Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Science - Page 5

  • "Domestication, aliénation et civilisation", entrevue avec Layla AbdelRahim

    http://photos.academia.edu/436184/133229/154691/s200_layla.abdelrahim.jpg


    Domestication, aliénation et civilisation (partie 1)

    Comprendre la base violente et civilisatrice qui mène à notre domestication, de l’ontologie civilisatrice à l’ontologie sauvage

    by Média Recherche Action Dominion Stories

    » Download file

    Première partie d’une entrevue avec Layla AbdelRahim sur les concepts civilisateurs de l’homo sapiens moderne qui se conçoit à la fois comme ressource et comme prédateur.

    Quel rôle devrait-on occuper afin que la communauté de vie dont nous faisons partie soit viable ?

    Sujets abordés lors de l’entrevue :

    Première partie

    1. Expériences marquantes de son enfance passée en Russie et au Soudan (00:00 à 08:20)
    2. L’acquisition et la transmission de l’information culturelle (Pierre Bourdieu avec l’habitus et Richard Dawkins avec le concept de mème) (08:20  à 14:47)
    3. La civilisation est fondée ontologiquement dans la violence qui en est son premier concept. (John Zerzan et l’aliénation du réel par le langage) (14:47 à 19:49)
    4. Le moment d’aliénation selon Layla commence où nous avons décidé de nous construire comme prédateur, comme consommateur de la vie des autres. (19:59 à 42:13)
      1. La conception de ressource, tout devient une ressource y compris nous-mêmes et la conception de viol qui y est liée  (27:22 à 37:57)
        1. La surpopulation causée par la pression du premier monde qui ne peut se résoudre avec la conception de ressource (30:42 à 37:57)
      2. Réapprendre sa place parmi la communauté de vie (37:58 à 42:13)

    Deuxième partie

    1. La domestication engendre la civilisation et la reproduit (00:00 à 15:49)
      1. La civilisation est basée sur une mentalité de la pauvreté (Marshall David Sahlins, Stone Age Economics) (04:31 à 05:59)
      2. Le développement technologique, particulièrement dans le domaine de la santé, ne sert qu’à nous maintenir dans notre rôle de ressource et ne bénéficie qu’à la classe riche. (05:59 à 15:49)
        1. (Les villes, des centres de parasitisme (08:40 à 10:09))
    2. Une épistémologie sauvage basée sur une ontologie sauvage (15:49 à 22:33)
      1. La manipulation de la représentation de l’état de nature dictée par la pensée civilisatrice (18:11 à 22:33)

    Troisième partie

    1. Les luttes basées sur l’humanisme européen échouent lorsqu’elles ne remettent pas en question la création même de l’humanisme comme base aliénante du vivant (00:00 à 07:27)
      1. Dépasser les revendications orientées vers les frais de scolarité et remettre en question l’existence de ces institutions qui participent à notre domestication (01:42 à 03:40)
      2. Se poser la question « Qu’est-ce que c’est que d’être humain dans notre monde ? » nous dispose  à remettre en question notre relation au vivant. (03:40 à 05:24)
    2. Toute ethnie confondue, nous avons de la difficulté à nous concevoir hors de l’humanisme comme faisant partie des besoins des autres « humains-animaux ». (07:27 à 09:15) (Speciesism, Racism and Sexism Intertwined, Nekeisha Alexis-Baker; 07:51)
      1. Le spécisme devient la base d’une pensée qui divise et construit l’ « autre » ainsi que son oppression.  (08:11 à 09:15)
    3. Expériences actuelles qui vont à l’encontre de notre société domestiquée (09:30 à 11 :35) Expériences personnelles avec le système d’éducation et le choix de ne pas domestiquer sa fille par l’école (11:35 à 18:31)
      1. Film (en plusieurs parties): anOther story of progress (09:30 à 09:51; 11:18 à 11:35)
      2. Front de libération animale (ALF), Front de libération de la Terre (ELF) (09:51 à 10:50)
    4. Expériences personnelles avec le système d’éducation et le choix de ne pas domestiquer sa fille par l’école (11:35 à 18:31)
    5. Son expérience avec la maternité dans un contexte contraint par la croissance capitaliste postsoviétique (18:31 à 25:13)
      1. (Lasse Nordlund)
      2. Anecdote avec sa fille (23:55 à 25:13)
    6. Permettre une participation active de l’enfant à sa propre éducation et le développement de son empathie (25:13 à 30:24) La sémiologie de l’image des publicités pour l’allaitement témoigne de la hiérarchie raciste et civilisatrice qu’elle entretient (30:24 à 31:55)
      1. Mettre un enfant au monde pour sa propre raison d’être (28 :07 à 29:34)
    7. La sémiologie de l’image des publicités pour l’allaitement témoigne de la hiérarchie raciste et civilisatrice qu’elle entretient (30:24 à 31:55)
    8. L’importance de se déciviliser avant même une grossesse pour ne pas perpétuer la domestication. Qu’est-ce que c’est que de redevenir sauvage ? (31:55 à 42:10) Apprendre par l’empathie en étant en contact avec le vivant (42:10 à 45:28)
      1. La médicalisation du processus d’enfantement revient à gérer la venue d’une nouvelle ressource (35:26 à 39:10)
    9. Apprendre par l’empathie en étant en contact avec le vivant (42:10 à 45:28)
    10. L’importance de résister à la scolarisation (45:28 à 52:25)
      1. (Livre: Wild Children – Domesticated Dreams: Civilization and the Birth of Education, 46:55)
      2. Homeschooling et unschooling(50:32 à 52:25)
        1. Maria Montessori et le concept de fenêtre, moment au cours duquel l’enfant a une ouverture à apprendre sur un sujet particulier.   (51:31 à 52:25)

    Quatrième partie

    1. La domestication limite notre apprentissage et nous détruit physiquement et émotionnellement. (00:00 à 06:20)
      1. Arshavsky et Ukhtomsky, physiologistes russes (00:00 à 00:34 ; 01:53 à 04:05)
      2. Pierre Alexeiévitch Kropotkine, naturaliste qui lie la science de l’évolution et l’anarchisme (L’Entraide, un facteur de l’évolution) (00:34 à 01:53)
    2. Des exemples concrets des principes du « unschooling » et le moment où sa fille prend connaissance de l’existence de la guerre. (06:25 à 18:01)
      1. Un des principes du « unschooling » est d’être sur le terrain pour avoir un contact sensible avec le sujet que nous voulons connaître. Pour apprendre ce qu’est la guerre, elles ont fait un voyage où le conflit serbo-croate a eu lieu. (12:05 à 15:31)
      2.  Il y a une certaine arrogance des gens qui connaissaient une réalité par un récit, alors qu’ils n’ont pas acquis la connaissance sensible. (15:31 à 17:21)
    3. La littérature pour enfants cache les perspectives des auteurs sur la vie et sur leurs relations dans le monde. Layla examine les perspectives sauvages et de domestication qui forment les ontologies des Moumines de Tove Jansson (représentant le monde sauvage), de Dunno dans Mites of Flower Town de Nikolai Nosov (basé sur des postulats anarcho-socialistes), et de Winnie l’ourson dans la Forêt des Rêves bleus par Alan Alexandre Milne (basé sur les principes civilisationnel, monarchiste et capitaliste) dans Genealogies of Wilderness and Domestication in Children’s Narratives: Understanding Genesis and Genetics in the Untangling of Identity (18:01 à 27:29) Comment nous pouvons nous impliquer, en ce moment, au Québec, en défendant ces valeurs ? (34:58 à 38:04)
      1. Au-delà des luttes qui revendiquent plus de domestication, l’idée derrière tout ça est une transformation qui englobe le vivant dans son ensemble. (27:29 à 31:52 )
        1. (Livre: Wild Children – Domesticated Dreams: Civilization and the Birth of Education, 30:30)
      2. L’anarcho-primitivisme pour Layla est basé sur le dualisme parce que cette position ne peut exister qu’en présence de l’ordre auquel elle résiste. Dépassé ce dualisme, c’est la vie sauvage. (31:52 à 34:58)
    4. Comment nous pouvons nous impliquer, en ce moment, au Québec, en défendant ces valeurs ? (34:58 à 38:04)
    5. Rompre avec la domestication (38:04 à 43:15)
    6.   Dépendance à la technologie et parasitisme (43:15 à 50:37)
      1. Films : anOther story of progress, Surplus (45:46 à 46:46)
      2. La plus grande révolution est de se libérer de cette praxis dont nous avons hérité (47:23 à 50:37)

    Pour plus d’information, voici le site internet de Layla AbdelRahim : http://layla.miltsov.org/

    http://montreal.mediacoop.ca/audio/domestication-ali%C3%A9nation-et-civilisation-partie-1/12423

  • Honte sur Lepage, Voynet, Royal

    http://2.bp.blogspot.com/_DhyhUH0Sd3g/TIJF7JyVdQI/AAAAAAAAAGY/eZi5vpvDUhg/s1600/pet-rats-717618.jpg

    COMMUNIQUE DE PRESSE

    Perpignan, 31 octobre 2012

    Mesdames Lepage, Royal et Voynet demandent des tests de toxicité d’OGM et de pesticides étendues « sur la vie entière de l’animal » et demandent « que soient revues, comme le permettent les textes communautaires et nationaux, les études qui ont permis l'autorisation de mise sur le marché du NK603 et du Round Up. »

    Ces « textes communautaires et nationaux » prévoient aussi que ces études soient effectuées sur des animaux, supposés être, implicitement, des « modèles » fiables des consommateurs humains.

    Mesdames, détrompez-vous : aucune espèce animale n’est un « modèle » biologique fiable d’une autre espèce, l’homme en ce qui nous concerne.
     
    Une espèce animale est définie par son isolement reproductif, qui implique l’exclusivité de son patrimoine génétique et des gènes qui y sont inscrits.
     
    Chaque espèce va donc réagir à son environnement (y compris à sa nourriture) avec ses gènes, dont la structure, l’organisation, le contrôle et la régulation de l'expression, sont spécifiques de l’espèce, et par conséquent diffèrent d’une espèce à l’autre.

    Maïs NK603 ou tout autre OGM, Roundup ou tout autre pesticide, ou plus généralement toute substance chimique, testés pendant 2 ans sur des rats, ou pendant 65 ans sur des chimpanzés (notre plus proche cousin dans l’évolution), ne donnent aucune information pertinente pour l’homme.

    Le scandale du sang contaminé avait éclaté dans les années 80 parce qu’on avait fait confiance au « modèle » chimpanzé, qui ne réagit pas au virus du SIDA.
     
    Inutiles au mieux, les tests sur animaux peuvent même être très dangereux car pourvoyeurs de fausses certitudes aux conséquences souvent mortelles pour l’homme.
     
    On se souvient que, selon le ministère de la santé, quelque 20 000 personnes meurent tous les ans en France à cause d’effets secondaires de médicaments, pourtant obligatoirement testés pendant 5 à 10 ans sur des centaines de milliers d’animaux pour avoir l’autorisation de mise sur le marché.

    Alors, par quoi remplacer le « modèle-piège » animal ?
     
    Simplement par une méthode d’évaluation scientifique des toxicités sur du matériel biologique d’origine humaine (la toxicogénomique).
     
    La science du XXIe siècle, la biologie en particulier, fournit les outils à cette fin, car la toxicologie n’est autre que la biologie dans l’environnement du produit dont la toxicité est à évaluer.
     
    Ces méthodes ne sont plus au stade expérimental.
     
    Depuis 2007, le Conseil national de la recherche des Etats-Unis en recommande l'utilisation à grande échelle.

    Antidote Europe est une association fondée par des chercheurs oeuvrant pour une meilleure prévention en matière de santé humaine.

    Pour en savoir plus : http://antidote-europe.org/

    Contact médias :

    Claude Reiss, président d'Antidote Europe, ancien directeur de recherche au CNRS : 04 76 36 35 87
  • L' "humanisme dévergondé" (Claude Lévi-Strauss), la France, les USA

    556301_442147105835761_1020186060_n.jpg

    https://fbcdn-sphotos-d-a.akamaihd.net/hphotos-ak-ash3/556301_442147105835761_1020186060_n.jpg

  • Seule compte la sentience (Gary Francione)

    http://images.farmingads.co.uk/sheep.jpg

    Les animaux presque humains : ainsi s’intitule la partie d’un cours de psychologie en ligne.

    Elle fournit un parfait exemple de ce qui vient renforcer la notion, gravement problématique, selon laquelle les seules capacités cognitives qui comptent moralement sont les capacités cognitives de type humain — et non pas simplement la sentience, ou la conscience subjective.
     
    Dans la mesure où nous relions le statut moral des animaux aux caractéristiques cognitives situées au-delà de la sentience, nous perpétuons cette arrogance humanocentrique qui constitue le spécisme.

    Le fait de dire que seuls les animaux qui sont « comme nous » comptent sur le plan moral est similaire au fait de dire que les humains à peau claire ont davantage d’importance que les humains à peau foncée.

    Pourtant la question n’est pas de connaître le degré d’ « intelligence » des animaux, ni de savoir s’ils possèdent les capacités mentales que nous reconnaissons comme nôtres.

    Le fait qu’ils soient sentients est la seule caractéristique dont ils ont besoin pour que nous ayons le devoir moral de ne pas les utiliser comme ressources.

    Le « mouvement animaliste », qui en plus de promouvoir l’exploitation « heureuse », continue d’être obsédé par les grands singes nonhumains, les mammifères marins, les éléphants, etc., patauge littéralement dans le spécisme.

    Une telle approche pose un grave problème pour au moins deux raisons :

    1. Elle ignore que les caractéristiques situées au-delà de la sentience ne sont moralement pas pertinentes pour déterminer si nous sommes justifiés à utiliser un être vivant exclusivement comme ressource humaine.

    Replaçons cela dans un contexte humain.

    Le fait d’être « intelligent » peut importer dans certaines situations, comme de savoir si nous devons accorder une bourse d’études à un étudiant, mais est sans pertinence aucune pour savoir si nous avons le droit d’utiliser quelqu’un comme donneur d’organes forcé ou comme sujet non consentant d’une expérience biomédicale.

    Nous devons agir de la même façon dans un contexte impliquant des animaux.

    2. Elle érige le principe suivant : que les animaux, si « pareils à nous » soient-ils, peuvent ne jamais gagner.

    Par exemple, nous savons depuis longtemps que les grands singes nonhumains nous ressemblent à toutes sortes d’égards.

    Pourtant, nous continuons de les exploiter.

    Si « pareils à nous » soient-ils, ils ne le seront cependant jamais assez pour que cette « ressemblance » soit traduite en l’obligation morale, de notre part, d’arrêter de les exploiter.

    Ce que j’appelle l’approche par la « similitude des esprits » (similar minds approach) implique un jeu auquel les animaux ne peuvent jamais gagner.

    Ils ne seront jamais assez « pareils à nous ».

    Question finale : le fait de se focaliser sur la sentience elle-même établit-il une hiérarchie des êtres sentients sur les êtres non sentients ?

    Non, parce que la sentience est une caractéristique nécessaire et suffisante pour posséder des intérêts (des préférences, des désirs, une volonté) en premier lieu.

    Un rocher n’est pas sentient ; il n’aaucune sorte d’esprit manifestant des préférences, des désirs ou une volonté de quoi que ce soit.

    Une plante est vivante mais n’a aucune sorte d’esprit manifestant des préférences, des désirs ou une volonté de quoi que ce soit.

    Il est intéressant de noter que le « mouvement animaliste » lui-même perpétue l’idée que les poulets (les animaux les plus exploités en termes purement numériques) manquent tous de ces caractéristiques cognitives « spéciales », et que nous pouvons donc continuer de les utiliser comme ressources dès lors que nous le faisons « avec humanité ».

    Et bien que la liste des sept animaux dont il est question dans ce cours de psychologie inclue les animaux autres que ceux que les animalistes ont coutume de fétichiser, elle exclut toujours les poulets ainsi que nos principales sources de produits laitiers : les vaches.

    Comme c’est pratique.

    *****
    Si vous n’êtes pas végan, s’il vous plaît, devenez-le.

    Le véganisme est une question de non-violence.

    C’est avant tout une question de non-violence envers les autres êtres sentients.

    Mais c’est également une question de non-violence envers la terre et envers vous-même.

    Gary L. Francione
    Professeur, Rutgers University
    ©2012 Gary L. Francione

     
    Texte original :
  • GREEN HILL : suite !

    2.jpg

    Message de Michèle Scharapan :

    "Le juge a donné aujourd'hui sa réponse : Green Hill reste sous séquestre malgré l'appel de la société à laquelle appartient Green Hill (Marshall), ce qui signifie que TOUS les chiens vont pouvoir être confiés à de futurs adoptants.

    Je crois qu'aujourd'hui il y en a quasiment 600 de libérés !

    Pour ceux et celles que cela intéresse, j'ajoute sur ma page Facebook les informations au fur et à mesure :

    https://www.facebook.com/felix.elio"

  • Rescapé-e-s du labo/camp de la mort GREEN HILL (Italie) : et la première fut baptisée Vegan

     3.jpg

    Voici quelques photos du premier jour de liberté des beagles de Green Hill... et de la première journée d'adoption.

    En premier est sortie une chienne qui était dans ce camp depuis plusieurs années, comme reproductrice, et dont les petits étaient livrés à la vivisection.

    Elle a été confiée à Giuliano, magnifique militant du "coordinamento Fermare Green Hill", collectif grâce auquel nous pouvons aujourd'hui nous réjouir.

    Il a été le premier adoptant choisi, geste symbolique de la part des autres associations chargées des adoptions, envers ce collectif.

    Cette chienne a été baptisée Vegan !...

    Voici des photos de Vegan et Giuliano...

    Bien sûr, les adoptions se poursuivent aujourd'hui encore, et maintenant nous espérons que le jugement qui doit être rendu fin août, signera la fin de ce camp maudit.

    Michèle Scharapan

    6.jpg(.jpg

  • Michel Serres sur notre rapport aux animaux (France Info)

    http://4.bp.blogspot.com/-qr7QWTlrsSU/T4rxj4dJTcI/AAAAAAAAAMw/DrISacJzjQM/s1600/MichelSerres_6.jpg

     
    La 2nde partie est intéressante, et plus encore la conclusion, bien évidente à nos yeux antispécistes : il n'est pas de propre de l'homme, sinon dans le mal.

    En effet, l'humain est le seul animal ("avec le rat", nous est-il dit) à pratiquer le meurtre interspécifique.

    J'ajoute pour ma part qu'il est le seul à pratiquer le mal pour l'amour du mal, le seul à posséder l'intelligence du mal, autrement dit la perversité, l'art de nuire, la passion de détruire.
     
    La première partie est quant à elle un peu naïve, où Serres idéalise un passé pastoral où "bêtes et gens" (comprendre animaux domestiques et paysans) vivaient dans une sorte d'osmose et de plénitude harmonique, alors que les premiers finissaient toujours par être tués par les seconds, quand bien même ils avaient des prénoms et étaient individualisés au sein de la ferme.
     
    Hélas, mais sans surprise, pas un mot en faveur du végétarisme, et moins encore du véganisme.

    Pourtant, Michel Serres doit savoir pertinemment que l'animal humain possède un organisme qui n'est en rien celui d'un carnivore, et qu'il peut donc se passer de produits d'origine animale pour vivre, qu'il ne consomme que par plaisir (et c'est pourquoi d'ailleurs nous n'avons aucune justification réelle pour exploiter et tuer des centaines de milliards d'animaux par an).
     
    Quant à l'introduction du journaliste Michel Polacco, elle est inénarrable : "...certainement notre ancêtre le plus ancien était lui-même un animal"... comme si nous n'étions plus des animaux et que l'animal, cet être si inférieur, était forcément ce qui nous a précédé, tant nous sommes, n'est-ce pas, l'aboutissement de tout.

    M. P.

  • "Bien-être animal: la montée du welfarisme", interview de Valéry Giroux (La Presse / Canada)

    503055-pense-nous-sommes-moralement-obliges.jpg

    « Je pense que nous sommes moralement obligés de renoncer à l'élevage industriel, certes, mais que nous sommes aussi forcés d'abolir toutes les formes d'exploitation animale », soutient Valéry Giroux, qui a dirigé durant l'hiver un séminaire sur l'éthique animale à l'Université de Sherbrooke.
     
    Photo: André Pichette, La Presse

    Marie Allard
    La Presse
     
     
    « Tous les êtres sensibles, quelle que soit leur espèce, ont un intérêt à ne pas souffrir », dit Martin Gibert, chercheur postdoctoral en psychologie morale à McGill.

    Comme nous, porcs, boeufs, poulets et poissons sont dotés d'un système nerveux central. Ils peuvent ressentir la douleur.

    « Il me semble donc important de tenir compte des conséquences de nos actions sur le bien-être de ces animaux sensibles », souligne le chercheur.
     
    C'est ce qu'on appelle, en éthique animale, l'approche welfariste, dont la montée a fait bouger Tim Hortons et McDonald's.
     
    « Les welfaristes entendent réformer la manière dont nous exploitons les animaux, afin d'améliorer leur bien-être [welfare en anglais], explique M. Gibert.

    L'intuition de base, c'est qu'on doit minimiser les souffrances inutiles, chez les animaux et les humains.

    Or, l'élevage industriel et toutes les souffrances qu'il entraîne sont vraiment quelque chose dont on peut se passer, dans le Québec de 2012. »

    Bien que largement végétalien, M. Gibert accepte de manger un oeuf de poule élevée dans des conditions qu'il juge acceptables.

    Plus radicaux, les abolitionnistes - autre courant en éthique animale - s'y refusent.

    « Leur intuition de base est qu'on ne devrait pas traiter les animaux comme des choses, qu'on vend et qu'on achète », indique le chercheur, qui appartient au premier camp.

    Faire la révolution darwinienne

    Valéry Giroux, juriste et docteure en philosophie, est abolitionniste.

    « Évidemment, les conditions intensives d'élevage des animaux, exploités pour l'alimentation humaine, me choquent profondément.

    Mais le coeur du problème n'est pas la manière dont nous traitons les animaux.

    C'est plus fondamentalement le fait que nous percevions ces individus comme de simples ressources à notre disposition ou de simples marchandises.

    Un animal a non seulement intérêt à ne pas souffrir, mais à vivre : on ne peut donc pas le tuer pour se nourrir, d'autant plus qu'on peut être végétalien et en bonne santé ", argumente-t-elle.

    Après avoir combattu le racisme et le sexisme, nos sociétés doivent dénoncer le « spécisme », soit la discrimination fondée sur l'espèce.
     
    « J'ai l'impression, regrette Mme Giroux, que la révolution darwinienne reste toujours à faire... »
     
  • Sciences et Avenir (février 2012) : Masculin/Féminin : des rôles fabriqués

    http://www.esope-editions.com/images/thumbnails/0000/0989/SCIEAV_790_201102_large.jpg

    Sciences et Avenir - Masculin, féminin, des rôles fabriqués.

    N° 780 - février 2012 - article audio - 14 mn d'écoute - 13 Mo

    Science et Avenir - Collection : Sciences et Avenir - février 2012

    Présentation Open

    Masculin, féminin, des rôles fabriqués.
     
    ***
    Contre le différentialisme hommes / femmes.
    A bas l'essentialisme, vive l'universalisme.
  • TELETHON-VIVISECTION / Un rapport qui fait mal : la Cour des comptes épingle l'utilisation des dons par l'AFM (Association Française contre les Myopathies)

    http://media.rtl.fr/online/image/2011/0423/7679889115_des-manifestants-protestent-contre-la-vivisection-sur-les-animaux-samedi-23-avril-2011-devant-l-hotel-de-ville-a-paris.jpg

    SANS "GENES" l'AFM !

    Un parfum de scandale flotte sur le Téléthon 2011.

    On pourrait dire que l'AFM a de mauvais gènes, en inversant  l'accent de la corde sensible. 

    Dans notre série ANTI TELETHON ANTI VIVISECTION, nous avons trouvé cet article relatant le profit personnel retiré des dons du Téléthon par  la directrice de l'AFM, Association Française contre les Myopathies.

    Il n'y aurait pas de raison pour que cela change en 2011 quand on voit ce charity showbizness qui fait de moins en moins l'unanimité, l'élection des miss France attirant plus d'audience. 

    Sacrées rémunérations, achat de maison, avantages en nature et suppléments de voyages d'agrément, facture de France Télévision inclus, c'est ce qu'on lit sur le rapport de la Cour des Comptes 2004.

    Ca fait mal mais ça nous serait bien égal si l'AFM ne tuait pas des animaux pour ses recherches et ne décevait pas l'espoir des malades.

    Et si  elle ne faisait pas  APPEL A LA SOLIDARITE NATIONALE représentant des dizaines de millions d'euros chaque année, en plus des dons hors antenne et l'Etat.

    L'AFM : un business comme un autre.  

    Elle n'est pas la seule : l'UNICEF France fait aussi appel à la générosité alors qu'elle soutient l'horrifiante torture en public des taureaux, avec ses dons, en se trouvant dans les villes amies des enfants pour faire la fiesta avec eux lors des corridas.

    Elle pervertit les enfants sans remplir aucune mission pédagogique (voir nos pages mot clé : Unicef France).

    Mais l'AFM brasse des sommes considérables pour d'hypothétiques résultats et ça fait beaucoup réfléchir en ces temps de "crise de la dette des grandes fortunes". 

    Elle multiplie les articles pour se défendre contre les anti Téléthon, qui sont pourtant aussi des scientifiques et pas seulement en France, et les présente comme insensibles à la détresse des malades, un sujet inattaquable dont ils ne sont pas dupes.

    Justement, le CLAM Collectif de Libération Animale de Montepllier avait mis en ligne dès le 2 octobre 2011 un modèle de lettre à envoyer à l'AFM pour demander des comptes, officialiser la vérité sur les meurtres d'animaux et justifier un refus de don http://clam34.org/spip.php?article704 :

    Soyons nombreux à exiger une science moderne, performante, et réellement éthique, à la hauteur de la générosité des français ! 

    SES METHODES DE RECHERCHE SONT PERIMEES ET INUTILES !

    De quoi faire pleurer à chaudes larmes les donateurs mais surtout les malades et leurs familles qui attendent si désespérement des solutions de la science et aussi les TROIS MILLIONS d'animaux innocents cruellement massacrés chaque année pour rien !

    Exactement pour rien.

    Il est attesté que le "succès" de la torture sur les animaux n'est fiable que de 37 à 50 % : c'est aussi aléatoire que de jouer à pile ou face (Antidote Europe, notre article La charité pour l'enfer !).

    Les chercheurs modernes sensés et progressistes tirent la sonnette d'alarme : il faut passer aux moyens substitutifs, beaucoup plus rapides et moins chers qui existent depuis longtemps !

    Malgré cela, l'AFM continue, depuis 25 ANS que dure le Téléthon, à assassiner, à perdre un temps pourtant si précieux et l'argent des dons, provenant majoritairement  des braves "Français moyens" émus et charitables.

    Mais on oublie aussi les énormes subventions que le gouvernement lui verse pour mener grand train.

    Un gouffre.

    Le Téléthon serait devenu un  véritable  système de fonctionnement, une vieille institution poussiéreuse qui rémunère une foule de services satellites (industrie de l'élevage d'animaux de laboratoire compris) et de personnes enracinées dans un confort 5 étoiles - sauf les bas salaires - auquel personne ne semble prêt à renoncer pour la cause.

    C'est sûr que ça n'avancera pas ainsi.  

    Photo : Oui c'est la tête d'un pauvre chat décapité dans le formol.

    Que lui est-il arrivé ?

    Il a été "expérimenté" pour ses cordes vocales... 

    Les maladies génétiques restent incurables parce que les méthodes de recherche sont inapplicables aux animaux.

    Puissent les hurlements des animaux parvenir à l'AFM afin que la  science progresse et cesse cette abomination !    

    "Téléthon : La directrice s’achète une maison et des rémunérations à 100 000 € (avec vos dons)"

    "Pierre Bergé (note d'Unanimus : co-fondateur de Sidaction, mécène, PDG et ami de feu Yves Saint-Laurent) a déclaré que l’Association Française contre les Myopathies réalise des achats immobiliers avec les dons du Téléthon.

    Est-ce vrai ?

    Que lit-on dans le rapport de la Cour des comptes sur l’AFM (qui date de 2004) ?
     
    Des choses étonnantes.
     
    Notamment à la page 79 du rapport.

      L’achat d’une maison dans l’Essonne pour la directrice générale de l’association.
     
    Or, note la Cour des Comptes :

    « bien que l’AFM ait exposé chaque année dans son rapport annuel la composition de l’ensemble de son patrimoine immobilier, cette maison n’y a jamais figuré.

    Les donateurs n’ont donc pas eu connaissance de son achat, de son utilisation ou de son coût. »

    D’autres pratiques de gestion de l’association sont également critiquables: la Cour évoque des rémunérations supérieures à 100 000 € bruts (page 8).

    Et sans parler de ce paragraphe étonnant (page 81) :

    « De même, à l’occasion d’une mission à Papetee, un cadre de l’association est allé passer un samedi et un dimanche à Bora-Bora : le coût du trajet en avion entre Papetee et Bora-Bora ainsi que celui de l’hébergement et de la restauration ont été imputés en missions sociales dans le compte d’emploi. »
     
    Note de la rédaction du Post : l’association a reçu le prix « Cristal de la transparence en 1998 rappelle Bakchich, qui a effectué un comparatif entre l’AFM et le Sidaction !

    Sur RMC, Marc Reidiboym, auteur d’un livre sur les comptes des associations Donateurs si vous saviez, explique :

    « l’AFM a des pratiques critiquables… comme la plupart des associations.

    Certains investissements immobiliers se sont avérés hasardeux (l’achat d’un centre de conférence sous-utilisé sans l’Essonne).

    – La facture de France Télévisions pour le coût de la réalisation de l’émission augmente chaque année. Il y a de la transparence, mais il n’y en a pas assez ». (Sources: Bakchich, RMC, Cour des Comptes)

    Le total des indemnités versées (indemnités conventionnelles et transactionnelles) a été de 192.655 € et 191.728 € pour deux autres cadres de direction partis respectivement après quatorze et quinze années passées à l’AFM.D

    – Les avantages en nature

    Un certain nombre d’avantages ont été consentis par l’AFM à plusieurs salariés

    35.1 – Logement de fonction Après la nomination de sa directrice générale en 1991, l’AFM a acquis une maison dans l’Essonne pour 0,256 M »36″ ; bien que la directrice générale ait quitté l’AFM en 1998, elle a occupé cette maison jusqu’au milieu de l’année 1999″37″.

    Si l’achat de la maison a été, comme le prévoient les statuts de l’association, approuvé par l’assemblée générale, le procès-verbal de celle-ci ne fait pas apparaître que la destination de la maison avait été portée à la connaissance des adhérents.

    L’AFM a invoqué pour justifier l’achat de ce bien immobilier la nécessité de loger son directeur général dans l’Essonne.

    Cependant, aucun autre directeur général de l’AFM n’a résidé ou ne réside dans l’Essonne ni n’a bénéficié d’un logement de fonction.

    Or les associations reconnues d’utilité publique « ne peuvent posséder ou acquérir d’autres immeubles que ceux nécessaires au but qu’elles se proposent », selon l’article 11 modifié de la loi du 1er juillet 1901.

    Bien que l’AFM ait exposé chaque année dans son rapport annuel la composition de l’ensemble de son patrimoine immobilier, cette maison n’y a jamais figuré.

    Les donateurs n’ont donc pas eu connaissance de son achat, de son utilisation ou de son coût.

    35) L’association n’a pas toujours communiqué à ce sujet au cours de l’instruction des informations cohérentes avec les documents comptables.

    Dans plusieurs cas, une première réponse présentait les pratiques de l’AFM sous un jour plus modeste et plus conforme aux dispositions législatives et réglementaires que dans la réalité.

    36) Cette maison comprend cinq chambres et un jardin de 1000 m².

    37) Elle a ensuite été louée par l’AFM à une société, puis revendue en 2003 avec une moins value de 30 490 €."

    SOURCE : http://pensetouseul.unblog.fr/2009/11/23/telethonla-directrice-sachete-une-maison-et-des-remunerations-a-100-000-euros-avec-vos-dons/

    Relayé en clair par LE COIN UTILE : http://lecoinutile.com/?p=4987 

    Derniers articles : Téléthon pas un rond pour les thons des labos ! Vidéos libération de Beagles des laboratoires de recherche:


    Téléthon c'est non !

    Pas de soutien à la vivisection 3 millions d'animaux de la recherche ne font pas de dons, les produits testés et la liste de ceux qui ne le sont pas :

    La charité pour l'enfer !


    Unanimât

    Ce n'est pas un sujet reposant pour un dimanche mais pour les animaux torturés et les malades il n'y a jamais de dimanche !

    Pas de vacances ! Pas d'été ! Pas de neige au soleil !

    La vivisection est à la science du XXIe siècle ce que Adolf Hitler était au XXe siècle.

    En France un animal meurt ainsi toutes les 3 secondes.