Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • VEGnord fait peau neuve

    http://www.facebook.com/profile/pic.php?uid=AAAAAQAQBVXZ6IHVHyM2mZr9j4w1bQAAAAoBtoL5dbtgPzRJObRxhq8q

    Forte de cinq années d'existence, l'association VEGnord (les végétariens et les végétaliens du Nord) fait peau neuve. Actuellement engagée dans une démarche de restructuration, afin d'améliorer le fonctionnement et de diversifier les actions organisées, toute l'équipe est heureuse de vous inviter à découvrir la toute nouvelle version de notre site internet, que nous espérons plus complet, plus interactif et plus fonctionnel.

    VEGnord aujourd'hui c'est minimum un stand par mois, souvent 2 ou 3, des actions visuelles, des expos, des conférences et énormément de projets, pour nous tous les médias sont bons pour diffuser l'information sur le végétarisme.

    Notre site internet est notre principale vitrine, c'est pourquoi il nous paraissait logique de lui donner une nouvelle jeunesse et de faire évoluer ce support à ce que nous sommes aujourd'hui.

    Nous l'avons voulu plus clair et plus moderne, c'est à vous de nous dire si le résultat est au niveau de nos attentes et de vos besoins.

    L'accès à l'information a été rendu plus simple et plus rapide.

    Nous avons décidé d'ouvrir dorénavant tous les articles du site aux commentaires.

    Les photos de nos actions sont maintenant accessibles directement sur le site dans des diaporamas ergonomiques et, espérons le, intuitifs.

    Un bloc d'actualités par onglets permet d'accéder maintenant à nos comptes rendus, communiqués à la presse, à nos dates à venir, etc. d'un seul clic.

    Un agenda vous indique les événements susceptibles d'intéresser un végétarien lillois.

    Vous pouvez proposer vous mêmes les dates de vos évènements, par le biais d'un formulaire prévu à cet effet.

    Une boutique en ligne a été ouverte, dans laquelle vous pourrez adhérer à l'association ou commander l'un des objets que nous proposons à la vente.

    Le magasin « Au bon groin » a pour vocation de fournir des supports au développement du végétarisme, du merchandising militant et des oeuvres de référence y trouveront petit à petit leur place.

    La webradio est de retour et ne demande qu'à grandir jour après jour, n'hésitez pas à proposer de nouveaux titres qui traitent de la condition animale, la langue et le style musical n'ont pas d'importance, seul le message compte !

    En règle général, tout le contenu du site a été revu; corrigé et augmenté.

    Evidemment, il restera de ci de là un bug, une omission, une inexactitude, merci de nous en tenir informé.

    Le nouveau site est truffé de petites améliorations techniques que je vous propose de découvrir par vous-même.

    En règle général, et si vous ne le saviez pas encore, vous pourrez vous rendre compte que VEGnord a fait le choix de s'élargir, aussi bien dans sa présence sur le net (nous sommes maintenant présents sur Facebook, Myspace et Youtube) que dans les partenariats que nous sommes en train d'installer.

    Nous proposons ainsi un tarif promotionnel d'adhésion à VEGnord couplé à un abonnement à Végétariens magazines, nous relayons également, en tant qu'antenne nordiste, les campagnes de L214 et de One Voice.

    Le forum sera, lui, réorganisé en un deuxième temps, mais n'hésitez pas à venir vous inscrire et à transmettre l'information autour de vous.

    Si par malheur, vous avez oublié ou perdu vos identifiants, n'hésitez pas à nous contacter.

    Toute l'équipe Vegnord vous remercie par avance.

    le site : http://www.vegnord.fr
    le forum : http://www.vegnord.fr/forum/

    http://www.vegnord.fr/site/local/cache-vignettes/L283xH300/arton359-805d0.jpg

  • "The Cove - La Baie de la Honte" : le massacre des dauphins au Japon

    the.jpg

    Après s'être fait connaître dans les années 60 par la série Flipper, l'ex-dresseur de dauphins Ric O'Barry entreprend de révéler, avec l'équipe de l'Oceanic Preservation Society, comment sont massacrés plus de 23 000 dauphins chaque année à Taiji, au Japon.

    The Cove, la Baie de la Honte sort au cinéma le 30 septembre prochain.

    Le film traite d'une baie d'une petite ville japonaise de Taiji où a lieu une sanglante pêche aux dauphins.

    Chaque année, pendant six mois, les plus beaux d'entre eux sont récupérés et revendu aux delphinariums pour 150 000 $.

    Quant aux autres, ils sont tués, dépecés, leur chair revendu aux restaurants...

    Un dauphin tué pour sa viande rapporte environ 600 $.

    Environ 23 000 dauphins sont ainsi massacrés chaque année en toute légalité.

    En effet, la chasse aux dauphins reste autorisée (la chasse à la baleine est interdite depuis 1986) car, bien que les dauphins et les baleines soient issues de la même famille animale, la Commission Baleinière Internationale refuse de protéger les "cétacés de petite taille".

    cove.jpg

    Découvrez la bande annonce de The Cove

    " Avec The Cove, on passe la barrière de l'inaccessible, si Le Grand Bleu était une fable, The Cove est un cauchemar...

    Les Japonais seront toujours mes amis mais les assassins toujours mes ennemis.

    La mer est meurtrie sur toute la surface du globe, le vivant souffre.

    Les espèces s'éteignent dans l'indifférence. [...]

    On ne peut plus fermer les yeux.

    Quelques ignobles font couler le sang des dauphins et c'est la nation nippone tout entière qui est salie.

    Plus que politique, The Cove est un film nécessaire, dans le sens où le monde doit savoir ", écrit Luc Besson sur le site français du film.

    En attendant de voir The Cove sur grand écran le 30 septembre prochain, n'hésitez pas à vous engager pour la cause des dauphins : http://www.takepart.com/thecove

    Pour plus d'informations sur le sujet et le film, rendez-vous sur le site officiel (en anglais).

    Sensibiliser le monde au terrible sort de ses animaux

    C'est la démarche du film pour lequel Ric O'Barry s'est heurté à l'hostilité de la police locale et des pêcheurs.

    Mais avec son équipe de choc composée de cadreurs et preneurs de sons sous-marins, océanographes et plongeurs en apnée, ils ont réussi à mener leur opération secrète et à rapporter des images interdites de la petite baie isolée...

    The Cove n'est pas un documentaire classique, c'est d'abord un film d'investigation journalistique.

    The Cove a remporté le Prix du Public au Festival de Sundance en 2009 puis le Prix du Public au Hot Docs Canadian International Documentary Festival, au Newport Beach Film Festival et au Seattle Internationnal Film Festival.

    Il a également été sélectionné pour le 35e Festival du cinéma américain de Deauville qui se déroule actuellement.

    604-125311183-650x0-1.jpg

    Elle sert non seulement pour la capture d'animaux vivants destinés aux parcs d'attraction marins et aquariums, mais aussi à la consommation de viande.

    Or cette viande contient de nombreux produits toxiques comme le mercure et des produits chimiques chlorés dangereux pour la santé.

    Dans les zones côtières, les dauphins sont capturés à l'aide de filets dérivants.

    Ils sont attirés dans des cages grâce à des explosions qui pertubent leur sonar et les font paniquer.

    Une fois piégés dans les filets, les vétérinaires et les dresseurs choisissent ceux qui peuvent être achetés (plus de la moitié des dauphins en captivité meurent avant deux ans).

    Les autres sont tués avec des lances, des couteaux et des crochets. Au large, on les tue plutôt avec des harpons.

    On trouve plusieurs espèces à Taiji ; les Tursiops, le dauphin bleu et blanc, le dauphin tacheté et le dauphin de Risso.

    On trouve aussi de fausses orques et des baleines pilotes.

    Nombreuses de ces espèces sont considérées en voie d'extinction.

    Une viande empoisonnée au mercure

    Certains échantillons de viande de dauphins ont montré des taux de mercure 1 000 fois supérieurs au maximum autorisé.

    Néanmoins, aucun cas d'empoisonnement lié à l'ingestion de viande dauphin n'a donné suite à une étude médicale.

    Dans The Cove on apprend que la viande de dauphin a été abusivement étiquetée comme de la viande de baleine, induisant le consommateur en erreur.

    En octobre 2208, suite au tournage de The Cove, la municipalité a retiré la viande de dauphin des repas destinés aux écoliers de Taiji.

    Les dauphins retrouvés morts en Australie l'année dernière ont subi de graves troubles neurologiques liés à l'empoissonnement au mercure.

    75 % de la présence de mercure chez l'être humain proviennent de la consommation de produits de la mer.

    Des échantillons d'eau prélevés en 2006 démontraient que la pollution des océans au mercure a augmenté de 30 % par rapport aux années 90.

    Une études des Nations Unies de 2003 démontre qu'en raison de l'utilisation d'énergies fossiles, comme le charbon, l'émission de mercure dans l'atmosphère augmente de 1,5 à 3 % par an.

    Emilie Villeneuve

    http://www.bioaddict.fr/article/the-cove-la-baie-de-la-honte-le-massacre-des-dauphins-presente-par-luc-besson-a212p1.html

  • "Léa, la forêt sans toi pleure" (RAC)

    Copie de PIC_0543.JPG
    L’association La Forêt de Léa recueille des sangliers orphelins et des cochons maltraités.

    Il y a cinq ans, Valérie, la présidente, avait récupéré Léa (à laquelle le nom de l’association rend hommage) ; une jeune laie dont la mère venait d’être abattue par des chasseurs.

    Depuis plusieurs années, ce sont des dizaines de cochons malmenés et de marcassins orphelins que Valérie a recueillis, soignés et sauvés. Ces animaux vivent maintenant paisiblement dans un grand enclos.

    Mais, nous le savions déjà, il existe dans notre pays des personnes qui s’acharnent à retirer la vie, blesser, torturer, faire souffrir des animaux.

    Quoi de plus énervant pour ce genre d’individus que de savoir que des sangliers vivent pacifiquement dans l’enclos de cette association ?

    Non, un sanglier qui est à l’abri de leurs actes, ce n’est vraiment pas acceptable !

    Alors, un voire plusieurs énergumènes n’ont pas hésité.

    Ils n’ont pas non plus voulu perdre de temps : avant-hier, le 27 septembre, jour de l’ouverture de la chasse dans ce département, ils sont passés à l’acte.

    Ces derniers ont découpé le grillage du parc de l’association, ont visiblement tué la laie Léa et l’auraient emportée !

    3 infractions ont été commises, dont la première fut constatée par l’ONCFS et la gendarmerie, pour satisfaire leurs pulsions meurtrières : acte de malveillance (découpage du grillage), violation de domicile (introduction dans une propriété privée), meurtre d'un animal apprivoisé.

    Quel argument pourraient-ils faire valoir ?

    Aucun, et pas celui de la « difficulté du tir », car la laie, confiante, se laissait approcher.

    Il est vraiment inquiétant de constater que leurs instincts meurtriers l’emportent sur la raison.

    Comment peut-on en arriver à un tel irrespect, une telle méchanceté, une telle lâcheté ?

    Ces individus sont-ils normalement constitués pour agir ainsi ?

    Lorsqu’on se livre à de ce genre d’actes envers les animaux, de quoi serait-on capable envers les humains ?

    Ces infractions et délits constatés doivent être sévèrement condamnés comme la loi et la justice l’exigent.

    Nous attendons de l’Autorité Publique, de Monsieur le Préfet ainsi que du Procureur de la République une réaction à la hauteur de la répugnance que nous ressentons face à de tels actes.

    Le Rassemblement Anti Chasse espère très vivement que le ou les auteurs seront retrouvés et sanctionnés, bien que le chagrin n’ait pas de prix et que la perte de cet animal soit irrémédiable.

    Nous ne cessons de le répéter ; la chasse représente une nuisance pour la population, accentuée par le fait que certains chasseurs sont extrêmement dangereux et font régulièrement preuve d’une cruauté et d’un irrespect inacceptables.

    Il serait grand temps d’agir !

    Ce loisir consistant à tuer des animaux reconnus comme des êtres sensibles doit être interdit.

    Une pétition va être lancée dans les plus brefs délais dont le lien sera présent sur notre site www.antichasse.com

    Le RAC a d'ores et déjà écrit au Préfet dont les coordonnées sont les suivantes :

    mail@sarthe.pref.gouv.fr  -  Monsieur le Préfet, Emmanuel Berthier – Place Aristide Briand – 72041 Le Mans cedex 9

    http://www.antichasse.com/rac_communiques.htm#29092009
  • Affaire Polanski

    http://www.letemps.ch/rf/Image-lowres/Le_Temps/Quotidien/2009/09/28/International/ImagesWeb/polanski--469x239.JPG

    Depuis quand devrait et pourrait-on échapper à la justice sous prétexte qu'on est un artiste mondialement connu ?...

    Lorsqu'on vous dit que le show-biz est devenu la nouvelle noblesse, devant qui tout le monde (ou presque) plie et se prosterne...

    Honte à Kouchner et Mitterrand qui prennent le parti d'un violeur, fût-il "génial".

    Fort heureusement, les Américains, eux, font preuve d'un esprit de justice et d'une objectivité qui les honore (voir ci-dessous, article AFP). (MP)

    ***

    Retour sur les faits

    Samantha Geimer est une adolescente de 13 ans.

    Lors de son témoignage au tribunal en 1977, l'adolescente raconte qu'en mars 1977, Roman Polanski demande à sa mère s'il peut organiser une séance photos avec Samantha dans la villa de l'acteur Jack Nicholson, située dans le quartier de Hollywood Hills.

    Lorsque l'adolescente arrive chez Jack Nicholson, Roman Polanski l'abreuve de champagne et de drogues, affirme-t-elle au grand jury.

    Il prend des photos d'elle nue dans un bain, puis, malgré la résistance qu'elle lui oppose, Roman Polanski réussit à la forcer à avoir une relation sexuelle, toujours selon son témoignage devant la justice.

    http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/culture/20090928.OBS2801/affaire_polanski__retour_sur_30_ans_de_rebondissemenent.html

    ***

    La presse américaine de tous bords attend que Polanski réponde de ses actes

    LOS ANGELES — La presse américaine, qu'elle soit libérale ou conservatrice, reste incrédule face au soutien apporté en Europe à Roman Polanski après son arrestation en Suisse pour une affaire de moeurs, et espère que le cinéaste sera extradé aux Etats-Unis pour répondre de ses actes.

    "A entendre les protestations des Français, des Polonais et d'autres Européens on pourrait penser que le cinéaste a été arrêté par quelque régime totalitaire", s'étonne le New York Times dans son éditorial.

    "Mais quelle injustice y a-t-il à présenter devant la justice quelqu'un qui a plaidé coupable dans une affaire de viol avant de s'enfuir, indépendamment du talent qu'il pourrait avoir ?", demande le quotidien.

    Le cinéaste franco-polonais s'était enfui des Etats-Unis en 1978, après avoir été condamné pour "relations sexuelles illégales" avec une mineure de 13 ans en 1977.

    Il n'a jamais remis les pieds aux Etats-Unis depuis.

    Le quotidien affirme être "heureux de voir d'autres personnalités européennes de premier plan commencer à faire remarquer que cette affaire n'a rien à voir avec l'oeuvre ou l'âge de M. Polanski. Il s'agit ici d'un adulte qui s'est attaqué à un enfant. M. Polanski a plaidé coupable pour ce crime et doit en répondre", conclut le quotidien.

    En Europe, une pétition pour demander la libération de Roman Polanski a déjà réuni plus de cent signataires du Septième Art, parmi lesquels les plus grands noms du cinéma européen, et même quelques cinéastes américains - Woody Allen, Martin Scorsese ou David Lynch.

    Si le monde du cinéma, à quelques exceptions près, fait bloc derrière Roman Polanski, le monde politique se montre plus divisé, notamment en France, où le soutien officiel du gouvernement n'a pas suscité l'adhésion des partis, partagés entre hostilité et embarras.

    Aux Etats-unis, le monde politique est resté silencieux sur le sujet, à commencer par le département d'Etat, qui doit transmettre à la Suisse la demande d'extradition de Roman Polanski, et qui se refuse à tout commentaire.

    Sur la côte ouest, le Los Angeles Times, connu pour ses positions libérales, n'est pas tendre non plus avec le cinéaste et ses soutiens.

    L'un de ses éditorialistes, Steve Lopez, affirme sans ambages : "Les défenseurs de Polanski ont perdu de vue la vraie victime".

    "J'aimerais leur demander, si la victime était leur fille, s'ils seraient toujours aussi arrogants" à propos d'une affaire dans laquelle le cinéaste était poursuivi à l'origine "pour sodomie et viol", écrit-il.

    "Il a pu y avoir des irrégularités judiciaires", reconnaît l'éditorialiste, évoquant le profil contesté du juge en charge de l'affaire à l'époque.

    "Mais aucune irrégularité n'est plus grande que celle de n'avoir retenu contre Polanski (à l'époque) que l'accusation la moins grave", estime-t-il.

    "Il a été favorisé. Et il est incroyable, vraiment, que ses stupides défenseurs réclament qu'il le soit une nouvelle fois".

    A l'autre bout du spectre politique, le tabloïd New York Daily News estime que "le tollé" provoqué par les soutiens de Roman Polanski est "pervers".

    "Et leurs tentatives d'excuser Polanski - sa mère est morte en déportation ! Sa femme a été assassinée par la famille Manson ! La fille (de 13 ans) n'était pas vierge ! - sont à vous retourner l'estomac", ajoute l'éditorial.

    Pour le quotidien, il n'y pas d'autre solution pour Polanski que de "passer en jugement et affronter le poids de la justice".

    http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5ibKJIj-ACOqolr8Ll7gBLrnM20Vg

    280909

  • Aujourd'hui, Brigitte Bardot a 75 ans

    http://94.23.8.188/~datavip/medias/0909/soledad-vip-blog-com-83406737888480-766031.jpg

    Brigitte Bardot : le courage et la grâce

    Aujourd'hui, Brigitte Bardot a 75 ans.

    L’ancienne actrice, parce qu’elle eut le mérite de délaisser, à quarante ans, le vain monde du spectacle pour embrasser la cause des animaux, mérite déjà, rien que pour cet acte de noblesse, un profond respect.

    Contrairement au reste du show-biz, bouffi de gloire à peu de frais, récoltant tous les suffrages grâce à son consensualisme veule et ses navrants silences (songeons seulement à la lâche et pathétique débâcle de Francis Cabrel, qui, auteur d’une belle chanson contre la tauromachie, n’osa pas affirmer davantage ses convictions, par soumission à sa maison de disques et par peur de perdre fans et millions), cette femme eut le courage de tourner le dos à son statut de star pour empoigner son bâton de pèlerin et parler, contre vents et marées, au nom des plus faibles d’entre les faibles : ses frères nonhumains lâchement exploités, torturés et massacrés par le seul animal au monde capable de commettre le mal pour l’amour du mal : l’homme.

    L’homme ou la femme capable de se détourner de lui-même pour se tourner vers les autres fait déjà preuve de supériorité.

    Lorsqu’en plus la cause qu’il embrasse est la plus décriée, autrement dit lorsqu’elle est la plus juste, s’ajoute à cela une autre qualité : le courage.

    Bardot a eu le courage de parler quand tout le monde se taisait, quitte à passer pour une emmerdeuse et une salope : on ne pardonne pas aux femmes d’être femmes.

    Lorsque sa jeunesse fut derrière elle, on se mit à la traiter de folle et de névrosée : on ne pardonne pas aux femmes de vieillir.

    Mais plus que tout, Bardot devint fasciste, cette insulte ultime brandie à tous vents, et qui ne dénonce plus rien sinon la bêtise de celui qui la prononce (sur le sens exact du mot, nous renvoyons aux dictionnaires et aux livres d’histoire, qui seuls savent de quoi il retourne).

    Ce que Bardot aura fait pour les animaux depuis un demi-siècle est immense, à commencer par le réveil des consciences qu’elle a provoqué dans l’hexagone.

    Un grand nombre de militants de la cause animale, aveuglés par un progressisme intransigeant qui n’est autre que la fameuse political correctness, se font un devoir de la renier hargneusement, la plupart du temps sans finesse, oubliant qu’elle est à la base de leur engagement : qui, né en France entre 1955 et 1985, a pu ne pas être imprégné, consciemment ou inconsciemment, par son aura militante ?

    Plus que tout, elle a préparé le terrain sur lequel ils se battent aujourd’hui avec intelligence, courage et détermination.

    Certes, Bardot n’est pas antispéciste. Bardot n’est pas végane.

    Elle n’est que végétarienne, ce qui n’est pas suffisant si l’on entend abolir l’esclavage animal.

    Mais elle est d’une génération pour laquelle le mot même de végétarisme était exotique, ce qui fait d’elle, qu’on le veuille ou non, une précurseuse, dans un monde alors parfaitement indifférent à la misère animale.

    Si Victor Hugo, Lamartine et d’autres grands esprits avaient, en leur temps, fermement élevé la voix contre l’ignominie, le cri de Bardot était puissant et la modernité lui permit de pénétrer profondément le tissu social : après elle, plus personne ne put ignorer, en France, le calvaire des animaux massacrés pour leur fourrure, leur chair, leurs tripes.

    Bardot, parce qu’elle a pris le parti des sans-voix, de ces milliards de consciences journellement massacrées par ses pareils, ne pouvait qu’être haïe par ceux-ci : l’homme n’aime guère apprendre qu’il est criminel.

    Bardot, parce qu’elle ose dénoncer ce que tout le monde passe honteusement sous silence, y compris et surtout dans le monde de la protection animale, qui préfère se taire plutôt que d’essuyer les foudres des censeurs, à savoir les atrocités de l’abattage rituel, ne pouvait qu’être taxée de racisme.

    Mais Bardot est-elle raciste ?

    La question se pose, et la réponse est clairement non.

    Bardot n’est pas raciste : elle s’oppose seulement aux tortionnaires, qu’ils soient blancs, noirs ou jaunes, qu’ils soient de confession chrétienne, juive ou musulmane.

    Contrairement aux lâches pléthoriques, elle refuse de plier devant les diktats d’une bien-pensance coupable, elle refuse de taire le meurtre des animaux sous prétexte que leurs bourreaux ne seraient ni blancs ni chrétiens.

    Du musulman qui renoncerait à sacrifier le mouton de l’Aïd, qui prendrait le parti de la vie contre la mort, de l’amour contre la haine, de la compassion contre la cruauté, Bardot ferait son allié.

    De celui qui préfère égorger cet animal sans défense, au nom d’un Dieu qui n’exige même pas cet holocauste (et quand bien même, dirait Isaac Bashevis Singer, quand bien même Dieu serait du côté des assassins, alors il faudrait être contre Dieu, de toutes ses forces), Bardot fait son ennemi, et n’aura de cesse de dénoncer sa cruauté et sa bêtise.

    A trop côtoyer l’horreur, essentiellement humaine, on court le risque de devenir misanthrope.

    Aux humanistes, aux démagogues, aux philanthropes impénitents, quel meilleur argument opposer sinon l’Histoire elle-même, cette fresque de démence et de sang parachevée de génération en génération ?

    Quelle plus belle preuve de l’iniquité du genre humain que sa propre chronique millénaire, ce tissu d’atrocités dépourvu de gloire et de sens ?

    Quel plus beau symbole enfin de son indignité fondamentale que l’abattoir, cette industrie de mort soigneusement élaborée, qui assassine sans répit, vingt-quatre heures sur vingt-quatre, trois-cent-soixante-cinq jours pas an, des êtres sentients, des consciences, par centaines de milliards chaque année, à seule fin de flatter son palais ?

    Que vaut enfin une créature qui a réduit le vivant en esclavage et poussé le vice jusqu’à justifier sa tyrannie en en faisant un commandement de Dieu ?

    Car il n’est pas jusqu’au poète des sphères qu’elle n’a confisqué à son profit, façonné à son goût, décrété à son image, et de même que l’imbécile se reconnaît à sa conviction d’être grand, de même l’humanité, victime de sa mentaphobie, n’a eu de cesse de se proclamer supérieure, quand c’est elle qui, méthodiquement et malgré tout son génie dérisoire, est en train de conduire le monde à sa perte.

    Qui, œuvrant pour les droits des animaux, n’a pas vu l’enfer ?

    Qui, travaillant à abolir leur exploitation, n’a pas été confronté à la barbarie radicale ?

    Alors, oui, Bardot est misanthrope, non par nature, mais par fatalité.

    « On ne naît pas misanthrope, on le devient », pourrait-on dire, paraphrasant Simone de Beauvoir.

    Bardot est misanthrope, et nous n’aurons garde de lui reprocher ce que nous sommes nous-mêmes devenue.

    Contrairement à l’homme-Narcisse, Bardot est lucide et dénonce la cruelle nature humaine. Bardot est courageuse : elle n’est pas de ceux qui prennent lâchement le parti du silence pour éviter de s’exposer à la vindicte universelle.

    Cette femme affronte courageusement l’adversaire, et, à 75 ans, continue de monter bravement au créneau, harcelant les pitoyables individus qui nous dirigent et qui, parce qu’ils oublient l’essentiel : le droit à la vie des vivants, ne méritent pas la place qu’ils occupent, laquelle devrait être cédée à des êtres éclairés, sages et supérieurs.

    Mais fait-on de la politique lorsqu’on réunit de telles vertus cardinales ?...

    Nombreux sont ceux qui, usant de la reductio ad hitlerum, se font un devoir de traîner le nom de Bardot dans la boue.

    S’attaquer à une vieille dame est non seulement lâche, mais indigne. Et, dans le cas qui nous occupe, injustifié.

    A entendre ces faux preux, on devine qu’ils se sentent investis d’une mission « citoyenne », affichant un air de supériorité en soi-même tendancieux tant il respire la complaisance.

    Qu’il est facile de s’en prendre à une femme déjà si unanimement détestée… Qu’il est facile de hurler avec les hommes, contre la louve.

    Or qui sont-ils, ces prétendus défenseurs de la Justice, ces apôtres de la Fraternité, sinon des spécistes assassins, qui tuent ou font tuer chaque jour de leur vie des êtres sensibles qu’ils consomment sans remords, quand on sait pertinemment qu’Homo sapiens peut se passer de produits animaux pour vivre, puisqu’il n’est physiologiquement pas un carnivore ?

    C’est ainsi que les fascistes sont ceux-là mêmes qui se complaisent à traiter Bardot de ce nom.

    Quant à Hitler, auquel on l’a si souvent comparée, qu’on apprenne qu’il n’était pas végétarien (nous renvoyons le lecteur qui ne serait pas encore convaincu, malgré la multiplicité des preuves, aux travaux de l’historienne Elisabeth Hardouin-Fugier[1]), qu’il a fait euthanasier les animaux des Juifs et n’aimait, parmi les chiens, que les bergers allemands, n’ayant eu par exemple que mépris pour les bichons d’Eva Braun.

    Et quand bien même Hitler eût-il été végétarien, cela ne prouverait rien. C’était aussi un homme : est-ce à dire que tous les hommes sont des nazis ?

    Avec les animaux, c’est certain : tous les hommes (et les femmes) le sont, et la non-vie qu’ils leur imposent est, pour reprendre le titre du bel essai de Charles Patterson, lui-même inspiré d’une phrase de I. B. Singer, un éternel Treblinka[2].

    Mais les uns pour les autres, les hommes ne le sont pas toujours, et Bardot, elle, ne l’est certainement pas.

    Cette stupidité ne pourra donc plus être dite sans que celui qui la profère passe lui-même pour un imbécile.

    Bon anniversaire, Brigitte Bardot : vous êtes une grande dame, et nous vous aimons.

    Méryl Pinque

    Militante végane, porte-parole de Vegan.fr[3]


    [1] Elisabeth Hardouin-Fugier, « La protection de l'animale sous le nazisme », in Luc Ferry ou le rétablissement de l'ordre, éditions Tahin Party, 2002, p. 129-151.

    [2] Charles Patterson, Un éternel Treblinka, éditions Calmann-Lévy, Paris, 2008.

    [3] Cet article n’engage que l’auteure et non l’association qu’elle représente.

  • Un désordre vaut mieux qu’une injustice (Gérard Condorcet)

    http://www.poemes-amour.fr/image/Victor-Hugo.jpg

    Par inclinaison, trop d’hommes suivent le cortège des vainqueurs, cachent dans leurs armoires des drapeaux de toutes les couleurs et pour tous les camps, composent avec les lobbies, les puissants du jour, les pouvoirs et émargent davantage à l’épuration d’après guerre  qu’à la résistance de la première heure.

    Sans doute, faut-il un minimum de courage pour braver les conformismes, combattre les intérêts établis, déranger les dormeurs assoupis qui s’accommodent  au présent de ce qui les révulsera demain.

    En 1832, le bon Victor HUGO, auteur entre autres de cette réflexion ("Le gai chasseur armant son fusil et son piège confine à l’assassin et touche au sacrilège") publiait le Dernier Jour d’un condamné à Mort pour dénoncer l’assassinat judiciaire.


    Il fallut 150 ans pour que cette conscience, servie par une forte plume, concrétise en loi une éthique ampathique.

    Rares sont ces hommes phares qui se lèvent dans le troupeau grégaire pour montrer une route nouvelle et déboulonner des préjugés hérités.

    Le pusillanime demeurera toujours attentiste, prudent, pondéré, consentant cinq minutes d’expression au génocideur et cinq minutes à sa victime.

    Le pusillanime aime le « juste milieu », là où l’on est sûr de se tromper mais de ne rien risquer.

    Même dans nos démocraties imparfaites, ces prudents veillent à ne pas s’exposer, à ne pas déplaire et à observer constamment une « obligation de réserve » qu’ils s’assignent comme  devoir de lâcheté.

    Ils savent que l’injustice, la cruauté, le mépris sévissent dans la société mais l’instinct de conservation de leurs petits intérêts les poussent inexorablement à la complicité silencieuse.

    Or, nous ne sommes  pas sortis de l’Histoire puisque la violence est faite quotidiennement à tant d’humains sur la planète et aux autres animaux, êtres sensibles qui doivent accéder à notre compassion.

    Cette violence est intolérable, qu’elle affecte le prisonnier français réduit à la promiscuité dégradante, le courageux blasphémateur des téhocraties, la femme insoumise des régimes médiévaux, le libertaire chinois ou l’ours pyrénéen.

    Ne pas crier sa révolte et son refus, admettre l’ordre établi en ce qu’il comporte d’inique et de criminel confinent à la complicité morale.

    Pour construire une société hédoniste altruiste, fondée sur la quête du plaisir pour soi-même à condition qu’il passe par le plaisir d’autrui, il faut adopter un comportement radicalement révolutionnaire, non pas  dans l’acception du 19ème siècle avec barricades de pavés glorieux, non pas en attendant que les masses anesthésiées et abruties par « leur télévision » se dressent en un grand soir lumineux, mais immédiatement, en vivant en hédoniste altruiste.

    Refusons sans délai, sans faiblesse, la société du mépris du vivant.

    Refusons toute complaisance envers ce qui tue, détruit, enlaidit, endolorit le monde.

    Refusons de voir l’écologie, éthique nouvelle du respect du vivant, s’avachir en un environnementalisme de pacotille, fioriture pour discours politicien.

    Refusons notre concours à la capitulation du cœur et de la raison au profit d’une ignorance confortable des crimes de notre temps.

    Gérard  CONDORCET
    CONVENTION VIE ET NATURE POUR UNE ECOLOGIE RADICALE

    www.ecologie-radicale.org

  • Meurtre de Lea : "Adieu mon bébé !"

     

    27 septembre 2009


    Ce matin je donne leur petit déjeuner aux cochons et sangliers, je ne vois pas Léa dans son parc.


    Je ne m'inquiète pas, il fait chaud, elle doit être dans un bosquet au frais.


    Midi : je leur donne à manger.


    Pas de Léa.


    J'entre dans le parc, je l'appelle.


    Rien.


    Je fouille partout, je l'appelle et l'appelle encore.


    Je fais le tour du parc : je vois un trou... j'ai compris et je m'effondre


    14h30 : coup de fil d'un garde chasse : "Je crois que votre sanglier n'est plus de ce monde."


    J'appelle l'ONCFS et la gendarmerie : ils constatent que le grillage du parc  a bien été coupé.


    L'ONCFS a découvert des traces de sang et du poil de sanglier pas loin du parc...


    Léa est décédée.


    Il y a enquête.


    Les ou le chasseur ont donc commis 3 infractions :

     

    - acte de malveillance (découpage du grillage)

     

    - violation de domicile (ils se sont introduits sur une propriété privée)

     

    - meurtre d'un animal apprivoisé, domestique


    Léa, ma petite Léa, celle  qui a donné son nom à l'association, a été abattue par les chasseurs, les viandards, ces meurtriers en puissance !!!!


    Léa est partie dans les mêmes conditions que sa pauvre mère.


    Léa doit sans doute "reposer" dans un frigo et va être servie en repas de famille...


    JE HURLE DE DOULEUR !


    Alors aujourd'hui, j'espère que les associations qui ont protesté contre le meurtre de Canelle vont aussi se manifester pour venger Léa...

     


    http://www.laforetdelea.org/adieu_lea.htm

     

    Aidons la maîtresse de Léa à rechercher les coupables de ce meurtre odieux : protestons auprès de la Mairie de Savigné-sous-le-Lude et de la Préfecture de la Sarthe :

     

    Mairie SAVIGNE SOUS LE LUDE 72800
    1 pl Mairie
    72800 SAVIGNE SOUS LE LUDE
    Telephone : 0243456260

    Préfecture de la Sarthe
    Place Aristide Briand
    72041 Le Mans Cedex 9
    Tél. 02.43.39.72.72 Fax : 02.43.28.24.09
    Courriel : mail@sarthe.pref.gouv.fr

    http://www.cg72.fr/institution.asp

     

    Modèle de lettre :

     

    Bonjour,

    C'est avec effroi que je viens d'apprendre qu'une gentille petite laie de 5 ans prénommée Léa a été volée et tuée dans un domaine privé, "La forêt de Léa ", situé sur la commune de Savigné-sous-le-Lude, lieu dit "La Vergère", se trouvant dans votre circonscription.

    3 infractions ont été commises :

    • découpage d'un grillage ;
    • violation de domicile ;
    • assassinat d'un animal apprivoisé (sang et poils retrouvés sur place).

    Comment peut-on tolérer de tels agissements ?

    Ces informations tournent dans le monde de la protection animale, et surtout sur internet, à un niveau national.

    Je suis persuadé(e) que vous allez très rapidement intervenir, afin d'élucider et punir les coupables d'une telle atrocité.

    Veuillez agréer, Madame ou Monsieur le préfet, mes remerciements anticipés.

    Nom + prénom + adresse

  • 3 et 4 octobre 2009 : Conférence "Pourquoi et comment abolir la vivisection ?" (festival Coeur de faune, Salle Louis Aragon, à Mers-les-Bains dans la Somme)

    http://8d.img.v4.skyrock.net/8da/nusk8210/pics/192025916_small.jpg

    Bonjour,

    Nous avons le plaisir de vous communiquer l'information suivante :

    Samedi 3 et dimanche 4 octobre 2009 à 14h

    Conférence : "Pourquoi et comment abolir la vivisection ?"

    Intervenants :


    - Eric, du collectif International Campaigns
    (http://www.international-campaigns.org)


    - André Ménache, docteur vétérinaire, directeur d'Antidote Europe

    Lieu : dans le cadre du festival Coeur de faune, Salle Louis Aragon, à Mers-les-Bains dans la Somme.

    Entrée libre.

    Contact : vivre_ethique@yahoo.fr


    L'association Vivre Ethique tiendra un stand d'information pendant toute la durée du festival (du 1er au 4 octobre).

    Merci de faire circuler cette information autour de vous et de venir nombreux !

    Bien cordialement,

    Hélène Sarraseca
    http://www.antidote-europe.org
    04 68 80 53 32

  • Brigitte Bardot demande au président Nicolas Sarkozy d’instaurer une journée végétarienne dans tous les établissements publics pour lutter contre le réchauffement climatique

    http://www.veganmonth.com/cow.png

     

    (Pourquoi Brigitte Bardot n'est-elle pas encore végane ? Le véganisme est le seul choix qui s'impose pour mettre fin à l'exploitation animale et rendre vraiment service à la planète. MP)

    *

    Après le sommet sur le climat qui vient de se tenir à New-York et avant la mise en place, en France, d’une taxe « carbone » sur les carburants, la Fondation Brigitte Bardot est intervenue auprès du Président Nicolas Sarkozy pour demander la remise en cause de l’élevage dont les répercussions environnementales sont des plus préoccupantes.

    En effet, dans son rapport « l’élevage aussi est une menace pour l’environnement », l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) indique que le secteur de l’élevage émet des gaz à effet de serre qui sont plus élevés que ceux produits par les transports (toutes catégories confondues).

    De son côté, la Banque mondiale a démontré que, depuis 1970, 90% de la déforestation en Amazonie est liée aux besoins de l’industrie de la viande, accentuant d’autant les effets du réchauffement climatique qui nous préoccupe tant aujourd’hui.

    Le secteur représente, en outre, respectivement 37 % de tout le méthane dû aux activités humaines (agissant sur le réchauffement 23 fois plus que le CO2), en grande partie produit par le système digestif des ruminants, et 64 % de l’ammoniac qui contribue aux pluies acides.

    L’élevage est aussi responsable de l’appauvrissement des sols et de la mise en péril des réserves naturelles d’eau puisque la production d’un seul kilo de bœuf nécessite 323 m² de pâturages, 7 à 16 kilos de grains ou fèves de soja et jusqu’à 15 500 litres d’eau !

    Le secteur de l’élevage a donc une incidence directe sur le réchauffement climatique, la pollution des sols, des nappes phréatiques, et représente un terrible gaspillage puisque près d’un tiers des céréales produites mondialement est destiné à nourrir les animaux pour la production de viande.

    Si les pays « développés » diminuaient leur consommation de viande, il serait possible d’éradiquer la famine qui tue près de six millions d’enfants chaque année.

    C’est pourquoi, dans une lettre adressée le 25 septembre au Chef de l’Etat, Brigitte Bardot demande au Président de « donner un sens aux déclarations du sommet sur le climat et être en cohérence avec la mise en place d’une taxe carbone », en instaurant une journée végétarienne dans tous les établissements publics et en invitant les établissements privés à faire de même, dans une démarche citoyenne et responsable.

    Pour Brigitte Bardot :

    « Outre ces préoccupations environnementales et humanitaires, refuser la consommation de viande est aussi le meilleur moyen de protester contre l’inhumanité et la barbarie partout présentes dans les élevages, durant les transports ou lors de l’abattage des milliards d’animaux sacrifiés et consommés chaque année. »

    Et de conclure :

    « Il y a déjà la « journée sans voiture », la « journée sans tabac », mais instaurer une journée végétarienne aurait des répercussions bien plus fortes que toutes les taxes « carbones » réunies et la planète s’en porterait infiniment mieux (elle se porterait encore bien mieux si cette démarche végétarienne était suivie 365 jours par an)… »

    Source: Fondation Brigitte Bardot

  • Abattage rituel : les Rencontres Animal et Société ont fait régresser la question

    http://www.geocities.com/abattagerituel/abattagerituel.jpg
    Abattage rituel juif
    RÉSUMÉ
    Après des promesses de plusieurs ministres, après des engagements de certains chefs religieux, après des avis de scientifiques qui permettaient d’espérer une évolution des méthodes d’abattages rituels, les Rencontres Animal et Société ont fait régresser cette question et ont mis en lumière une révoltante hypocrisie.

    Nouveau règlement européen abattage (en vigueur le premier janvier 2013) :
    La dérogation à l’étourdissement est donc imposée dans tous les pays européens pour l’abattage rituel.

    On observe une généralisation des abattages sans étourdissement en dehors de l’abattage rituel, en infraction à la réglementation.
    Le ministère de l’Agriculture reconnaît qu’environ 50 % des moutons et 13 % des bovins sont abattus “en rituel” alors que 6 % de la population nationale serait de tradition musulmane et le judaïsme concernerait 1 % selon le rapport de la commission de réflexion juridique sur les relations des cultes avec les pouvoirs publics.
    Rencontres Animal et Société : déception et hypocrisie


    L’OABA a pris une part active aux travaux des Rencontres Animal et Société, en participant aux réunions du groupe intitulé “Animal, économie et territoires” consacré aux animaux de ferme.

    S’il convient de reconnaître que ces débats ont été sereins malgré les grandes divergences d’idées (et surtout d’intérêts…) entre les participants, il faut malheureusement constater que les principales attentes des associations de protection animale restent déçues.

    On peut même considérer qu’il y a un recul par rapport à certaines réflexions qui avaient été entamées précédemment ou certaines promesses qui avaient été faites dans des ministères. La question de l’abattage rituel en est un bel exemple.

    La directive européenne de 1993 et le décret de 1997 permettent de déroger à l’obligation d’étourdissement préalable des animaux lors de l’abattage rituel.

    L’OABA avait souhaité démontrer aux communautés religieuses que le recours à l’électronarcose est une méthode compatible avec les exigences du rite.

    En 2005, l’OABA avait proposé une étude scientifique pour prouver la réversibilité de l’étourdissement par électronarcose des moutons, afin de convaincre les chefs religieux qui considéraient que l’étourdissement entraînait la mort de l’animal.

    Le ministre de l’Agriculture Dominique Bussereau écrivait le 13 septembre 2005 :

    “La question principale est la réversibilité de l’étourdissement par électronarcose.

    Une étude scientifique prévue pour 2006 et financée par l’OABA avec l’école vétérinaire d’Alfort portera sur l’effet de l’électronarcose sur l’état de conscience de l’animal.

    Elle permettra d’apporter des arguments en faveur de cette technique et de faire prendre conscience à la communauté musulmane que l’électronarcose ne tue pas l’animal et n’est donc pas contraire aux prescriptions religieuses”.

    Il écrivait le 3 février 2006 :

    “Pour prouver la compatibilité de l’étourdissement avec les préceptes de la religion musulmane, l’OABA prépare une démonstration visant à prouver que l’électronarcose est une méthode d’étourdissement des ovins pouvant être utilisée lors de l’abattage rituel.

    Cette étude sera menée avec des représentants du culte musulman et la collaboration d’enseignants des écoles vétérinaires, de professionnels des abattoirs, de représentants du ministère de l’Agriculture et du ministère de l’Intérieur”.

    Mais cette étude ne sera pas menée par suite de pressions…

    Le 12 octobre 2006, Dominique Bussereau faisait savoir à l’Académie vétérinaire de France qu’il souhaiterait “disposer d’une expertise scientifique et technique sur le degré de réversibilité de l’étourdissement des animaux d’abattoirs”.

    L’Académie rendait son rapport en décembre 2006 et précisait “L’étourdissement est réversible s’il est correctement appliqué, l’animal soumis à cette forme d’étourdissement reste vivant mais dans un état d’inconscience et d’insensibilité à la douleur”.

    Le 22 décembre 2006, le Ministre de l’Intérieur de l’époque, Nicolas Sarkozy écrivait :

    “Je souhaite que les animaux souffrent le moins possible lors de leur abattage.

    Je souhaite que, dans toute la mesure du possible, l’étourdissement préalable soit généralisé.

    Je veux, maintenant, que les abattoirs halal s’engagent concrètement et rapidement, dans la voie d’une généralisation de l’étourdissement préalable”.

    En janvier 2007, Nicolas Sarkozy, demandait aux services des ministères de l’Intérieur et de l’Agriculture de préparer le texte d’une charte de bonnes pratiques pour l’abattage halal.

    Il était précisé :

    “L’étourdissement électrique est compatible avec l’exercice du sacrifice rituel puisque ce procédé est réversible : il ne provoque pas la mort de l’animal mais le rend seulement momentanément inconscient et insensible à la frayeur et à la douleur provoquées par la jugulation, comme le précise l’Académie Vétérinaire Française, dans son avis de décembre 2006”.

    Lors des Rencontres Animal et Société, l’OABA appuyée par d’autres associations de protection animale, obtenait la rédaction d’une proposition “Réaliser une étude relative à l’instauration d’un étourdissement post-jugulation (après la saignée) qui soit compatible avec les objectifs et les contraintes des différents acteurs”.

    Le rapporteur du ministère de l’Agriculture écrivait :

    “Cette proposition est envisagée positivement par l'ensemble des membres du groupe”.

    Quelques jours plus tard, le ministère obéissant à des pressions, retirait cette proposition.

    Il n’est même plus question de mener une étude, de réfléchir à une amélioration des conditions d’abattage rituel …

    Au bilan, après des promesses de plusieurs ministres, après des engagements de certains chefs religieux, après des avis de scientifiques qui permettaient d’espérer une évolution des méthodes d’abattages rituels, les Rencontres Animal et Société ont fait régresser cette question et ont mis en lumière une révoltante hypocrisie.

    A présent, une Commission nationale de suivi des Rencontres Animal et Société a été mise en place sous la présidence de Thierry TUOT, Conseiller d’Etat.

    L’OABA a refusé de participer à la première séance plénière, marquant ainsi sa déception des mesures annoncées par le ministre de l’Agriculture, malgré la bonne volonté affichée par le Conseiller d’Etat et l’implication du Bureau de la protection animale et en particulier du nouveau chef de Bureau, Marie-Aude MONTELY.

    Cette charte ne sera jamais signée.

    Règlement européen abattage


    La révision de la directive 93/118 sur la protection des animaux lors de leur abattage doit aboutir prochainement à l’adoption d’un Règlement qui s’imposera dans les 27 états membres. Les enjeux sont importants.

    Le texte initial présenté en septembre 2008 par la Commission européenne était le résultat d’un volumineux travail d’études et de consultations débuté en 2006.

    Cinq associations européennes de protection animale avaient été consultées parmi lesquelles l’OABA, seule association française.

    Après cette phase de consultations est venue celle des pressions par les lobbies pour transformer ce texte, comme le montre le dépôt de 264 amendements par les députés européens.

    Ces amendements ont été examinés par la commission de l’agriculture du Parlement européen le 16 mars dernier.

    L’OABA considère que l’adoption de certains amendements et le rejet d’autres marquent un recul, en particulier concernant l’abattage rituel.

    Mais audelà des problèmes que cela pose en termes de protection des animaux, on constate une réelle atteinte à l’information des consommateurs.

    Détournement de la dérogation à l’étourdissement


    L’abattage rituel constitue une dérogation aux règles générales de l’étourdissement préalable des animaux avant leur saignée, les animaux sont alors égorgés en pleine conscience.

    Le projet de texte du Règlement mentionnait cette dérogation à l’étourdissement réservée à l’abattage rituel, mais prévoyait que “Toutefois, les Etats membres peuvent décider de ne pas appliquer cette dérogation”.

    L’amendement 92, prévoyant la suppression de cette possibilité dans le cadre de la subsidiarité, a été adopté.

    La dérogation à l’étourdissement est donc imposée dans tous les pays européens pour l’abattage rituel.

    Égorgement sans étourdissement


    Par contre l’amendement 86 concernant le recours à l’étourdissement juste après la jugulation n’a pas été adopté.

    Cette possibilité souhaitée par les associations de protection animale était un moyen d’éviter la souffrance des bovins égorgés en pleine conscience et dont l’agonie peut durer jusqu’à plus de 5 minutes.

    Ainsi, pour respecter les cadences dans les abattoirs, des bovins sont suspendus au cours de leur saignée, encore conscients.

    L’étourdissement post-jugulation paraissait un compromis acceptable, mais il vient d’être rejeté par la commission de l’agriculture du Parlement européen.

     

    Tromperie du consommateur


    L’amendement 5 qui prévoyait l’information du consommateur par un étiquetage spécifique des produits issus des abattages rituels a été rejeté.

    Les députés européens cautionnent donc une réelle tromperie du consommateur qui ne pourra pas identifier la viande provenant d’animaux abattus sans étourdissement.

    Dans le cadre des abattages rituels israélites, les parties de l’arrière-main des animaux ne sont pas consommées, et sont dirigées vers les circuits classiques.

    De plus, on observe une généralisation des abattages sans étourdissement en dehors de l’abattage rituel, en infraction à la réglementation.

    Le ministère de l’Agriculture reconnaît qu’environ 50 % des moutons et 13 % des bovins sont abattus “en rituel” alors que 6 % de la population nationale serait de tradition musulmane et le judaïsme concernerait 1 % selon le rapport de la commission de réflexion juridique sur les relations des cultes avec les pouvoirs publics.

    Dans le rapport “Enquête sur le champ du halal” le COPERCI concluait ainsi :

    “Il est indéniable que la proportion atteinte par les mises à mort sans étourdissement traduit un détournement de l’esprit des textes sur la protection animale”.

    Si l’on peut raisonnablement admettre le fait que les fidèles musulmans et juifs souhaitent consommer de la viande d’animaux abattus selon leurs préceptes religieux halal ou casher, cela ne doit pas être imposé aux autres consommateurs, non informés.

    http://cousin.pascal1.free.fr/abattage_rituel.html#bulletin60

  • Boycottez Zara : la marque espagnole trahit ses engagements et revend de la fourrure

    http://www.europestring.com/wp-content/uploads/2007/08/zara_barcelona.jpg

    Depuis plusieurs années, la marque de prêt-à-porter Zara se disait antifourrure et avait signé une charte avec les associations de protection animale où elle s'engageait à ne plus utiliser de vraies fourrures.

    Sa promesse n'aura pas duré longtemps,

    Hier, il était possible de voir dans un magasin Zara plein de vêtements garnis de vraies fourrures (cols de manteaux, écharpes, etc.)

    Allez faire un tour dans le magasin du 88, rue de Rivoli à Paris, métro Châtelet, vous verrez...

    Les gérants des magasins ne sont même pas au courant que Zara a agi traîtreusement envers les animaux.

    D'ailleurs ils n'étaient même pas au courant que Zara avait soi-disant arrêté la fourrure.

    Une militante

    Protestez ici : http://www.zara.com/#/fr_FR/Customer/Contact/

  • Le tribunal administratif de Toulouse suspend la chasse en Ariège

    http://www.dinosoria.com/mammifere/ours_brun_ld05.jpg

    L'arrêté préfectoral d'ouverture de la chasse est suspendu, notamment au motif de l'absence de mesures de protection de l'ours lors des chasses en battues.

    Extrait de l'ordonnance du tribunal administratif de Toulouse du 17 septembre 2009, jugeant en référé à la demande du Comité Ecologique Ariégeois :

    Article 1er : L'exécution de l'arrêté du préfet de l'Ariège en date du 10 juin 2009 fixant la période d'ouverture générale de la chasse est suspendue en tant que cette décision concerne le grand tétras et le lagopède alpin et en tant que cette décision ne prévoit aucune mesure de protection de l'ours s'appliquant à la chasse en battue, jusqu'à ce qu'il soit statué au fond sur la légalité de cette décision.

    Article 2 : II est enjoint au préfet de l'Ariège de prendre des mesures de protection de l’ours s'appliquant à la chasse en battue dans le délai d'un mois à compter de la notification de la présente ordonnance, jusqu'à ce qu'il soit statué au fond sur la légalité de l'arrêté en date du 10 juin 2009 en tant que cette décision ne prévoit aucune mesure de protection de l’ours s'appliquant à la chasse en battue.

  • La nullité d'Air France : un chien perdu entre deux avions

    Colorpm.jpg

    Air France, déjà connue pour transporter des animaux à destination des laboratoires de vivisection (http://www.destination-enfer.com/), sera désormais réputée pour la coupable légèreté avec laquelle elle fait voyager les animaux "de compagnie". MP

    ***

    Désespérés par la disparition de leur chien, les propriétaires du boxer Hijo (« fils » en espagnol) ont refusé de quitter le terminal de Roissy-Charles de Gaulle pendant quatre jours.

    Ils devaient finalement embarquer, hier soir, à destination du Chili après avoir récupéré leur compagnon.

    L'affaire commence mercredi dernier.

    En transit à Paris, entre Beyrouth et Santiago du Chili, un couple libano-espagnol apprend que son chien, qui a voyagé en soute à bord d'un vol d'Air France, s'est volatilisé.

    Selon la compagnie, la poignée de la cage aurait cédé, et l'animal se serait enfui.

    « C'est faux ! rétorque le maître du boxer, Alain Daou. La cage était neuve, ils l'ont fait tomber. »

    Hier, l'animal a finalement été récupéré par un maître-chien appelé à la rescousse.

    « Mais, durant trois jours, la compagnie n'a rien fait. Pour elle, notre chien était un simple bagage », accuse Alain Daou, qui dit vouloir poursuivre Air France.

    La compagnie a payé au couple une nuit d'hôtel.

    Sans visa, les maîtres de Hijo ont passé les trois autres sur un sofa dans le terminal.

    Leur boxer avait été repéré samedi soir, errant près des pistes, avant d'être récupéré hier.

    http://fr.buzz.yahoo.com/article/1:yahoo_france_175:7d0f763991bc9c533525db5c5acb9a5f/Un-chien-perdu-entre-deux-avions

  • AÏd-El-Kébir : "Aujourd’hui, je vous demande, Monsieur le Président, de modifier cette réglementation" (Association Stéphane Lamart)

    http://api.ning.com/files/0AXP65IrkpMCrokVXSStTdXSLynd5lCj9ascsB6WOVQS672r7cY0*Y3wWyY2OVcmQzWyUULXar*RoBD5Rwe4F4q1tC6UElPO/Latabaski1.jpg

    L'initiative de l'association Stéphane Lamart de manifester à Paris contre les abattages rituels est très bienvenue.

    Je salue d'ailleurs cette association, la seule avec la Fondation Bardot à oser s'élever contre ces pratiques barbares, stupides et dégueulasses, quand toutes les autres chient dans leur froc de peur d'être taxées de racisme.

    On sait où la lâcheté conduit.

    Ne nous comportons pas comme ceux qui, à d'autres époques, n'ont rien dit contre l'horreur et ont laissé faire. MP

    ***

    Monsieur Nicolas Sarkozy
    Président de la République Française
    55, Rue du Faubourg Saint-honoré
    75008 Paris


    Monsieur le Président de la République,


    Le 28 décembre 2006, je vous ai adressé un courrier pour vous sensibiliser aux problèmes de l’Aïd El Kebir dans notre pays.

    A l’époque, vous étiez Ministre de l’Intérieur, et vous aviez les moyens d’intervenir, afin d’éviter toute souffrance aux moutons…

    Aujourd’hui, vous êtes Président de la République Française et vous avez l’opportunité d’intervenir de suite.

    Le 28 novembre prochain plus de 270.000 moutons seront égorgés, n’importe comment, par n’importe qui, dans la souffrance et en toute conscience.

    En tant que Président-Fondateur de l’association Stéphane Lamart, en tant que citoyen, en tant qu’électeur, cette pratique me dérange, me révolte, de savoir et de constater que mon pays reste muet à tant de souffrance.

    Alors que nous avons la possibilité de faire autrement…

    Vous le savez, si le Président du Conseil Français du Culte Musulman a donné son accord, il y a 3 ans à Brigitte Bardot, pour que les animaux soient étourdis avant leur saignée, les démarches effectuées auprès de notre gouvernement, de vous en particulier, visant à modifier la réglementation française sont, elles, restées sans suite. Pourquoi ?

    Aujourd’hui, je vous demande, Monsieur le Président, de modifier cette réglementation. Il y a urgence, car nous ne devons plus accepter l’inacceptable dans notre pays !

    Notre association est interpellée par des appels téléphoniques, des emails, concernant des rassemblements de moutons qui seront égorgés, fin novembre.

    Nous envisageons une manifestation devant le Ministère de l’Intérieur à ce sujet.

    Il est urgent et impératif de rendre obligatoire l’étourdissement des animaux avant leur abattage, sans aucune exception, afin de limiter leur souffrance.

    Monsieur le Président, j’aimerais que vous preniez les choses en main, pour que les animaux soient abattus de façon moins cruelle, moins inhumaine…

    J’ose espérer que le sort des animaux vous préoccupe aussi, car « on juge le degré d'évolution d'une nation à la façon dont elle traite les animaux. » Gandhi ...

    La souffrance, quelle qu’elle soit, doit être combattue avec force et conviction, c’est aussi ce que nous attendons des hommes de pouvoir, le pouvoir de dire non à la cruauté, non à la violence !!!

    Je vous prie de croire, Monsieur le Président, à ma très haute considération.

    Stéphane LAMART
    Président-Fondateur

    http://www.associationstephanelamart.com/

  • "Commentaire : une discussion sur les Principes Abolitionnistes" (Gary Francione)

    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/1/11/Gary_Francione.jpg

    Chers Collègues,

    Certains défenseurs des animaux prétendent être abolitionnistes mais soutiennent les réformes de bien-être ou la violence.

    Dans ce commentaire, j’explique pourquoi les réformes de bien-être et la violence ne peuvent pas faire partie de l’approche abolitionniste.

    Gary L. Francione

    Standard Podcast: Hide Player | Play in Popup | Download

    http://www.abolitionistapproach.com/fr/2009/09/21/checkingcommentaire-une-discussion-sur-les-principes-abolitionnistes/

  • Elisabeth Hardouin-Fugier : "La protection de l'animal sous le nazisme : un recyclage français de la propagande nazie (autour des ouvrages de Luc Ferry)"

    http://www.ledevoir.com/2008/05/26/images/fer_af_260508.jpg

     

    Luc Ferry

     

    Les mânes de Goebbels exultent : au troisième millénaire, il se trouve encore des auteurs pour utiliser sa propagande et, mieux encore, pour la diffuser !

     

    S’engouffrant dans le vide laissé par les historiens du nazisme en matière de protection législative de l’animal, on peut en France, mais aussi en Suisse, en Italie, en Amérique ou en Allemagne, écrire et proclamer haut et fort d’aussi évidentes contrevérités que : « Hitler a supprimé la vivisection », affirmation tout droit venue d’une propagande nazie qu’il convient de démystifier.

     

    Le Nouvel Ordre écologique de Luc Ferry paraît en 1992 (1), l’année même du Sommet de la Terre de Rio, qui active les polémiques sur l’écologie.

     

    En Suisse, les propos de Luc Ferry sur l’animal arrivent à point nommé pour le referendum concernant « l’abolition de la vivisection, soumise en votation le 7 mars 1993 ».

     

    Le Corriere della Sera du 19 octobre 1992, très lu dans le canton italophone du Tessin, expose les conclusions du livre de Ferry, sur les liens supposés entre la protection de l’animal et le nazisme, argument largement repris dans la campagne de presse précédant le vote.

     

    C’est la proclamation d’un ensemble législatif de protection animale par le gouvernement de Hitler, et en particulier la loi du 24 novembre 1933 (Tierschutzgesetz, loi de protection de l’animal), qui incite Ferry à lier au nazisme la compassion envers l’animal.

     

    La très courte section I de cette loi (9 lignes en 2 alinéas), intitulée «Tierquälerei», (torture ou tourment infligé(e) à l’animal) apporte d’emblée un nouveau critère d’évaluation de la souffrance animale :

     

    « Il est interdit de tourmenter inutilement un animal ou de le maltraiter brutalement (2) » (souligné par nous).

     

    Le second alinéa définit « l’utilité » de la maltraitance.

     

    La section II (Prescriptions pour la protection de l’animal) est un catalogue de 14 mauvais traitements infligés aux animaux, par exemple le prélèvement des cuisses aux grenouilles vivantes (alinéa 12).

     

    La section la plus longue (III, Expérimentationsur animaux vivants), concerne l’une des plus importantes polémiques du XIXe siècle, portant sur la « vivisection ».

     

    Les sections IV et V, purement juridiques, précisent les modalités d’application de la loi, que nous désignerons désormais par « loi du 24 nov. 1933 ».

     

    Comment le gouvernement de Hitler s’empare dès 1933 du thème de la protection législative de l’animal en même temps que de l’ensemble des institutions civiles, intellectuelles et culturelles allemandes pour se parer d’un prétendu humanisme, il est aisé de le démontrer (cf. ci-dessous, chapitre I – Notre Führer aime les animaux).

     

    Il ne s’agirait là que d’un artifice de propagande parmi beaucoup d’autres, s’il n’avait connu, aujourd’hui, une postérité inattendue.

     

    Bien des auteurs français, s’appuyant en particulier sur Des Animaux et des Hommes, publié par Luc Ferry en 1994 en collaboration avec Claudine Germé, prenant pour argent comptant le mythe d’une prétendue zoophilie nazie, se chargent d’amplifier ce dernier et d’en tirer des conclusions : c’est ce que nous verrons dans le chapitre II – Naissance et croissance d’un mythe.

     

    I- « NOTRE FÜHRER AIME LES ANIMAUX »

     

    1- De la théorie à la pratique

     

    Lors de la prise de pouvoir des nazis, l’heure est à la vertu rassurante.

     

    Dès le 2 février 1933, Hitler proclame : « puisse le Dieu tout puissant prendre notre travail dans sa grâce, orienter notre volonté, bénir notre intelligence et nous combler de la confiance du peuple, car nous voulons combattre, non pour nous, mais pour l’Allemagne (3)».

     

    Joseph Goebbels, ministre de la propagande, relate dans son Journal comment il entreprend, dès mars 1933, de donner une image positive de l’homme privé Adolf Hitler, jusque-là connu en tant que politicien.

     

    Hitler est un être « aussi simple que bon », « qui ne pense qu’à son travail et à ses devoirs », « amical, aimant les enfants. »

     

    L’amour de la nature d’une part, très répandu en Allemagne, en particulier auprès des anciens membres des Wandervögel (« Oiseaux migrateurs », mouvement de jeunesse très populaire), l’amour des animaux d’autre part, apparaissent alors comme les caractéristiques de tout homme bon.

     

    Dans ses Propos de table, Hitler se proclame « Tierliebhaber » (habituellement traduit par « ami des animaux ») (4), mais, à vrai dire, amateur de chien-loup (berger allemand) exclusivement.

     

    Un Führer dérogerait de se laisser photographier, fut-ce par Hofmann (devenu le photographe officiel de Hitler) en compagnie des bichons d’Eva Braun, tout juste bons pour une femme.

     

    Dans une série de cartes postales très populaire, le photographe « surprend » Hitler sortant furtivement d’une église, une croix se profilant au-dessus de sa tête découverte, caressant des enfants ou méditant dans la nature en compagnie de sa chienne Blondie.

     

    Les textes de Hitler sur l’animal sont peu nombreux.

     

    Dans Mein Kampf, quelques passages servent à justifier, par l’exemple de la nature, la thèse raciste, la sélection naturelle et la violence.

     

    Il existe aussi quelques histoires de chiens, au front, par exemple, parfois rapportées par Baldur von Schirach, dont le chien, offert par Hitler, sautait sur quiconque faisait le salut nazi !

     

    On sait aussi, en particulier par Albert Speer, que le Führer ennuyait les hôtes de son chalet d’Obersalzberg par ses interminables tirades sur les chiens-loup.

     

    Dans les Propos de table déjà mentionnés, minutieusement consignés pour 1941 et 1942 en près de 500 pages, le mot animal apparaît 18 fois ; outre de rudimentaires justifications du néodarwinisme (« les chats n’ayant pas pitié des souris »), deux passages plus longs (pp. 241-242, 431-432) exposent le végétarisme comme hygiène de vie, puis vient l’inévitable éloge de Blondie.

     

    « Dans le nouveau Reich, il ne doit plus y avoir de place pour la cruauté envers les animaux (5). »

     

    Si telle est la théorie, la réalité est tout autre : « bonheur pour Blondie Hitler, malheur pour “Minet” Klemperer, dont le maître est Juif ! »

     

    Victor Klemperer, cousin du célèbre chef d’orchestre, survivant en Allemagne comme époux d’une Aryenne, témoigne de ce fait trop peu connu :

     

    « Je n’avais plus le droit de verser à la SPA une cotisation pour les chats, parce que, à “l’Institution allemande des chats” (vraiment, c’est ainsi que se nommait désormais le bulletin de la société, devenu organe du Parti) il n’y avait plus de place pour les créatures “perdues pour l’espèce” (Artvergessen) qui vivaient chez les Juifs.


    Plus tard, on nous a d’ailleurs enlevé, puis tué nos animaux domestiques, chats, chiens et même canaris : loin d’être des cas isolés, des turpitudes sporadiques, il s’agissait d’une intervention officielle et systématique et c’est une des cruautés dont aucun procès de Nuremberg ne rend compte... » (6)

     

    2- La loi de protection animale

     

    Les lois et décrets successifs sur la protection de l’animal font partie de la mise au pas, l’« Indoktrinierung » (7), par le nazisme, de toutes les structures de la société civile, dont le plus célèbre épisode est le bûcher constitué par des livres interdits, dit autodafé.

     

    On peut s’étonner que la loi de protection de l’animal du 24 nov. 1933 n’ait jamais été citée par les historiens comme le parfait exemple d’embrigadement par une relative persuasion, du moins dans un premier temps, avant que, le 11 août 1938, les associations de protection animale ne soient unifiées dans une structure nazifiée, dont la branche féline est évoquée ci-dessus par Klemperer.

     

    La loi du 24 nov. 1933 s’insère dans un « torrent législatif », étendu à tous les domaines, qui déferle des administrations nazies dès 1933.

     

    Pour les onze mois d’activité du seul cabinet de Hitler, cinq tomes occupent 2839 pages.

     

    En avril 1933, le Journal Officiel du Reich, publie près de trente lois sur tous les sujets imaginables.

     

    Le juriste allemand Hubert Schorn  (8) démontre que la frénésie législative nazie n’est qu’un artifice de la prise du pouvoir politique : ces textes, souvent anodins, parfois valables (classes surchargées, protection maternelle), tiennent le devant d’une scène où il se passe bien autre chose.

     

    Schorn situe dès 1934 l’illégalité installée dont un juridisme exacerbé sauve les apparences : Ulrich Linse évoque ce phénomène à propos des lois protégeant une nature dont la destruction est en cours (9) .

     

    Dans le domaine de l’animal, les textes sur l’abattage du 21 avril 1933 (4 paragraphes) et la modification du vieux code pénal (16 mai 1933) précèdent (entre autres textes) la loi du 24 nov. 1933, que Luc Ferry présente avec insistance comme une création personnelle de Hitler.

     

    Il est certain qu’une déclaration de Hitler sur la protection de l’animal aurait été inlassablement citée par la cour de ses flatteurs et obligatoirement posée en référence par les juristes, à commencer par ceux de son cabinet.

     

    Ce n’est pas le cas. Le premier commentateur de la première édition de la loi du 24 nov. 1933, dans les Législations du cabinet de Hitler (10) , fournit comme unique « justification » (« Begründung ») la volonté du peuple de protéger l’animal.

     

    De même, les thèses juridiques sur la législation animale, écrites sous le nazisme, se bornent à mentionner, et rarement, quelques passages de Mein Kampf pour justifier leur conception du monde.

     

    Aucun texte de Hitler sur la protection animale n’y apparaît, en dépit de l’obligatoire et obséquieuse révérence due au Führer, pas plus que dans le très long Kommentar de Giese et Kahler sur la loi du 24 nov. 1933, conçu dans la tradition du droit allemand, épris de justifications.

     

    Les discours de Hitler, intégralement publiés, ne semblent pas contenir le mot animal (11).

     

    Le sujet de l’animal n’apparaît pas davantage dans les plus importants recueils de sentences et pensées du Führer, publiés par la propagande nazie, couvrant tous les domaines, éthiques, religieux et culturels.

     

    Aussi nous est-il permis d’imiter saint Thomas pour ne croire que les documents visibles, en attendant la révélation des invisibles.

     

    Il n’est pas impossible que Hitler ait approuvé de quelques mots la loi qu’il signe le 24 nov. 1933, mais notre enquête ne peut accorder aucun crédit aux affirmations répétitives de Luc Ferry, toujours dépourvues de références, sur le rôle personnel tenu par Hitler dans la protection de l’animal, telles que :


    « Hitler […] en faisait une affaire personnelle » ;

     

    «… éviter la cruauté envers les animaux. C’est au nom de cette volonté chère au coeur de Hitler lui-même [que sont édictées les lois de protection] » ;

     

    «… nul hasard, en ce sens, si c’est au régime nazi et à la volonté personnelle de Hitler que nous devons, aujourd’hui encore, les deux législations les plus élaborées que l’humanité ait connues en matière de protection de la nature et des animaux » ;

     

    « Hitler tiendra à suivre personnellement l’élaboration de cette gigantesque loi (plus de 180 pages !) » (12)

     

    Par ailleurs, on connaît, par de multiples témoignages, la célèbre horreur du Führer pour l’administration et le travail législatif, parfaitement documentée par Ian Kershaw :

     

    « Dans le cadre d’un processus aussi lourd qu’inefficace, il [Hitler] obligeait à faire aller et venir les projets entre les ministères jusqu’à trouver un accord.


    C’est uniquement à ce stade, et encore sous réserve qu’il en approuvât la teneur qu’on lui avait brièvement résumée, que Hitler signait le texte, généralement sans guère se donner la peine de le lire, et en faisait une loi. » (13)

     

    La loi du 24 nov. 1933 est en réalité le résultat d’une très longue concertation entre protecteurs de l’animal, aboutissant enfin à un texte commun, rédigé vers 1927 sous la direction du juriste Fritz Korn (14).

     

    Dès lors, cette proposition est à plusieurs reprises renvoyée en boomerang entre les assemblées régionales et le Parlement du Reich, chacun se déclarant incompétent.

     

    En 1933, une fois de plus et semble-t-il très tôt, le projet est envoyé au nouveau gouvernement.

     

    Il aboutit dans le cabinet de Hitler.

     

    Les commissions juridiques, surchargées d’ouvrage, trouvent le travail « tout prêt dans les tiroirs », selon un témoignage recueilli en 1970 auprès du professeur A. Ketz, qui avait pris part aux travaux préparatoires avant 1933 (15).

     

    Les juristes nazis utilisent visiblement ce travail législatif, considérable en dépit de sa brièveté, impossible à élaborer dans d’aussi courts délais.

     

    Dans la section II (catalogue des interdictions) apparaissent les demandes de nombreux auteurs bien antérieurs.

     

    Les nazis saisissent évidemment l’occasion pour centraliser sous leur coupe les associations protectrices de l’animal.

     

    Néanmoins, la loi du 24 nov. 1933 réalise enfin l’unification juridique nationale et le regroupement des données en un unique texte de référence, depuis longtemps espéré par les juges.

     

    La rédaction en est judicieuse et les sanctions aggravées.

     

    La liste des interdictions de la IIe section, désormais pénalisées, est perçue comme une victoire sans précédent.

     

    En fait, la jurisprudence des années nazies ne semble guère montrer de changements effectifs dans le traitement des animaux.

     

    Cependant, la loi du 24 nov. 1933, claironnée au-delà des frontières, reçoit un accueil favorable en France.

     

    Le ministère nazi de la Propagande récupère ce succès international.

     

    Certains hauts dignitaires, comme Heinrich Himmler, proclament que cette législation est une preuve du haut degré de civilisation de l’Allemagne nazie.

     

    Joseph Goebbels ne semble pas être intervenu personnellement dans la loi du 24 nov. 1933.

     

    Cependant, sa ligne de propagande explicitement tracée en 1933 – donner un visage humain au Führer – a été parfaitement suivie.

     

    Plus d’un demi-siècle plus tard, ce « visage humain » de Hitler s’enrichit encore, grâce à L. Ferry, « d’une volonté d’éviter la cruauté envers les animaux, chère au coeur de Hitler lui-même (16) ».

     

    Hermann Göring a fait mieux encore.

     

    Son scoop : « les nazis ont supprimé la vivisection », se retrouve dans la France de 1999, sous la plume de Paul Ariès : « Les nazis étaient, eux, antivivisectionnistes  (17). »

     

     

    II- NAISSANCE ET CROISSANCE D’UN MYTHE

     

    1- Les surprenants artifices de Luc Ferry

     

    Dans son ouvrage de 1994, Des animaux et des Hommes, Luc Ferry publie (p.513) un fragment de l’édition de 1939 du Kommentar (écrit, rappelons-le, par Giese et Kahler) sous forme de traduction des 9 premières lignes (et demi) de la page 19.

     

    Ferry intitule cet extrait : « Article 1 de la Loi du 24 novembre 1933 sur la protection des animaux : La cruauté envers les animaux, Berlin, le 24 novembre 1933 ».

     

    Luc Ferry appose sous ce fragment les signatures de Hitler, « du ministre de la Justice Dr Gürtner, du ministre de l’Intérieur et du ministre de Tutelle Göring ».

     

    Ces signatures ne figurent évidemment pas sous ce fragment du Kommentar écrit par Giese et Khaler.

     

    De plus, Göring n’a pas signé la loi du 24 nov. 1933, comme le montre le Journal Officiel allemand du 25 novembre 1933.

     

    Par son intitulé et ces signatures, Luc Ferry montre clairement qu’il fait passer le commentaire pour la loi elle-même.

     

    Un passage de son livre de 1992 (18) reflète la même imprécision, confusion ou artifice.

     

    En d’autres termes, L. Ferry confond le commentaire et la loi du 24 nov. 1933 dont il ne cite ni analyse aucun extrait.

     

    Certes, un Kommentar explique la loi plus longuement que nos Circulaires d’application, mais ne peut en aucun cas être substitué à la loi du 24 nov. 1933, publiée in extenso dans le Kommentar (pp. 262 à 268).

     

    De plus, sur la page 19, citée par L. Ferry, se trouve la référence de la loi au Journal Officiel allemand (RGBl. S. 987) que Ferry n’a pas consulté.

     

    Aussi peut-on s’étonner que de nombreuses références au Journal Officiel allemand soient extraites du texte du Kommentar et placées par Ferry en notes de bas de page (19).

     

    De prime abord, cette pseudo-érudition impressionne les lecteurs.

     

    Moi-même, j’ai été tellement intriguée que j’ai finalement été incitée à me reporter aux Reichsgesetzblatt (J.O. allemand) originaux, tous disponibles à Paris !

     

    On a vu que dès 1992, Ferry attribue à la loi de 1933, qu’il ne connaît pas, « une ampleur à nulle autre pareille » (20).

     

    En 1998 et dans une publication de l’UNESCO, il en précise la longueur : « Hitler tiendra à suivre personnellement l’élaboration de cette gigantesque loi (plus de 180 pages !) » (21).

     

    La criante invraisemblance de tels renseignements ne décourage pas les plumes des suiveurs (22).

     

    Jean-Pierre Digard (23), entre autres, conseille à ses lecteurs de se reporter « aux textes législatifs du IIIe Reich réunis par Ferry et Germé ».

     

    Plus théâtrale encore est la mise en vedette de la signature de Hitler auprès de la (prétendue) loi du 24 nov. 1933 (ou plutôt au lieu de la signature des auteurs du Kommentar !).

     

    La signature des lois par Hitler est une réalité juridique consécutive à la prise de pouvoir du 30 janvier 1933, donnant à Hitler un pouvoir législatif encore accru en avril 1933 ; c’est un fait purement politique, qui ne dénote en rien un intérêt particulier du Führer pour l’animal.

     

    Cette mise en scène d’une évidence juridique vise évidemment à souder un nom d’horrible mémoire à un texte.

     

    Il est à peine croyable que pareil artifice ait pu impressionner quiconque, mais c’est pourtant le cas de Djénane Kareh Tager qui, dans L’Actualité religieuse (15/7/1996, p. 24) écrit : « l’exergue de la loi est signé Adolf Hitler » ; le terme exergue, étranger au vocabulaire législatif, trahit le passage du domaine de la réalité juridique à celui de l’imaginaire.

     

    L'unique référence de Luc Ferry à la prétendue implication personnelle de Hitler en faveur de l’animal est constituée par le texte tardif (1938) ouvrant l’édition de 1939 du Kommentar.

     

    Krebs, directeur du regroupement nazi de toutes les associations protectrices de l’animal, le mentionne comme une « instruction de notre Führer » accompagnant la phrase : « dans le nouveau Reich, il ne doit (ou : devra, futur de proximité) plus y avoir la moindre place pour la cruauté envers les animaux ».

     

    Partant de cette référence, unique et issue de la propagande nazie, au moment de la confiscation de toutes les associations protectrices, Ferry la transforme en « formule d’Hitler (sic) qui inaugure la Tierschutzgesetz » (24).

     

    Selon Le Point (25), la phrase serait tirée d’un « discours d’Hitler (sic) » expression citée sans référence.

     

    Selon Ferry, Hitler fait de cette loi une « affaire personnelle » ou encore : « Hitler tiendra à suivre personnellement l’élaboration de cette gigantesque loi (180 pages) » (26).

     

    L’imagination de Luc Ferry n’est pas moindre lorsqu’il s’agit de la « vivisection ».

     

    2- L’animal dans l’univers nazi

     

    Dès la fin août 1933, Hermann Göring lance le scoop d’une prétendue suppression de la vivisection, bientôt confirmée par la circulaire provisoire du 13 septembre 1933, valable quelques semaines, jusqu’à la promulgation de la loi du 24 nov. 1933, dont elle préfigure la IIIe section.

     

    On y supprime le mot, (vivisection) mais non la chose (expérimentation sur l’animal vivant).

     

    Le scoop « La vivisection est supprimée en Allemagne » est habilement présenté comme un texte législatif, ou du moins officiel, assorti de terribles peines pour les contrevenants, passibles du camp de concentration – sanction qui a sans doute permis la fermeture de certains laboratoires et la suppression des remuantes associations opposées à la vivisection et portant ce nom.

     

    La nouvelle fait aussitôt le tour du monde, relayée par le réseau radiophonique allemand très développé en Amérique, et par les associations protectrices.

     

    Dans les faits, la loi du 24 nov. 1933 reprend bien des dispositions antérieures : une habilitation pour les chercheurs surveillant étroitement l’expérimentation, l’emploi recommandé de l’anesthésie si possible, la mise à mort rapide des animaux expérimentés, la limitation des expériences à but pédagogique, la publication des résultats réservée aux seules revues scientifiques, etc.

     

    Luc Ferry juge la sollicitude nazie envers l’animal de laboratoire « en avance de cinquante ans (et même plus) sur son temps ».

     

    C’est « en retard de 57 ans » qu’il faut écrire, puisque la première réglementation, anglaise, date de 1876, suivie par deux actes prussiens des 22 fév. 1885 et 20 avr. 1930, et de bien d’autres législations de pays européens.

     

    Luc Ferry se montre plus prudemment allusif au sujet de l’accusation dénonçant les protecteurs de l’animal qui auraient prôné le remplacement des animaux de laboratoire par des hommes, en particulier dans les camps de concentration.

     

    Il se contente d’écrire : « l’alliance de la zoophilie la plus sincère n’en est pas restée aux paroles, mais s’est incarnée dans les faits (27)», et réserve à ses nombreux interviews la clef de cette ultime et terrifiante conséquence de la protection de l’animal.

     

    La lecture des Procès de Nuremberg, en particulier ceux des médecins, relatés par F. Bayle, ruine cette abominable allusion : on y repère au moins trois laboratoires d’animaux établis dans des camps de concentration et une cinquantaine de témoignages montrant que de multiples expériences sur l’animal, souvent publiées, ont précédé les affreuses expériences sur des « sujets humains » (28).

     

    Ferry croit voir dans la loi de 1933 la fin de l’anthropocentrisme : « Ce n’est pas l’intérêt de l’homme qui serait ici l’arrière-fond : il est reconnu que l’animal doit être protégé en tant que tel (wegen seiner selbst) ».

     

    Cette dernière formule est en effet utilisée par le Kommentar.

     

    Il est vrai que la loi de 1933 provient de protecteurs soucieux d’ouvrir une brèche dans l’ancienne conception, la seule acceptable et acceptée au début du XIXe siècle, qui vise seulement à limiter les répercussions de la maltraitance de l’animal sur la moralité humaine.

     

    Pourtant, et de façon contradictoire, le Kommentar met immédiatement (p. 15) en garde son lecteur : la loi du national-socialisme assurant une protection plus efficace de l’animal qu’auparavant « pose la question de savoir si l’animal pourrait être considéré comme susceptible d’avoir une personnalité juridique qui lui vaudrait une prétention subjective à la protection...

     

    À cette question, il faut répondre par non, le porteur de droit ne peut qu’être l’homme seul ou bien la communauté humaine, et non pas un animal (souligné par nous)...

     

    L’animal sera, juridiquement parlant, considéré comme une chose (als Sache gewertet) ».

     

    Le dommage atteignant un animal appartenant à un tiers ne peut être pris en compte qu’en considération du § 303 du code pénal, dans la mesure où l’acte ne constituerait pas aussi un acte de torture.

     

    C’est dire que l’animal continue à être considéré comme n’importe quel autre bien.

     

    Cette idée est développée ou exprimée ensuite par des juristes nazis, démontrant la soumission juridique de l’animal à l’homme (évidemment aryen !).

     

    Il suffit ici de citer la thèse d’Albert Lorz (29) devenu le spécialiste des manuels de la législation animale allemande jusqu’à nos jours.

     

    Lorz écrit que c’est un point tout à fait élémentaire de la morale, que l’homme puisse user et abuser de l’animal à ses propres fins.

     

    Pour une traduction plus exacte, il faudrait utiliser l’expression consacrée par le droit de la propriété : user et abuser, exprimée par deux paires de verbes allemands, benutzen und abnutzen, brauchen und verbrauchen, les second termes marquant une dégradation supplémentaire allant jusqu’à l’anéantissement de « l’objet », c’est-à-dire la mort de l’animal, mais paradoxalement en excluant « missbrauchen » (maltraiter).

     

    Cette conception de l’animal comme simple objet de propriété reste proche du droit romain ; elle inviterait, dans une plus longue discussion, à nuancer une trop simpliste opposition entre une tradition nordique prétendue favorable à l’animal et une zone aussi ensoleillée que prétendue cartésienne, exaltant l’homme.

     

    Quant à la prétention nazie de protéger tous les animaux, y compris les sauvages, dans laquelle Luc Ferry voit un danger pour l’humanisme et l’humanité, c’est une fanfaronnade de la loi du 24 nov. 1933, qui ne concerne, dans la pratique et même dans son expression, que les seuls animaux domestiques, à l’exception toutefois des poissons et des grenouilles.

     

    Un simple coup d’oeil sur la liste des « nuisibles » chassables en toutes circonstances ou sur les « plus basses espèces » à privilégier dans l’expérimentation animale, suffit à démentir la prétendue égalité nazie de tous les animaux.

     

    Dès le début du texte de 1933, on a vu que le critère de la souffrance acceptable par la loi est l’utilité.

     

    Cette subjectivité, autrement dit l’intérêt de l’homme, autorise de facto l’expérimentation sur l’animal qui, sans cette clause, n’aurait pu faire l’objet de la IIIe section de la loi du 24 nov. 1933.

     

    Ce critère de l’utilité achève de démoder et remplace le concept de « publicité » du vieux code pénal : une cruauté exercée sur un animal était répréhensible dans le seul cas où elle était perpétrée en public, car elle est alors censée blesser la sensibilité des témoins.

     

    Pour tourmenter un animal sans être sanctionné, il suffisait de se cacher.

     

    La suppression d’un tel critère reste une victoire pratique de la protection animale, mais non pas une victoire théorique.

     

    En effet, le critère d’utilité de la souffrance infligée est établi en fonction de l’homme et fort rarement de l’animal (par exemple un soin vétérinaire), et la loi du 24 nov. 1933 n’est en réalité qu’une facette nouvelle de l’anthropocentrisme.

     

    Au critère de la publicité, qui, du moins, reflétait une certaine sensibilité ainsi que le poids accordé à l’opinion publique, est substitué celui d’une évaluation tout aussi arbitraire : qui jugera si le bloc de pierre imposé au cheval de carrière est trop lourd ou si la corrida est indispensable à la santé mentale de ses spectateurs ?

     

    Quels sont les critères de l’utilité ?

     

    Loin d’être assassiné par les nazis, comme le proclame Ferry, l’anthropocentrisme tire une reconnaissance officielle de la législation du 24 nov. 1933 ; désormais, ce qui est utile pour l’homme prime tout.

     

    C’est d’ailleurs à ce parti juridique que se rattache pleinement Luc Ferry lui-même, à son insu, puisqu’il recommande, en 1998, d’éviter des « souffrances inutiles » (30) à l’animal !

     

    3. Les suiveurs de Luc Ferry

     

    Dès la publication du Nouvel Ordre écologique, de nombreux auteurs répercutent les affirmations de Ferry, en général sans citer leur source.

     

    François Reynaert renforce le vocabulaire de Ferry en écrivant dans le Nouvel Observateur que le Führer a « exigé » la loi de protection animale (31).

     

    Dans sa thèse juridique, soutenue à l’Université de Nantes, Martine Leguille-Balloy va jusqu’à écrire : « Ne faudrait-il pas se remémorer que Hitler fut le plus grand protagoniste de la protection animale dans notre siècle ? » (32).

     

    En 1993, Janine Chanteur reprend l’argument de Ferry pour nourrir sa défense de l’anthropocentrisme :

     

    « L’inclinaison [du national-socialisme] à reconnaître un droit aux animaux plutôt qu’aux hommes» (souligné par nous) exprime un renversement de situation menaçant. »

     

    L’auteur ne pose même pas la question de la vraisemblance de son affirmation ; elle l’admet comme une évidence que Jean-Pierre Digard formule, plus nettement encore, en ces termes :

     

    « Avec Hitler, souvent photographié en compagnie de ses bergers allemands favoris, et la législation du IIIe Reich, qui fut plus favorable qu’aucune autre aux animaux, nous quittons la fiction pour l’histoire » (souligné par nous).

     

    D’autres auteurs, en particulier catholiques (33), mettent en garde contre une législation protectrice de l’animal, au nom de la même contrevérité ; pas plus que Luc Ferry, ils ne sont conscients que le Catéchisme de l’Église catholique (§ 2418) reprend à son compte le critère de la loi du 24 nov. 1933 de l’« utilité » de la souffrance infligée à l’animal, et lui donne une large extension.

     

    La boursouflure typique du mythe, présente chez Ferry (une loi de 180 pages, une bibliographie sur l’animal de 600 pages (34) !) s’amplifie diversement chez ses imitateurs.

     

    Janine Chanteur (35) l’étend à la mémoire collective par la formule : « on se rappelle » signifiant que le fait cité (« l’inclinaison... du national-socialisme à reconnaître un droit aux animaux plutôt qu’aux hommes ») est inscrit dans une mémoire collective, qu’il est une partie intégrante d’un lot de connaissances reconnu par tous, admis comme une évidence sans démonstration, donc devenu un axiome.

     

    L’amplification des arguments avancés peut atteindre l’absurde.

     

    On lit, par exemple :

     

    « Les législations de 1933 et 1934 en Allemagne nazie étaient les premières dispositions légales de défense du droit des animaux et de la protection de la nature ».

     

    Mieux encore :

     

    « Le national-socialisme – le premier régime au monde à avoir codifié la protection des animaux et de la nature » (souligné par nous).

     

    On pourrait croire ces affirmations sorties du ministère de Goebbels, mais, en réalité, ces lignes proviennent d’articles donnés pour informatifs, publiés en 1999 dans la presse française de grande diffusion, par une journaliste et par l’un des généticiens français censé faire autorité en matière d’éthique (36).

     

    Dans ce trop court essai, nous avons tenté de jalonner les étapes d’un tortueux périple de désinformation.

     

    Parti d’une base factice, la propagande nazie, appuyée sur des confusions fondamentales et sur des affirmations sans fondement, l’argumentation, au fil des répétitions, accueille avec empressement des enflures mythiques, des données « plus grosses que nature ».

     

    Le discours devient un stéréotype, expulsé du domaine rationnel en tant qu’axiome, dont il est, par définition, inutile de vérifier la validité.

     

    Il reste à s’interroger sur les motifs qui incitent à diaboliser la démarche protectrice de l’animal, par contamination avec un personnage hors norme, Hitler.

     

    Il nous suffit aujourd’hui de constater que la majorité de ces auteurs, universitaires de haut rang, juristes, philosophes, religieux catholiques, scientifiques, journalistes d’importants quotidiens, professionnels de la réflexion et de l’information, emboîtent, sans la moindre hésitation, le pas cadencé d’une désinformation qui pourrait devenir un cas d’école.

     

    ***

     

    Notes


    (1) Luc Ferry, Le Nouvel Ordre écologique, l’arbre, l’animal et l’homme, Paris, Bernard Grasset, 1992 (désormais abrégé en : Ferry 1992).

    (2) Texte officiel dans le Reichsgesetzblatt, Journal Officiel du Reich, n°132, du 25 novembre 1933, pp. 987-988, une colonne p. 989. Traduction du Bulletin juridique du Comité International, BJCI, 1933, pp. 33-37. La traduction de Tierquälerei peut paraître faible, l’usage le plus répandu, y compris dans les dictionnaires réputés, étant de traduire Quälerei par torture.

    (3) Discours radiodiffusé de Hitler, 1/2/1933, cité par Alfred Grosser, Hitler, la presse et la naissance d’une dictature, Paris, Armand Colin, 1959, p. 134.

    (4) Henry Picker, Hitlers Tischgespräche in Führerhauptquartier, 1941-1942 (Propos de table dans le Quartier général du Führer, 1941-1942), Stuttgart, Seewald Verlag, 1976, 3e édition, annotée, p. 92. La traduction : « amateur d’animal » est aussi proposée.

    (5) « Avant-propos » in Cl. Giese et W. Kahler, Das deutsche Tierschutzrecht, Berlin, Freiburg, Otto Walter, 1939 (désormais abrégé par nous en Kommentar), cité par Luc Ferry et Claudine Germé, Des Animaux et des Hommes, Paris, Librairie Générale Française, 1994, en particulier pp. 506, 507, 513, 514 (désormais abrégé en : Ferry 1994). Autre écrit de Luc Ferry qui sera désormais cité en abrégé : « L’Europe des nations face aux droits des animaux », dans L’Éthique du vivant, Denis Noble et Jean-Didier Vincent (dir.), UNESCO, 1998, abrégé en : Ferry 1998.

    (6) Victor Klemperer, La Langue du IIIe Reich, Paris, Albin Michel, 1996, Leipzig, 1975, p. 140.

    (7) On trouve plus souvent : « Gleichschaltung ».

    (8) Hubert Schorn, Die Gesetzgebung des National Sozialismus als Mittel des Machtpolitik, Frankfurt aM., Vittorio Klostermann, 1963, p. 19.

    (8)

    (9) Ulrich Linse, Ökopax und Anarchie, Deutsche Taschenbuch Verlag, 1986, p. 50.

    (10) Werner Hoche, Die Gesetzgebung..., op. cit., Heft I, p. 702, 712 ; commentaires reproduits dans le Deutscher Reichsanzeiger und Preussischer Staatsanzeiger n° 281, 1/12/1933, puis dans les introductions successives de Giese, Reichsgesetzblatt, Teil I, 25/11/1933, n°132, p. 989.

    (11) Max Domarus, Hitler Reden und Proklamationen, 1932-1945, Neustadt Schmid, 1962.

    (12) Ferry 1992, p. 182 ; 1992, p. 206 et 1994, p. 514 ; 1992, p. 29 ; 1998, p. 73, dans l’ordre des citations. Ce type de déclaration est souvent repris, avec des variantes, par exemple dans Le Point, « Les animaux ont-ils des droits », 1/4/1995, pp. 85-90.

    (13) Ian Kershaw, Hitler, essai sur le charisme en politique, Paris, Gallimard essais, 1995, p. 753.

    (14) Fritz Korn, Die strafrechtliche Behandlung der Tierquälerei, Meissen, Bohlmann, 1928, et « Die Tierquälerei in der Rechtsprechung », in Archiv für Rechtspflege in Sachsen, VI, 1929, pp. 331-340 ; également F. Korn, Kommentar zum Reichs-Tierschutzgesetz vom 24 November 1933, Meissen, Matthaüs Hohlmann, sans date (semble dater des premiers mois de 1934).

    (15) Barbara Schröder, Das Tierschutzgesetz vom 24.11.1933 zur Dokumentation der Vorgeschichte und der Änderungsvorschläge, Inaugural Dissertation zur Erlangung des Grades eines Doktors der Veterinärmedizin an der Freien Universität Berlin, 1970. pp. 9 à 11.

    (16) 1992, p. 206.

    (17) Golias, nov.-déc. 1996, « Les amis des bêtes », p. 36.

    (18) Ferry, 1992 : « On y trouve rassemblées, en quelque trois cents pages serrées, toutes les dispositions juridiques relatives à la nouvelle législation, ainsi qu’une introduction exposant les motifs “philosophiques” et politiques d’un projet dont l’ampleur, en effet, n’est alors à nulle autre pareille » (p. 181). « [Les trois lois] portent, hors celle du Chancelier, les signatures des principaux ministres concernés : Goring, Gürtner, Darré, Frick et Rust » (p. 182).

    (19) Ferry 1994, 6 références page 512.

    (20) 1992, pp. 181-182.

    (21) 1998, p. 73. Rappelons qu’elle tient sur 2 pages 1/3 au J.O. allemand.

    (22) Jean-François Six, « Existe-t-il un droit de l’animal ? », dans Pour une éthique du transport et de l’abattage des animaux de boucherie, 24/10/1995, Paris, INRA, Interbev, pp. 3-44 ; « L’animal est-il un sujet de droit ? », dans L’Homme et l’animal, un débat de société, Paris, INRA éditions, 1999, pp. 41-59.

    (23) Jean-Pierre Digard, Les Français et leurs animaux, Paris, Fayard, note 73, p. 247. « Le national-socialisme allemand, qui eut la législation la plus favorable aux animaux », affirme-t-il également dans « La compagnie de l’animal », dans Boris Cyrulnik (dir.), Si les lions pouvaient parler, Paris, Gallimard Folio, p. 1054.

    (24) 1992, p. 183.

    (25) Le Point, 1/4/1995, p. 89.

    (26) Respectivement : 1992, p. 182 et 1998, p. 73.

    (27) 1992, p. 184.

    (28) Élisabeth Hardouin-Fugier, « L’Animal de laboratoire sous le nazisme », C.D. rom, Recueil Dalloz 19/2002 et site internet Dalloz ; François Bayle, Croix gammée contre caducée, les expériences humaines en Allemagne pendant la Deuxième guerre mondiale, L’auteur, 1950

    (29) Albert Lorz, Die Tiermisshandlung in Reichstierschutzgesetz, Günsburg, Karl Mayer 1936, p. 39.

    (30)1998, p. 75.

    (31) Le Nouvel Observateur, n° 1460, 1992, p. 18.

    (32) Évolution de la réglementation de protection des animaux dans les élevages en Europe, 2 avril 1999.

    (33) Parmi les auteurs soulignant le prétendu lien entre nazisme et protection de l’animal : Jean-François Six, op. cit., 1995, pp. 3-44 ; L’homme et l’animal, un débat de société, 1999, pp. 41-59 ; Jean-Pierre Digard, op. cit., 1999, p. 215 ; René Coste, Dieu et l’écologie, éditions ouvrières, Paris, 1994, p. 33.

    (34) 1992, p. 80, note 9.

    (35) Janine Chanteur, Du Droit des bêtes à disposer d’elles-mêmes, Paris, le Seuil, 1993, p. 11.

    (36) Sophie Gherardi, « La Deep Ecology comme anti-humanisme », Le Monde des Débats, mai 1999, p. 15 ; Axel Kahn, « Haro sur l’humanisme », L’Humanité, jeudi 30 déc. 1999, pp. 12-13.

     

    Elisabeth Hardouin-Fugier, "La protection de l'animal sous le nazisme", Luc Ferry ou le rétablissement de l'ordre, éditions Tahin Party, 2002, p.129-151.

     

    http://bibliodroitsanimaux.site.voila.fr/hardouinfugierloinazie.html

  • Brigitte Bardot demande l'interdiction des animaux dans les cirques

    éléphant_cirque.jpg

    Brigitte Bardot a demandé au ministre de l'Ecologie d'interdire les animaux dans les cirques, au lendemain de la saisie par les services vétérinaires de Gironde d'un tigre à l'état de santé dégradé, a annoncé l'actrice vendredi dans un communiqué à l'AFP.

    "Le ministre de l'Ecologie doit agir et interdire la présence d'animaux dans les cirques car ça n'a pas de sens de faire de belles déclarations sur la biodiversité, sur la préservation des espèces, si à côté de cela on laisse des centaines d'animaux sauvages crever dans des cirques indignes", estime la présidente de la Fondation Bardot.

    "Savoir ce tigre sorti de l'enfer est un réconfort, mais je pense à tous les autres animaux encore exploités dans les cirques. Comment pouvons-nous tolérer, au XXIe siècle, de voir ces animaux esclaves de l'homme, condamnés à vivre une vie de misère, enfermés dans des cages de transport et victimes d'un dressage contre nature ?", ajoute Brigitte Bardot qui demande aussi la création de centres d'accueil pour la prise en charge des animaux sauvages maltraités.

    Jeudi matin, un tigre maigre et affaibli, nécessitant des soins urgents, a été saisi par les services vétérinaires de la Gironde dans un cirque.

    Les services vétérinaires, accompagnés d'une vingtaine de gendarmes, ont procédé à un "retrait administratif" de l'animal, a précisé la gendarmerie, indiquant par ailleurs qu'"il y avait un défaut d'autorisation d'ouverture d'un établissement présentant en public un animal non domestique".

    Le tigre âgé de 5 ans, a été confié par arrêté préfectoral à la Fondation Brigitte Bardot.

    http://www.tele-animaux.com/actualite,info,brigitte-bardot-demande-l-interdiction-des-animaux-dans-les-cirques:6582.html

  • 24 septembre : conférence de Florence Burgat (philosophe) et André Ménache sur le thème "Expérimentation animale : un mal nécessaire ?" à Paris

    http://53.img.v4.skyrock.net/530/cathykaczka/pics/605561009.jpg

    24 septembre 2009 à 19h : conférence de Florence Burgat (philosophe) et André Ménache sur le thème Expérimentation animale : un mal nécessaire ? à Paris, au 10-18 rue des Terres au Curé (salle Tilleul), 75013, métro Olympiades (ligne 14).

    Intervenants :

    - Florence Burgat, philosophe, traitera des aspects éthiques. Elle est l'auteur de plusieurs livres et d'un dossier consacré à l'expérimentation animale dans la toute nouvelle "Revue semestrielle de droit animalier" éditée par la Faculté de droit et de sciences économiques de Limoges.
    - André Ménache, docteur vétérinaire, directeur d'Antidote Europe, traitera des aspects scientifiques et des avantages des méthodes sans animaux pour la santé humaine.

    Entrée libre.

    http://www.antidote-europe.org/confs_fr.htm

  • Expérimentation : 54 millions d’animaux sacrifiés dans le projet REACH (One Voice)

    FAC20.preview.JPG
    Le docteur vétérinaire André Ménache, directeur d’Antidote Europe*, fait le point sur les avancées présentées lors du congrès mondial sur les alternatives à l’expérimentation animale.

    54 millions d’animaux seront utilisés pour le projet REACH.

    Il est plus que jamais nécessaire de convaincre l’Union européenne de recourir à une science moderne et performante, excluant les expériences sur les animaux.

    De bonnes nouvelles en Suisse et en Allemagne

    Le 7ème congrès mondial sur les alternatives aux expériences sur les animaux a eu lieu à Rome, du 30 août au 3 septembre 2009, et a accueilli 900 participants.

    D’abord les bonnes nouvelles.

    En Suisse ainsi qu’en Allemagne, des lois locales ont permis d’interdire les expériences invasives sur les singes.

    Bien que les chercheurs prévoient de faire appel des décisions juridiquement obtenues, ceci démontre qu’il existe des moyens de relever un défi contre ce genre d’expérimentation animale utilisée en recherche fondamentale.

    Le grand public pense souvent que ces expériences sont intouchables.

    Ces exemples prouvent le contraire.

    La souffrance des animaux est prise en compte

    Dans le cas suisse, c’est grâce à un amendement de la constitution du pays, protégeant - depuis 1992 - la dignité des animaux, que ces expériences ont été bloquées.

    Et dans le cas allemand, grâce à une amélioration constitutionnelle des lois de protection des animaux qui date de 2002, le comité d’éthique municipal a décidé de ne pas accorder la permission aux chercheurs de poursuivre leurs expériences invasives sur les cerveaux des singes.

    La décision a été basée sur l’estimation que la souffrance de ces animaux dépasse le bénéfice attendu, c'est-à-dire les résultats des chercheurs.

    Il faut continuer à faire pression sur la Commission européenne

    Les moins bonnes nouvelles concernent le programme REACH de l’Union européenne (UE), pour l’enregistrement, l’évaluation et l’autorisation de substances chimiques.

    Jusqu'à présent, les autorités évoquaient que ce programme toucherait environ 12,8 millions d’animaux, ce qui est déjà un chiffre énorme. Lors du congrès, il a été annoncé le nouveau chiffre de 54 millions d’animaux.

    Bien que toutes les autorités ne soient pas d’accord entre elles concernant la validité de ce dernier chiffre, nous devons agir rapidement.

    Les Etats-Unis sont plus avancés que l’UE dans ce domaine.

    C’est donc notre devoir de faire pression sur la Commission européenne pour insister sur l’adoption de la toxicologie moderne du 21ème siècle, qui repose sur les méthodes substitutives à l’expérimentation animale.

    Les données obtenues sur des humains sont plus fiables

    Nous devons également ne pas accepter l’excuse du manque de données humaines.

    Chacun de nous est déjà contaminé par un cocktail d’environ 200 substances chimiques plus ou moins toxiques.

    Cela est évident dans les analyses de sang et d’urine, même chez les nouveau-nés.

    Il est regrettable que la Commission européenne ne s’intéresse pas à ces données qu’il est facile de se procurer.

    Tester ces substances chimiques sur des cellules humaines plutôt que sur des animaux éviterait sans nul doute de nombreuses catastrophes sanitaires.

    *Voir l'article : "L'expérimentation animale : l'avis d'un vétérinaire".

    http://www.one-voice.fr/fr/article/experimentation-54-millions-d-animaux-sacrifies-dans-le-projet-reach

  • Bessan : le maire Roger Raluy commandite un massacre de pigeons en pleine nuit

    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3a/Bessan_mairie.JPG/290px-Bessan_mairie.JPG
    Mairie de Baissan

    L'abattage des pigeons de Bessan en pleine nuit, opération mandatée par le maire Robert Raluy (Midi Libre du 15 septembre), fait réagir les associations de défense des animaux.

    Tout d'abord, le comité de soutien à la cause animale (CSCA) qui - comme il n'a pas cinq ans d'existence et ne peut donc ni porter plainte, ni se porter partie civile, « horrifié, scandalisé face à la gravité de la situation » comme le déclare sa présidente, Michèle Perlini - a fait appel à l'association parisienne Stéphane Lamart afin que celle-ci donne une suite au dossier.

    « Le service juridique de notre association a constitué un dossier. Nous n'attendons plus que le témoignage d'un Bessanais que nous devrions recevoir aujourd'hui ou demain, et nous allons porter plainte contre le maire pour "acte de chasse illicite avec mise en danger de la vie d'autrui" », explique Pascal Cousin, du bureau de protection animale de l'association.

    Et de s'exclamer : « Un maire n'a pas tous les droits dans sa commune ! Il devrait tout de même savoir que la chasse est interdite la nuit, qui plus est en plein centre ville, à moins d'avoir une autorisation préfectorale exceptionnelle, et non pas un simple arrêté municipal... Car il s'agit de respecter le code de la chasse puisque le pigeon Biset est classé comme gibier ».

    De son côté, la famille Ouachem, qui s'était indignée dans nos colonnes d'une telle opération nocturne, ainsi que de ne pas avoir été avertie par les services municipaux, a porté plainte contre le maire pour "mise en danger de la vie d'autrui", soutenant, comme d'ailleurs son voisin M. Blanchard, que « le piégeur mandaté par le maire a tiré non seulement sur le bâtiment inhabité de la place Sébastopol, mais aussi dans sa rue, sur la façade de son voisin ».

    Antonia JIMENEZ