Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Pénalisation des clients des prostituées : "La vérité, c'est que j'aurais pu en tuer un" (témoignage de Rosen Hicher)

    6341385801103.jpg

    Par 

    Ex-prostituée

    Avatar de Rosen Hicher

    LE PLUS. C'était à la fois la mesure phare du texte de loi sur la prostitution et la plus controversée. La pénalisation des clients des prostituées a été votée par les députés vendredi. Rosen Hicher a été prostituée pendant 22 ans. Elle nous dresse le portrait de ces fameux clients.

    Édité par Louise Pothier  Auteur parrainé par Rozenn Le Carboulec

    Manifestation pour l'abolition de la prostitution. À Paris, le 29 novembre 2013. (SEVGI/SIPA)

    Savez-vous ce que font concrètement les "clients" prostitueurs lorsqu’ils achètent un acte prostitutionnel ?

    Les "clients" prostitueurs. Les gens qui les présentent comme de braves types sont-ils dans la chambre pour pouvoir en parler ? Que savent-ils de ce qui se passe quand la porte est fermée ? Ils ne veulent pas savoir que ces hommes, avec leurs billets, se payent le luxe de nous rayer de la carte, de franchir les limites, de penser que tout est permis.

    On ne sait rien des clients

    J’ai été prostituée pendant vingt deux ans. Pendant vingt deux ans, j’ai gardé pour moi les peurs, les horreurs, j’ai serré les dents. Se confier à qui quand on est "une pute" ?  

    Un exemple : depuis quatre ans, ce "client" vient me voir chaque semaine ; un pépère sans exigence extraordinaire. Un jour il me demande de venir chez lui (il s’est fait retirer son permis) et me dit qu’il a une surprise. Pour une surprise, c’en est une : il a mis une poule dans une cage et me demande de le regarder pendant qu’il la sodomise. Je suis pétrifiée. Le pépère s’est transformé en monstre. Je touche le fond. C’est un choc, un affolement. Le choc de l’acte mais aussi le choc de la métamorphose. L’image lisse qu’il me donnait est complètement bidon.

    Et celui-là ; il a bu, il veut que je le frappe. Je me fais violence, j’ai ces gestes en horreur. Mais il n’est pas là pour se soucier de ce que je ressens ; il ne se demande même pas si je peux, si je veux. Il a payé, il impose. Je fais tout pour ne pas adhérer à ce que je fais, je m’éloigne dans ma tête ; il pue en plus.

    Un autre frappe à ma porte : jeune, 24 ans, il dit qu’il est amoureux de moi, et moi je sais que c’est un jeu, rien d’autre. On frappe à nouveau : c’est celui d’avant qui revient, encore plus alcoolisé. J’entrouvre la porte, et là, il sort un revolver et me dit : rends moi l’argent. Je refuse, il entre de force. C’est le pire moment de ma vie. Je sens l’arme sur ma tempe, j’ai peur, je suis tétanisée. Je parviens à attraper une cravache mais je tremble de tout mon corps. Ma vie est entre les mains de ce fou furieux. Je m’en sors mais ce souvenir ne me lâche pas.

    On ne sait rien des "clients". Ils portent un masque.

    Des féroces

    Je me souviens aussi de celui-ci, si doux avec ses yeux bleus. Un jour, pourquoi, le monstre qui sommeille en lui se réveille. Il me viole. C’est effroyable. Il se montre sous son jour le plus favorable mais c’est un prédateur, comme les autres. Et celui qui ne jouit qu’en allant se mettre au fond d’un trou, dans un cimetière, et m’appelle pour me dire qu’il va se suicider en se masturbant ! Pensez-vous vraiment que l’on sorte indemne de toute cette folie misogyne ?

    Et tous ces hommes sans respect aucun, qui nous parlent de leur sexe et du nôtre, jusqu’à l’obsession. Chacun de leurs mots, je l’ai vécu comme une intrusion dans mon intimité. La grosseur de mes seins, ou plus glauque, la profondeur de mon vagin. Jamais ils ne m'ont parlé de la couleur de mes yeux. Pourtant j’aurais tant aimé.

    Un "client" est une bête féroce. Ces hommes ne cherchent pas la douceur mais du sexe brut. Les films pornos leurs donnent des idées. Avec nous, ils veulent tout essayer : debout, couchés, sur la tête ! Qu’importe ! C’est leur désir, leur lubie. Ils ont payé, ils ont le pouvoir d’humilier.

    C'est lui qui a tous les droits

    Et on ose parler de notre choix ? Mais quel choix ? Le choix d’attendre, d’avoir peur et de subir. Le choix de rien. C’est le client qui choisit, c’est lui qui a le droit de penser, de décider, lui qui choisit le moment, le comment, le combien. Nous, notre "choix", notre "liberté", c’est de subir des viols et des viols, toujours impunis. Les clients, on a envie de leur dire que ce sont des abrutis mais on est obligée de dire comme eux et de leur faire des compliments. De devoir supporter ces types, ça me prenait aux tripes.

    La vérité, c’est que j’aurais pu en tuer un.

    Ces années de prostitution m’ont lessivée. J’étais devenue une vide-couille sans cerveau. J’ai fini morte de fatigue, d’épuisement mental, à ne plus tenir debout. J’ai bu, j’ai pris des médicaments. J’ai essayé de lancer des appels au secours, mais personne ne les entendait. Pire, c’est moi que la société condamnait. Le "client" prostitueur, lui, avait le droit. Et vous ne pensez pas qu’il serait temps que les choses changent ?

    http://leplus.nouvelobs.com/contribution/978178-penalisation-des-clients-des-prostituees-la-verite-c-est-que-j-aurais-pu-en-tuer-un.html

  • Le 29 novembre 2013, la France a voté l’abolition

    weiss1.jpg

    http://www.senat.fr/evenement/archives/D25/manif.html                   

            La nuit dernière, la France a choisi de faire prévaloir les droits des femmes [1]. Nos droits fondamentaux, civiques et sociaux sans aucune réserve négociable moyennant finance. Hier l’on a affirmé les droits des femmes et des citoyennes dans la lignée de nos prédécesseures courageuses et brillantes. J’ose le dire, nous pouvons être fières nous les femmes, de la ténacité des militantes associatives, des députées abolitionnistes et de la porte-parole du gouvernement, qui toutes (et tous) ont porté ce projet féministe abolitionniste devant l’Assemblée Nationale et donné suite à la proposition de loi.

    Cette proposition de loi est un moment fort dans la citoyenneté des femmes. Comme l’a rappelé Catherine Coutelle, elle est constitutive d’une République (res-publica) qui consacre l’égalité des femmes, leur dignité et le respect qui leur est dû. La République démocratique française n’entend pas faire le tri parmi les citoyennes égales, celles qui participent à la vie politique, celles qui exercent leur pouvoir politique, celles qui pensent, qui jugent, agissent, transforment, créent et fomentent des institutions nouvelles, celles qui marquent leur ancrage dans le monde (Hannah Arendt), et celles dont les droits politiques et la dignité seraient relatives. Les femmes dans la prostitution ne sont pas des citoyennes de seconde zone. Elles ne sont pas des êtres humains subalternes, ou des catégories de femmes spécifiques dont on pourrait piétiner les droits humains contre quelque monnaie.

    On ne saurait que trop relayer la formulation de la ministre des droits des femmes, n’oubliez pas qu’avant de parler de prostituées, nous parlons d’êtres humains. Ainsi, la gageure qui consistait à réifier les femmes, leur être, leur chair en éjaculatoires, telles des objets ou des automates, n’est plus aujourd’hui. Quelle est donc cette  charité aristocrate qui prendrait les femmes dans la prostitution comme de pauvres filles qui ne mériteraient rien de mieux que des préservatifs pour assurer leur rôle, naturel peut-être ? L’affront que l’on fait à ces femmes, l’affront que l’on a fait pendant longtemps aux survivantes de la prostitution, c’est de n’avoir pas considéré leur intégrité en tant que femmes, libres, égales et dignes. Mépris de l’indifférence, condescendance pragmatique, les tenants du règlementarisme et impensés qu’il sous -tend, n’ont fait qu’asseoir les femmes prostituées dans la servitude.

    Aucune lutte pour l’émancipation n’a été menée en référence au statut de subordon-n-és. « Prostituées » n’est donc pas un titre dont devrait découler les lois. On ne renverse pas un tort commis à la citoyenneté des femmes, à leur humanité par un simple renversement de valeurs. Le problème du système prostitionnel ne réside pas dans les stigmates qu’il engendre contre les femmes prostituées, mais bien dans le fait qu’il est contraire de manière inhérente aux principes d’égalité et de liberté, que certains tendent à confondre avec l’anomie. Et c’est bien ce que l’on observe dans les pays règlementaristes. Parquées dans des zones réservées, des lieux clos, femmes impures, malpropres que l’on ne veut pas voir, ces femmes dans la prostitution sont mises sous tutelle, forcées de passer des tests tels du bétail pour assurer la bonne qualité de la marchandise aux prostitueurs (proxys[2]).  Hygiénisme propre au XIXème siècle, c’est bien le curé voisin qui serait content. Ségrégation, isolement, désolation, l’on affirmerait pourtant en Allemagne l’égalité entre les femmes et les hommes, quand ces-derniers peuvent les acheter à leur guise (et avec ristourne selon les revenus !) ? A l’instar d’Elisabeth Badinter qui considère la prostitution comme un droit de l’homme et que la proposition de loi viendrait contredire, peut-être qu’un œil dans le Larousse ne lui ferait pas de mal. Un droit unilatéral s’appelle privilège. Or les femmes ne sont pas les privilèges, ni les biens légitimes des hommes.

    On a fait des femmes dans la prostitution des objets sacrifiables, des femmes subalternes spécialement conçues pour satisfaire les désirs pervers des proxys. Et l’on nous a commandé de mettre en place des dispositions pour que cela s’effectue dans de meilleures conditions. Outre une vision romantique, nihiliste, idéaliste et fantasmée de la réalité de la prostitution, il s’agit là non pas d’une demande qui consisterait à étendre les droits universels de toutes, mais bien d’un traitement exceptionnel qui vise à assoir un état de fait abusif. Alors que l’on a lutté pendant des siècles pour mettre fin à la privatisation masculine et arbitraire de l’humanité,  l’on voudrait à présent éloigner l’humanité des droits des femmes. Puisqu’ « il y a dans l’humanité, une obligation à la responsabilité collective » (Hannah Arendt), c’est bien de cette responsabilité civique là, que l’on entend(ait) une fois de plus se dédouaner.

    Dès lors, loin de l’universalisation des torts induite par les femmes qui s’affranchissent et font émerger de nouveaux principes ou donnent substance aux principes déclarés, l’on se déplace dans la perspective postmoderne à la marge. Une périphérie à partir de laquelle les modalités institutionnelles devraient simplement assurer la reconnaissance méliorative des places assignées. Ce que cela implique ? La réactualisation d’un syncrétisme patriarcaliste selon lequel le destin des femmes est scellé par le sort réservé aux hommes.

    En effet, l’on rabâche l’idée fallacieuse qu’en touchant aux « clients », l’on met dans l’embarras les « prostituées ». Mais ce que l’on ne dit pas, c’est qu’en responsabilisant celui qui paie pour porter impunément atteinte à l’intégrité physique et morale des femmes, l’on permet aux femmes dans la prostitution de poser des limites, de se faire respecter, mais surtout de bénéficier d’alternatives (voir ce que propose la loi pour la réinsertion sociale http://www.assemblee-nationale.fr/14/ta-pdf/1558-p.pdf ) pour en sortir. Voilà ce que c’est, l’auto-nomie.

     Le corps humain est inaliénable (art 16 du Code Civil que la ministre a rappelé, principe constitutionnel d’autant plus), et le corps des femmes devraient y déroger ? Qu’est-ce que cela veut dire, réclamer qu’une constitution démocratique cautionne et laisse des femmes dans la misère -qu’elle soit économique et/ou traumatique (et définitivement coutumière, car 90% des personnes dans la prostitution sont des femmes)- au point d’être contraintes d’aliéner leur être et leur corps ?

    De plus, parler de sexualité, quand précisément les femmes prostituées ne poseraient même pas le regard sur les proxys si ce n’était pour de l’argent ? Seule l’unilatéralité règne dans la prostitution.

    Ainsi pour les femmes et les filles des générations futures, pour nos concitoyennes d’aujourd’hui et de demain, la proposition de loi affirme l’intégrité physique, morale et politique des femmes. Femmes, citoyennes, et pas à vendre !

    Le combat continue mercredi prochain, et à l’échelle internationale pour toutes les femmes qui luttent contre les féminicides, prostitutionnels en l’occurrence.

    Intervention de la ministre des droits des femmes à l’AN. :
    «  Les femmes ont chèrement conquis le droit à la libre disposition de
    leur corps. Ce droit est essentiel. (…) C’est précisément parce que je soutiens
    ce droit, que je ne reconnais pas le droit à disposer du corps d’autrui. Et que
    je réfute de toutes mes forces, cette vision archaïque selon laquelle le corps
    des femmes serait un corps disponsible. (…) Je ne veux pas d’une société dans
    laquelle les femmes ont un prix. (…) Le corps humain est inviolable. Le corps
    humain ne peut pas faire l’objet d’un bien patrimonial, voilà ce qui est écrit
    à l’article 16 du Code Civil, et qui fait partie désormais de notre
    Constitution. » – Najat Vallaud-Belkacem.

    Discours de Catherine Coutelle, Présidente de la délégation aux droits des femmes. " La loi dispose d’un message clair : il n’existe pas d’un droit des hommes à disposer du corps des femmes" – Catherine Coutelle.

    © Women’s liberation without borders 2013


    [1] Vote solennel attendu le 4 décembre 2013.

    [2] Je reprends le terme élaboré judicieusement ici http://susaufeminicides.blogspot.fr/2013/02/index-illustre-bal-feministe.html

    http://beyourownwomon.wordpress.com/2013/11/30/le-29-novembre-2013-la-france-vote-labolition1/

  • La prostitution n'est pas un travail mais une violence (AIVI)

    Drug-Addicted-Ukrainian-Prostitute-92784799591.png

    Pics on Sodahead (photo d'une femme ukrainienne victime de la prostitution et de la drogue)

    Aux détracteurs de la loi visant à protéger les personnes prostituées, à ceux qui veulent entendre les principaux concernés,  nous victimes de l’inceste, prostitués par nos parents et par nous-mêmes, affirmons, en connaissance de cause, que la prostitution n’est pas un travail, ni une fonction sociale, ni une relation sexuelle tarifée, c’est une VIOLENCE faite aux femmes et aux hommes prostitués.

    12% des victimes d’inceste interrogées par AIVI déclarent s’être prostituées (sondage IPSOS pour AIVI 2010). 80% des personnes prostitués sont des victimes d’inceste, et si l'on ajoute les abus sexuels (hors inceste) et viols, on frôle les 100 % (SOS Femmes).

    Se prostituer ou être prostitué par un proxénète est toujours le résultat d’une grave fêlure dans l’enfance qui se traduit par une exploitation, une victimisation par autrui ou par une autodestruction inconsciente. Certaines victimes tenteront de se suicider (les victimes d’inceste font en moyenne deux tentatives de suicide dans leur vie), s’alcooliseront, deviendront anorexiques, toxicomanes, d’autres subiront des violences conjugales, des viols… Celles-ci trouveront peut-être de l’aide, pourquoi pas celles qui se prostituent ?

    Si, informés de la réalité de la prostitution, nous la comprenons comme une VIOLENCE, nous ne pouvons prôner qu’il s’agit d’une liberté individuelle à disposer de son corps, ni d’une fonction sociale, encore moins comme de la sexualité. Ceux qui parlent ainsi ne sont pas informés d’autant qu’il y a de plus en plus de mineurs qui se prostituent. Les victimes d'inceste commencent à se prostituer plus tôt que les autres (17 ans contre 24, selon le n°131 de Prostitution et société) espérant retrouver un peu de pouvoir face à des années d’impuissance aux mains de leur agresseur.

    Pour insulter une personne, on la traite de « sale pute !» et non de « sale plombier ! » ou « sale ingénieur ! ».  Transformer l’asservissement du corps et de l’esprit des personnes prostituées en « métier », en « travail du sexe » est un déni confortable pour occulter la violence de la prostitution. Croire qu’un être considéré et acheté comme un objet sexuel peut vivre cela comme un choix personnel, c’est faire preuve d’une grande naïveté ou d’une grande perversité

    Une personne prostituée est une personne fragile, victimisée, que la société doit protéger. Nous devons aider les personnes prostituées à sortir de l’enfer dans lequel elles se trouvent, comme nous le ferions pour une victime de viol. Car la prostitution est un viol permanent du corps et de la dignité humaine, dignité volée aux enfants dans la plus grande indifférence. Et c’est bien à l’Etat d’agir et de légiférer pour protéger les plus faibles.

    Enfin, si les clients, salauds ou pas,  vivent une misère sexuelle ou affective, ce n’est pas en monnayant quelques minutes de sexe avec une personne prostituée qu’ils résoudront leurs problèmes. Qu’ils aillent voir un psy, ce sera bien plus efficace. Par ailleurs, il faut avoir conscience que la personne la plus dangereuse pour la personne prostituée est le client, celui qui menace, frappe, viole, mutile, parfois tue, se croit tout permis parce qu’il paye. Quel bonheur de faire cela en toute impunité !

    Nous, victimes de l’inceste, l’école de la prostitution, demandons à tous, citoyens, associations, politiques, salauds, salopes, artistes, penseurs, de s’informer auprès de nous et de soutenir le projet de loi visant à protéger les personnes prostituées.

    Témoignage : L’inceste, école de la prostitution

    Loin de  l’expression d’une  liberté individuelle, voici l’une des nombreuses conséquences de l’inceste dont la prostitution est une violence auto infligée parmi d’autres :  

    Témoignage : La vie est dure, survivre aussi

    Quelle vie ai-je aujourd'hui? je déteste ce corps, j'arrive pas à me dire que c'est le mien, a en prendre soin parce que ce que je vois dans le miroir, c'est un reflet de ce salaud... Oui je me suis prostituée, oui mes bras sont couverts de cicatrices, oui je dois maquiller mon cou parce que parler et n'être pas crue m'est resté en travers de la gorge ; oui j'ai des problèmes de bouffe : je vais me faire vomir quand l'envie m'en prend pour avoir le sentiment d'être purifiée, ou alors je ne bouffe plus... mais mon corps est traitre : il enfle au fur et à mesure que les mots restent en moi ; oui je bois pour arriver à dormir certains soirs, je fume parfois pour les mêmes raisons...oui j'ai parfois envie de me foutre en l'air.

    Faut pas se mentir ma vie ce n’est pas le paradis ! Chaque jour faut se lever et aller en cours, faire comme si tout allait bien et c'est fatiguant d'être ce pantin souriant qui a si mal à l'intérieur, qui devient fou dans sa tête parce qu'il a besoin de parler mais personne avec qui échanger...oui ça fait mal de s'être fait anéantir ainsi...pis j'ai 24 ans ; l'instruction est en cours , c'est ce que je voulais en rouvrant le dossier, mais y'a une douleur qui grandit au fur et à mesure que ça avance.

    En verrai-je le bout de tout ça ? Est-ce que je pourrai trouver un homme qui me comblera ? Est-ce que je pourrai avoir des enfants sans me dire que c'est être envahie une fois de plus ? Est-ce que j'arrêterai de voir les hommes comme des monstres et des agresseurs potentiels ? Est-ce que j'arriverai à faire ma vie sans trainer ce boulet de douleur et de souvenirs ? Même si ça choque, ben oui je préfèrerais être morte plutôt que de vivre ça ; mes copines s'éclatent et moi… La mort et la folie me guettent chaque jour. Ça ne devrait pas être une vie à 24 ans.

    http://aivi.org/fr/medias/communiques/2328-communique-la-prostitution-n-est-pas-un-travail-mais-une-violence.html

  • Prostitution : « Je n’étais qu’une marchandise » (Rosen Hicher pour Le Monde)

    Scène de prostitution à Nice, en mars 2013.

    LE MONDE | 26.11.2013 à 17h56 • Mis à jour le 29.11.2013 à 08h19 |

    Par Rosen Hicher (Ex-prostituée, membre des Survivantes)

    Mesdames, Messieurs, vous qui avez signé la pétition lancée par Antoine ou le « Manifeste des 343 salauds », savez-vous quelle réalité vous défendez ? Vous, célébrités qui vivez sous les projecteurs, vous ne connaissez ni la précarité ni la violence, vous pensez vraiment que la prostitution, c'est du cinéma ?

    J'ai été prostituée pendant plus de vingt ans. Dans la pénombre des bars, j'ai été soumise au « bon plaisir » des clients. J'y ai subi leurs insultes, leurs exigences humiliantes. J'ai côtoyé des Françaises en pleine détresse et des victimes de la traite venues de pays en ruine ; toutes mourant à petit feu ; toutes ou presque manipulées par un réseau ou un salaud, petit proxo ou grand trafiquant dont le job est de fournir au client la « marchandise » qu'il convoite.

    LES SANS-VOIX

    Aujourd'hui, au nom de toutes les sans-voix, de toutes ces femmes interdites de parole, je veux vous dire ma colère ! Que croyez-vous ? Que notre silence est le signe de notre acceptation ? Mais regardez-vous ! Nous nous taisons à cause de votre jugement, de votre mépris ! Car soit nous avons peur, soit nous avons honte ! Malgré tous les beaux discours, vous nous considérez comme des moins que rien ; en un mot, comme des « putes ».

    Que pouvez-vous savoir, dans ces conditions, de nos larmes quand le client a tourné le dos ? De notre désespoir, de notre sentiment d'abandon, de notre révolte face à ces hommes qui nous salissent et volent jusqu'à notre intimité ? Que savez-vous de notre détresse ? De la peur au ventre qui nous saisit à chaque passe ?

    Vous aimez penser que nous avons le choix. J'en rirais si j'avais encore la force d'en rire. Pour moi, comme pour beaucoup de celles que j'ai rencontrées, tout a commencé par les belles paroles d'un homme. Il était beau et me couvrait de cadeaux, moi qui n'avais jamais rien reçu, sinon la violence de mon père et les viols de mon oncle. Je l'ai cru.

    Pas de chance : il était mac. J'avais 17 ans, j'étais en fugue. Il m'a prise en stop et balancée dans les « tournantes » pour me préparer à mon futur statut de femme vendable, de femme jetable. Ces hommes sont des prédateurs. Ils s'attaquent aux plus vulnérables, flairent « la bonne pute ». Après, il nous reste à nous montrer grandes gueules pour éviter les violences et les perversions des clients que notre fragilité excite.

    Je suis donc tombée dedans. Et j'ai mis vingt-deux ans à en sortir. Vingt-deux ans de violences sexuelles, arrosées de beaucoup d'alcool pour tenir le coup, pour ne pas voir, ne pas sentir. Quand on est dedans, on ne peut rien faire d'autre que dire : c'est bien ! C'est pour ma famille, c'est pour mes enfants ! Sinon on s'effondrerait, comme un château de cartes. Moi, un temps, j'ai même défendu la prostitution et revendiqué les maisons closes !

    UNE VIE SANS VIE

    Pourquoi n'as-tu rien fait pour changer de vie, allez-vous dire ? Mais qui embaucherait une femme sans passé ? Je n'ai plus de vie ; si, une vie éteinte, une vie sans vie. Je ne sais plus chercher, je ne sais plus me vendre. Car il faut se vendre et moi, je ne sais que vendre mon corps. Vendre mon courage, mon ardeur, ma force, démontrer que je sais travailler, mais comment ? Et faire quoi ? Je ne sais plus.

    Je me suis perdue en route ; comme si j'étais morte sans m'en rendre compte. A force de m'absenter de moi-même pour résister aux assauts de tous ces hommes, j'ai le sentiment de vivre dans une bulle au-dessus de mon corps. Je ne ressens plus rien. Je voudrais tellement me réhabiter ! Mais je ne m'aime plus, je déteste la femme que je suis devenue. Leur souvenir me poursuit : des mains me touchent, des ventres tous plus gros les uns que les autres, des peaux rugueuses et sales…

    Les clients ne peuvent pas aimer, ils ne peuvent que baiser. Je suis une marchandise qu'ils achètent, comment pourrais-je encore être moi ? Clients, je vous accuse ! Et j'accuse la société qui ne m'a pas aidée à sortir de cette entreprise de démolition.

    Vous croyez que mon histoire date ? Qu'aujourd'hui les filles sont libres ? Non, je les rencontre, elles me parlent. Et leur histoire n'a pas bougé d'un pouce. Le décor change, la rue Saint-Denis est remplacée par Internet, les bordels par les bars à hôtesses, mais leur vulnérabilité est la même. Et vous persistez à l'exploiter sans vouloir savoir, en vous berçant de fantasmes et de littérature.

    Quand on survit – car beaucoup en sont mortes et en mourront encore –, on est détruite à jamais. Aujourd'hui, je vous le demande : aussi dérangeante soit-elle, regardez la réalité en face. Vous parlez de risques sanitaires, de clandestinité. Mais la clandestinité est dans la chambre, quand la porte se referme et nous laisse seule aux mains du client ! Ce qui ravage notre santé, ce n'est pas le lieu où s'exerce la prostitution. C'est la prostitution.

    Et puis regardez enfin mes soeurs prostituées comme des femmes, pas comme des « putes » ! Des femmes que seule une loi pourra protéger, désintoxiquer de toutes leurs dépendances : la came, l'alcool, les macs. Je veux leur dire que c'est possible. J'y crois. J'y suis arrivée.

    http://abonnes.lemonde.fr/idees/article/2013/11/26/prostitution-je-n-etais-qu-une-marchandise_3520706_3232.html

  • "Halte à l'esclavage sexuel ! Mettons à l'abri les victimes" (Taslima Nasreen - Le Monde)

    Pour moi, comme pour la plupart des féministes, la prostitution, c'est-à-dire l'esclavage sexuel, doit disparaître. Etonnamment, cette affirmation et mon soutien apporté à la loi qui en Suède pénalise les clients m'ont valu des critiques nombreuses et enflammées, notamment de libres-penseurs, d'athées, de laïques, d'humanistes et de rationalistes.

    Ces réactions, qui se drapent dans le choix et la liberté de la prostitution, m'oppressent. Je me demande combien de personnes, parmi ceux qui assurent que des femmes se prostituent par choix, encourageraient leurs filles bien-aimées à se prostituer. Les prostituées elles-mêmes ne le souhaitent pas à leurs filles. Elles rêvent désespérément de pouvoir les scolariser, pour qu'elles aient une éducation et un métier correct.

    SE NOURRIR ET NOURRIR LEURS ENFANTS

    Des chercheurs qui ont travaillé sur le sujet montrent que, pour la plupart des prostituées, cela n'a pas été un choix. Elles n'ont pas décidé de devenir prostituée plutôt que médecin, ingénieure ou avocate. Leur « choix » » est plus généralement celui de trouver suffisamment d'argent pour se nourrir et nourrir leurs enfants.

    Quand on les interroge, ces femmes répondent dans une proportion constante d'environ 90 % qu'elles souhaitent sortir immédiatement de la prostitution, mais cette décision ne leur appartient pas : elle appartient à leur proxénète, à leur mari, au propriétaire de leur logement, à leurs addictions, au ventre de leurs enfants.

    Une étude menée auprès des femmes se livrant à la prostitution de rue à Toronto (Canada) a ainsi établi qu'elles étaient près de 90 % à vouloir en sortir, sans y parvenir. Selon des travaux conduits dans cinq pays, 92 % des femmes, des hommes et des transgenres qui se prostituent souhaitaient bénéficier sans délai d'une aide pour en sortir. Face à tous ces êtres qui veulent en sortir, comment affirmer que se maintenir dans la prostitution relève d'un choix ?

    Certes, un petit nombre de femmes disent se prostituer par choix, mais surtout dans un contexte public, orchestré par l'industrie du sexe. Je serais très curieuse de savoir en quoi elles aiment ces viols quotidiens. Qui les pousse à penser que c'est un bon moyen de gagner de l'argent ?

    Chaque jour, des pères vendent leurs petites filles à des maisons de prostitution. Chaque jour, des petits amis, des maris, des voisins, des connaissances vendent des jeunes femmes à des maisons de prostitution. Chaque jour, des filles et des femmes pauvres tombent sous la coupe de réseaux d'exploitation sexuelle. Je me suis rendue dans des bordels, en Inde et en Suède. Dans le pays riche comme dans le pays en développement, j'y ai vu des êtres livrés à un sort terrible.

    DÉNONCER LES VIOLENCES

    Voilà pourquoi je soutiens la proposition de loi portée par Najat Vallaud-Belkacem visant à pénaliser les clients de la prostitution, tout comme j'ai soutenu la loi qui, en Suède, porte ses fruits en dissuadant le consommateur (la prostitution y a diminué de moitié), mais aussi en autorisant les prostituées à dénoncer les violences qui leur sont faites.

    Il est faux de dire que la pénalisation des clients conduira les prostituées à quitter la rue pour travailler depuis Internet et à s'exposer à des violences accrues. La violence de la prostitution n'a lieu ni sur Internet ni dans la rue, elle est dans le lit. Grâce à cette loi, une prostituée peut prendre un client, le laisser assumer ce risque, mais le dénoncer si elle change d'avis. Enfin un choix, un vrai, que ce type de législation offre aux victimes d'exploitation sexuelle.

    Traduit de l'anglais par Julie Marcot

    Taslima Nasreen (Ecrivain)

    http://abonnes.lemonde.fr/idees/article/2013/11/28/halte-a-l-esclavage-sexuel_3521323_3232.html

  • "L’égalité passe par la pénalisation du client" (Christine Delphy, Françoise Héritier, Yvette Roudy - Le Monde)

    La simple cohérence veut qu'après le droit de cuissage et le harcèlement sexuel (accès sexuel obtenu par le pouvoir), après le viol (obtenu par la force), ce séculaire droit masculin conféré par l'argent, l'achat d'acte sexuel, soit à son tour remis en cause.

    Dès les années 1980, les études du sociologue suédois Sven Axel Mansson débusquaient, dans la prostitution, un système fortement conservateur, un « espace homosocial libéré des exigences égalitaires des femmes » « l'ordre ancien est restitué ». En 2004, la seule enquête nationale jamais menée en France mettait au jour un imaginaire sexuel souvent fondé sur la domination, la violence et la chosification de l'autre.

    « REMETTRE LES FEMMES À LEUR PLACE »

    Manifestations sportives, signatures de contrats, fins de soirée arrosées… Au nom d'une idée – datée – de la virilité, le client achète le pouvoir d'imposer son bon plaisir à des femmes qui se voient ainsi retirer le droit, pourtant chèrement conquis, de lui dire non. En se dédouanant d'un billet, il exprime son appartenance à un monde masculin traditionnel qui entend « remettre les femmes à leur place ».

    Ce qui le caractérise, c'est l'indifférence morale. « Quand je mange un bifteck, je ne me demande pas si la vache a souffert », dit l'un d'entre eux, interrogé sur le risque d'exploiter une victime de la traite. « Tu n'as que ça ? », lance un autre à la tenancière d'un bar à hôtesses. Le huis clos prostitutionnel est le lieu emblématique du mépris, voire de la haine des femmes, qui s'expriment sur les forums des sites d'« escort » où les commentaires rivalisent de sexisme et de racisme.

    Ce qu'achète le client prostitueur, c'est le droit d'échapper aux règles et aux responsabilités qui fondent la vie en société. Dans la prostitution, il trouve le dernier espace qui le protège du devoir de répondre de ses actes : un territoire d'exception où les violences et humiliations qu'il exerce sont frappées de nullité, au prétexte qu'il a payé. Il est pourtant, comme le montrent toutes les enquêtes, le premier auteur des violences subies par les personnes prostituées : insultes, agressions, viols et même meurtres. Et les travaux actuels montrent qu'il est à la source d'atteintes graves à leur santé physique et psychologique.

    Ces mises au jour progressives n'empêchent pas ce consommateur de plus en plus décomplexé de faire son marché dans un vivier de femmes dont les parcours sont marqués par la précarité, les violences, les proxénètes et les réseaux. Faut-il rappeler que le protocole de Palerme (Convention des Nations unies contre la criminalité transnationale organisée, 2000) comme la Convention du Conseil de l'Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains, dite de Varsovie (2005) demandent aux Etats de « décourager la demande » qui est à l'origine de la traite des êtres humains ? Ces textes invitent à adopter des mesures sociales, culturelles, éducatives, mais aussi législatives pour y parvenir.

    EXIGENCE DE COHÉRENCE

    Inévitablement, les résistances sont nombreuses. Pour s'opposer à la remise en cause de ce droit séculaire sont invoqués les risques de clandestinité (l'aveu même de la dangerosité du tête-à-tête avec le client !) ou encore le pragmatisme.

    Pénaliser les clients n'obéit pas à un goût pour la répression, mais à une exigence de cohérence. Comment se satisfaire du statu quo ? Des personnes prostituées considérées comme des délinquantes, des clients comme des innocents, des étrangères exposées à la menace de l'expulsion quand il faudrait les protéger des réseaux qui les exploitent…

    Comment avancer dans la prévention de la prostitution et la création d'alternatives si aucune sanction ne vient responsabiliser ceux qui en sont les moteurs ? A quoi bon multiplier les incantations sur la lutte contre les violences ou l'égalité entre les filles et les garçons, si le droit de les fouler au pied reste préservé dans la prostitution ?

    Seule une politique courageuse pourrait faire reculer cet archaïsme indigne de nos démocraties et libérer la sexualité, non seulement de l'ordre moral et de la violence, mais aussi du carcan du marché. Cette révolution culturelle permettrait de mesurer enfin la volonté des hommes de considérer les femmes comme des égales, de leur reconnaître des désirs, le même droit qu'eux au plaisir et une place à égalité dans la société.

    Christine Delphy (Sociologue)
    Françoise Héritier (Anthropologue)
    Yvette Roudy (Ancienne ministre des droits des femmes)

    Cette tribune est également signée par:

    Olympia Alberti, écrivaine ; Eva Darlan, comédienne, écrivaine ; Claudine Legardinier, auteure, en collaboration avec Saïd Bouamama, du livre " Les Clients de la prostitution, l'enquête " (Presses de la Renaissance, 2006) ; Florence Montreynaud, historienne ; Coline Serreau, cinéaste

    http://abonnes.lemonde.fr/idees/article/2013/11/28/l-egalite-passe-par-la-penalisation-du-client_3521324_3232.html

  • "Refusons le puritarisme et la déraison" (Caroline Fourest - Le Monde)

    Le féminisme se démocratise. Il suffit de voir le nombre de personnes se disant féministes pour mieux soutenir le port du voile et la prostitution. La très grande vitalité de l'industrie mafieuse et la très grande générosité de l'économie qatarie ne peuvent, à elles seules, expliquer un tel engouement. Il existe de vraies divergences de points de vue entre différents féminismes, d'un sujet à l'autre.

    Le Strass (Syndicat du travail sexuel) ne voit aucune difficulté à militer pour le port du voile et la prostitution en même temps. Les réseaux de l'industrie du sexe diffusent volontiers une affiche appelant à un « 8 mars pour toutes », où l'héroïne arbore un sigle féministe dans la main et un voile sur la tête.

    UNE VISION DU DROIT DE CHOISIR

    En retour, les réseaux pro-islamistes et pro-voile soutiennent leurs camarades pro-putes. Au nom d'une vision du droit de choisir bien théorique, déconnectée de tout désir de transformation sociale. Comme si tous les choix se valaient, comme si le féminisme n'avait rien à dire sur les rapports de force pesant sur ces « vocations » de femmes. Au choix, être la vierge ou la prostituée. Si possible les deux.

    Pour les signataires de l'appel « Féministes, donc contre la pénalisation des clients », qui rassemble des proches des Indigènes de la République et Act-Up en passant par les Indivisibles, toute loi portant sur la sexualité est vécue comme répressive et non émancipatrice. Même s'il s'agit non pas d'enfermer des transsexuels ou des homosexuels… mais de dissuader des clients de les acheter.

    Bien sûr, la question de l'efficacité de la loi mérite d'être débattue. Ceux qui détestent la « morale sexuelle » et militent pour la prévention du sida soulignent légitimement le risque de pousser les prostituées à négocier leurs tarifs loin des regards et donc des travailleurs sociaux pouvant les aider à se « protéger ».

    Le risque étant de glorifier une prostitution de rue guère enviable et peu protectrice, et de passer à côté de l'essentiel : celles et ceux qui se prostituent aiment tellement leur « job » qu'ils refusent souvent de prendre soin de leur corps déshumanisé et peuvent à tout moment accepter d'être consommés sans capote.

    C'est la prostitution en soi qui détruit la majorité des prostituées. Il faudrait la légaliser, l'encourager ? La pénalisation du racolage passif, tout le monde au moins est d'accord dessus, était absurde. Une double peine idiote faisant porter le délit sur la personne qui se vend, à la fois victime et coupable. Le fait de pénaliser les clients a au moins le mérite de pénaliser celui qui achète. Mais surtout soyons clair, très peu de clients seront arrêtés s'ils ne sont pas dénoncés par les prostituées, qui disposeront d'une arme pour équilibrer le rapport de force.

    DES PROSTITUÉES EN DANGER

    Car c'est bien au moment de passer à l'acte et non au moment de négocier, dans la rue ou sur Internet, qu'une personne prostituée est en danger. Quand elle n'est pas victime de chantage, de violences et de séquestration de la part des réseaux qui l'exploitent. Un trafic d'êtres humains et des passes à la chaîne constituent l'essentiel de la prostitution. N'en déplaise à ceux qui confondent l'industrie du sexe avec l'industrie du luxe, version escort girl, les professions libérales et libres sont bien rares. La loi n'est pas faite pour elles, mais pour le prolétariat esclavagisé.

    De même que la loi sur les signes religieux à l'école publique n'est pas faite pour celles qui préfèrent faire passer leurs convictions religieuses avant l'instruction publique, mais pour toutes celles qui voudraient bien finir leurs études sans se faire traiter de salopes parce qu'elles vont à l'école sans voile.

    Bien des femmes choisissent de se voiler. Elisabeth Badinter ne pense pas pour autant que le voile soit un choix à soutenir en tant que féministe. En revanche, la pénalisation des clients équivaut, selon elle, à « une déclaration de haine » envers « la sexualité masculine ». Au nom d'une vision libertaire du féminisme, ou plutôt libérale, qui laisse entendre que la sexualité masculine se caractérise par son consumérisme.

    A l'opposé, des féministes d'inspiration plus anticapitalistes, comme Osez le féminisme, n'hésitent pas à se dire abolitionniste, et même anti-gestation pour autrui, par principe. Comme si les services liés au corps ne pouvaient jamais être monnayés sans porter atteinte à la dignité humaine.

    Le féminisme, décidément, épouse des priorités bien différentes selon qu'il soit libéral ou anticapitaliste, tiers-mondiste ou antitotalitaire. Il devrait tout de même se garder de verser dans le puritanisme absolu ou, à l'inverse, dans la déraison feignant de confondre l'oppression avec un choix éclairé. A moins de perdre son sens émancipateur, qui est un peu son cœur.

    Caroline Fourest (Essayiste et journaliste)

    http://abonnes.lemonde.fr/idees/article/2013/11/28/refusons-le-puritarisme-et-la-deraison_3521320_3232.html

  • Halte à l'esclavage sexuel ! (Taslima Nasreen pour Le Monde)

    TaslimaNasreen(1).jpg

    LE MONDE | 28.11.2013 à 09h32 • Mis à jour le 28.11.2013 à 14h57 |

    Taslima Nasreen (Ecrivaine)

    Pour moi, comme pour la plupart des féministes, la prostitution, c'est-à-dire l'esclavage sexuel, doit disparaître. Etonnamment, cette affirmation et mon soutien apporté à la loi qui en Suède pénalise les clients m'ont valu des critiques nombreuses et enflammées, notamment de libres-penseurs, d'athées, de laïques, d'humanistes et de rationalistes.

    Ces réactions, qui se drapent dans le choix et la liberté de la prostitution, m'oppressent. Je me demande combien de personnes, parmi ceux qui assurent que des femmes se prostituent par choix, encourageraient leurs filles bien-aimées à se prostituer. Les prostituées elles-mêmes ne le souhaitent pas à leurs filles. Elles rêvent désespérément de pouvoir les scolariser, pour qu'elles aient une éducation et un métier correct.

    SE NOURRIR ET NOURRIR LEURS ENFANTS

    Des chercheurs qui ont travaillé sur le sujet montrent que, pour la plupart des prostituées, cela n'a pas été un choix. Elles n'ont pas décidé de devenir prostituée plutôt que médecin, ingénieure ou avocate. Leur « choix » » est plus généralement celui de trouver suffisamment d'argent pour se nourrir et nourrir leurs enfants.

    Quand on les interroge, ces femmes répondent dans une proportion constante d'environ 90 % qu'elles souhaitent sortir immédiatement de la prostitution, mais cette décision ne leur appartient pas : elle appartient à leur proxénète, à leur mari, au propriétaire de leur logement, à leurs addictions, au ventre de leurs enfants.

    Une étude menée auprès des femmes se livrant à la prostitution de rue à Toronto (Canada) a ainsi établi qu'elles étaient près de 90 % à vouloir en sortir, sans y parvenir. Selon des travaux conduits dans cinq pays, 92 % des femmes, des hommes et des transgenres qui se prostituent souhaitaient bénéficier sans délai d'une aide pour en sortir. Face à tous ces êtres qui veulent en sortir, comment affirmer que se maintenir dans la prostitution relève d'un choix ?

    Certes, un petit nombre de femmes disent se prostituer par choix, mais surtout dans un contexte public, orchestré par l'industrie du sexe. Je serais très curieuse de savoir en quoi elles aiment ces viols quotidiens. Qui les pousse à penser que c'est un bon moyen de gagner de l'argent ?

    Chaque jour, des pères vendent leurs petites filles à des maisons de prostitution. Chaque jour, des petits amis, des maris, des voisins, des connaissances vendent des jeunes femmes à des maisons de prostitution. Chaque jour, des filles et des femmes pauvres tombent sous la coupe de réseaux d'exploitation sexuelle. Je me suis rendue dans des bordels, en Inde et en Suède. Dans le pays riche comme dans le pays en développement, j'y ai vu des êtres livrés à un sort terrible.

    DÉNONCER LES VIOLENCES

    Voilà pourquoi je soutiens la proposition de loi portée par Najat Vallaud-Belkacem visant à pénaliser les clients de la prostitution, tout comme j'ai soutenu la loi qui, en Suède, porte ses fruits en dissuadant le consommateur (la prostitution y a diminué de moitié), mais aussi en autorisant les prostituées à dénoncer les violences qui leur sont faites.

    Il est faux de dire que la pénalisation des clients conduira les prostituées à quitter la rue pour travailler depuis Internet et à s'exposer à des violences accrues. La violence de la prostitution n'a lieu ni sur Internet ni dans la rue, elle est dans le lit. Grâce à cette loi, une prostituée peut prendre un client, le laisser assumer ce risque, mais le dénoncer si elle change d'avis. Enfin un choix, un vrai, que ce type de législation offre aux victimes d'exploitation sexuelle.

    Traduit de l'anglais par Julie Marcot

  • Demain 29/11, rassemblement à Paris pour l'abolition de la prostitution

    Demain après-midi sera enfin examiné le projet de loi d'abolition du système prostitueur en séance plénière de l'Assemblée Nationale.

    Venez nombreuses et nombreux demain midi, sur votre pause déjeuner, pour montrer notre détermination aux député-e-s!

    Ce rassemblement est important car il permettra de montrer aux principaux concernés que l'abolition de la prostitution est un projet de société porté par ce nombreuses et nombreux citoyen-nes.

    Nous votons
    « Abolition de la prostitution » 

     
       RASSEMBLEMENT 
     
    Vendredi 29 novembre
     
    12h30 à 13h30
     
    Place Edouard Hériot - Métro Solférino
  • L’égalité passe par la pénalisation du client (Le Monde)

    egalite-homme-femme.jpg

    LE MONDE | 28.11.2013 à 09h19 • Mis à jour le 28.11.2013 à 10h09 |

    Christine Delphy (Sociologue), Françoise Héritier (Anthropologue) et Yvette Roudy (Ancienne ministre des droits des femmes)

    La simple cohérence veut qu'après le droit de cuissage et le harcèlement sexuel (accès sexuel obtenu par le pouvoir), après le viol (obtenu par la force), ce séculaire droit masculin conféré par l'argent, l'achat d'acte sexuel, soit à son tour remis en cause.

    Dès les années 1980, les études du sociologue suédois Sven Axel Mansson débusquaient, dans la prostitution, un système fortement conservateur, un « espace homosocial libéré des exigences égalitaires des femmes » « l'ordre ancien est restitué ». En 2004, la seule enquête nationale jamais menée en France mettait au jour un imaginaire sexuel souvent fondé sur la domination, la violence et la chosification de l'autre.

    « REMETTRE LES FEMMES À LEUR PLACE »

    Manifestations sportives, signatures de contrats, fins de soirée arrosées… Au nom d'une idée – datée – de la virilité, le client achète le pouvoir d'imposer son bon plaisir à des femmes qui se voient ainsi retirer le droit, pourtant chèrement conquis, de lui dire non. En se dédouanant d'un billet, il exprime son appartenance à un monde masculin traditionnel qui entend « remettre les femmes à leur place ».

    Ce qui le caractérise, c'est l'indifférence morale. « Quand je mange un bifteck, je ne me demande pas si la vache a souffert », dit l'un d'entre eux, interrogé sur le risque d'exploiter une victime de la traite. « Tu n'as que ça ? », lance un autre à la tenancière d'un bar à hôtesses. Le huis clos prostitutionnel est le lieu emblématique du mépris, voire de la haine des femmes, qui s'expriment sur les forums des sites d'« escort » où les commentaires rivalisent de sexisme et de racisme.

    Ce qu'achète le client prostitueur, c'est le droit d'échapper aux règles et aux responsabilités qui fondent la vie en société. Dans la prostitution, il trouve le dernier espace qui le protège du devoir de répondre de ses actes : un territoire d'exception où les violences et humiliations qu'il exerce sont frappées de nullité, au prétexte qu'il a payé. Il est pourtant, comme le montrent toutes les enquêtes, le premier auteur des violences subies par les personnes prostituées : insultes, agressions, viols et même meurtres. Et les travaux actuels montrent qu'il est à la source d'atteintes graves à leur santé physique et psychologique.

    Ces mises au jour progressives n'empêchent pas ce consommateur de plus en plus décomplexé de faire son marché dans un vivier de femmes dont les parcours sont marqués par la précarité, les violences, les proxénètes et les réseaux. Faut-il rappeler que le protocole de Palerme (Convention des Nations unies contre la criminalité transnationale organisée, 2000) comme la Convention du Conseil de l'Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains, dite de Varsovie (2005) demandent aux Etats de « décourager la demande » qui est à l'origine de la traite des êtres humains ? Ces textes invitent à adopter des mesures sociales, culturelles, éducatives, mais aussi législatives pour y parvenir.

    EXIGENCE DE COHÉRENCE

    Inévitablement, les résistances sont nombreuses. Pour s'opposer à la remise en cause de ce droit séculaire sont invoqués les risques de clandestinité (l'aveu même de la dangerosité du tête-à-tête avec le client !) ou encore le pragmatisme.

    Pénaliser les clients n'obéit pas à un goût pour la répression, mais à une exigence de cohérence. Comment se satisfaire du statu quo ? Des personnes prostituées considérées comme des délinquantes, des clients comme des innocents, des étrangères exposées à la menace de l'expulsion quand il faudrait les protéger des réseaux qui les exploitent…

    Comment avancer dans la prévention de la prostitution et la création d'alternatives si aucune sanction ne vient responsabiliser ceux qui en sont les moteurs ? A quoi bon multiplier les incantations sur la lutte contre les violences ou l'égalité entre les filles et les garçons, si le droit de les fouler au pied reste préservé dans la prostitution ?

    Seule une politique courageuse pourrait faire reculer cet archaïsme indigne de nos démocraties et libérer la sexualité, non seulement de l'ordre moral et de la violence, mais aussi du carcan du marché. Cette révolution culturelle permettrait de mesurer enfin la volonté des hommes de considérer les femmes comme des égales, de leur reconnaître des désirs, le même droit qu'eux au plaisir et une place à égalité dans la société.

     Cette tribune est également signée par

    Olympia Alberti, écrivaine ; Eva Darlan, comédienne, écrivaine ; Claudine Legardinier, auteure, en collaboration avec Saïd Bouamama, du livre " Les Clients de la prostitution, l'enquête " (Presses de la Renaissance, 2006) ; Florence Montreynaud, historienne ; Coline Serreau, cinéaste.

    http://abonnes.lemonde.fr/idees/article/2013/11/28/l-egalite-passe-par-la-penalisation-du-client_3521324_3232.html?xtmc=le_monde_violence_femmes&xtcr=2

  • A propos de la pétition de 30 Millions d'Amis "Pour un nouveau STATUT JURIDIQUE de l'animal"

    visuel-header.png

    Commençons par donner l'exemple nous-mêmes : si nous "aimons" les animaux, si vraiment nous les respectons, si réellement nous ne les prenons pas pour des meubles mais comme des êtres sentients, alors cela suppose précisément de les reconnaître pour ce qu'ils sont : des personnes pourvues de droits fondamentaux en vertu de cette sentience même, et qui n'ont pas à être utilisées de quelque manière que ce soit pour satisfaire nos propres fins.

    Ne pas utiliser autrui, cela signifie ne consommer AUCUN produit d'origine animale.

    Le traitement n'est pas le problème : c'est l'utilisation qui l'est.

    DEVENONS VEGANS.

    Si nous ne sommes pas végans, inutile de signer cette pétition, qui émane elle-même - c'est un comble d'hypocrisie - de non-végans :

    http://www.30millionsdamis.fr/agir-pour-les-animaux/petitions/signer-petition/pour-un-nouveau-statut-juridique-de-lanimal-22.html

  • L'"élite" française

    Jocelyn Mafféis, élève à l'Ecole des mines de Paris, est mort quelques jours après sa première rentrée.
    Hommage à Jocelyn Mafféis

    Mourir aux Mines

    LE MONDE | 22.11.2013 à 17h41 • Mis à jour le 24.11.2013 à 10h43 | Par Nathalie Brafman et Pascale Krémer

    Les cours avaient à peine commencé. Mercredi 18 septembre, dix jours seulement après sa rentrée en première année à l'Ecole des mines de Paris, et quelques heures avant un départ en week-end d'intégration qu'il appréhendait, Jocelyn Mafféis, 19 ans, est tombé du septième étage de la résidence étudiante de cette école. Il est mort six jours plus tard à l'hôpital.

    Etait-ce un suicide, un accident ? Après enquête préliminaire, l'affaire a été classée sans suite par le parquet le 25 octobre, pour absence d'infraction. Ses parents, qui veulent comprendre, envisagent de porter plainte contre X. Ils dénoncent la légèreté de l'enquête menée par le commissariat du 5e arrondissement parisien. Le téléphone portable et la clé USB de Jocelyn leur ont été rendus au lendemain de sa chute sans aucune analyse. Ils ont eux-mêmes récupéré l'ordinateur dans la chambre d'étudiant. « On ne sait rien de ses dernières connexions Internet, regrettent-ils. L'analyse de sang s'est limitée à une recherche d'alcoolémie. Et le policier chargé de l'enquête a découvert, en nous le rendant, le contenu du sac de Jocelyn. » A l'intérieur, ses lunettes, qu'une myopie profonde l'obligeait à porter constamment, étaient cassées.

    Qui résoudra, par ailleurs, le mystère des fenêtres de la Maison des Mines et des Ponts ? Selon la direction de l'école, ces larges ouvertures en PVC, dangereuses car placées à mi-hauteur dans l'escalier, sont fermées, poignées ôtées. Comment Jocelyn Mafféis a-t-il pu, alors, se jeter ou tomber de l'une d'elles ? Aucun élève n'a, semble-t-il, été témoin de la scène. « Peut-être Jocelyn a-t-il forcé une fenêtre ? », suppute le directeur adjoint de l'école, Jérôme Adnot. A mains nues, pourtant, la manoeuvre semble très difficile. A moins que « quelqu'un d'autre ne l'ait ouverte ?, poursuit Jérôme Adnot. Le personnel aère à certaines heures… ».

    S'ils doutent de la thèse du suicide et malgré l'absence d'alcool dans le sang de Jocelyn ce jour-là, ses parents n'en dénoncent pas moins le contexte de bizutage et d'alcoolisation qui pourrait avoir conduit au drame. Le soir de son installation à la Maison des Mines, le 8 septembre, Jocelyn Mafféis participe à une soirée « Petit Pont » organisée par le bureau des élèves (BDE) dans un restaurant du quartier Saint-Michel. Soirée à laquelle il eût été malvenu de ne pas paraître. Dès la fin du mois d'août, il avait reçu moult mails insistants du président du BDE, Paul le Floch. « C'est ton premier pas dans le monde de la Mine, alors sois présent (et en forme). »

    UN BROC ENTIER DE PUNCH !

    Jocelyn Mafféis, qui boit rarement, subit la pression du groupe. Peu avant minuit, il adresse ce SMS à sa mère : « Il y a beaucoup d'alcool mais ne t'inquiète pas, je suis encore à peu près conscient. » « On nous remplissait le verre dès qu'il était fini, se souvient un camarade de promotion . Il est tout à fait possible qu'il se soit senti obligé de boire. » Quand l'une des tables réunissant des premières années ne montrait pas assez de zèle, relate Jocelyn à ses parents le week-end suivant, la sanction tombait : et un bizuth de désigné pour boire un broc entier de punch ! Jocelyn Mafféis en fait les frais. Expérience qu'il assure ne pas vouloir revivre, quitte à se marginaliser. « Il pensait qu'au fil du temps cela s'arrangerait, témoigne sa mère. Mais je l'ai senti un peu déçu par l'école, et inquiet. »

    Car il sait qu'il sera malaisé de résister. Remise à tous les admissibles, la brochure « Abatage 2013 », conçue par le BDE avec le concours de l'école, annonce clairement la couleur, décrivant la campagne 2012 du BDE, « 89,5 litres de vodka écoulés le dimanche soir », et la « Fosse aux ours », sous-sol de la Maison des Mines, où est installé un bar, L'Octo, géré par le BDE, qui sert bière, pastis et whisky « pour t'abreuver jusqu'à plus soif », « à un prix défiant toute concurrence ». L'Octo dispose-t-il d'une licence IV ? Le directeur de la résidence, Jean-Pascal Guilpart, et son président, délégué général de la Fondation Mines-ParisTech, Antoine Battistelli, disent n'en rien savoir. Sur les murs du bar, en tout cas, rien n'est affiché.

    Après le « Petit Pont », deux autres soirées sont prévues, tout aussi « strictement incontournables », selon le BDE, pour devenir de vrais Mineurs. Jeudi 12 septembre, en boîte de nuit. Lundi 16 septembre, à la « Fosse aux ours », où, « dans une ambiance jungle, il te faudra réveiller l'animal qui sommeille en toi ». Jocelyn Mafféis décide de ne pas y aller. Avant cela, il a déjà renoncé, le 10 septembre, à la première « soirée Biéro » de L'Octo (tous les mardis, des litres de bière y sont éclusés, à 2 euros la pinte) et, le 11 septembre, au cocktail avec champagne à volonté de L'Oréal, venu présenter ses métiers aux Mineurs.

    A cette énumération, Jérôme Adnot s'agace. « Si vous me dites qu'il y a présence d'alcool à la Maison des Mines, je vous dis oui. Il doit même y avoir de la drogue. » Mais le directeur adjoint de l'école réfute un lien avec la mort de Jocelyn Mafféis, et juge même « inacceptable » de laisser penser qu'on ait pu le forcer à boire. « Dans ces soirées, la moitié des filles et 20 % des garçons ne boivent pas… »

    Dans la nuit suivant sa chute du 7e étage de la Maison des Mines, Jocelyn Mafféis devait partir pour quatre jours en week-end d'intégration, sous la coupe du BDE – quoique avec une surveillance de l'école. Un mail l'avait averti : « Un week-end dont vous ne vous souviendrez pas, mais que vous n'oublierez jamais. » « Cela ne l'emballait pas du tout », se souvient sa mère. Il le redoutait, même, a confié à la police son compagnon de chambrée. Au retour suivrait le stage de géologie de deux semaines, où, le soir, « tu navigues de bar en bar perdu au fin fond des Alpes », selon la brochure du BDE. Puis deux semaines de « parrainage » avec « une liste de défis tous plus barrés les uns que les autres ».

    « Des beuveries à n'en plus finir, avec vomis dans la chambre, déguisements, bains dans les fontaines publiques, tout cela s'appelle du bizutage », rappelle Marie-France Henry, présidente du Comité national contre le bizutage, avec laquelle les parents de Jocelyn Mafféis ont pris contact. Pratique désormais interdite. Depuis la loi du 17 juin 1998, le « fait, pour une personne, d'amener autrui, contre son gré ou non, à subir ou à commettre des actes humiliants ou dégradants lors de manifestations, ou de réunions liées aux milieux scolaires et socio-éducatifs » est puni de six mois de prison et de 7 500 euros d'amende. Depuis cette loi, le terme bizutage a disparu du vocabulaire. Désormais, on parle d'« intégration ». Dans certaines écoles, des chartes de bonne conduite ont été mises en place, dans d'autres, l'alcool a été banni pour éviter les dérapages. Mais des excès perdurent. Marie-France Henry s'interroge. « Jocelyn a-t-il ressenti une overdose de tout cela ? Il est fréquent que des jeunes gens avec de vraies valeurs, qui ont tant travaillé pour intégrer une école, ressentent dans ces moments une grande déception, et en soient fragilisés. »

    S'il s'est suicidé, Jocelyn Mafféis ne l'avait pas prémédité. Il avait acheté la chemise à carreaux requise pour le week-end d'intégration. Prévu d'assurer le samedi 12 octobre une permanence à son club de go. Le matin de sa chute, il avait même promis à un camarade de l'y emmener plus tard. « Il s'était inscrit au club de basket et de littérature, voulait développer la pratique du jeu de go à l'école. Le matin même, il faisait preuve d'un esprit travailleur en réussissant son test d'informatique, note le directeur adjoint. Inexplicable… »

    UNE RÉFÉRENCE, QUELQU'UN DE SOLIDE...

    Extrêmement brillant mais partageur de ses savoirs, et soucieux de préserver ses loisirs du week-end au plus fort de l'année de math spé, dans la classe « double étoile » des élèves les plus prometteurs. D'abord réservé mais ensuite liant, affable, aimant plaisanter. Une référence, quelqu'un de solide, optimiste, sûr de ses valeurs humanistes… Voilà le portrait que dressent de lui son professeur de mathématiques du très prestigieux lycée Louis-le-Grand à Paris (« Je n'ai jamais identifié chez lui une quelconque forme de fragilité psychologique, ce qui n'est pas le cas de tous les élèves »), la proviseure de son ancien lycée Marie-Curie de Sceaux, ainsi que ses nombreux camarades.

    « Cuit », comme tout le monde après ses deux années de classes préparatoires et les interminables concours d'entrée en école d'ingénieurs, Jocelyn Mafféis avait ensuite passé des vacances sereines, selon ses parents. Il regrettait d'avoir échoué au concours d'entrée à l'Ecole normale supérieure. Appréciait néanmoins à sa juste valeur son arrivée dans une autre école de haut niveau. « Mais il avait lu les mails, vu des vidéos sur l'intégration aux Mines, indique sa mère. Nous avons le sentiment qu'il était pris dans un vrai dilemme. Faire, ou non, ce qu'il réprouvait, pour s'intégrer. » Le suicide lui a-t-il permis d'échapper à ce dilemme ?

    Au milieu de la nuit du 18 au 19 septembre, quelques heures seulement après la chute de leur camarade, les 96 autres élèves de sa promotion sont partis en car faire la fête durant quatre jours. Jocelyn Mafféis n'était pas mort, justifie, gêné, le directeur adjoint de l'école : « Fallait-il laisser ces jeunes enfermés dans leur résidence étudiante ou leur permettre de partir, sous surveillance, partager une occasion de se connaître mieux en faisant leurs jeux stupides ? Nous leur avons conseillé de faire attention les uns aux autres, nous ne voulions pas d'épidémie… » Ensuite s'est installé le silence. Trois élèves seulement ont accepté de témoigner, requérant l'anonymat. Une dizaine était présente à l'enterrement. Le directeur de l'école n'a pas reçu les parents. Ils le regrettent. C'eût été l'occasion de lui faire part d'un souhait : que l'intégration aux Mines ne se résume plus à une longue beuverie.

    http://abonnes.lemonde.fr/societe/article/2013/11/22/mourir-aux-mines_3518991_3224.html?xtmc=mourir_aux_mines&xtcr=3

  • Prostitution : manifestation à Paris d'abolitionnistes favorables à la pénalisation des clients

    http://media.rtl.fr/online/image/2013/1123/7767212041_des-manifestants-contre-la-prostitution-a-paris-le-23-novembre-2013.jpg

    Entre 950 et plusieurs milliers de personnes ont manifesté samedi à Paris contre les violences faites aux femmes et pour le texte de loi qui prévoit la pénalisation des clients de prostituées.

    Avant de partir de la gare Montparnasse en début d'après-midi, les manifestants ont symboliquement déposé dans une urne des bulletins portant l'inscription "Prostitution Votez: abolition". 

    Plusieurs milliers de personnes, selon les organisateurs, 950 selon la police, ont manifesté samedi 23 novembre à Paris jusqu'à l'Assemblée nationale contre les violences faites aux femmes et pour la pénalisation des clients de prostituées, qui sera discutée prochainement par les députés.

    L'initiative, se tenant à l'avant-veille de la journée internationale contre les violences faites aux femmes, venait du Collectif national pour les Droits des femmes, qui regroupe des associations féministes, des syndicats et partis politiques.

    Les organisateurs comptabilisaient 3.000 personnes en fin de parcours.

    En tête de cortège, plusieurs femmes parlementaires, dont la députée PS Maud Olivier, co-auteure de la proposition de loi "renforçant la lutte contre le système prostitutionnel".

    Le texte, qui sera examiné la semaine prochaine et dont elle espère "très fortement un changement de mentalité et une responsabilisation des clients", propose de punir l'achat d'actes sexuels d'une amende de 1.500 euros.

    Il n'interdit pas la prostitution.

    Pour Suzy Rojtman, porte-parole du collectif, il marque "une avancée importante" mais "il faut aller plus loin" en faisant "de l'achat d'un acte sexuel un délit".

    Le collectif demande en outre "des financements conséquents" pour le fonds d'accompagnement des parcours de sorties de la prostitution, également prévu dans le texte, ainsi que des titres de séjour "pérennes" pour les prostituées étrangères déterminées à raccrocher.

    Il souhaite aussi que le projet de loi égalité femmes hommes du gouvernement, déjà voté au Sénat et qui sera examiné en janvier à l'Assemblée, soit "encore musclé", via notamment des mesures de protection de "toutes les femmes" victimes de violences, au-delà des violences conjugales et mariages forcés.

    Le nouveau plan triennal présenté vendredi par le gouvernement double les moyens consacrés à cette lutte.

    "Nous serons aussi vigilants à ce que les députés fassent sauter l'amendement du Sénat sur la résidence alternée, nous sommes totalement contre dans les cas de violences conjugales", a également rappelé Suzy Rojtman.

    Au début du parcours, des jeunes du collectif "8 mars pour ToutES", qui pensent que la pénalisation des clients "précarisera encore plus les prostituées", ont tenté de perturber le cortège en tendant, de part et d'autre de la rue de Rennes, une banderole proclamant "clients pénalisés = putes assassinées", un slogan qu'ils ont crié au passage, sans heurt, du cortège.

    http://www.rtl.fr/actualites/info/article/prostitution-manifestation-a-paris-d-abolitionnistes-favorables-a-la-penalisation-des-clients-7767212111

  • De la violence comme « divertissement » (Gary Francione)

    gtav.jpg

    Grand Theft Auto 5, jeu interactif consistant à participer à toutes sortes de violences cybernétiques contre les humains, y compris l’homicide, la torture et le viol (ou peut-être s’agit-il « juste » de cannibalisme), mais également contre les non-humains, est apparemment devenu le produit de divertissement qui s’est vendu le plus rapidement de tous les temps.
     
    Quand j’ai émis un commentaire critique sur Facebook, toute une horde de joueurs est devenue furieuse à la simple suggestion que ce type de « jeux » nous encourageait à devenir insensibles à la violence. Ils insistaient sur le fait qu’on arrive à séparer le « jeu » de la réalité.
     
    Les images violentes qui sont pour nous synonymes de « divertissement » pourraient ne pas pousser directement les gens à agir de façon différente, mais elles provoquent, sans aucun doute, un durcissement de la société ; elles déforment notre perception morale. Elles transforment ces images violentes en quelque chose qui ne nous repousse plus. Et cela est incontestablement significatif.
     
    Vous voulez savoir pourquoi tant de « bonnes » personnes aux Etats-Unis ne se sont pas opposées à l’esclavage lié à la race ? Une des raisons en est qu’elles étaient entourées de nombreuses autres personnes qui soutenaient cette institution et considéraient « normal » le fait de posséder des Africains. Elles étaient insensibles à la violence de l’esclavage parce que cette violence les entourait. Elle ne les repoussait pas car elle faisait partie de la réalité morale qu’ils percevaient. Lorsque nous sommes cernés par une culture de violence et que nous nous y complaisons, nous devenons pareillement insensibles à la violence. Refuser de l’admettre est plus qu’absurde. Et c’est pour cela qu’au lieu de nous interposer et de venir en aide lorsque survient un incident violent dans la rue, nous restons là à ne rien faire, tout en filmant l’événement sur nos Smartphones.
     
    Il y a des années, feu la féministe Andrea Dworkin affirmait que la pornographie violente engendrait des agressions sexuelles contre les femmes. Qu’elle ait raison ou non à propos d’un quelconque lien causal n’est pas le sujet. Même si le fait d’érotiser la violence contre les femmes ne peut être mis directement en relation avec l’agression sexuelle d’une femme précise, ce type de « divertissement » nous rend nécessairement, en tant que société, plus insensibles à la violence envers les femmes. Et c’est peut-être cela qui cause l’épidémie de violence contre les femmes qui existe de nos jours.
     
    Alors, pouvons-nous séparer dans un sens le « divertissement » de la réalité ? Bien sûr. Mais pouvons-nous nier pour autant que le fait de considérer comme un « divertissement » l’imagerie violente impliquant des humains et des non-humains nous rend moralement insensibles ? Non, nous ne le pouvons pas. Et cela met la bonne foi à rude épreuve que de prétendre le contraire.
     
    Je suis d’accord avec ceux qui disent que nos divertissements ont toujours été violents. Mais il est absurde d’affirmer qu’il n’y a pas de différence qualitative entre le Dracula de Bela Lugosi et des films comme Saw et Hostel, ou encore les jeux vidéo comprenant une violence extrême et « participative » contre des humains et des animaux.
     
    Une des choses qui motivait l’opposition à la guerre du Viêt-Nam était les images d’enfants brûlés par le napalm. Après le Viêt-Nam, les reporters étaient « enfouis » pour éviter qu’ils continuent à diffuser ce genre d’images. Mais cela n’a plus d’importance de toute façon. Nous avons tellement l’habitude de voir des choses qui font que le napalm ressemble à une vraie partie de plaisir, que l’image d’un enfant en train d’en souffrir vraiment pourrait nous déranger, mais ne possède plus la force émotionnelle qu’elle avait à une époque et n’arrive plus à nous donner envie d’élever nos voix pour protester durablement.
     
    Comprenez bien que je ne suis pas en train de soutenir la censure de films, de jeux vidéo ou de toute autre chose par le gouvernement. Les gouvernements ont de mauvais antécédents en la matière. Et je ne conteste pas que nous soyons en mesure, à un certain niveau, de séparer le « divertissement » de la réalité, en ce que ceux qui trouvent la violence divertissante ne s’engagent pas tous dans la violence.
     
    En revanche, je suis pour le fait de nous demander pourquoi nous trouvons que les images d’extrême violence contre les humains et les non-humains ne sont pas repoussantes, et pourquoi nous les considérons, en effet, divertissantes.
     
    ****
     
    Si vous n’êtes pas végan, devenez-le s’il vous plaît. Le véganisme est une question de non-violence. C’est d’abord une question de non-violence envers les autres êtres sentients. Mais c’est aussi une question de non-violence envers la terre et envers vous-même.
     
    Et ne vous faites jamais avoir par cette idée insensée que nous devrions soutenir l’« exploitation heureuse » afin que les gens deviennent végans. C’est le contraire : l’industrie tout entière de l’ « exploitation heureuse » n’a qu’un seul but : faire en sorte que le public soit encore plus à l’aise avec l’exploitation animale.


    Gary L. Francione
    Professeur, Rutgers University
    ©2013 Gary L. Francione
     
  • Prostitution. Laurence Noëlle : "À chaque client,
 je me sentais souillée" (L'Humanité)

    photo-de-Laurence-Noelle.jpg

    Alors que la proposition de loi visant à sanctionner les clients de prostituées, déposée par deux députées PS, sera examinée mercredi soir ou vendredi et votée mercredi 4 décembre, rencontre avec Laurence Noëlle qui, à dix-sept ans, met le pied 
sur le trottoir et devient une ombre parmi les ombres.

    L’auteure de Renaître de ses hontes (1) raconte ses années d’épreuves dramatiques 
et de combat 
pour fuir le système prostitutionnel.

    Laurence Noëlle nous ouvre les portes de son salon, en Bretagne. Elle replie les jambes, bien calée dans son divan. Et raconte, devance souvent les questions, déballe tout. Elle est restée vingt-huit ans dans le silence. Puis, en avril 2013, elle est sortie de l’ombre en publiant un livre, Renaître de ses hontes.

    À quarante-six ans, elle met sur page toutes ces années de violences, d’abus sexuels et de prostitution, l’expérience « la plus destructrice » de sa vie. Pénalisation des clients, abolition de la prostitution ou encore « libre choix » des personnes qui louent leur corps, Laurence Noëlle se prononce sur les débats actuels et témoigne, à visage découvert, de l’enfer de la prostitution. Une façon pour elle de donner l’exemple à celles qui restent encore terrées dans leur souffrance.

    Aujourd’hui, cette formatrice professionnelle estime être la preuve vivante que l’on peut s’en sortir et bâtir une vie épanouie.

    Il y a quelques années, vous aviez témoigné sur la prostitution à visage couvert. Pourquoi vous dévoilez-vous aujourd’hui ?

    Laurence Noëlle. Oser me montrer fait partie de mon cheminement vers la guérison. Ce n’est pas parce que l’on comprend ce qui nous arrive que l’on en sort. Il me fallait procéder étape par étape. Avant l’écriture de ce livre, jamais je ne me serais dévoilée en public. J’avais trop honte. Mais depuis sa publication, j’avoue que je suis très perturbée. J’ai des sinusites à répétition, des nausées. Je ne peux tricher avec mon corps qui s’exprime. Comme si je subissais un nettoyage encore plus profond. C’est douloureux pour moi de sortir de l’ombre. Il faut bien que quelques-unes commencent. Je le fais pour que d’autres se l’autorisent. Pour dire qu’il est possible de s’en sortir, possible de construire sa vie autrement, possible de guérir des violences que nous avons subies.

    Beaucoup de personnes fantasment sur la call-girl. Vous, vous avez des mots durs pour décrire la prostitution que vous avez vécue…

    Laurence Noëlle. Je travaillais rue Saint-Denis, à Paris. J’étais jeune et jolie. De la chair fraîche. Je faisais une trentaine de passes par jour, je me souviens que les anciennes étaient très jalouses, car elles ne montaient quasiment plus. J’étais un automate qui montait et descendait. À l’instant où j’ai posé le pied sur le trottoir, je suis devenue une ombre parmi les ombres. J’ai perdu ma dignité d’être humain. Une partie de moi a cessé d’être vivante. J’étais devenue un objet, un déchet, dans la lignée de ce qu’avait été le début de ma vie. Je n’étais que honte et humiliation. Ça fait mieux de se dire call-girl que prostituée. Il n’empêche que ce n’est qu’une stratégie d’évitement par rapport à la honte. Les call-girls se détestent autant mais estiment avoir de la valeur à travers des clients qui possèdent eux-mêmes de la valeur. Mais le fait même que le client paie est déjà une violence. Quand on achète quelque chose, on est en droit d’être exigeant.

    Vous écrivez dans votre livre 
que la prostitution a été l’expérience la plus destructrice de votre vie. Comment faisiez-vous pour tenir ?

    Laurence Noëlle. Je le supportais en me droguant et en me saoulant. On est toutes des anesthésiées, d’une manière ou d’une autre. Il y a la prostituée, l’objet. Et il y a l’être humain. On se dissocie. J’avais énormément de dégoût à mon égard. À chaque client, je me précipitais sous la douche tellement je me sentais souillée. Humiliée. Il me fallait alors un autre verre ou un autre rail de cocaïne. Mon corps entier, et en particulier mon vagin, me faisait terriblement souffrir. La prostitution ce n’est pas Pretty Woman. Quand j’étais sur le trottoir, j’ai attendu Richard Gere, il n’est jamais venu me sauver…

    Que pensez-vous des personnes 
qui affirment se prostituer par choix ?

    Laurence Noëlle. Moi aussi je l’affirmais quand j’étais dedans. Pour se faire accepter de la société, mieux vaut parler de son libre choix que d’évoquer sa souffrance. On dit toutes que c’est notre choix quand on est en prostitution. Cela me fait penser aux personnes qui boivent. Elles affirment qu’elles savent gérer. Celles qui s’en sortent avouent en avoir souffert. Quand on est dedans, on ne voit rien, on est dans le déni. Étant petites, ne rêvaient-elles pas d’être docteur ou boulangère ? Que fait-on de nos talents et de nos richesses ? Je ne pense pas que tailler une pipe en soit un. La prostitution consiste à louer son corps à n’importe quel homme. Et ils ne sont pas tous des Brad Pitt. Demandez à une femme qui s’aime, s’estime, d’aller se prostituer. Même dans la misère, elle ne le fera pas.

    Comment êtes-vous tombée 
dans la prostitution ?

    Laurence Noëlle. La prostitution est un choix désespéré. Je suis tombée dans un réseau de proxénètes. J’étais une proie idéale : une jeune fille paumée, livrée à elle-même, assoiffée de chaleur humaine. Ayant vécu des abus sexuels dans l’enfance, je me suis considérée comme un objet puant et répugnant. Je me méprise. Dans ce cas, pourquoi s’autoriser le droit au bonheur ? La prostitution est aussi une façon de m’autopunir, moi qui culpabilisait depuis toute petite. Et puis, dans ma stratégie de survie, je me disais de me laisser faire, de ne rien dire. Je ne voulais pas être abandonnée. J’avais dix-sept ans et j’étais seule. Je préférais encore me prostituer que perdre l’amour de la maquerelle et du proxénète. J’avais aussi peur des menaces. Je m’en suis voulu de ne pas avoir fui plus tôt. J’étais tellement convaincue de n’être bonne qu’à « ça ». L’idée d’aller au commissariat ne m’a même pas effleurée.

    La prostitution est-elle une violence aussi grande que l’inceste que vous avez subi ?

    Laurence Noëlle. C’est la même chose. C’est : « Laisse-toi faire et tais-toi. Je fais ce que je veux de toi. » Dans un rapport normal, c’est le respect mutuel, l’échange. Il n’y en a pas un qui intime à l’autre d’ouvrir les cuisses, qui exige une pipe. Que fait-on du désir de l’autre, de l’amour ? Il n’y a pas d’amour dans la prostitution.

    N’est-ce pas caricatural d’affirmer que, souvent, les personnes prostituées ont subi des violences dans leur enfance ?

    Laurence Noëlle. Pas du tout. Toutes les femmes de l’ombre que je connais ont toutes vécu des histoires horribles. Ayant subi des abus sexuels enfant, à l’âge adulte, elles développent des comportements destructeurs. C’est l’humiliation qui nous fait croire que l’on n’est qu’un objet, que l’on est méprisable. Pourquoi une jeune fille va prendre un boulot à McDo pour payer ses études et une autre va se prostituer ? La différence est que l’une se respecte, s’estime, et l’autre pas. Si je m’aime, je me respecte. Je ne loue pas mon corps à n’importe quel homme.

    D’aucuns parlent de la réouverture des maisons closes, 
de la réglementation de
la prostitution. Qu’en pensez-vous ?

    Laurence Noëlle. La souffrance pour les personnes prostituées restera la même. Les clients seront toujours les mêmes, avec leurs mêmes exigences, leurs mêmes fantasmes. On parle souvent de la prostitution avec des mots châtiés. On débat pour savoir si c’est un métier, on évoque la liberté. La vérité est tue. On dit que les prostituées aiment « ça ». Mais comment peut-on aimer avoir une trentaine de rapports sexuels par nuit avec des hommes de toutes sortes, de tous âges, de tous milieux sociaux, des petits, des gros, des grands, des maigres, des agressifs, des pervers, des dépendants sexuels, des malades mentaux, des paumés ?

    Il y en a beaucoup qui méprisent les femmes et pensent encore qu’il ne peut exister que la « putain » ou la « maman ». Ceux-là vont dégazer, se venger, traiter les prostituées de tous les noms pendant les actes. Et leur faire mal. Comme les clients payent, ils s’autorisent tout. On prend la femme à sec, estimant qu’elle n’a pas besoin de préliminaires, pas besoin de mouiller. Il faut qu’un jour je puisse vraiment expliquer en détail ce qu’est une nuit avec des clients. J’ai encore du mal à en parler.

    Que pensez-vous du débat sur la pénalisation du client et sur l’abolition de la prostitution ?

    Laurence Noëlle. Mais pourquoi depuis des millénaires en est-on encore à des débats à la con ? Il y a 80 % de femmes qui souffrent et il faudrait écouter l’infime minorité ? Il faudrait empêcher que la loi passe pour celles qui, soi-disant, sont fières de se prostituer ? Oui, la pénalisation peut faire évoluer les choses. Mais ce n’est pas parce qu’existe une loi que tout se réglerait d’un coup. Elle marque les limites. L’abolition est la réponse à la question : dans quelle société voulons-nous vivre ? C’est bien parce que des personnes affirment que c’est possible que le monde change.

    Pourquoi si peu de personnes sorties de la prostitution osent parler 
à visage découvert ?

    Laurence Noëlle. Elles ont peur du regard des autres. Beaucoup sont contentes que le monde sache ce qu’est la prostitution par ma voix. Mais elles ne sont pas prêtes à se montrer à leur tour, y compris celles qui réussissent bien dans leur vie, comme cette infirmière ou cette animatrice socioculturelle que je connais. Je les comprends, moi-même j’ai eu très peur de perdre mon travail de formatrice. Et peur encore de la réaction des autres à l’égard de mes enfants, ma famille. J’ai peur d’être méprisée. Faut-il encore payer les pots cassés vingt-huit ans après m’être sortie de l’enfer de la prostitution ? On traîne ce boulet comme un détenu qui ne pourrait pas enlever le sien de sa cheville.

    Votre livre a-t-il entraîné 
des réactions hostiles à votre égard ?

    Laurence Noëlle. Pour l’instant, j’ai plutôt des messages d’empathie. Beaucoup de gens me soutiennent et me disent que mon livre peut permettre de changer les mentalités. Les retours sont chaleureux et ils me portent. En écrivant ce livre, c’est-à-dire en rassemblant les pièces du puzzle de ma vie, j’ai voulu comprendre pourquoi j’ai eu des comportements destructeurs. Et je me retrouve devant une explosion de sollicitudes, de toutes parts. Je fais partie des toutes premières femmes à sortir de l’ombre, alors que pendant vingt-huit ans, je ne pouvais pas supporter de voir des émissions ou autres films qui traitent de la prostitution ou des abus sexuels. J’ai découvert l’existence de l’Union des survivantes du trafic sexuel, aux États-Unis, qui m’a contactée pour faire partie de leur réseau. Je n’ai pas le cœur d’une militante. Je pourrais dire non à ces sollicitations, mais je pense que la vie me demande de l’être. J’ai été auditionnée à l’Assemblée nationale une première fois, le 29 mai 2013, à huis clos. En sortant, j’ai pleuré pendant des heures, mais de grâce, de joie. C’est un beau cadeau pour moi de constater que mon livre peut œuvrer à un projet de loi contre le système prostitutionnel. C’est une réalisation de soi. C’est poser sa petite pierre en ce monde et si nous en posons tous une, c’est le monde qui change.

    Comment avez-vous pu sortir 
de la prostitution ?

    Laurence Noëlle. En allant chercher de l’aide. Mais il faut choisir les bonnes personnes, celles qui ne jugent pas, celles qui prennent le temps de comprendre. La notion d’écoute est fondamentale. Celles qui m’ont aidée sont des personnes qui ont mis en avant mes qualités, qui ont cru en moi. Si on est convaincu que l’on peut s’en sortir, on se donne davantage de chance pour y arriver.

    Les moyens sont-ils suffisants ?

    Laurence Noëlle. Il est vrai qu’en dehors des associations, rien n’existe. Il n’y a aucune réinsertion sociale. Tout doit être repensé. Quand on sort de la prostitution, on est bouffé par la honte, par l’alcool, la drogue, la frigidité, par l’humiliation. On est fracassé. Si bien que l’on peut vite replonger. La société doit déplacer son regard. On doit former les travailleurs sociaux pour bien comprendre le système prostitutionnel. On aura beau mettre les moyens matériels, si on ne voit pas autrement les prostituées, rien ne changera.

    Un espoir pour les autres. Laurence Noëlle est engagée dans la lutte contre le trafic et l’exploitation sexuelle. Elle anime des conférences et formations sur l’écoute, l’accompagnement, la gestion de groupe en prévention. Elle participe 
aux activités organisées par le Mouvement du Nid, une association reconnue d’utilité publique. Elle est désormais formatrice professionnelle d’adultes, spécialisée en relations humaines et dans la prévention de toute forme 
de violence. Elle exerce aussi ses activités dans les services pénitentiaires, 
à la demande du ministère de la Justice. Ce n’est évidemment pas un hasard qu’elle ait choisi cette filière. Un bel accomplissement pour cette femme qui s’est longtemps identifiée à la honte.

    Son livre, Renaître de ses hontes, est un espoir pour toutes celles et tous ceux qui n’ont plus confiance en eux. Il redonne 
à d’autres le désir et la force de changer. Il ouvre des portes, élargit les horizons et contribue à un changement de regard sur les personnes prostituées.

    (1) Renaître de ses hontes, de Laurence Noëlle. Éditions Le Passeur, avril 2013, 18,50 euros.

    Entretien réalisé par Mina Kaci

    http://www.humanite.fr/social-eco/laurence-noelle-553508

  • Merci Sylviane Agacinski

    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/1/1a/Delanoe_Zenith_2008_02_27_n20.jpg


    "La prostitution est une servitude archaïque qu'il faut faire reculer"

    LE MONDE | 20.11.2013 à 11h09 | Propos recueillis par Gaëlle Dupont

    Sylviane Agacinski, 68 ans, est philosophe. Elle a consacré de nombreux ouvrages à la question de la différence et des rapports entre les sexes et critique la marchandisation du corps humain, notamment dans Corps en miettes (Flammarion, 138 p., 12 euros). Elle défend la proposition de loi visant notamment à sanctionner les clients de prostituées, qu'une commission spéciale de l'Assemblée nationale a adoptée, mardi 19 novembre, et dont les députés débattront fin novembre.

    En 2012 vous avez signé une pétition louant le courage de la ministre Najat Vallaud-Belkacem, attaquée sur son souhait de faire disparaître la prostitution. Pourtant, elle n'est pas à l'origine du texte qui arrive à l'Assemblée. A-t-elle manqué de courage ?

    Sûrement pas. La ministre des droits des femmes était dans son rôle en rappelant que l'abolition de la prostitution est la position officielle de la France depuis 1946. Face à ceux qui réclament la légalisation du "travail du sexe" et la dépénalisation du proxénétisme, comme le Strass , il fallait réaffirmer que la prostitution est une servitude archaïque qu'il faut faire reculer. De leur côté, les députés sont dans leur rôle en faisant une proposition de loi pour pénaliser la demande, soutenus par la ministre et par les associations féministes.

    Le tollé suscité par le "manifeste des 343 salauds" publié dans "Causeur" n'est-il pas le signe que la position abolitionniste est aujourd'hui dominante dans le débat public ?

    Les 343 rigolos qui se sentent menacés dans leur virilité s'ils ne peuvent plus se payer une "pute", comme ils disent, devraient faire le trottoir pendant quelque temps, cela les aiderait peut-être à réfléchir. Il y a une totale dissymétrie entre le client qui cherche son plaisir, une fois de temps en temps, et la personne qui doit subir des relations sexuelles en série, au mépris de sa sensibilité et de son propre désir.

    Par ailleurs, les clients disent recourir à la prostitution notamment pour assouvir des fantasmes que leur partenaire répugnerait à satisfaire. C'est intéressant. Consultez, sur Internet, la tarification des "services sexuels", vous trouverez, au-delà des actes habituels, des prestations comme la douche d'urine, ou de sperme, "sur le visage de la travailleuse" , et autres pratiques spéciales. Le commerce de la chair est une négation de la personne, c'est ce que l'opinion accepte de plus en plus mal.

    La pénalisation du client n'est-elle pas une façon déguisée de prohiber la prostitution et de porter un jugement moral sur cette activité ?

    Il ne s'agit pas de savoir s'il est bien, moralement, de se vendre, mais s'il est légitime de prétendre acheter un corps, et donc de mettre fin à la vieille hypocrisie bourgeoise qui condamnait les "filles publiques" et protégeait leurs clients. Ce qui est en cause, c'est l'organisation du marché du sexe, avec ses producteurs (trafiquants et proxénètes), ses marchandises (les personnes prostituées) et ses consommateurs (les clients). Partout, dans la société, la sexualité est exclue des services, et chacun a droit à son intimité. Seul le corps prostitué perd ce droit, en tant qu'il est mis à disposition d'un public payant.

    Certaines femmes affirment avoir fait le choix de se prostituer. Peut-on leur dénier ce droit, même si elles sont minoritaires ? Ne passe-t-on pas sous silence la diversité des situations dans la prostitution ?

    On a appris, il me semble, à se méfier des sophismes sur le "libre choix". On a vu des esclaves qui voulaient le rester, on voit des travailleurs clandestins qui "choisissent" de travailler dans des caves douze heures par jour, ou des femmes qui "choisissent" de porter le voile intégral. La "liberté" de se laisser asservir est une contradiction dans les termes. Les lois sont faites pour définir les relations sociales justes et équitables, pour garantir la liberté, la dignité et la santé de chacun, et non pour abandonner les plus pauvres à l'emprise de l'argent sur leurs vies.

    Même des migrantes, considérées comme victimes de la traite par les pouvoirs publics, affirment préférer le trottoir en France à la vie dans leur pays d'origine. Pourquoi mettre en doute leur parole ?

    Personne ne peut croire que les migrantes décident, une par une, de venir se prostituer sur les trottoirs parisiens. 80 % des prostituées en France sont "importées" en masse en Europe occidentale, depuis l'Afrique, l'Europe de l'Est ou l'Asie, par des réseaux extrêmement violents. Elles ont peur. Les autres sont poussées vers la prostitution par la pauvreté. Le premier effet d'une pénalisation de la demande sera de décourager les réseaux en dissuadant les clients.

    Les associations de terrain redoutent de voir disparaître la prostitution visible, mais pas la prostitution cachée, avec des effets négatifs sur la sécurité et la santé des prostituées. Qu'en pensez-vous ?

    Le problème est-il seulement d'améliorer les conditions de la servitude sexuelle, ou bien d'en contester le principe ? En réalité, la prostitution est intrinsèquement dangereuse pour la sécurité des femmes, elle est ravageuse pour leur santé physique et mentale. Beaucoup sont obligées de se dissocier de leur corps pour pouvoir le laisser à la disposition du client. Alors, n'utilisons pas, comme toujours, l'argument hygiéniste pour mieux maintenir le statu quo, voire pour légaliser le "travail" du sexe. Posons d'abord que le corps humain n'est pas à vendre, et soyons pragmatiques ensuite.

    http://abonnes.lemonde.fr/societe/article/2013/11/20/la-prostitution-est-une-servitude-archaique-qu-il-faut-faire-reculer_3516983_3224.html?xtmc=sylviane&xtcr=1

  • Pour Marion Fraisse

    Capture.JPG

    "Allez, ça va se tasser", éluda le principal quand Nora Fraisse l'avait contacté, en décembre dernier, pour que Marion change de classe.

    Trois fois, elle avait insisté, sans même obtenir un rendez-vous.

    Cette mère est particulièrement vigilante.

    Elle sait que son aînée est sensible, artiste, drôle à faire hurler de rire son père et ses camarades, mais aussi parfois dans son monde, en quête d'affection, touchée par le malheur des autres.

    Une cible idéale.

    Petite déjà, elle subissait les mesquineries des copines.

    En sixième, Marion s'était fait traiter de "mongole" et d'"autiste".

    En cinquième, un garçon lui avait adressé un SMS :

    "Demain, à l'arrêt de bus, t'es morte."

    A la demande de Nora Fraisse, le professeur principal avait aussitôt convoqué l'auteur des menaces qui, aux côtés de sa mère, avait balbutié :

    "Mais c'était juste pour rigoler !"

    http://tempsreel.nouvelobs.com/l-enquete-de-l-obs/20131114.OBS5469/traitee-de-pute-de-boloss-marion-13-ans-s-est-suicidee.html

  • La citation du jour : Iggy Pop

    544158_10201873834060208_575770357_n.jpg

    "Je n'ai pas honte de m'habiller 'comme une femme' parce que je ne pense pas qu'être une femme soit honteux."

    Iggy Pop

  • Boycottons le pédophile Polanski et son nouvel "opus" : préférons-lui le livre - si tant est que celui-ci ait le moindre intérêt (ce qui n'est pas le cas)

    http://static.decitre.fr/media/catalog/product/cache/1/image/9df78eab33525d08d6e5fb8d27136e95/9/7/8/2/2/6/6/0/9782266068956FS.gif

    Faut-il rappeler que la Vénus à la fourrure est d'abord un livre avant d'être un (piètre) film ?...

    Oui, en ces temps d'incurie intellectuelle.

    Autre rappel ô combien vital : celui de "l'affaire Polanski" la bien nommée, pour celles et ceux qui l'auraient mystérieusement oubliée :

    Extrait :

    "C'est donc elle. "La Fille" de l'affaire Polanski. Samantha Geimer a bientôt 50 ans, mais, pour le monde entier, elle est restée la-gamine-de-13-ans-violée-par-Roman-Polanski. Et on ne peut s'empêcher de scruter son visage, à la recherche de celui, si terriblement juvénile, de l'adolescente qui, un jour de mars 1977, s'est retrouvée dans la maison de Jack Nicholson, sur Mulholland Drive à Los Angeles, pour une séance de photos avec le réalisateur de "Chinatown". Il lui a fait boire du champagne, lui a donné un Quaalude (un sédatif), puis il a abusé d'elle. Dans le jacuzzi. Ce soir-là, en rentrant chez elle, Samantha écrira dans son journal intime : "Roman Polanski m'a prise en photo aujourd'hui. Il m'a violée, merde !"

    "J'étais présentée comme la petite salope"

    Samantha Geimer s'est longtemps cachée. Elle vit à Hawaï, loin de ce passé qui ne veut pas la lâcher. Ce n'est pourtant pas le visage de l'homme qui l'a violée qui la hante. "Si je devais choisir entre le viol et revivre ce qui s'est passé après, je choisirais le viol", lance-t-elle, provocatrice. Pour Samantha Geimer, l'enfer a longtemps été peuplé de policiers, avocats, juges qui la harcelaient, lui demandant de raconter cette soirée : la pénétration anale, les taches sur sa petite culotte couleur rouille - pièce à conviction n°5 que se disputeront la défense et l'accusation. Et il y avait les journaux racontant des horreurs sur elle, sa mère, sa famille. "J'étais présentée comme la petite salope qui voulait profiter du réalisateur célèbre, et ma mère comme la maquerelle n'hésitant pas à monnayer sa fille pour faire carrière.""

    Suite de l'article sur http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20131016.OBS1295/affaire-polanski-il-m-a-violee-merde.html

  • "Le désir des hommes livré à l'industrie du prêt-à-jouir", Nancy Huston (Le Monde)

    AVT_Nancy-Huston_9189.jpeg

    LE MONDE | 10.11.2013 à 20h40 • Mis à jour le 11.11.2013 à 15h14 | Par Nancy Huston (Romancière et essayiste)

    "Tous deux s'accrochaient à un fantasme plutôt que l'un à l'autre, cherchaient non à s'offrir les secrets de leur corps mais à sucer du plaisir des fissures de leur esprit. Où qu'ils se tournaient, ils se trouvaient empêtrés dans les vrilles de la honte ; tous les gros mots de leur vocabulaire se moquaient de ce qu'ils faisaient. » Personne, peut-être, ce dernier siècle, n'a réfléchi à la sexualité avec plus d'acuité que l'auteur américain James Baldwin (1924-1987). Pas sur la sexualité des Noirs ou celle des gays (bien qu'il fût lui-même, selon ses propres termes, « un nègre et un pédé »), non, sur la sexualité en général qui, comme à peu près tout dans le monde contemporain, tend à devenir une industrie capitaliste dominée par des hommes blancs.

    Le débat autour de la pénalisation éventuelle des clients des prostituées et les réactions ineptes à ce projet (genre « Manifeste des 343 salauds ») pourraient nous inciter à relire ce grand écrivain, notamment son roman Un autre pays (Gallimard, 1996) ou son essai consacré à Gide, La Prison mâle (paru dans Personne ne sait mon nom, Gallimard, 1998). « Quand les hommes n'arrivent plus à aimer les femmes, dit Baldwin à la fin de ce dernier essai, ils cessent aussi de s'aimer, de se respecter et de se faire confiance entre eux, ce qui rend leur isolement complet. Rien n'est plus dangereux que cet isolement-là, car les hommes commettront n'importe quel crime plutôt que de l'endurer. » Comme ce serait utile, pour ne pas dire merveilleux, que de temps à autre, l'on cesse de parler du « problème féminin » et que les hommes s'intéressent à eux-mêmes en tant qu'ils sont singuliers.

    Baldwin sait que la prostitution est une fausse solution à un vrai problème. « Un temps, cela lui avait paru plus simple. Mais même le plaisir simple, acheté et payé, ne mettait pas longtemps à faillir – le plaisir, s'avérait-il, n'était pas simple. (…) Peu à peu, contre son gré, il fut forcé de se rendre compte qu'il avait couru les risques ni pour tester sa virilité ni pour rehausser son sens de la vie. Il s'était réfugié dans l'aventure du dehors pour éviter les heurts et la tension de l'aventure qui, dedans, avançait inexorablement. » L'on évite de regarder ce qui se passe à l'intérieur. L'on évite de parler du sens de la vie, des difficultés d'entente entre les sexes… L'on va au plus vite : aventure du dehors.

    En France, on a beau avoir décrété la mort de Dieu et séparé l'Etat de l'Eglise, les grandes questions auxquelles Dieu et l'Eglise étaient une tentative de réponse restent entières. Elles n'ont pas été dissoutes, au XVIIIe siècle, par l'orgasme rugissant des libertins du marquis de Sade éventrant des vierges, ni, au XIXe, par la poésie sombre et sidérante d'un Baudelaire, ni, au XXe, par l'expérience des limites d'un Georges Bataille ou l'holocauste consenti d'une Pauline Réage, ni, au XXIe, par l'universelle disponibilité de putes et d'images de putes que permet le Net.

    Aujourd'hui, on se trouve dans une situation hautement paradoxale qui, n'étaient-ce les dégâts qu'elle entraîne, confinerait au comique. Grâce à nos médias performants et omniprésents, on reçoit chaque jour d'innombrables messages sauvages primitifs antiques pour ne pas dire préhistoriques : l'homme est un guerrier déchaîné meurtrier musclé violent ; la femme est une chose à décorer, à maquiller, à habiller, à déshabiller, à protéger, à sauver, à frapper et à baiser. Les hommes se rentrent dedans, en politique, en économie, en sport, sur les champs de bataille, les femmes s'occupent indéfiniment d'être belles et/ou maternelles.

    Mais comme, selon notre idéologie officielle, il n'y a pas de différence des sexes qui vaille, comme la République, tel Tartuffe, refuse de percevoir le désarroi de ses citoyens face à la liberté, l'égalité et la fraternité de ses citoyennes, il n'est que minimalement tenu compte des problèmes sexuels dans l'éducation (familiale ou scolaire) que nous prodiguons aux enfants et adolescents mâles.

    Certes il est souhaitable que les garçons aient une connaissance solide de l'anatomie féminine, de la menstruation, de la contraception… Mais qu'en est-il de leurs propres troubles troublants ? L'effet de la montée des hormones n'est pas le même chez le garçon que chez la fille. Qu'est-ce qu'avoir un corps masculin désirant, bandant, frémissant, vulnérable, bouleversé ? Que faire des fantasmes qui tourmentent ? Peut-on se donner soi-même du plaisir hors culpabilité… et hors vulgarité ? Que faire de l'amour, de la jalousie, de l'impuissance, de la dépression post-coïtale ? Que faire des passions et peurs que suscite la sexualité masculine naissante, souvent totalement obsédante ?

    Eh bien, répondent avec un bel ensemble les parents, enseignants et écrivains français : rien, puisqu'il n'y a pas de différence. Ce qui – la curiosité étant intense et les hormones puissantes – laisse le champ libre au prêt-à-jouir, la jungle envahissante de ce qui va vite et se vend bien, oui, l'équivalent rigoureux du fast-food : le fast-sex de la pornographie.

    Liberté sexuelle ? Tout juste le contraire. L'Eglise stigmatisait la sexualité, parlait de parties honteuses ; la pornographie massivement consommée jour après jour est liée aux mêmes opprobres, hontes et interdits. Elle est un monde de pure contrainte. Liberté d'expression ? Loin de là. Qui s'exprime et qu'est-ce qui s'exprime là-dedans ? La seule chose libre dans la pornographie, comme dans les McDo, ou les poulaillers sans fenêtres, ou les maïs transgéniques, c'est le marché.

    Il est bien possible que la sexualité ne puisse pas être « libérée ». Sa fonction primordiale étant la reproduction de l'espèce, elle est très littéralement une question de vie et de mort. D'où la violence parfois extrême de la jalousie sexuelle (surtout masculine). Que la fonction reproductrice puisse être désactivée, nous allouant de longues et belles années de pratiques sexuelles stériles, ne suffit pas pour bannir les affects qui l'accompagnent depuis la nuit des temps pour des raisons de survie. Sans quoi, le monde entier eût suivi le lénifiant conseil des hippies des années 1960 : « Faites l'amour, pas la guerre. »

    James Baldwin encore, dont le héros déambule dans les rues de New York : « Il n'arrivait pas à se débarrasser du sentiment qu'une sorte de peste faisait rage, même si, officiellement, on le niait tant en public qu'en privé. Même les jeunes semblaient atteints – et à vrai dire plus gravement que les autres. Les garçons en blue-jean couraient ensemble, osant à peine se faire confiance et cependant unis, tout comme leurs aînés, dans une puérile méfiance des filles. Leur démarche même, sorte de balancement anti-érotique actionné par les genoux, était une parodie tant de la locomotion que de la virilité. Ils semblaient reculer devant tout contact avec leurs organes sexuels – que soulignaient pourtant leurs habits de façon flamboyante et paradoxale. Ils semblaient – mais était-ce vrai ? et comment cela s'était-il produit ? – à l'aise avec la brutalité, habitués à l'indifférence, terrorisés par l'affection humaine. De façon bien étrange, ils semblaient ne pas s'en estimer dignes. »

    L'angoisse de vivre et de chercher un sens à la vie demeure. Prostitution et pornographie cristallisent, en ceux – et bien sûr en celles, moins nombreuses – qui les consomment, le non-contact, le non-partage, l'impersonnalisation de leur propre corps. Il faut lire James Baldwin, Rainer Maria Rilke, Tarjei Vesaas. Etudier les nus en peinture. Sauver ce qui, de l'humain, peut l'être. Tenter d'arrêter les dégâts… non pas contre les hommes, mais avec eux.

    http://abonnes.lemonde.fr/idees/article/2013/11/10/le-desir-des-hommes-livre-a-l-industrie-du-pret-a-jouir-par-nancy-houston_3511441_3232.html?xtmc=elisabeth_levy&xtcr=4