainement ». Cette vision des choses ne conduit à rien sinon à poursuivre et intensifier l’utilisation des animaux. Il est temps que leurs « défenseurs » lui tournent le dos.

    Si les défenseurs des animaux sont tenus de ne pas s’opposer à ces campagnes, alors les grandes associations welfaristes vont tout simplement les poursuivre. Ne pas s’opposer à ces campagnes, c’est soutenir l’ « exploitation heureuse ». Je refuse de soutenir l’ « exploitation heureuse ».

    Les réformistes affirment que si je ne soutiens pas la campagne pour la reconnaissance des grands singes ou des dauphins comme « personnes », je suis pour que ces non-humains continuent de souffrir. C’est tout simplement absurde. Je ne peux pas plus soutenir une telle campagne, qui conditionne l’évolution des animaux du statut de « chose » à celui de « personne » à la possession de caractéristiques humaines, que je ne pourrais soutenir une campagne contre l’esclavage humain qui n’accorderait le statut de personne uniquement aux esclaves à peau claire ou possédant un certain pourcentage de globules blancs. Je suis pour que tous les grands singes de chaque laboratoire et zoo, et tous les dauphins de chaque parc d’attractions soient libérés, mais je ne soutiendrai pas une campagne posant que le statut moral d’un être dépend de sa possession de caractéristiques humaines — a fortiori lorsque ces campagnes sont promues par des gens qui ne sont même pas végans (c’est souvent le cas) ou qui vont se trahir en disant que le fait d’être une personne est lié à des caractéristiques au-delà de la sentience et que d’autres animaux qui sont sentients, mais n’ont pas ces caractéristiques « spéciales » (c’est-à-dire de type humain) ne comptent pas comme personnes.

    Les réformistes : « Les campagnes de réforme du bien-être ne signifient pas approuver le fait de consommer des produits animaux »

    Non seulement les réformistes font campagne pour « améliorer » les violations d’un droit fondamental, mais encore prétendent-ils ne pas délivrer de sceau d’approbation pour une exploitation des animaux plus « humaine » ou « améliorée » qui résulte (soi-disant) de la mise en œuvre de la réforme.

    C’est tout simplement absurde.

    Comment leurs campagnes pourraient-elles ne pas délivrer de sceau d’approbation aux soi-disant « meilleures » formes d’exploitation qui en découlent?

    Permettez-moi de dire aussi simplement que possible ce qui doit paraître évident aux yeux de quiconque réfléchit un instant : lorsque vous décernez des prix aux exploiteurs, lorsque vous produisez publiquement des lettres qui les félicitent, lorsque vous parrainez ou promouvez des labels « exploitation heureuse », lorsque vous les célébrez sur les couvertures des magazines et ​​les sites de médias sociaux en demandant à vos sympathisants de donner des « bravos » ou des « soutiens » aux exploiteurs, vous appliquez de fait un sceau d’approbation sur une exploitation des animaux soi-disant plus « douce ». Et il est absurde de prétendre le contraire.

    Question : quand quelqu’un voit la pub Whole Foods pour le poulet bio à 1,99 $ la livre flanqué d’un « Niveau de Bien-Etre » de 2, vérifie le Global Animal Partnership pour constater qu’il a le PDG de HSUS sur son conseil d’administration, et lit que PETA, HSUS, Mercy For Animals, Compassion Over Killing, Vegan Outreach, etc., ont tous exprimé publiquement « gratitude et soutien » au programme « pionnier » d’ « exploitation heureuse » de Whole Foods et décerné des prix à Whole Foods comme à son PDG, que pourra bien penser cette personne ?

    Réponse : elle pensera exactement ce que toute personne sensée et rationnelle penserait : que les animalistes, qui sont les « experts » et qui ont à l’esprit les intérêts supérieurs des animaux, approuvent les produits d’origine animale que Whole Foods lui vend ; qu’elle doit acheter ces produits. Elle peut penser que ces groupes souhaiteraient idéalement qu’elle devienne « veg » en définitive, mais elle ne peut tout simplement éviter de penser que les « experts » lui disent qu’elle se comporte de façon morale en achetant les produits animaux « heureux » de Whole Foods.

    Le récent article de Bruce Friedrich sur les œufs de poules élevées en cage conclut :

    « Jusqu’à présent, la seule chaîne d’épicerie à avoir banni la vente d’œufs provenant de poules en cage est Whole Foods. La seule chaîne de restaurant ayant promis de les bannir de leur chaîne d’approvisionnement est Burger King (pour 2017). Ces compagnies méritent des applaudissements pour leurs progrès. Ces types de cages vont également être illégaux en Californie en 2015 et dans le Michigan en 2019, et la loi concernant leur interdiction sera bientôt introduite dans le Massachusetts (si vous vivez dans cet Etat, consultez FarmSanctuary.org pour les mises à jour).

    Chez Farm Sanctuary, nous passons notre vie avec des animaux d’élevage, et sous aucun prétexte nous ne les mangerions ou mangerions leurs œufs. Nous refusons la maltraitance que subissent les poules dans tous les types d’élevage, y compris en plein air et en cages enrichies. Mais nous travaillons également à abolir les pires abus subis par les animaux d’élevage, et il est difficile d’imaginer pire que les cages de batterie stériles et exiguës où 250 millions de poules sont obligées de passer leur vie.

    Les cages de batterie doivent disparaître. »

    En mettant de côté le fait que Friedrich fait actuellement campagne, avec HSUS, pour une loi nationale qui ferait des cages de batterie « enrichies » la norme nationale, son message est encore terriblement confus. Comme quelqu’un l’a fait remarquer :

    « Bien, alors que dois-je faire en premier ?… Ne plus soutenir le massacre des poulets en devenant végan, ou écrire une lettre de remerciements à Burger King et Whole Foods pour continuer à soutenir ce massacre ? »

    Exactement. Le message que Friedrich envoie est le suivant : ne pas du tout manger d’œufs est une posture qui relève de l’idéal, et le fait qu’il y ait des étapes progressives, telles que le plein air ou les cages de batterie « enrichies », est moralement acceptable.

    L’automne dernier, PETA revendiquait le fait de ne pas approuver « l’exploitation heureuse ». Mais, comme je l’ai fait remarquer, ce démenti sonne creux alors que PETA est activement engagée dans toutes sortes de partenariats avec des exploiteurs institutionnels, les louange, leur décerne des récompenses, etc.

    Et le programme d’ « exploitation heureuse » de Whole Foods n’est pas le seul qui soit encouragé par les défenseurs des animaux. Il y a d’autres cas similaires.

    Par exemple, Humane Farm Animal Care (HFAC), avec ses partenaires HSUS, American Society for the Prevention of Cruelty to Animals (ASPCA), World Society for the Protection of Animals (WSPA) et d’autres, soutiennent le label « Certified Humane Raised & Handled ».

    CertifiedHumaneSelon la présentation :

    « Humane Farm Animal Care (HFAC) est le premier organisme de certification à but non lucratif dédié à l’amélioration de la vie des animaux d’élevage dans la production alimentaire, de la naissance à l’abattage. L’objectif du programme est d’améliorer la vie des animaux d’élevage en amenant le consommateur à demander des pratiques d’élevage plus respectueuses et responsables. Quand vous voyez le label Certified Humane Raised and Handled sur un produit, vous pouvez être sûr que le produit alimentaire vient d’infrastructures qui répondent aux normes précises et objectives du traitement des animaux d’élevage. »

    Ceci n’est pas une « approbation » des produits portant le label Certified Humane. Vraiment ? Je ne suis pas d’accord.

    La Humane Society International, une branche de HSUS, a lancé un label « Humane Choice » en Australie qui prétend « vouloir garantir au consommateur que l’animal a été traité avec respect et soin, de sa naissance à sa mort ».

    HumaneChoiceSelon HSI/HSUS :

    « Avec la récente publicité sur les produits libre-parcours et les revendications en matière d’étiquetage des denrées alimentaires, cette initiative importante ne pouvait pas attendre plus longtemps. Le label Humane Choice couvrira dans un premier temps les bœuf, porc, agneau, poulet libre-parcours et garantira au consommateur que l’animal a été traité avec respect et soin, de sa naissance à sa mort. Cette philosophie peut être appliquée à l’ensemble de l’élevage en étendant ces valeurs à tous les animaux dans le programme d’accréditation du label Humane Choice.

    Le label Humane Choice True Free Range signifiera que l’animal a eu la meilleure vie et la meilleure mort pouvant être offertes à un animal d’élevage. Fondamentalement, il vivra son existence comme il l’aurait fait à la ferme du « Old McDonald », né et élevé en pâturage et pouvant satisfaire ses besoins comportementaux, comme fourrager et se déplacer sans cage ni attache, avec un libre accès à l’extérieur, de l’ombre quand il fait chaud, un abri quand il fait froid, une bonne alimentation et une mort humaine. »

    Ceci n’est pas une « approbation » des produits portant le label Certified Humane. Vraiment ? Je ne suis pas d’accord.

    La RSPCA en Grande-Bretagne possède le label Freedom Food, qui est « le label de qualité et le système d’étiquetage alimentaire de la RSPCA. Il vise à améliorer le bien-être des animaux élevés pour notre alimentation. Freedom Food évalue les élevages selon les normes strictes de la RSPCA et s’ils répondent à tous les critères, ils peuvent alors utiliser le label Freedom Food sur leur produit ». Il est « le seul label qualité d’aliments fermiers à être reconnu à la fois au niveau du Royaume-Uni et de l’UE comme preuve d’un bien-être animal supérieur. »

    Freedom Food est « le label de qualité et le système d’étiquetage alimentaire de la RSPCA, le seul label de qualité à être reconnu à la fois au niveau du Royaume-Uni et de l’Union Européenne comme preuve d’un bien-être animal supérieur. »

    RSPCAFFLa RSPCA déclare :

    « Nous savons que la majorité des gens — plus de 70% — se préoccupent du bien-être des animaux d’élevage sans savoir quoi faire. C’est pourquoi nous travaillons avec les détaillants (supermarchés, dépanneurs, vente à la ferme) à augmenter la visibilité de Freedom Food sur le point de vente. Nous travaillons aussi avec les marques de produits alimentaires, chefs cuisiniers, restaurateurs et entreprises de services alimentaires : nous les encourageons à acheter des produits provenant d’élevages approuvés par Freedom Food ou les aidons à amener leurs fournisseurs au niveau approuvé par Freedom Food de sorte qu’il soit facile pour nous, en tant que consommateurs, de choisir l’option de bien-être la plus élevée. »

    Ceci n’est pas une « approbation » des produits portant le label Certified Humane. Vraiment ? Je ne suis pas d’accord.

    La RSPCA, la plus traditionnelle des associations welfaristes, ne serait probablement pas d’accord avec le fait qu’on lui fasse remarquer qu’elle approuve littéralement la consommation de produits animaux. Mais le fait est qu’il y a toute une armée de protecteurs qui encourage les gens à croire qu’il existe des produits d’origine animale « heureux » et que les gens qui se soucient des animaux doivent consommer ces produits avec plus (la RSPCA) ou moins (Farm Sanctuary, PeTA, Mercy For Animals, HSUS) bonne conscience. Plutôt que de remettre en question la croyance selon laquelle les humains doivent consommer des produits d’origine animale, ces associations animalistes renforcent l’idée que les humains peuvent consommer des produits d’origine animale pour autant que les animaux soient traités « humainement ».

    Une autre association britannique, Compassion in World Farming, a attribué le « Good Egg Awards » à des compagnies telles que McDonald’s en les félicitant de leur utilisation d’œufs de poules « sans cage ».

    GoodEggLe CIWF décerne une vaste gamme de récompenses pour les poulets, porcs, produits laitiers « heureux » :

    « A travers notre programme Good Farm Animal Welfare Awards, nous nous engageons et récompensons des leaders d’entreprises alimentaires à travers l’Europe pour leur politique ou leurs engagements actuels entraînant un impact positif sur le bien-être des animaux d’élevage dans leurs chaînes d’approvisionnement.

    Depuis 2007, nous menons notre programme phare, le Good Egg Award, pour célébrer les entreprises qui se fournissent uniquement en œufs de poules sans cage. Nous avons maintenant étendu le programme en lançant le Good Chicken Award en 2010, le Good Dairy Award en 2011 et le Good Pig Award en 2012.

    Nous récompensons les entreprises qui sont engagées dans la mise en œuvre de changements substantiels et font des progrès dans leurs approvisionnements en viande, œufs et produits laitiers en travaillant conjointement avec nous afin de répondre à l’ensemble précis de critères permettant d’obtenir la récompense. »

    Voici une liste des gagnants du prix CIWF. Consultez cette liste. Selon moi, elle est à couper le souffle. Elle comprend à peu près tous les grands exploiteurs d’animaux de la planète.

    Ceci n’est pas une « approbation » des produits portant le label Certified Humane. Vraiment ? Je ne suis pas d’accord.

    Les welfaristes aiment recourir à des exemples tels qu’Amnesty International qui promeuvent de meilleures conditions d’emprisonnement pour les condamnés à mort alors qu’ils luttent dans le même temps pour l’abolition de la peine de mort. Un prisonnier condamné à mort est une personne qui, après avoir été reconnue coupable sans aucun doute par un jury, d’avoir commis un crime, a, en vertu des lois propres à certaines parties du monde, perdu son droit à l’existence, mais dispose de son droit à disposer de tous ses autres intérêts. Mais encore une fois, Amnesty International ne promeut pas les réformes d’emprisonnement comme étant « novatrices » ni ne place aucune sorte de cachet d’approbation sur eux.

    Or c’est exactement ce que font les welfaristes. Et les animaux n’ont même pas commis de crime.

    Les réformistes : « Bien que nous militions pour un esclavage ‘heureux’, nous sommes réellement abolitionnistes »

    Les réformistes non seulement soutiennent que les campagnes de bien-être ne signifient pas approuver les produits « respectueux » que les réformes sont supposées produire, mais que ces campagnes sont réellement « abolitionnistes ». Ils affirment chercher explicitement à mettre fin à toute exploitation animale.

    Réponse courte : c’est un non-sens.

    Dans tous les cas cités, qui impliquent un grand nombre d’associations majeures des Etats-Unis et de Grande-Bretagne, les défenseurs des animaux n’appellent pas à la fin de l’exploitation animale. Au contraire, ils promeuvent des projets dont ils affirment qu’ils aideront les exploiteurs à devenir plus efficaces et moralement acceptables.

    Le Global Animal Partnership, qui a développé le programme d’ « exploitation heureuse » de Whole Foods que Whole Foods utilise, travaille avec Farm Forward, une organisation qui travaille avec les défenseurs des animaux et l’industrie en vue « d’aligner les besoins des sociétés pour l’efficacité et la rentabilité avec des méthodes de production qui favorisent la durabilité et le bien-être animal. » Les membres du bureau de Farm Forward incluent Mackey, le PDG de Whole Foods et l’auteur « viande heureuse » Jonathan Safran Foer. Selon Bruce Friedrich de Farm Sanctuary, qui officiait autrefois à PETA, « Farm Forward a été absolument essentiel pour renforcer l’habileté de PETA à influencer et négocier efficacement avec les sociétés. »

    Imaginez travailler avec des propriétaires d’esclaves qui profitent de la traite pour « aligner les besoins des vendeurs d’esclaves pour l’efficacité et la rentabilité avec des méthodes de production qui favorisent le bien-être des esclaves. » Cela ne me paraît pas abolitionniste. En fait, cela a tout l’air d’un partenariat entre les défenseurs des animaux et les exploiteurs afin d’améliorer le rendement économique de l’exploitation animale.

    HSUS a un programme impliquant Global Animal Partnership, American Grassfed Association et le label viande « heureuse » Certified Humane Raised and Handled afin d’aider les agriculteurs à « ajouter de la valeur à [leur] produit ! »

    HSUSGlobalAnimalAinsi donc, les défenseurs des animaux travaillent avec les agriculteurs afin de les aider à « ajouter de la valeur à [leur] produit ! »

    S’il vous plaît, ne me dites pas que les réformes de bien-être ne rendent pas l’industrie plus rentable ou que quelque chose en elles est abolitionniste. Au contraire.
    Ceux qui promeuvent le label Certified Humane Raised and Handled déclarent :

    « Il semble que presque chaque semaine un nouveau livre, film, reportage télévisé ou article de presse soulève des questions concernant la façon dont les animaux d’élevage sont traités. Par conséquent, l’intérêt des consommateurs pour les produits d’animaux élevés humainement a grandi brusquement.

    Le programme Certified Humane® est la meilleure façon pour vous de placer viande, volaille, œufs et produits laitiers et d’exploiter cette demande croissante. Quand vous devenez certifié, vous obtenez la crédibilité de l’inspection par l’organisation à but non lucratif Humane Farm Animal Care. Et vous touchez des millions de clients potentiels à travers nos partisans d’une société humaine et l’ample couverture médiatique que génère Certified Humane®. »

    et

    « Notre promotion et notre publicité touchent des millions de consommateurs. Nos supporters ont près de 20 millions d’électeurs qui constituent le cœur du marché pour ces produits. Les organisations humaines promeuvent le programme Certified Humane® sur leurs sites internet, dans leurs publications, le publipostage ciblé et les refuges pour animaux à travers le pays.

    Elles sont constituées de militants qui recommandent les produits — vos produits — Certified Humane® à leurs amis et leur famille. De nombreux commerçants reçoivent des demandes de ces militants désireux d’acheter des produits humains et de les partager avec d’autres.

    Votre influence s’étendra par-delà ce noyau. De nombreuses publications ont présenté le programme Certified Humane®, y compris USA Today, Good Housekeeping, Vanity Fair, Time Magazine, Saveur and Self.

    Le site Internet Certified Humane® reçoit en moyenne plus de 12000 visiteurs uniques par mois. Il fournit des informations sur les produits qui sont disponibles et dit où les acheter. Par conséquent, davantage de consommateurs, de commerçants et de restaurateurs vous trouveront, vous et vos produits. »

    et

    « Certified Humane® fait de la publicité aux revendeurs qui ont des produits Certified Humane® dans leurs magasins. En raison de la demande des consommateurs qui voulaient savoir où ils pouvaient acheter des produits Certified Humane®, nous avons créé une base de données consultable sur notre site internet :

    * La section « Where to Buy » de notre site Web reçoit plus de 12000 nouveaux visiteurs uniques par mois, et 11000 visiteurs reviennent chaque mois.

    * Un e-mail permet aux consommateurs connaissant certains revendeurs qui disposent de produits Certified Humane® de le signaler. »

    Cela ne me paraît pas très abolitionniste. En fait, cela a tout l’air d’un partenariat entre les défenseurs des animaux et les exploiteurs afin d’améliorer le rendement économique de l’exploitation animale.

    La RSPCA fait la promotion des bénéfices économiques de son logo Freedom Food, déclarant:

    « En dépit de l’incertitude économique, la demande des consommateurs pour des normes supérieures en matière de bien-être des animaux d’élevage continue de grandir. Le label de qualité pour produits fermiers de Freedom Food peut vous aider à bénéficier de l’avantage de cette tendance en différenciant votre entreprise de vos concurrents et ajouter de la valeur à vos produits. »

    « Ajouter de la valeur à vos produits » ? Cela ne me paraît pas abolitionniste. En fait, cela m’a tout l’air d’un partenariat entre les défenseurs des animaux et les exploiteurs afin d’améliorer le rendement économique de l’exploitation animale.

    CIWF a créé un programme de partenariat explicite avec des exploiteurs institutionnels appelé le Food Business Team :

    Depuis son lancement en 2007, le programme Food Business Team de Compassion in World Farming a initié une approche unique de partenariat avec l’industrie alimentaire, obtenant de bons résultats. Certaines des plus importantes compagnies alimentaires du monde en font partie et des millions d’animaux en ont déjà bénéficié.

    Nous avons une équipe de spécialistes engagée aux côtés des plus grandes compagnies alimentaires, inspirant le progrès à travers des prix prestigieux, soutenant les produits et les initiatives qui représentent des bénéfices tangibles pour les animaux d’élevage tout comme des avantages en matière d’innovation et de compétitivité pour les entreprises.

    Notre siège social est basé au Royaume-Uni et nous avons des gestionnaires opérant en France, en Italie et en Allemagne.

    CIWF agit en effet comme une firme de relations publiques pour soutenir l’utilisation des animaux par des dizaines d’exploiteurs institutionnels.

    Imaginez-vous soutenir l’esclavage via votre firme de relations publiques. Cela ne me paraît pas abolitionniste. En fait, cela m’a tout l’air d’un partenariat avec l’institution esclavagiste.

    Le fait que les défenseurs des animaux qui soutiennent ces campagnes puissent vouloir ou prétendre vouloir mettre fin à toute exploitation animale ne masque pas le fait que ces campagnes sont tout sauf abolitionnistes.

    L’éleveur de porcs Joe Maxwell est vice-président d’Humane Society of the U.S. :

    JoeMaxwellSelon Maxwell :

    « Chez HSUS, nous soutenons les agriculteurs et les éleveurs qui sont respectueux de l’environnement et des animaux : en tant qu’agriculteur du Missouri de la quatrième génération, je suis l’un d’eux. »

    Abolitionniste ? Jamais de la vie. HSUS et ses groupes de soutien — Farm Stanctuary, Mercy For Animals, Compassion Over Killing et d’autres — devraient avoir honte d’eux-mêmes.

    Les défenseurs des animaux qui soutiennent les réformes de bien-être prétendent souvent avoir l’abolition comme but ; ils affirment vouloir éliminer toute utilisation des animaux. Mais ils considèrent l’exploitation « heureuse » comme le moyen d’y arriver. Cela est comparable au fait de recourir à la guerre en vue de parvenir à la non-violence et à la paix. Le welfariste qui se prétend abolitionniste soutient que l’exploitation « douce », « compassionnelle » ou « heureuse » est un moyen moralement acceptable de parvenir à la fin de l’exploitation.

    Vous voyez le problème ?

    Je maintiens que le terme « abolitionniste » est correctement utilisé seulement si les moyens sont cohérents avec la fin, et les moyens que je défends sont le véganisme au niveau individuel et l’éducation au véganisme non-violente et créative au niveau social. La fin est la non-exploitation, et les moyens choisis pour y parvenir sont la non-exploitation au niveau individuel et la promotion de la non-exploitation au niveau social.

    Conclusion : les vrais spécistes veulent-il bien se lever ?

    De nombreux défenseurs des animaux — ceux qui soutiennent les campagnes de réformes du bien-être — traitent la violation des droits fondamentaux d’une manière différente selon qu’il s’agit d’humains ou de non-humains.

    Pourquoi font-ils cela ?

    C’est une question compliquée mais, dans le cas présent, je pense qu’il est clair que le mouvement animaliste moderne a embrassé une fois pour toutes l’idée que la préoccupation première doit être la souffrance des animaux, et non l’exploitation ou le massacre des animaux. Parce que les réformistes ne considèrent pas la vie d’un animal comme ayant une valeur morale en soi qui serait équivalente à une vie humaine, ils ne voient pas le meurtre des animaux comme une tragédie de même nature que celle qui advient quand des humains sont tués. A leurs yeux, le problème essentiel est la souffrance. Pour citer Peter Singer, qui est, à bien des égards, le principal architecte du mouvement réformiste :

    « Vous pourriez dire qu’il est mal de tuer un être lorsque cet être est sentient ou conscient. Dès lors, vous pourriez dire qu’il est aussi mal de tuer un poulet ou une souris qu’il est mal de vous tuer, vous, ou de me tuer moi. Je ne peux accepter cette idée. C’est sans doute mal, mais des millions de poulets sont tués chaque jour. Je ne pense pas à cela comme à une tragédie de la même ampleur que lorsque des millions d’humains sont tués. Qu’est-ce que les humains ont de différent ? Les humains sont tournés vers l’avenir, ils ont des espoirs et des désirs pour le futur. Cela semble une réponse plausible à la question de savoir pourquoi, lorsque des humains meurent, c’est une telle tragédie. »

    Singer et ceux qui embrassent sa vision des choses créent une frontière entre meurtre et souffrance. Cette dernière compte de façon primordiale ; le premier moins ou pas du tout. Mais si vous ne pensez pas que les animaux (ou la plupart d’entre eux) ont un intérêt à continuer de vivre tout aussi important moralement que l’intérêt humain, il est parfaitement logique de soutenir une campagne cherchant à rendre plus humaine la violation des droits fondamentaux des animaux, même si vous n’agirez jamais ainsi du moment qu’il s’agit d’humains.

    Mais comme j’en ai discuté dans mes écrits, à la fois dans mes livres, comme celui-ci, et dans mes articles sur ce site, comme celui-là — nous ne pouvons affirmer que la valeur d’une vie nonhumaine est moindre que la valeur d’une vie humaine dès lors qu’il s’agit de justifier l’utilisation des non-humains comme ressources remplaçables sans poser des hypothèses explicitement spécistes : dire par exemple que les animaux n’ayant pas conscience d’eux-mêmes de la manière dont les humains en ont conscience (ce qui est probablement vrai), leurs vies par conséquent auraient moins de valeur, ce qui n’est pas un raisonnement à suivre et que je rejette absolument.

    Pour dire que, en ce qui concerne le fait d’être exploité exclusivement comme ressource remplaçable, les humains jouissent d’un niveau de protection différent parce qu’ils ont une forme représentative de conscience de soi, ou ne pas reconnaître que la sentience seule est à la fois nécessaire et suffisante pour mériter le droit de ne pas être exploité et tué, est spéciste.

    En fait, je devrais dire « profondément spéciste ».

    ****

    Si vous n’êtes pas végan, devenez-le s’il vous plaît. Le véganisme est une question de non-violence. C’est d’abord une question de non-violence envers les autres êtres sentients. Mais c’est aussi une question de non-violence envers la terre et envers vous-même.

    Et ne vous faites jamais avoir avec cette notion insensée que nous devons faire la promotion de l’ « exploitation heureuse » afin que les gens deviennent végans. C’est le contraire: l’industrie tout entière de l’ « exploitation heureuse » n’a qu’un seul but : faire en sorte que le public soit encore plus à l’aise avec l’exploitation animal.

    Le Monde est végan ! Si vous le voulez.

    Gary L. Francione

    Professeur, Rutgers University

    ©2013 Gary L. Francione

    http://fr.abolitionistapproach.com/2013/08/28/les-reformes-de-bien-etre-animal-l-exploitation-heureuse-et-le-specisme/#sthash.kjcEr0HF.dpuf

  • L'appel "Touche pas à ma pute" humilie les femmes (Anne Zelensky pour Le Monde)

    AZ.jpg

    « Touche pas à ma pute », tel est l'intitulé d'une pétition qui sera publiée dans Causeur de novembre. Elle est le porte-étendard du « Manifeste des 343 salauds ». Voilà un acte militant inédit : les hommes n'avouent pas aisément fréquenter les putes. Et se préoccupent plus d'utiliser ces dames que de les défendre.

    Mais ce manifeste va encore plus loin, et se réclame paradoxalement d'un autre manifeste célèbre : celui des « 343 salopes », publié en avril 1971 dans Le Nouvel Observateur, pour défendre la liberté d'avorter (« Je déclare avoir avorté »). Je suis, avec d'autres, à l'origine de ce manifeste. Une précision utile : nous n'avions pas choisi de nous appeler « salopes », ce qualificatif nous est venu du dehors, de Charlie Hebdo. Si on comprend bien, le terme de « salope » désignerait donc toute femme qui enfreint les règles de la bienséance féminine officielle, pute ou féministe.

    Dans le manifeste « Touche pas à ma pute », les signataires eux, ont choisi le terme de « salaud » par référence aux « salopes » de 1971. C'est là que je m'interroge. Quelle filiation peut-il bien y avoir entre nous, les « salopes » qui réclamions la liberté interdite de disposer de notre corps, et ces « salauds » qui réclament aujourd'hui la liberté de disposer contre rémunération et sans pénalité du corps de certaines femmes ? Dans le premier cas, il s'agit de lever une oppression, dans le second, de la reconduire. Et ce au nom du même concept : la liberté. Où est la faille ?

    Ce qui chiffonne mon sens de la logique en effet dans cette proclamation, ce n'est pas tellement qu'elle défende une forme de prostitution qui concerne une minorité de personnes, persuadées de l'avoir choisie. Ce n'est pas tellement qu'elle véhicule une contradiction majeure : elle met de côté la souffrance et l'humiliation de la majorité des « forçates » du sexe, tout en condamnant les réseaux proxénètes, qui en sont les pourvoyeurs.

    LIBERTÉ OU ASSERVISSEMENT ?

    Ce qui me chiffonne, c'est cette référence à la liberté. L'occasion est donnée une fois de plus de constater les dévoiements infligés à cette idée. Ce mot connaît depuis des décennies des accommodements qui reviennent à en faire le contraire de ce qu'elle est censée être. La doxa de notre temps s'incarne dans la trilogie : « liberté d'expression », sacralisée par la loi 1881 sur la liberté de la presse, le « touche pas à » (on est passé du pote à la pute) et le « c'est mon choix ». Le tout chapeauté par le credo : « Tout se vaut » (les arts, les cultures, les dominations) ou concept d'équivalence. Tels sont les piliers qui soutiennent l'édifice construit à la gloire de « ma » liberté. Qui ne connaît pas de limite.

    Et voilà comment la liberté de disposer de son corps, revendiquée dans le « Manifeste des 343 », se voit étendu à des pratiques -– liberté de se prostituer -– qui en constituent le contraire. Comment peut-on en effet revendiquer comme liberté ce qui en fait la bafoue ? La liste est longue dans l'histoire, de ceux et celles qui ont préféré leur esclavage à la liberté, tant sont fortes l'emprise du conditionnement et la fascination de la soumission. Des esclaves noirs affranchis qui ne voulaient pas quitter leur maître, à la fameuse héroïne d'Histoire d'O, qui consentait à être asservie, on n'en finirait pas d'énumérer les zélateurs de la « servitude volontaire ». Dans cette pétition « Touche pas à ma pute », par un tour de passe-passe pervers, la liberté est mise au service de la défense d'un esclavage de fait.

    Dans cette affaire de prostitution, personne n'est en fait libre : ni la pute ni le client. A part quelques rares exceptions, la majorité des personnes qui se prostituent le font par contrainte économique ou psychologique. Soyons sérieux : ce n'est pas une partie de plaisir d'ouvrir ses jambes à la demande, plusieurs fois par jour. Quant au client, il est pris dans un système de relation homme-femme, fondé sur le malentendu et la peur.

    Quoi de plus rassurant que le scénario prostitutionnel ? Tout y est prévu : il paye, elle exécute. Elle lui offre la satisfaction de ses fantasmes ; elle l'écoute ; elle ne le juge pas. La femme idéale en somme. Il peut régresser avec elle en toute innocence, larguer un moment tout ce qui le contraint à être un homme : les responsabilités, le sérieux, la maîtrise. Le pied, non ? Etre un homme n'est pas si facile, et on peut comprendre les délices de ce lâcher-prise. Qu'il soit inavouable est bien le signe qu'il est merveilleusement transgressif. Il faut en effet un certain goût de la provocation aux signataires du « Manifeste des salauds » pour reconnaître qu'ils vont chez les putes.

    Ce manifeste s'inscrit dans la guéguerre que se livrent les sexes. C'est la réponse du berger à la bergère. La revanche de certains hommes contre la libération des femmes passe sans doute par ce pied de nez. Tu as voulu être libre ? Eh bien, moi, ça ne m'empêchera pas d'aller chez les putes. Les femmes esclaves, j'aime. Au moins elles ne me demandent rien, elles me prennent comme je suis. Là est le hic. Le féminisme a introduit dans la bergerie des sexes le dangereux loup de la lucidité. Les femmes ne veulent plus faire semblant de prendre les hommes tels qu'ils sont, et elles en ont assez d'être prises pour ce qu'elles ne sont pas. Pouce ! Il faut inventer un autre jeu.

    Une proposition de loi visant à sanctionner par une amende les clients de prostituées et à abroger le délit de racolage public a été déposée le 14 octobre par le groupe socialiste de l'Assemblée et devrait être débattue fin novembre.

    http://abonnes.lemonde.fr/idees/article/2013/10/29/l-appel-touche-pas-a-ma-pute-humilie-les-femmes_3504547_3232.html

  • Abolition du système prostitueur : maintenant, la loi ! (pétition à signer)

    cropped-mmr3512.jpg

    Cette lettre a été écrite par le Collectif Féministe contre le Viol, le Collectif National Droits des femmes, la Fédération Nationale GAMS, Femmes Solidaires, le Mouvement du Nid, Osez le féminisme et Solidarité Femmes.

    Elle a été signée par plus de 100 associations féministes de nombreux départements. 

    Pour signer la lettre, cliquez ici.

    * * *

    Lettre ouverte à François Hollande de 111 associations locales et nationales luttant contre les violences faites aux femmes

    Monsieur le Président,

    Vous vous êtes exprimé à plusieurs reprises depuis votre élection pour affirmer votre volonté de tout mettre en œuvre pour lutter contre les violences faites aux femmes. Nos 111 associations, engagées partout en France pour faire reculer ces violences et soutenir les femmes victimes, vous appellent à transformer vos déclarations en actes.

    Fortes de nos expériences multiples, nous vous l’affirmons : il ne sera pas possible de faire reculer durablement les violences sexistes et sexuelles en France tant que nous tolèrerons que s’exerce en toute impunité l’une des plus insupportables d’entre elles : la prostitution.

    En ratifiant dès 1960 la Convention des Nations Unies du 2 décembre 1949 puis en adoptant en décembre 2011 une résolution parlementaire réaffirmant sa position abolitionniste, la France a solennellement affirmé que la prostitution constitue une atteinte majeure à la dignité de la personne humaine. Candidat à l’élection présidentielle de 2012, vous avez vous-même réaffirmé que la prostitution constitue non seulement une exploitation de toutes les précarités mais aussi une violence extrême, qui s’exerce en grande majorité sur les femmes les plus vulnérables.

    Des dizaines de milliers de personnes subissent chaque jour cette violence sans que les auteurs ne soient ni poursuivis, ni condamnés, ni même responsabilisés. Quel message envoyons-nous aux futurs citoyens et futures citoyennes de notre pays en tolérant que l’on puisse acheter le corps des femmes, exploiter leur situation de précarité sociale pour leur imposer un acte sexuel sans désir ?

    Nous ne vous demandons pas de faire disparaître du jour au lendemain un fait social qui existe depuis des millénaires. Il faut du temps et nous y travaillons. Votre responsabilité par contre est d’impulser un mouvement. Monsieur le Président nous attendons de vous que vous engagiez la France, ses citoyennes et ses citoyens dans une démarche de progrès inédite pour notre pays : celle d’affirmer que l’horizon de l’égalité est possible. Pour toutes et tous.

    Monsieur le Président, c’est un cri d’alerte que vous envoient nos associations.

    Nous travaillons sans relâche, avec des moyens insuffisants, pour prévenir, accueillir, accompagner, ou soigner, informer et former. Nous ne cessons de dénoncer toutes les violences : viol, harcèlement sexuel, violences conjugales, coups, insultes,  mariages forcés,  mutilations sexuelles, prostitution… . Si votre objectif, comme vous l’avez souvent affirmé, est d’en finir avec les violences sexistes et sexuelles, nous comptons sur vous pour faire en sorte que la France adopte une loi pour l’abolition du système prostitueur.

    Pour signer la lettre, cliquez ici.

    Associations signataires : Collectif Féministe contre le Viol, Collectif National Droits des femmes, Fédération Nationale GAMS, Femmes Solidaires, Mouvement du Nid, Osez le féminisme, Solidarité Femmes, Osez le féminisme Nice ! (06), Syndicat SUD Santé Sociaux Nice (06), Osez Le Féminisme Aube (10), SOLIDARITE FEMMES (10), Centre Evolutif Lilith (13), Forum Femmes Mediterranée (13), SOS FEMMES 13 (13), SOS VIOL (13), Osez le Féminisme! Calvados (14), Rupture (18), ZONTA CLUB de BOURGES (18), CPL (21), Mouvement Le CRI (21), Marche Mondiale des femmes.22 (22), Mouvement Le CRI (24), Bagdam Espace lesbien (31), Collectif Midi Pyrenéées des Droits des Femmes (31), Comité permanent de liaison assoc Abolitioinnistes (31), coordination de la Marche Mondiale des Femmes 31 (31), Femmes de Papier (31), Mouvement Le CRI (31), Osez le féminisme 31 (31), Zerose (31), Agir Contre les Violences Faites aux Femmes (33), Comité permanent de liaison assoc Abolitionnistes (33), Maison des Femmes de Bordeaux (33), mouvement le CRI (33), OSEZ LE FEMINISME 33 (33), SOLIDARITE FEMMES BASSIN (33), Osez le féminisme 34 (34), PSYC & GENRE (34), PSYC & GENRE (34), ZONTA CLUB de TOURS (37), Osez le féminisme 38! (38), femmes en détresse vignoble nantais (44), Mouvement Le CRI (47), Sortir du Silence (50), Osez le Féminisme 63 ! (63), Mouvement Le CRI (64), Osez le feminisme 67 (67), Mouvement Jeunes Femmes (69), Osez le Féminisme 69 (69), Regards de Femmes (69), Comité permanent de liaison assoc Abolitionnistes (71), Espace Femmes Geneviève D (74), Adéquations (75), Amicale du Nid (75), Assemblée des femmes (75), Centre National d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles (75), Collectif de Pratiques et de Réflexions Féministes « Ruptures » (75), Coordination française pour le Lobby Européen des Femmes (75), Conseil National des Femmes Françaises (75), Elle’s IMAGINE’nt (75), Encore féministes ! (75), EQUIPES D’ACTION CONTRE LE PROXENETISME (75), Feminisme Enjeux théâtre de l’Opprimé (75), Femmes pour le dire, femmes pour agir (75), FIT, une femme, un toit (75), Fondation Scelles (75), Gender Company (75), Grand Chapitre Général Féminin de France (75), Halte aide aux femmes battues (75), Institut de Victimologie (75), Le Planning Familial Paris (75), Libres MarianneS (75), Marche Mondiale des Femmes (75), Mouvement jeunes femmes (75), Mouvement Le CRI (75), Mue Productions (75), Prévenance (75), Prévenance (75), Rajfire (75), Réseau Féministe « Ruptures » (75), resistances de femmes (75), Réussir l’égalité Femmes-Hommes (75), Zonta Club Paris III (75), Les efFRONTé-e-s (75), SOS Sexisme (75), Zonta 76 (76), zontarouen reine mathilde (76), Centre de Recherches Internationales et de Formation sur L’Inceste et la Pédocriminalité (78), Le Monde à Travers un Regard (78), ruptures (78), Mouvement Le CRI (79), FEMMES SOLIDAIRES de la Somme (80), Mouvement jeunes jemmes (81), Mouvement Le CRI (86), Centre d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles de l’ Essonne (91), PAROLES de FEMMES (91), L’ESCALE (Solidarité Femmes) (92), Ligue du Droit International des Femmes (92), amicale du Nid 93 (93), Memoire Traumatique et Victimologie (94), Osez le féminisme ! (94), Comité permanent de liaison assoc Abolitionnistes (95), Du Côté Des Femmes (95), ASSOCIATION FEMMES 974 (97), Union des Femmes de la Martinique (97), Voix de Femmes (99), ZéroMacho (75)

    http://lettreouverteabolition.wordpress.com/2013/10/09/abolition-du-systeme-prostitueur-maintenant-la-loi/

  • Les carottes sont cuites pour l’industrie du sexe en Suède : voici pourquoi

    suede-drapeau.jpg

    Un article de Joan Smith pour The Independent.

    Lien sur l’article original : Why the game’s up for Sweden’s sex trade

    Traduction française de Martin Dufresne.

    Joan Smith

    « En Suède, des lois innovatrices en matière de prostitution criminalisent les prostitueurs et pas les prostituées. Le résultat: une baisse de 70 pour cent du chiffre d’affaires de l’industrie. Joan Smith a pris place à bord d’une voiture de patrouille de Stockholm pour savoir comment cela fonctionne – et si la Grande-Bretagne pourrait emboîter le pas. 

    Je suis assise à l’arrière d’une voiture de police banalisée sur la petite île de Skeppsholmen, juste à l’est du pittoresque Vieux-Stockholm. Nous sommes au pied du Musée d’art moderne de la ville, mais c’est une nuit sombre de février et nous ne sommes pas ici en quête de culture. «Ils se garent là-haut», me dit le détective assis sur la banquette avant, pointant du doigt un parking en haut de la colline. « Nous attendons quelques minutes, puis nous sortons de l’auto, grimpons la colline et ouvrons les portes. »

    Ce qui se passe ensuite est typique de la façon dont fonctionne en pratique la loi suédoise qui pénalise l’achat de sexe. Le conducteur de la voiture, qui a amené une femme prostituée sur l’île pour des relations sexuelles, est arrêté sur le champ. On lui laisse le choix : admettre l’infraction et payer une amende, proportionnelle à ses revenus, ou aller contester au tribunal et courir le risque d’être identifié publiquement. Quant à la femme, elle n’a violé aucune loi et se voit offrir l’aide des services sociaux si elle souhaite quitter la prostitution. Dans le cas contraire, elle est autorisée à repartir.

    « Acheter du sexe est l’un des crimes les plus honteux pour l’homme arrêté », explique le détective, Simon Haggstrom. Il est jeune, Noir, et son apparence – crâne rasé et jeans baggy – le fait plus ressembler à un cadre du monde de la musique qu’à un flic. Mais il est en charge de l’unité de la prostitution du Service de police du comté de Stockholm, et il est fier du fait qu’il a arrêté plus de 600 hommes en vertu de la loi suédoise: « Nous avons arrêté toutes sortes de gens, allant des toxicomanes aux politiciens. J’ai même déjà arrêté un prêtre, et il m’a dit que j’avais ruiné sa vie. Je lui ai répondu: « Ce n’est pas moi qui ai ruiné votre vie, mais vous-même. »

    La décision prise par la Suède de renverser des siècles de préjugés au sujet de la prostitution et de criminaliser les acheteurs de sexe a provoqué l’étonnement lorsque cette loi est entrée en vigueur en 1999. Alors que le débat faisait rage ailleurs à savoir si la prostitution devrait être légalisée, l’idée très simple du gouvernement suédois – on n’arrêtait pas les bonnes personnes – s’avérait nouvelle et controversée. La surintendante-détective Kajsa Wahlberg est rapporteure nationale pour la Suède sur la traite des êtres humains. Lorsque je la rencontre à son bureau de Stockholm, elle se remémore qu’un policier d’un autre pays a été jusqu’à accuser les Suédois de recourir à des « méthodes nazies ». Wahlberg reconnaît que de nombreux policiers suédois étaient également sceptiques. « Au début, il y avait de la frustration et de la colère au sein du service. On aurait cru qu’ils mâchaient des citrons », dit-elle avec un rire ironique.

    Tout cela a changé de façon spectaculaire depuis l’entrée en vigueur de la loi. « Le principal changement que je constate, en rétrospective, est le fait d’avoir obtenu l’adhésion des hommes », explique la surintendante Wahlberg. « C’est un problème sexospécifique. Des hommes achètent des femmes. L’un des facteurs-clés est la formation des agents de police. Quand ils et elles comprennent le contexte, le portrait devient clair. » Elle parle des diverses raisons qui amènent les femmes dans la prostitution, citant des recherches qui montrent souvent des antécédents d’abus sexuels dans l’enfance, aggravés par des problèmes de drogue et d’alcool.

    « Elles n’ont pas confiance en eux-mêmes. Elles ont été laissées de côté ou négligées et essaient d’obtenir toutes sortes d’attentions. On ne parle pas ici du choix d’une femme adulte. » Au cours des années 1990, le gouvernement suédois a graduellement accepté les arguments de groupes de femmes faisant valoir que la prostitution constituait un obstacle à l’égalité entre les sexes et une forme de violence contre les femmes.

    Ce qui est remarquable, c’est que l’opinion publique, hostile au départ, a viré bout pour bout et adopté ce point de vue ; aujourd’hui, 70 pour cent de la population est favorable à la nouvelle loi. « Nous avons changé la mentalité de la population suédoise », me dit Simon Haggstrom. Ce changement s’observe facilement parmi les vétérans de son unité.

    Un flic en civil, qui est policier depuis 37 ans, semble encore surpris quand il se souvient de ce qui s’est passé il y a 14 ans. « Quand la loi est entrée en vigueur, les rues se sont vidées pendant six mois », dit-il.

    Ces jours-ci, il est l’un des partisans les plus enthousiastes de la loi, ayant lui-même pu constater le déclin du nombre de femmes maintenues dans la prostitution de rue à Stockholm. Là où il y avait auparavant de 70 à 80 femmes qui vendaient du sexe à l’extérieur, de nos jours c’est entre cinq et 10 en hiver, et 25 en été. Quelques femmes font aussi les rues de Malmö et Göteborg, mais les statistiques suédoises demeurent bien inférieures à celles du Danemark, où la prostitution a été décriminalisée. Le Danemark ne compte qu’un peu plus de la moitié de la population suédoise, mais une recherche a indiqué que plus de 1 400 vendeuses de sexe se pressent dans les rues danoises.

    La loi a aussi apporté d’autres changements. Avant 1999, la plupart des femmes prostituées dans les rues de Stockholm étaient suédoises. Aujourd’hui, elles viennent des pays baltes ou d’Afrique, et ont déjà vendu du sexe dans d’autres pays aussi. Elles disent d’ailleurs aux policiers de l’unité du détective Haggstrom qu’elles sont beaucoup plus susceptibles d’être victimes de violences dans les pays où la prostitution a été légalisée.

    Les hommes suédois veulent des fellations et des coïts, rien de plus », me dit le flic en civil. «Ils savent qu’ils doivent bien se comporter ou ils peuvent être arrêtés. Ils se retiennent d’être violents. »

    C’est une observation fascinante parce que l’une des critiques adressées d’avance à la nouvelle loi était qu’elle allait rendre la prostitution plus dangereuse. Tous les policiers suédois à qui j’ai parlé m’ont bien dit qu’il s’agissait d’un mythe, tout comme l’idée que la prostitution allait devenir clandestine. « Si un acheteur de sexe peut trouver une femme prostituée dans un hôtel ou un appartement, la police peut le faire aussi », observe ironiquement Haggstrom.

    « Les proxénètes doivent annoncer », explique-t-il. Des agents ont été spécialement formés à surveiller l’internet et la police a également accès à des procédures d’écoute téléphonique, qui leur indique que les trafiquants ne considèrent plus la Suède comme un marché rentable. «Nous avons entendu sur écoute des proxénètes dire que la Suède ne les intéressait pas », continue Haggstrom. «Même s’ils échappent à l’arrestation, nous arrêtons leurs clients et leurs décisions ne sont fondées que sur les profits envisagés : c’est bien simple à comprendre. »

    Les statistiques sur la criminalité suédoise semblent étayer son argumentation. En 2011, seulement deux personnes ont été condamnées pour traite à des fins sexuelles et 11 autres pour proxénétisme lié à la traite. (Cette même année, 450 hommes ont été reconnus coupables et condamnés à une amende pour achat de sexe, y compris un certain nombre de touristes étrangers). En 2012, les chiffres ont été légèrement plus élevés: trois condamnations pour traite et 32 pour l’infraction connexe de proxénétisme. Mais 40 femmes, pour la plupart originaires de Roumanie, ont eu suffisamment confiance dans le système de justice pénale suédoise pour servir de témoins à charge contre les hommes qui les exploitaient.

    La législation suédoise pourrait-elle fonctionner dans d’autres pays? La Norvège et l’Islande ont toutes les deux adopté des lois interdisant l’achat de sexe, et le Royaume-Uni a amorcé certaines démarches en vue d’une éventuelle criminalisation des prostitueurs ; c’est déjà une infraction pénale que d’acheter du sexe à des personnes de moins de 18 ans ou à une adulte qui est exploitée par des proxénètes ou des trafiquants. Mais on compte encore très peu de condamnations, ce qui suggère que les policiers britanniques ne partagent pas les vigoureuses attitudes de leurs homologues suédois. Simon Haggstrom convient avec Kajsa Wahlberg que la loi à elle seule ne suffit pas: « Il vous faut des ressources pour l’appliquer. Il vous faut des agents qui sortent procéder à des arrestations. »

    Dans la voiture de patrouille, quelque chose arrive qui révèle la pleine mesure du changement de paradigme qui a touché les hommes et les femmes en Suède. Dans une rue brillamment éclairée, Haggstrom pointe du doigt deux femmes roumaines qui travaillent comme prostituées. Alors que je les imagine traverser le pont avec un parfait inconnu vers le triste parking de Skeppsholmen, Haggstrom se tourne vers moi et me dit à voix basse : « Avoir des relations sexuelles n’est pas un droit de la personne. ». »

    Source : Les carottes sont cuites pour l’industrie du sexe en Suède: voici pourquoi

  • "Va faire chauffer la marmite dans la grotte" (Michel Guerrin pour Le Monde)

    http://s1.lemde.fr/image/2013/10/25/534x267/3503013_3_f916_la-chef-d-orchestre-laurence-equilbey-a-paris_ca01277293bffbf003c488837195bead.jpg

    La chef d'orchestre Laurence Equilbey à Paris, le 1er octobre 2013. | AFP/JOËL SAGET

    Dean Snow est un anthropologue audacieux. Pour lui, les auteurs des peintures ornant les grottes préhistoriques seraient des femmes. Le chercheur américain, qui a étudié huit sites en France et en Espagne, se fonde sur la taille des doigts et des mains imprimés dans la pierre. Les détails sont à lire dans Le Journal du dimanche du 20 octobre.

    Peut-être est-ce farfelu. Mais ce qui compte, c'est que pas grand monde n'a envisagé l'hypothèse. En tout cas, pas le préhistorien Jean Clottes, qui répondait ceci, en 2011, déjà dans Le Journal du dimanche : « Ce n'est pas impensable. Mais pour ma part, je ne vois pas des femmes peindre des grands tableaux de chasse. La grande chasse est une affaire d'hommes… »

    La chasse, une affaire d'hommes, et la cuisine une affaire de femmes. Les préjugés ont la vie dure. Notamment dans la culture. Imagine-t-on une femme chef d'orchestre, metteur en scène d'opéra, peintre ? Pas vraiment, puisque les statistiques montrent qu'on est loin de la parité dans la création. Plus loin encore que dans la politique ou le monde de l'entreprise.

    Deux premiers rapports sur la question ont été rendus au ministère de la culture en 2006 et 2009 par Reine Prat, chargée de mission sur la question. Quelques chiffres ont fait l'effet d'une bombe : « 84 % des théâtres cofinancés par l'Etat sont dirigés par des hommes ; 97 % des musiques que nous entendons dans nos institutions ont été composées par des hommes ; 94 % des orchestres sont dirigés par des hommes. 78 % des spectacles que nous voyons ont été mis en scène par des hommes. » Et ainsi de suite.

    De son côté, la chef d'orchestre Laurence Equilbey a piloté un master mené en 2012 par deux étudiants de l'université d'Evry sur les femmes aux postes de responsabilité dans le spectacle. Sa lecture l'a édifiée : « Je ne pensais pas à un tel désastre. »

    La Société des auteurs et compositeurs dramatiques vient pour sa part de compter le nombre de femmes programmées en France, de septembre 2013 à l'été 2014, dans des spectacles : 17 femmes chefs d'orchestre sur 574, 42 femmes solistes instrumentistes sur 271, 181 metteuses en scène sur 730… Dans certains festivals où vous irez, il n'y en aura aucune. La SACD ajoute : « 81,5 % des dirigeants de l'administration culturelle sont des hommes. »

    Ce sont les arts plastiques qui s'en sortent le mieux. Plus de 30 % des artistes exposés en France sont des femmes. Ce n'est pas glorieux, mais moins piteux que dans le théâtre et surtout dans la musique. Ce qui fait sourire Laurence Equilbey : « Je me sens souvent mieux dans une exposition d'art contemporain qu'au concert. » Chargeons un peu la barque en rappelant que, dans le rapport sur les « pratiques culturelles des Français à l'ère numérique » (ministère de la culture, 2009), on apprend que les deux tiers des romans publiés sont lus par des femmes. Autrement dit, les femmes ont de l'appétit pour se cultiver, pas pour créer.

    LE PROBLÈME DE « LA MATERNITÉ »

    Le vent n'est-il pas en train de tourner ? « Les mentalités bougent, et le sujet ne fait plus rire comme avant », dit Laurence Equilbey. Le Sénat a publié en juin un rapport dans lequel il note une « véritable discrimination » culturelle. Le Mouvement HF se fait de plus en plus pressant, avec son manifeste qui entend « démocratiser la culture par la parité ». Il y a quelques jours, le Syndicat national des entreprises artistiques et culturelles a montré la voie en nommant une femme à sa tête, Madeleine Louarn, directrice du Théâtre de l'Entresort, à Morlaix (Finistère).

    Et puis Aurélie Filippetti fait de la parité un cheval de bataille. La ministre de la culture exige la parité dans les jurys visant à nommer des dirigeants culturels. Et elle vient de rééquilibrer le paysage en nommant Frédérique Bredin à la présidence du Centre national du cinéma, Sophie Makariou à la tête du Musée Guimet, Irina Brook au Théâtre de Nice…

    Ces nominations ont fait grincer. Notamment l'acteur Philippe Caubère, sur le thème : la parité « n'a plus aucun sens dès qu'il s'agit d'art » (Libération daté 15 juillet). Cette réflexion ouvre une question délicate. Il y a plus de 50 % de femmes dans les conservatoires (musique ou théâtre) et plus de 60 % dans les écoles d'art. Pourquoi disparaissent-elles ensuite ? Pourquoi, ajoute Laurence Equilbey, « les filles représentent entre 25 % à 30 % des classes de chefs d'orchestre, mais sont seulement 3 % ensuite à exercer » ?

    Pour le gouvernement, la réponse est claire : les femmes sont discriminées, d'où sa politique de « discrimination positive ». Une autre réponse ouvre un terrain glissant, qui a fait déraper le compositeur en vogue Bruno Mantovani, 39 ans, patron du Conservatoire national de musique, à Paris. Le 3 octobre, sur France Musique, il a listé les raisons qui expliquent le décalage entre apprentissage et vie active pour les chefs d'orchestre : un métier « éprouvant physiquement », qui n'intéresse « pas forcément » les femmes, qui pose le problème de « la maternité ». Ne manquent plus que « l'autorité et la crédibilité » des femmes, et on tient tous les poncifs.

    Mais l'argument le plus souvent entendu chez les décideurs culturels est le suivant : je prends le meilleur, et le meilleur est un homme. Logique, ils sont plus nombreux en place. Laurence Equilbey est favorable à l'excellence, mais elle ajoute : « Pour que les femmes s'aguerrissent, il faut leur donner leur chance. On ne le fait pas. » Elle ne souhaite pas tant une discrimination positive que des « actions positives » envers les femmes. « Sinon, nous resterons dans une culture verrouillée, ce qui donnera un reflet catastrophique de notre société. »

    guerrin@lemonde.fr

    http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/10/25/va-faire-chauffer-la-marmite-dans-la-grotte_3502979_3232.html

  • Pédophilie : Verts de honte (Le Monde)

    La critique a d'abord touché Daniel Cohn-Bendit. Puis le parti écologiste dans son ensemble. Puis, par ricochet, le Parti libéral (FDP). Et maintenant la presse. Et la vague est loin d'être retombée. Trois ans après les révélations sur les pratiques pédophiles au sein de l'Eglise catholique, l'Allemagne s'interroge aujourd'hui sur sa tolérance passée à l'égard des rapports sexuels entre adultes et enfants.

    "Les honneurs déshonorent, le titre dégrade", avait prévenu Flaubert. Daniel Cohn-Bendit a dû se mordre les doigts de ne pas avoir tenu compte de ce slogan de Mai 68 avant l'heure. Si le député européen n'avait pas accepté de recevoir, au printemps, le prestigieux prix Theodor-Heuss pour son engagement en faveur de la démocratie, rien de tout cela ne serait arrivé.

    Lire : "Les Verts allemands revisitent leurs discussions passées sur la dépénalisation de la pédophilie"

    En effet, mi-mars, un mois avant la remise du prix à Stuttgart, Andreas Vosskuhle, le président de la Cour constitutionnelle de Karlsruhe, fait savoir qu'il renonce à prononcer l'éloge de l'ancien leader de Mai 68. La raison ? Ses écrits, "qui ne sont pas sans poser problème". Le magistrat fait référence au Grand Bazar (Belfond, 1975), ce livre dans lequel Daniel Cohn-Bendit raconte son expérience d'éducateur dans un jardin d'enfants autogéré de Francfort. "Il m'était arrivé plusieurs fois que certains gosses ouvrent ma braguette et commencent à me chatouiller, écrit-il. Je réagissais de manière différente selon les circonstances mais leur désir me posait un problème. Je leur demandais : "Pourquoi ne jouez-vous pas ensemble, pourquoi vous m'avez choisi, moi, et pas les autres gosses ?" Mais s'ils insistaient, je les caressais quand même."

    A de nombreuses reprises, le député européen s'est par la suite défendu en expliquant qu'"il n'y a eu aucun acte de pédophilie. La pédophilie est un des crimes les plus abjects qui puissent exister. Il n'y a pas eu de ma part non plus de désir d'enfants. Là où il y a un grand problème, c'est mon désir de provocation".

    DANS LE PROGRAMME DU PARTI EN 1980

    Néanmoins, le renoncement d'Andreas Vosskuhle, l'absence, pour les mêmes raisons, de la ministre de la justice, Sabine Leutheusser-Schnarrenberger (FDP), et les manifestants rassemblés le 20 avril devant le château où se tient la cérémonie ont convaincu les Verts : impossible, à six mois des élections fédérales du 22 septembre, de se contenter de dénoncer une exploitation de faits anciens à des fins politiques. Pour éteindre l'incendie, le parti écologiste ouvre ses archives à Franz Walter, un professeur qui dirige un institut de recherche en science politique (Göttinger Institut für Demokratieforschung). Rémunéré 209 000 euros, celui-ci doit remettre son rapport à la fin de 2014, mais le contrat prévoit qu'à chaque fois que le chercheur fait une découverte significative il la publie sans attendre, se contentant de prévenir les Verts douze heures à l'avance.

    Auteur de nombreux travaux de sociologie politique, Franz Walter ne passe pas pour être complaisant avec les Verts. La suite va le confirmer. Le 12 août puis le 16 septembre, le chercheur publie dans la presse deux articles retentissants. Dans le premier, il revient en détail sur le combat mené par les Verts pour dépénaliser les relations sexuelles entre adultes et mineurs, au même titre que les relations entre personnes de même sexe. Cette revendication figure explicitement dans le premier programme du parti, adopté en 1980. Il montre aussi comment, à la même époque, l'Association allemande d'études et de travail sur la pédophilie a fait du lobbying en ce sens et pesé sur les débats d'une autre formation politique, le Parti libéral (centre droit).

    A la suite de la publication de l'article dans la Frankfurter Allgemeine Zeitung, Dagmar Döring, l'une des responsables de cette association dans les années 1980, renonce à se présenter comme candidate du Parti libéral aux élections législatives.

    "UN FORT HÉDONISME INDIVIDUALISTE"

    Le 16 septembre, six jours avant le scrutin, second coup d'éclat. Dans un article paru cette fois dans la Tageszeitung, un quotidien très proche des Verts, Franz Walter explique qu'en 1981 Jürgen Trittin était le responsable du programme des Verts de la ville de Göttingen, dans lequel figurait noir sur blanc la dépénalisation de la pédophilie. Précision : durant la campagne d'octobre 2013, Jürgen Trittin, coprésident du groupe écologiste au Bundestag, était la tête de liste des Verts contre Angela Merkel. La même semaine, à la suite, là encore, des révélations de l'équipe de Franz Walter sur ses écrits passés, Volker Beck, le secrétaire général du groupe écologiste au Bundestag, annonce que, s'il est élu, il ne sera plus que simple député. Le 22 septembre, les Verts n'attirent que 8,4 % des électeurs. Deux fois moins que ce que laissaient encore prévoir les sondages un an plus tôt.

    Pendant la campagne, les choses paraissaient simples : les Verts, dans leur volonté de subvertir l'ordre établi, avaient, lors de leur fondation dans les années 1980, plaidé pour une autre sexualité, plus permissive, allant jusqu'à porter des revendications qui, aujourd'hui, paraissent déplacées. La Frankfurter Allgemeine Zeitung a d'ailleurs publié, le 15 septembre, un article en ce sens (refusé par la Tageszeitung) dans lequel l'auteur, Christian Füller, expliquait sur deux pages que les Verts ont "créé une idéologie qui favorise l'abus des enfants".

    Le professeur Walter ne partage pas cet avis. "La protection de la nature et le développement durable ne constituent pas un terreau propice à la pédophilie et à l'abus d'enfants. Mais les Verts ont un deuxième créneau qui est curieusement peu compatible avec le premier : une sorte de libéralisme fondamental associé à un fort hédonisme individualiste. Dans cet environnement, ont émergé dans les années 1970, avant la fondation des Verts, des revendications pour la dépénalisation des délits sexuels et pour une tolérance à l'égard de la sexualité entre adultes et enfants. Au début des années 1980, une partie de ce libéralisme radical s'est retrouvée chez les Verts", explique-t-il au Monde.

    DANS LES ANNÉES 70, UNE PRESSE PLUTÔT COMPLAISANTE

    Certains articles de la presse allemande des années 1970 illustrent cette tendance. D'ailleurs, le Spiegel et Die Zeit ont battu leur coulpe, à la suite des recherches du professeur Walter. "Les principaux médias de la République ont contribué à banaliser la pédophilie dans les années de la révolution sexuelle", reconnaît le Spiegel, qui consacre, le 1er octobre, plus de deux pages à cette "errance morale".

    A plusieurs reprises, l'hebdomadaire a publié des articles complaisants à l'égard de la pédophilie, cette "variante plus tendre du travail social". Et que dire de cette "une" de 1977 sur "les enfants et le marché du sexe" illustrée par la photo d'une fillette de 12 ans simplement vêtue d'une paire de bas et d'un collier lui descendant jusqu'au nombril ? "Cette publication était problématique et elle le reste aujourd'hui", écrit le journal, qui a d'ailleurs retiré cette couverture et ce dossier de ses archives en ligne.

    Les charges contre Die Zeit, l'hebdomadaire de l'intelligentsia allemande, sont aussi accablantes. Dans une série d'articles parue en 1969, Rudolf Walter Leonhardt, responsable du Feuilleton (l'équivalent d'une rubrique Culture et Débats), défend longuement la pédophilie, "un tabou qu'il faut revoir", estime-t-il, s'appuyant notamment sur certaines théories d'Adorno, du sexologue Alfred Kinsey, ou sur les pratiques d'intellectuels comme Edgar Allan Poe ou Novalis. Pour lui, les réactions émotionnelles des parents ou des autorités peuvent davantage perturber les enfants que les contacts sexuels eux-mêmes. "A côté de ce qu'a écrit Leonhardt, la plupart de nos découvertes sur les Verts qui ont provoqué tant de débats paraissent dérisoires", reconnaît Franz Walter. Mais, selon Die Zeit, qui consacre une page à cette "grosse bêtise", le 3 octobre, ce qu'écrivait Leonhardt correspondait à une opinion largement partagée dans les milieux libéraux de l'époque. Ses écrits ne semblent d'ailleurs avoir provoqué aucune colère particulière de la part des lecteurs.

    DE NOUVELLES DÉCOUVERTES

    Après Die Zeit et le Spiegel, il est probable que d'autres journaux et d'autres institutions effectuent un travail comparable sur leur passé. S'ils ne le font pas spontanément, les recherches du professeur Walter pourraient les y contraindre. "Jour après jour, nous faisons de nouvelles découvertes, surprenantes et souvent déprimantes. Ce sera une partie de l'histoire de la bourgeoisie libérale de gauche allemande. Celle-ci semble être jusqu'ici marquée par le succès de la démocratisation et de l'émancipation de la société allemande dans la République fédérale. Maintenant, apparaissent également au grand jour les ambivalences, les zones d'ombre des poussées de la libéralisation", commente Franz Walter.

    Est-ce un hasard ? Les deux partis qui incarnent ce mouvement, les Verts et le Parti libéral, ont nettement reculé aux élections.

    DES RÉPERCUSSIONS EN FRANCE ?

    Les résultats des travaux de Franz Walter pourraient avoir des répercussions dans d'autres pays européens. Dès son premier article, le professeur a insisté sur l'influence des défenseurs de la pédophilie aux Pays-Bas, encore plus grande qu'en Allemagne, selon lui, ainsi que sur la France, où "il y avait une plus longue tradition et aussi une plus grande sympathie pour ce courant de pensée chez des intellectuels de premier plan qu'en Allemagne".

    Et le professeur de rappeler que, en janvier 1977, la fine fleur de l'intelligentsia française, Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir, Louis Aragon, Catherine Millet, André Glucksmann, Jack Lang et Bernard Kouchner, avait publié dans Le Monde et Libération une lettre ouverte dans laquelle elle affichait sa solidarité avec trois hommes détenus et en attente de procès pour délit sexuel à l'encontre d'enfants de 13 et 14 ans. La boîte de Pandore ouverte par les Verts allemands n'est pas près de se refermer...

    http://abonnes.lemonde.fr/europe/article/2013/10/16/pedophilie-verts-de-honte-en-allemagne_3496473_3214.html

  • Aïd el Kébir : énième déculottage d'un maire français face à l'intolérable : M. Etienne Butzbach à Belfort

    lamb.jpg

    Aujourd'hui 15  octobre 2013, 900 moutons vont être égorgés en place publique à BELFORT sur la place ROBESPIERRE .

    M. le  Maire ETIENNE BUTZBACH a donné son accord.

    Appelons M. Etienne Butzbach qui cède avec lâcheté aux sirènes du communautarisme le plus vil et protestons avec fermeté et courtoisie : 03-84-54-24-24

    Standard : 03-84-57-00-07

    Fax : 03-84-21-71-71

    Adresse Mail : courrier@mairie-belfort.fr

    Manifestation de protestation ce matin à 9 heures devant la Maison du Peuple à Belfort.

    Rappelons une fois encore que le sacrifice des animaux (comme le voile d'ailleurs) n'est même pas prescrit par le Coran, qui est plus éthique que la culture humaine décidément.

    http://www.metronews.fr/info/aid-el-kebir-2013-le-sacrifice-du-mouton-n-est-pas-obligatoire/mmjn!mm2tzmR5sygI/

    Ecoutons, sur l'Aïd, Abdelwahab Meddeb, écrivain, poète, directeur de la revue internationale Dédale et professeur de littérature comparée à l'Université Paris X :

    "C'est une chance, c'est une chance pour l'islam que des musulmans soient en France et qu'ils soient frustrés de cela [qu'il n'y ait pas d'abattoir rituel installé en Seine Saint-Denis], parce que j'estime, d'un point de vue anthropologique, que celui qui continue de sacrifier ne peut pas évoluer, et ça me paraît essentiel et important de vivre aujourd'hui un sacrifice symbolique, un sacrifice mental.

    Nous sommes de plus en plus nombreux sur cette terre, il y a 1,5 milliard de musulmans.

    Vous imaginez, il y aurait 700 millions de bêtes qui seraient abattues en une journée ?

    Vous imaginez le bain de sang que c'est ?

    Vous imaginez les ruisseaux de sang que c'est ?

    Vous imaginez la catastrophe que c'est ?

    J'ai un ami, l'anthropologue marocain de Princeton Abdellah Hammoudi, qui a écrit un livre très intéressant sur le pèlerinage.

    Il décrit l'usine abominable, abominable, qui reprend toutes ces bêtes qu'elle sacrifie pour les mettre ensuite en boîtes destinées à la charité islamique et à la distribution aux pays pauvres, et cet espace est tout simplement un espace nauséabond.

    Les 2 ou 3 millions de pèlerins musulmans, chacun sacrifiant sa bête, 3 millions de bêtes tuées en une journée par un système de modernisation assez spectaculaire et totalement automatisé, c'est quelque chose de proprement terrifiant.

    J'appelle véritablement les musulmans à savoir vivre un sacrifice symbolique, à être dans un sacrifice mental.

    Cela est possible et je sais que beaucoup de musulmans le font ; beaucoup de patriciens, beaucoup de gens d'une certaine distinction qui ont une sorte d'horreur du sang se débarrassent de ce rite du sacrifice, du sang versé qui nous vient de Rome, de Grèce, qui nous vient du paganisme.

    C'est un rite du paganisme, mais le propre du monothéisme est peut-être dans le dépassement des pratiques païennes."

    http://www.dailymotion.com/video/xbaepx_abdelwahab-meddeb-les-matins_news?start=5

  • 4 octobre : Journée Mondiale des Animaux

    http://i81.servimg.com/u/f81/17/70/59/85/journe10.gif

    Vous aimez les animaux ?

    Alors devenez végans.

    Sinon, vous participez à l'exploitation, à la torture et à la mort de ceux que vous prétendez "aimer".

    Plus aucun produit d'origine animale dans nos vies.

  • Réaction d'un aficionado dans les rues de Nîmes à la vue d'un stand de tractage anti-corrida tenu par des femmes non-violentes et pacifiques

    the_shining_jack_nicholson.jpg

    Réaction d'un aficionado dans les rues de Nîmes à la vue d'un stand de tractage anti-corrida tenu pas des  femmes non violentes et pacifiques.

    On remarquera son incontournable et belliqueux : "Vous n'avez pas de couilles !".

    Ah, nous y voilà donc, au coeur du sujet !

    Toujours le même avec les hommes de ce très bas modèle de série.

    Au fait, comment tout cela a-t-il commencé ?

    "Le gars en question a foncé sur une militante avec son vélo, son sac a main s'est cassé, elle a lâché sa pancarte.

    La femme de ce monsieur a pris la pancarte et a tapé sur la tête de la militante.

    J’étais tellement étonnée par cette violence que je n'ai pas pensé à filmer tout de suite !"

    https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=N0-sxJLdKdE

  • Ces apprentis James Bond qui espionnent la gauche et les écologistes

    http://www.bastamag.net/local/cache-vignettes/L540xH397/arton3337-b2ab3.jpg

    Mouvements écologistes et anticapitalistes sont surveillés de près par les polices européennes. Et tous les moyens sont bons, y compris l’infiltration. Vol d’identités d’enfants décédés, relations sexuelles avec leurs « cibles »… Au Royaume-Uni, les infiltrés et leurs supérieurs ne reculent devant aucun cynisme. Certains policiers ont même eu des enfants avec les militants qu’ils espionnent. Décryptage de ces détestables pratiques qui font l’objet de virulentes critiques, et échappent à tout contrôle parlementaire ou judiciaire.

    Leurs défenseurs les comparent à des sortes de James Bond, qui fréquenteraient squats et lieux autogérés plutôt que des casinos huppés, qui participeraient à des « camps climat » ou à des actions de résistances passives plutôt qu’à de spectaculaires courses-poursuites. Ces espions au service de sa majesté, ce sont les policiers infiltrés au sein des mouvements écologistes ou anticapitalistes. Ces méthodes d’infiltration font l’objet de virulentes critiques au Royaume-Uni, depuis qu’elles ont été révélées par l’affaire Mark Kennedy. Ce policier s’est infiltré entre 2003 et 2010 au sein de groupes de la gauche radicale européenne, dont le collectif militant de Tarnac, avant d’être démasqué. Les informations transmises par Kennedy ont notamment été utilisées par la DCRI (Direction centrale du renseignement intérieur) pour monter son dossier contre « les neuf de Tarnac ». Depuis, les affaires impliquant des infiltrés se sont multipliées.

    Leurs noms sont révélés au gré de scandales, de procès ou de plaintes qui défraient la chronique outre-Manche : Lynn Watson, une agent de police basée à Leeds, a infiltré plusieurs groupes écologistes, anticapitalistes et pacifistes entre 2003 et 2008. Simon Wellings demeure quatre ans au sein du réseau anticapitaliste Globalise Resistance, avant de se griller par un coup de fil accidentel alors qu’il transmet infos et photos dans un commissariat. Jim Sutton, infiltré au sein du mouvement Reclaim the Streets – un mouvement de réappropriation de l’espace public – à la fin des années 90, finit par avouer qu’il est policier à sa compagne militante… avec qui il a eu deux enfants ! Le couple divorce en 2009. Bob Robinson (ou Bob Lambert) et John Baker intègrent Greenpeace dans les années 80 et 90. Tous deux ont des relations amoureuses durables avec une de leurs « cibles »… Une version « réalité » de James Bond, où la subversion anticapitaliste et écologiste est combattue avec les mêmes moyens que ceux utilisés pour démanteler un réseau terroriste ou de trafic de drogue.

    Un service très spécial

    Le Royaume-Uni dispose d’une solide expérience en matière d’infiltrations des milieux activistes, pacifistes, écologistes ou anarchistes : 40 ans exactement. Tout commence en 1968. En pleine période de contestation et de manifs contre la guerre du Vietnam naît le « SDS » (Special Demonstration Squad), un « Service spécial des manifestations ». Il sera dissous en 2008. Ses pratiques font désormais l’objet de demandes d’investigations de la part de parlementaires et d’avocats après une succession de révélations plus détestables les unes que les autres.

    « Quelles sont les critères pour autoriser une infiltration ? Construire une relation avec des « cibles », y compris avoir des enfants avec elles, fait-il partie des politiques officielles de l’État ? Dans quelle mesure ces opérations d’infiltration sont-elles coordonnées au niveau européen ? », interroge le centre de recherche indépendant Statewatch, basé à Londres, qui regroupe avocats, chercheurs ou journalistes travaillant sur la question des libertés publiques [1].

    Quand l’État vole les identités d’enfants décédés

    En février, le quotidien The Guardian révèle que, pour mener à bien ses infiltrations, la police britannique « a volé les identités d’environ 80 enfants décédés pour établir des faux passeports à leurs noms » [2]. A l’exemple de « Peter Daley », infiltré au sein de mouvements antiracistes dans les années 90, qui utilise comme couverture l’identité d’un enfant de quatre ans mort de leucémie. Le vol de l’identité et du certificat de naissance facilitait l’élaboration de couvertures crédibles.

    Le procédé, dévoilé sur la place publique, est qualifié de « macabre », « irrespectueux » et « odieux » par la commission parlementaire chargée de suivre les affaires intérieures [3]. La police britannique assure aujourd’hui que de telles pratiques n’ont plus cours et a lancé une enquête interne. Jusqu’à cet été, ses chefs n’avaient toujours pas daigné entrer en relation avec les familles concernées [4]). James Bond n’est plus un gentleman.

    Des conjointes et épouses abusées

    La recherche des responsables tarde. « Il n’existe pas un fichier poussiéreux rangé quelque part au sein de Scotland Yard qui nous apportera toutes les réponses. Mais plus de 50 000 documents, papier et électronique, que nous devons passer au crible », précise la Commissaire adjointe, Patricia Gallan, en février 2013, auprès des parlementaires membres de la commission d’enquête sur le sujet. Une manière de prévenir : les réponses risquent bien de ne jamais être divulguées. D’autant que les enquêtes resteront internes.

    Une autre affaire se retrouve quasiment classée « secret défense ». En décembre 2011, après les premières révélations sur les policiers espions, huit femmes annoncent poursuivre en justice la police britannique. En cause : l’infiltration de cinq officiers au sein de « groupes promouvant la justice sociale ou environnementale ». Des agents qui, tout en cachant leurs véritables motivations, étaient devenus leurs conjoints. Les relations intimes ont duré entre sept mois et… 9 ans ! Les plaignantes s’appuient sur les articles de la Convention européenne des droits de l’Homme qui protègent la vie privée et familiale, et interdisent des traitements dégradants et inhumains. Mais, début 2013, la Haute Cour stipule que l’affaire sera traitée à huis clos, dans le secret du « Tribunal spécial sur les pouvoirs d’investigation de l’État » (Investigatory Powers Tribunal), chargé de contrôler les activités de surveillance et d’infiltration menées par la police et les services secrets britanniques.

    La jurisprudence James Bond

    Pour justifier le recours à cette législation spéciale, le juge Michael Tugendhat, n’hésite pas à se référer au fameux héros de Ian Fleming : « James Bond est le plus célèbre exemple fictif d’un membre des services de renseignement qui utilise ses relations avec les femmes pour obtenir des informations ou accéder à des personnes et des biens. (…) Ian Fleming ne s’attarde pas sur la manière dont son héros utilise la tromperie, et encore moins sur le préjudice psychologique que ces relations pourraient provoquer. Mais bien que fictif, cet exemple accrédite la vue que les services de renseignement et de police déploient depuis de nombreuses années des hommes et des femmes officiers dans le but de nouer des relations personnelles de nature intime afin d’obtenir des informations. (…) De mon point de vue, chacun, dans sa vie, doit assumer le fait que les services secrets et la police doivent, de temps en temps, déployer des officiers infiltrés, que ce soit à tort ou à raison. » Ces cas de tromperies, de manipulations, de mensonges et d’humiliations, au service de la sécurité de l’État, seront donc traitées en toute discrétion. Grâce à un roman.

    « Nous sommes indignés que la Haute Cour permette à la police (…) de garder le secret de leurs opérations abusives et manipulatrices. En comparaison, la vie privée des citoyens espionnés par la police secrète ne dispose d’aucune protection, ce qui est contraire à tous les principes que nous pourrions attendre d’une société démocratique », ont répondu les huit plaignantes. « Il est inacceptable que des agents de l’État puissent cultiver des relations durables et intimes avec des militants politiques afin de collecter de soi-disant renseignements sur les mouvements politiques. Nous avons l’intention de poursuivre ce combat. » (voir leur site).

    Quand l’infiltration se retourne contre la police

    Même les élus se voient retourner une fin de non-recevoir. Jenny Jones, vice-Présidente de la commission sur la sécurité londonienne, et élue verte de la capitale, a critiqué « l’obstruction délibérée » de la police suite à ses demandes d’informations répétées sur les opérations d’infiltration. Malgré les remous, l’opaque rideau qui recouvre ces barbouzeries ne se déchire pas.

    L’une des opérations d’infiltration menée par Mark Kennedy avait abouti à la plus grande rafle d’activistes écologistes de l’histoire britannique. 114 militants, suspectés de préparer une action contre une très polluante centrale au charbon près de Nottingham, ont été arrêtés préventivement en avril 2009. Parmi eux, 20 activistes sont poursuivis puis condamnés à de courtes peines d’emprisonnement ou des amendes. Ces condamnations sont finalement annulées car l’accusation n’avait pas communiqué l’ensemble de son dossier à la défense… dont les informations recueillies par la taupe. D’autres militants écologistes pourraient faire appel dans des affaires similaires, dont les dossiers à charge sont basés sur les informations de policiers infiltrés.

    L’Europe envahie de taupes

    Ces scandales ne se cantonnent pas au territoire britannique. Ils s’étendent au-delà des frontières du royaume, à l’Europe continentale. Pendant ses sept années d’infiltration au sein de la gauche radicale, Mark Kennedy a ainsi été « déployé » dans onze pays différents, dont la France, lors d’une quarantaine d’évènements militants (rencontres, manifestations…). Ces opérations sont coordonnées au niveau européen par un groupe spécial (European Cooperation Group on Undercover Activities, ECG), créé en 2011. L’ECG regroupe Interpol, plusieurs services de police des États membres de l’Union européenne et du Conseil de l’Europe, dont… la très démocratique Russie. L’ECG fait elle-même partie d’un groupe de travail international (IWG [5]) avec les services états-uniens ou israéliens.

    « Lorsque les forces de police et les services de renseignement s’engagent dans la coopération internationale, le grand perdant est le contrôle parlementaire. L’importance croissante des réseaux de policiers en civil rend cette situation bien plus critique », alerte en 2012 le député de gauche allemand Andrej Hunko. L’affaire des infiltrés britanniques a fait des vagues jusqu’à Berlin. Des députés du Bundestag questionnent à plusieurs reprises le gouvernement d’Angela Merkel sur le niveau d’implication de la police allemande, et des polices européennes, dans ces opérations secrètes. Le ministère de l’Intérieur précise alors qu’il n’autorise pas ses agents, y compris les agents étrangers opérant sur le sol allemand, à avoir et à entretenir des relations sexuelles dans le cadre d’une enquête.

    Les élus n’en apprendront pas beaucoup plus, « pour des raisons de confidentialité. » « L’infiltration des mouvements de gauche européens illustre cette coopération policière menée en l’absence de tout contrôle parlementaire. On ne sait toujours pas sur ordre de qui l’enquêteur infiltré opérait pendant les années de son activité », rappelle Andrej Hunko. En France, les opérations d’infiltration sont censées être réalisées sous le contrôle d’un procureur ou d’un juge d’instruction (voir le Code de procédure pénale). Mais aucun cadre juridique ou démocratique n’existe au niveau européen pour contrôler ces pratiques. Les barbouzes chargés d’espionner les mouvements de contestation ont de beaux jours devant eux.

    Ivan du Roy, avec Statewatch

    Photos : une (Wikimedia Commons), Police Only (CC Leo Reynolds), State Police (CC Julian Kliner)

    http://www.bastamag.net/article3337.html