Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Le comité scientifique Antidote Europe réagit défavorablement au nouveau programme de recherches PharmaCOG

    http://www.freewebs.com/queenofpandas/save1.gif

    Perpignan (France), 29 juin 2009 - Le comité scientifique Antidote Europe réagit défavorablement à l'annonce d'un nouveau programme de recherches - PharmaCOG - qui doit faire appel à l'utilisation de lémuriens pour la recherche sur la maladie d'Alzheimer.

    Situé à Marseille, ce projet dirigé par le Pr Olivier Blin, a reçu un financement de la Commission européenne.

    "Nous souhaiterions que l'entreprise du laboratoire du Pr Blin et des autres équipes européennes collaborant au projet Alzheimer réussisse, déclare Claude Reiss, président d'Antidote Europe et ancien directeur de recherche au CNRS. Nous devons malheureusement mettre en garde et ces scientifiques et les patients qui attendent toujours un médicament efficace pour stopper l'évolution de la maladie, sur leur peu de chances de succès en étudiant des modèles animaux comme "le lémurien qui en vieillissant présente des lésions cérébrales similaires à celles de l'homme" souffrant d'Alzheimer. "

    Depuis plus d'un siècle, des milliers de projets de recherche de ce genre ont été lancés. I

    ls se sont tous toujours soldés par des échecs cuisants, que l'espèce "modèle" soit une souris ou le chimpanzé, pour
    la simple raison qu'aucune espèce animale n'est un modèle biologique fiable pour une autre, notamment pour des maladies neurodégénératives.

    Avec plus de 800 000 malades en France et les méthodes non invasives (IRM fonctionnelle, tomographie à positrons, etc.), les données humaines sont abondantes.

    Alzheimer est une des nombreuses maladies conformationnelles (due au mauvais repliement de protéines qui de ce fait s'accumulent dans ou autour de la cellule), c'est donc une maladie d'origine cellulaire.

    C'est donc au niveau de cellules humaines qu'il faut en chercher le mécanisme, très probablement lié à une déficience durant ou suivant l'étape de synthèse de ces protéines.

    Il n'y a aucune raison que ce mécanisme soit le même chez le microcèbe, la souris ou toute autre espèce.

    Il faudrait de même comprendre comment ce mécanisme est enclenché, notamment sous l'effet de facteurs chimiques environnementaux capables de déclencher certaines maladies conformationnelles chez des personnes prédisposées.

    Antidote Europe est une association à but non lucratif, créée par des chercheurs issus du Centre national de la recherche scientifique (CNRS), oeuvrant pour la sécurité sanitaire humaine en agissant pour une prévention plus rigoureuse des risques et des traitements plus spécifiques des affections.

    Contact médias : Claude Reiss (33 (0)4 7... ou 33 (0)4 6...)
    http://www.antidote -europe.org
    Retrouvez ce communiqué sur :
    http://www.antidote -europe.org/ cp29jun09_ fr.htm

  • Chine : Projet de loi pour rendre illégal l'abattage de chiens

    http://taraden.files.wordpress.com/2006/08/beaten-dog.jpg

    Les abus ou violences effectués envers des animaux tels que les populaires abattages de chiens à Hanzhong, province du Shaanxi devraient devenir illégaux en vertu d'un nouveau projet de loi.

    Si la loi est adoptée par les organes législatifs du pays, ce serait la première fois que la notion de "bien-être des animaux" est ajoutée à la loi.

    Les experts ont achevé la rédaction de la première loi de protection des animaux et la révisent actuellement avant sa soumission au gouvernement et au Congrès des autorités, a déclaré Chang Jiwen, professeur de droit à l'Académie chinoise des sciences sociales qui a dirigé l'équipe de rédaction.

    Il n'a pas révélé de calendrier pour la mise en application de la législation, mais a déclaré: «Une fois qu'elle sera passée, les abus envers les animaux, comme les abattages de chiens devraient cesser."

    Chang a dit ajouté que la loi et les règlements actuels ne n'offrent pas de protection efficace contre les cruautés faites aux animaux. La seule loi du genre qui existe en Chine protège uniquement la faune sauvage et interdit l'abus et le trafic des espèces sauvages.

    En décembre 2008, le premier centre de recherche sur la protection légale des animaux a été créé à l'Université de politique et de droit dans le Shaanxi, à Hanzhong.

    La Rédaction

    http://www.chine-informations.com/actualite/chine-projet-de-loi-pour-rendre-illegal-abattage-de-chiens_13282.html

  • Une autre "révolution" welfariste qui n’en était pas une (Francione)

    go vegan.jpg

    Chères collègues et chers collègues,

    Tel que vous le savez, je ne crois pas que les réformes welfaristes procurent des bénéfices significatifs aux animaux nonhumains même lorsque ces réformes sont appliquées.

    Mais il arrive souvent qu’elles ne soient pas appliquées.

    En effet, il y a des campagnes, des collectes de fonds et des déclarations de « victoire » (suivies de fêtes où des célébrités sont présentes), mais ces prétendues réformes n’aboutissent souvent à rien du tout.

    Un bon exemple de ce phénomène peut être trouvé dans une annonce du 24 juin 2009 voulant que Smithfield Foods, pour des raisons financières, se dit forcé de reporter son plan en dix ans visant à se débarrasser des enclos de gestation pour les truies.

    Bien qu’il ait été démontré par des économistes agricoles que les alternatives aux enclos de gestation augmentent la productivité à long terme, les couts en capital à court terme associés à la conversion du système des enclos semblent inciter Smithfield à renoncer à son plan en dix ans.

    En 2007, lorsque Smithfield a annoncé son plan en dix ans, j’ai écrit un article dans lequel j’écrivais ce qui suit :

    Le 25 janvier, Smithfield Foods, un gros producteur de chair nonhumaine, annonçait que, au cours des 10 prochaines années, il ferait disparaitre les cageots de gestation destinés aux truies enceintes pour les remplacer par des formes d’hébergement en groupe qui leur offriront plus d’espace.

    Cette annonce suivait la campagne menée par la HSUS, par le HSUS, Farm Sanctuary et par d’autres groupes wefaristes contre les cageots de gestation.

    Cette campagne a coûté plus de $1.6 million.

    Comme j’en parlais dans mon essai, Un « triomphe » du mouvement pour le bien-être animal ?, les défenseurs des animaux soutiennent que les études démontrent que les producteurs de porcs obtiendront des profits plus élevés en adoptant la méthode alternative du système d’hébergement.

    En réponse à l’annonce de Smithfield, le président de la HSUS et son directeur général Wayne Pacelle proclamaient qu’« une révolution est en voie de se réaliser dans l’industrie porcine ».

    Pacelle affirmait :

    « Je ne peux retracer quoique ce soit de plus important en terme de traitement humain des animaux qui soit arrivé dans le secteur de l’agriculture. Par exemple, Eric Marcus a remarquablement qualifié la décision de Smithfield de « spectaculaire ».

    Et maintenant, quelle est la réponse de ces défenseurs du bien-être à l’annonce de Smithfield ?

    Bruce Friedrich de PETA, qui avait qualifié la décision de Smithfield de « pas fantastique pour le bien-être des animaux de ferme », a dit que :

    « Il n’est pas surprenant, lorsque les temps sont durs, qu’ils abandonnent un plan qui n’était qu’un plan au départ ».

    Friedrich a remarqué que PETA, à l’époque, avait demandé à Smithfield d’étendre son abandon des enclos de gestation à ses fournisseurs et de fournir plus de détails à propos de la transition.

    La compagnie, a-t-il dit, n’a répondu à aucune de ses demandes.

    Alors, le prétendu « pas fantastique » n’était pas un « pas fantastique » du tout ; Smithfield n’a pas même fourni les détails de son plan.

    Et une fois incités à passer à l’action et une fois que des considérations économiques à court terme entrent en jeu, le projet d’abandon est abandonné.

    Et voilà une autre « victoire » welfariste.

    Je réitère : je suis certain que mes amis de la HSUS, de PETA, etc. pensent qu’il font la bonne chose en menant ces campagnes welfaristes.

    La question que je leur pose est de quelle preuve empirique auront-ils besoin pour réaliser qu’il s’agit d’une erreur ?

    Même si l’on met de côté les principes moraux, il reste que la stratégie welfariste ne fonctionne tout simplement pas.

    Les animaux sont notre bétail, notre propriété.

    Ils n’ont pas de valeur inhérente.

    Avant que quoi que ce soit ne change, le paradigme doit être remplacé.

    Et cela ne se fera pas, tant et aussi longtemps que les défenseurs des animaux croient que la manière de faire progresser les choses vient d’une association troublante entre les défenseurs des animaux et les membres de l’industrie.

    Les premiers peuvent déclarer des « victoires » qui n’arrivent pas (et ne peuvent pas arriver) ; les derniers peuvent prétendre se situer du côté des animaux.

    Mais les animaux sont perdants.

    Les ressources de ceux qui veulent vraiment voir l’abolition de l’exploitation animale sont mieux investies dans une éducation claire, non équivoque, créative et non violente au véganisme.

    Gary L. Francione

    http://www.abolitionistapproach.com/fr/2009/06/26/une-autre-revolution-welfariste-qui-nen-etait-pas-une/

  • Une association troublante

    http://4.bp.blogspot.com/_GU2rm6ZWEiM/SCh7O-ouMpI/AAAAAAAABck/FZ7R18r1eNo/s400/art_car_vegan_closeup.JPG

    Chères collègues et chers collègues,

    Dans plusieurs de mes écrits, j’ai soutenu que la promotion de l’approche de la « viande heureuse » a non seulement rendu le public plus à l’aise de consommer des produits animaux, mais a entrainé la création d’une association troublante entre les défenseurs des animaux et les exploiteurs institutionnalisés.

    Ce sujet compte parmi les nombreuses questions à propos desquelles le professeur Robert Garner - qui défend le néo-welfariste ou la position « protectionniste » (comme il préfère la nommer) - et moi-même débattons dans notre livre The Animal Rights Debate: Abolition or Regulation ?, à paraitre chez Columbia University Press cet automne.

    De toute façon, le professeur Roger Yates a dirigé mon attention vers un communiqué de presse de la HSUS concernant l’engagement de Red Robin Gourmet Burgers à utiliser des œufs provenant de poules « élevées en liberté » dans ses magasins des É.U. d’ici 2010.

    Voici un extrait du communiqué de presse :

    « La Humane Society des États-Unis a félicité Red Robin pour avoir joint le mouvement national consistant à renoncer aux cruelles cages en batterie », annonce Paul Shapiro, directeur principal de la campagne contre l’élevage industriel de la HSUS.

    « Nous avons hâte de travailler avec cette compagnie pour hausser la barre en matière de bien-être animal. »

    Susan Lintonsmith, vice-présidente principale et chef du markéting de Red Robin, a déclaré :

    « Les hauts standards de qualité de Red Robin et son service inégalé reste notre principale priorité.

    Nous reconnaissons que l’élimination des cages en batterie dans la production d’œufs est devenue une question d’une importance grandissante dans les communautés que nous déservons, nous sommes donc excités à l’idée de progresser vers une chaine de production n’incluant que des œufs provenant de poules élevées en liberté. »

    « Nous apprécions sincèrement les conseils et les idées que la Humane Society of the United States a partagé avec Red Robin », affirme Lintonsmith.

    « Nous sommes heureux qu’ils appuient nos engagements et nous avons hâte de poursuivre notre dialogue avec la Humane Society à propos des questions de bien-être. »

    Voilà un parfait exemple du problème qui me préoccupe.

    Premièrement, il est ici sous-entendu que les œufs de poules « élevées en liberté » représentent une augmentation significative du bien-être des oiseaux.

    Jetez un œil à ce qui est offert sur le site du Peaceful Prairie Sanctuary et demandez-vous si cela est vrai.

    Deuxièmement, il est impossible que cette « entente » entre la HSUS et Red Robin ne puisse aider à envoyer un message clair au public : la HSUS approuve le fait de manger chez Red Robin.

    Essentiellement, la HSUS dit au public :

    Manger les vaches mortes et les autres produits d’origine animale offerts chez Red Robin.

    Red Robin se soucie du traitement « humanitaire » puisqu’il s’apprête à se convertir aux œufs de « poules en liberté » dans les deux prochaines années, afin que vous soyez à l’aise de consommer ses produits.

    Je soutiens qu’il n’y a, en pratique, aucune autre façon d’interpréter ce type d’entente.

    Je suis certain que mes amis à la HSUS croient sincèrement qu’il s’agit d’une bonne chose;  je suis sincèrement en désaccord.

    Gary L. Francione

    http://www.abolitionistapproach.com/fr/2009/06/25/une-association-troublante/

  • "Viande heureuse" : rendre les humains plus à l’aise de manger les animaux (Francione)

    http://static-resources.goodguide.com/images/entities/all/255474.jpg

    Chères collègues et chers collègues,

    Deux articles récents du Gourmet Magazine nous montrent la direction claire dans laquelle nous mène le mouvement pour la « viande heureuse » (voyez, p. ex., 1; 2; 3; 4; 5; 6; 7; 8) dont à peu près toutes les grandes organisations de défense du bien-être animal font la promotion.

    Dans le premier article, Politics of the Plate: Humane Beings (18 mai 2009), on nous dit :

    Local, saisonnier, élevé humainement.

    C’est peut-être difficile à prononcer, mais cela pourrait bien être le nouveau mantra des mangeurs consciencieux.

    L’élevage humain d’animaux, qui n’est aujourd’hui pratiqué que par un petit nombre de producteurs, est appelé à exploser dans les prochaines années, devenant une tendance à la mode (et bienvenue), selon les panellistes s’étant adressés au Monterey Bay Aquarium’s Cooking pour la conférence Solutions, tenue la semaine dernière.

    « Je travaille sur de gros projets auxquels je n’avais même jamais rêvé », affirme Tim Amlaw, directeur du programme des animaux de ferme de la American Humane, située à Englewood, CO.

    « Nous allons faire la transition ».

    Amlaw a estimé à environ 3 pour cent des fermes pratiquant l’élevage « des principales espèces d’animaux-protéines » aux États-Unis, celles qui se qualifieraient aujourd’hui pour la certification « humanitaire » offerte par son groupe.

    Il s’attend à ce que ce pourcentage augmente à 35% dans les prochains cinq ans.

    Une des raisons pour lesquelles le moment viendra est l’ensemble des nouvelles lois et des nouveaux règlements.

    En novembre dernier, les Californiens ont adopté la Proposition 2, qui interdit aux fermiers de confiner leurs veaux, leurs truies enceintes et les poules pondeuses dans des enclos ou des cages trop petites pour permettre leurs mouvements normaux.

    « Prop. 2 n’est que la pointe de l’iceberg », dit Marcus Benedetti, président de Clover Stornetta Farms, une ferme laitière certifiée humanitaire.

    « Si les électeurs de cet État savaient ce qui se passait dans le reste du monde de l’élevage, il y aurait référendum après référendum ».

    En plus des projets de règlementation, la tendance vers de meilleures conditions d’élevage est motivée par la demande des consommateurs.

    « Notre organisation a 131 ans », nous apprend Amlaw.

    « Aujourd’hui, pour la première fois, nous passons d’un modèle où le gouvernement pousse les fermiers vers de meilleures pratiques à un modèle où la demande des consommateurs les tire dans la bonne direction.

    La meilleure façon d’amener les corporations à faire des changements est de leur montrer qu’il y a de l’argent à faire.

    Les consommateurs nous disent maintenant :

    « Nous voulons des aliments provenant de source meilleure ». »

    Temple Grandin, auteure et professeure associée en sciences animales à la Colorado State University, se spécialise dans le développement de techniques d’élevage et d’abattage plus humaines.

    Elle a souligné qu’il y avait des avantages financiers aux bonnes pratiques.

    « Et ceux-ci sont liés à la productivité », dit-elle.

    « Les vaches bien traitées donnent plus de lait ; les truies plus de porcelets ».

    Elle ajoute que les porcs et les vaches tués humainement produisent de la viande de meilleure qualité que ceux qui ont souffert d’un stress indu.

    Grandin, qui a mis sur pied un ensemble de règles claires, objectives et numériques pour les procédures d’abattage, travaille actuellement sur son propre programme de certification humanitaire pour les producteurs.

    « Je ne veux pas que ce soit une affaire de marketing », dit-elle.

    « Je vais m’assurer qu’ils font bien ce qu’ils disent faire. »

    Les lois incitatives financièrement et qui resserrent la surveillance sont toutes bonnes, mais Grandin a rappelé aux participants le plus important argument au soutien de l’élevage humanitaire.

    « C’est la bonne chose à faire », dit-elle.

    « Les animaux ressentent la douleur. »

    Remarquez que Grandin confirme que les réformes welfaristes se traduisent par des bénéfices financiers pour les producteurs :

    « C’est une question d’inventaire », dit-elle.

    « Les vaches bien traitées donnent plus de lait; les truies plus de porcelets. »

    Elle ajoute que les porcs et les vaches tués humainement produisent de la viande de meilleure qualité que ceux qui souffrent un stress indu.

    Notez que l’article réfère également aux certifications « humanitaires » dont les grandes organisations welfaristes font la promotion.

    Selon le second article, Humane Slaughterhouses (9 juin 2009) :

    « À mes tous débuts, le traitement des animaux était atroce.

    On donnait continuellement des chocs électriques », dit Temple Grandin, en songeant aux quatre décennies pendant lesquelles elle a conçu des abattoirs humanitaires pour l’industrie de la viande.

    Lorsque Grandin a commencé son travail au début des années ‘70, elle le faisait en adoptant la perspective de la vache, grimpant dans les chutes de transformation pour repérer les ombres, les réflexions, les lumières aveuglantes qui blessaient les animaux et les rendaient inconfortables.

    Grandin, qui a récemment publié son sixième livre, Animals Make Us Human, a travaillé dans la transformation des petites et des grosses usines et a été témoin de conditions cauchemardesques.

    Aujourd’hui, ce dont elle est la plus fière et le système d’audition vidéo qu’elle a créé et qui permet à des tierces parties indépendantes de surveiller les abattoirs en tout temps sur l’internet : Cargill a récemment annoncé qu’il installera le système dans toutes ses usines.

    « J’ai travaillé là-dessus pendant une année entière », admet Grandin.

    « Il devrait être en fonction dans sept ou huit usines de bœuf d’ici la fin de l’année. »

    Alors que plusieurs personnes portent attention à la question de ce qu’implique l’élevage humanitaire d’un animal, bien moins nombreuses sont celles qui questionnent l’idée - et l’évident paradoxe - de l’abattage humanitaire.

    Des mots tels que « ayant pâturé », « nourris de gazon » et « élevés en liberté » sont maintenant synonymes de viande de qualité; ils véhiculent une puissante signification symbolique qui a facilité la bonne conscience de nombreux consommateurs et a conduit plusieurs campagnes de marketing.

    Mais la manière selon laquelle un animal rencontre son destin ultime est normalement ignorée - jusqu’à ce que, bien sûr, nous voyons des vidéos sur YouTube montrant des vaches malades charriées vers leur mort par un bulldozer.

    « Ma perspective sur ce qui est humain couvre plus que la manière dont sont traitées les vaches.

    Elle touche comment nous traitons les humains aussi » affirme Bev Eggleston, fondateur de EcoFriendly Foods.

    Eggleston produit des animaux de différentes espèces dans de petites usines qu’il a construites dans les campagnes de la Virginie, il y a près de 10 ans, inspiré par les méthodes de Grandin.

    Bien que sa production « durable » de viande et de poulets ait atteint un statut de l’ordre du culte parmi les chefs et autres cuisiniers, la réalité associée à la production est loin d’être glamour.

    En raison de la petitesse de son usine (qui emploie 15 travailleurs), de sa certitude inébranlable à l’effet que « l’animal a besoin d’être respecté » et de sa préoccupation pour le bien-être des travailleurs, l’entreprise de Eggleston est dispendieuse et relativement inefficace.

    Alors qu’une usine de viande conventionnelle (qu’il considère comme « sa compétition ») peut traiter 130 poulets par minute, Eggleston et ses travailleurs n’en traitent qu’environ 400 par jour, « le moins que l’on puisse faire tout en conservant la capacité financière d’utiliser notre équipement et de payer tous nos employés ».

    L’an dernier, dit-il, ils en traitaient environ 800 par jour, mais les travailleurs étaient épuisés dès le début de l’après-midi.

    « Un traitement au travail qui soit humain est une préoccupation économique », ajoute-t-il.

    Pour traiter les animaux équitablement, il faut traiter ses employés équitablement.

    « Vous devez considérer les aspects humains nécessaires pour faire ce travail, « mais ils savent que je leur demande d’avoir de la compassion et de la sensibilité ».

    Dan Barber est un des chefs qui bénéficient des petites productions telles que celle d’Eggleston : Barber a servi les viandes d’EcoFriendly à chacun de ses restaurants Blue Hill.

    Pour lui, l’importance d’abattre de manière humaine se manifeste dans la qualité de la viande - mais trouver des abattoirs qui adhèrent à ses standards est relativement difficile.

    Alors qu’il y a une usine de petits animaux comme des poulets et des dindes à Stone Barns, ses grands animaux doivent aller ailleurs, généralement dans des abattoirs du New Jersey ou de la Upper Hudson Valley.

    Il est difficile de créer une demande aux petits éleveurs qui fournissent les autres viandes à ses restaurants, dit Barber, parce que localement, les abattoirs de haute qualité ont presque tous disparu de la Hudson Valley.

    « Les usines de transformation de la viande sont très intéressées par une-seule-grandeur-convient-à-tous », dit-il.

    Il entrevoit un avenir pour les abattoirs itinérants, qui visitent les fermes et abattent des animaux sur le site.

    « C’est vraiment efficace et peu cher » soutient Barber.

    « Et les animaux sont moins stressés parce qu’ils sont traités sur la ferme. »

    Les petits abattoirs ne garantissent pas nécessairement que l’abattage sera humain, par contre.

    « La vitesse de la ligne n’est pas problématique en soi », dit Grandin.

    « Ce qui est mauvais est le manque d’employés et la surpopulation animale de l’usine.

    J’ai vu une petite usine qui était parfaite avec 26 bovins à l’heure et horrible avec 35. »

    Les mauvaises conditions, dit-elle, sont souvent le résultat d’une mauvaise gestion.

    Une large part de son travail a consisté à créer de meilleurs équipements, mais sans un bon usage de ceux-ci, les machines comme les « bolt-stunners » utilisés pour tuer le bétail n’assurent pas une mort douce et sans douleur.

    Une fois de plus, c’est là où le facteur « humain » est si crucial dans l’équation « humanitaire » : alors que la majorité des préposés à l’étourdissement des animaux utilisent l’équipement convenablement, Grandin dit qu’il y a également des sadiques qui doivent être empêchés d’avoir quelque contact que ce soit avec les animaux ou avec la machinerie qui les tue.

    En fin de compte, pour Grandin, le traitement « humain » ou « humanitaire » des animaux est une expression très chargée.

    « Je préfère parler d’abattage à faible stress et sans douleur », dit-elle - idéalement pas plus stressant qu’une piqure de vaccin.

    Le plus gros obstacle, croit-elle, est la quantité.

    « La qualité et la quantité sont deux objectifs opposés », dit Grandin.

    « Mais il existe un équilibre délicat ».

    Temple Grandin, à qui l’on fait référence dans les deux articles, est louangée par la communauté welfariste et a même reçu le Prix du « visionnaire » PETA 2004.

    Le mouvement pour la « viande heureuse » est destiné à rendre le public plus à l’aise à propos de l’exploitation des animaux et à s’assurer que le débat social sur l’éthique animale se désintéresse de la question pertinente - pourquoi mangeons-nous des animaux, considérant que ce n’est pas nécessaire pour la santé des êtres humains, que c’est un désastre écologique et, surtout, que cela implique l’imposition de souffrance et de la mort à des nonhumains sensibles ?

    Le mouvement pour la « viande heureuse » atteint ces objectifs et cela ne représente aucune forme de progrès.

    Tout au contraire.

    Le mouvement pour la « viande heureuse » constitue un grand pas vers l’arrière.

    Gary L. Francione

    http://www.abolitionistapproach.com/fr/2009/06/25/viande-heureuse-rendre-les-humains-plus-a-laise-de-manger-des-animaux/

  • "Et un autre..." (exemple de schizophrénie morale) (Gary Francione)

    http://images01.olx.fr/ui/1/67/56/4456156_1.jpg

    Chères collègues et chers collègues,

    L’Associated Press rapporte l’histoire suivante :

    (AP) Une femme de 23 ans qui avait retenu les services d’un ami pour tuer son terrier Jack Russel a été accusée d’avoir dépecé un chiot pour se faire une ceinture à partir de sa peau.

    Krystal Lynn Lewis et Austin Michael Mullins, 26 ans, ont été détenus vendredi à la prison de Muskogee County et une caution de $25 000 a été imposée à chacun contre leur libération.

    Ils sont accusés d’un crime de cruauté envers les animaux.

    « Nous parlons d’un chiot sans défense, âgé d’environ 6 ou 7 semaines », explique le député du shérif George Roberson.

    « C’est passablement haineux et sadique ».

    Un juge de Muskogee County a ordonné une audience pour déterminer l’aptitude mentale de Lewis à subir son procès.

    Lewis voulait le chiot, nommé Poplin, tué parce qu’il était un cadeau offert par une ex-maitresse avec qui il ne s’entendait pas bien, précise le député du shérif du Muskogee County, George Roberson.

    Roberson a dit que Mullins a tiré 10 coups de pistolet de calibre 22 sur le terrier.

    Lewis a dépecé l’animal à son appartement et a cloué sa peau sur une planche.

    Il était évidemment mal de tuer le chien pour s’en faire une ceinture (ou dans quelque autre but).

    Mais qu’en est-il des vaches et des autres nonhumains qui fournissent les ceintures et les chaussures que presque tout le monde porte ?

    Dans le cas du chien, nous poursuivons pour crime et imposons une caution de $25 000.

    Dans le cas des vaches, nous ne nous attardons pas sur la question.

    Pourquoi ne concevons-nous pas les deux comme « haineux et sadiques » ?

    C’est un autre exemple illustrant à quel point notre manière de réfléchir notre rapport aux animaux est confuse et erronée.

    Nous devons éduquer les autres afin de les amener à se rendre compte qu’ils devraient avoir la même réaction dans le cas de la vache et dans le cas du chien.

    Il n’y a aucune explication rationnelle ou justification morale au soutien d’une réaction différente.

    Gary L. Francione

    http://www.abolitionistapproach.com/fr/2009/06/24/et-un-autre/

  • Les animaux ont une conscience (Sciences et Avenir / Nouvel Obs)

    http://images-3.redbubble.net/img/art/size:large/view:main/824582-2-german-sheperd-dog-eye.jpg

    Les animaux ont une conscience.

    Ils sont sensibles à la souffrance des autres, savent prévoir l'avenir mais aussi mentir.

    Serions-nous inconscients de la conscience des bêtes ?

    "Quel effet cela fait d'être une chauve-souris ? » , demandait en 1974 le philosophe Thomas Nagel.

    Il soutenait alors que nous n'avions absolument aucun moyen de le savoir sauf... à être une chauve-souris.

    Quelques travaux l'ont démenti depuis.

    Neurobiologistes, éthologues et psychologues ont montré que l'investigation scientifique était possible en matière de conscience animale.

    Résultat ?

    Après des années passées à la recherche de la conscience (lire l'encadré p. 54) et de ses substrats neuronaux chez diverses espèces, le neurobiologiste américain Christof Koch est formel :

    « La conscience n'est pas le propre de l'homme. »

    D'ailleurs, le cerveau humain n'a pas de lobe spécifique ou d'élément inconnu des autres êtres vivants, notamment dans la partie préfrontale, réputée le siège régulateur des pulsions, l' « organe de la civilisation » .

    Il n'y a pas, non plus, d'aire de la conscience, cette fonction impliquant plutôt la collaboration de plusieurs zones.

    Au-delà des grands singes et des mammifères supérieurs, Christof Koch pense, avec les éthologues, que les abeilles, les calmars et même les vers de terre sont capables de comportements sophistiqués, « de sorte qu'on ne peut exclure qu'ils possèdent aussi un certain niveau de conscience ».

    Entraînées, les abeilles ne sont-elles pas capables de classer ce qui est grand et ce qui est petit?

    Cela ne signifie pas, bien entendu, que tous les animaux aient la même conscience.

    Mais, à moins d'être atteint de « mentaphobie » - terme forgé par l'éthologue Donald Griffin pour désigner le déni de toute conscience hors l'espèce humaine -, il est difficile de prétendre encore aujourd'hui que l'animal n'est qu'un automate cartésien aux réflexes stéréotypés, génétiquement programmés ou conditionnés par un apprentissage.

    Il lui serait difficile de survivre s'il n'était sensible aux changements de son environnement et capable de fournir des réponses adaptées.

    Savent-ils qu'ils savent ?

    Toutefois, au-delà de cette conscience spontanée, l'animal a-t-il une conscience réflexive ?

    Par exemple, les animaux savent- ils qu'ils savent ?

    Là encore, certaines de nos préventions sont tombées récemment.

    En 2007, des chercheurs de l'université de Géorgie (Etats-Unis) ont démontré que des rats soumis à des tests répondaient lorsqu'ils savaient qu'ils trouveraient la solution, mais s'abstenaient - préférant une consolation certes inférieure à la récompense en cas de succès, mais sûre - lorsqu'ils ne possédaient pas la réponse, par exemple, lors d'un exercice où ils devaient différencier deux longueurs de son différentes.

    « Les rongeurs avaient donc conscience de ce qu'ils savaient et de ce qu'ils ne savaient pas, commente le biologiste Yves Christen, auteur d'une somme éblouissante sur les capacités des animaux. Jusque-là, seuls des macaques rhésus avaient démontré une telle métacognition. Soumis à des tests de mémoire, ils préféraient parfois passer leur tour, comme certains participants à des jeux télévisés. »

    Il semble que les dauphins possèdent aussi cette capacité, même si les travaux menés sur un individu par David Smith, psychologue de l'université de Buffalo, sont incomplets.

    Santino, chimpanzé facétieux

    Mais le savoir sur le savoir équivaut- il à la conscience ?

    Le savoir animal ne concerne-t-il pas que l'instant présent ?

    Pas du tout.

    Il existe des animaux capables de voyager mentalement dans le temps !

    « Certains ne sont pas prisonniers du présent, assure Josep Call, psychologue à l'institut Max-Planck d'anthropologie et d'évolution de Leipzig (Allemagne), ils peuvent tenir compte des événements du passé et se projeter dans l'avenir. »

    Sous sa houlette, des chimpanzés et un orangoutan ont montré qu'ils savaient patienter 70 minutes pour obtenir une soupe de fruit, plutôt que de se contenter immédiatement du fruit nature.

    Bref, ils ont renoncé à un plaisir immédiat pour un plaisir ultérieur plus grand encore.

    Mieux, ils étaient capables de s'organiser à l'avance, choisissant et conservant en main l'outil qui leur permettrait, quelques heures plus tard, de faire fonctionner une machine.

    Santino, le chimpanzé facétieux d'un zoo de Furuvik (Suède), s'est illustré récemment en amassant des pierres en prévision du moment où il pourrait... bombarder des visiteurs.

    Cependant, dans la nature, les grands singes ne préparent pas leurs outils longtemps à l'avance et les abandonnent après usage, peut- être parce qu'ils trouvent une abondance de matériaux sur place.

    En liberté, seul «le corbeau de Nouvelle-Calédonie, qui fabrique crochets et harpons pour larder les chenilles, emporte parfois ses outils et les réutilise», assure l'éthologue australien Gavin Hunt.

    Plus fort : les geais à gorge blanche testés par Nicola Clayton, de l'université de Cambridge (Royaume- Uni), entre 1998 et 2003, semblent avoir une « mémoire épisodique ».

    La chercheuse a donné aux corvidés des chenilles et des cacahuètes que ces champions de la cachette ont promptement enterrées, selon leur habitude.

    Les geais préfèrent les larves tendres, mais celles-ci perdent leur saveur au bout de cinq jours.

    Or, « si on leur permet de récupérer leurs provisions après quatre jours, ils filent déterrer les chenilles ; mais à partir du cinquième jour, ils choisissent les cacahuètes », explique la biologiste.

    Dans leur fonctionnement mnésique, ces oiseaux utilisent donc les trois critères du processus de mémoire épisodique : le « quoi », le « où » et le « quand ».

    Les geais de Nicola Clayton sont également capables de planquer, en prévision, de la nourriture dans la cage où ils savent que l'expérimentateur ne dépose jamais rien à manger, contrairement aux autres cages.

    Il est évident qu'ils se projettent dans l'avenir.

    Josep Call Certains animaux ne sont pas prisonniers du présent.

    Ils peuvent tenir compte des événements du passé et se projeter dans l'avenir.

    Voyeur voleur

    D'autres tests menés sur les geais et des écureuils montrent qu'ils déplacent leurs trésors, voire font consciencieusement semblant de les enterrer - pour les enfouir discrètement plus loin - s'ils se savent observés par un congénère animal ou par un étudiant.

    Fait troublant, seuls les animaux qui ont déjà dérobé, au moins une fois, la nourriture d'autrui agissent ainsi.

    Pensent-ils que le voyeur peut se transformer en voleur, et s'interrogent- ils sur ses intentions ?

    Une telle disposition mentale est un indice susceptible de démontrer l'existence, chez eux, d'une théorie de l'esprit.

    Justement, à quel point les animaux sont-ils aptes à se mettre mentalement à la place d'un autre (congénère ou expérimentateur) et à lui attribuer des intentions, voire des croyances ?

    Les chiens et les chèvres peuvent apprendre à suivre la direction du regard d'un humain et utiliser efficacement les indices qu'il leur donne pour trouver un aliment.

    La domestication peut expliquer cette aptitude, que l'on a également retrouvée chez les dauphins, les phoques à fourrure, les corbeaux et, tout récemment, les choucas en contact avec l'homme.

    Priés de quémander leur nourriture à deux humains, l'un les yeux bandés, l'autre non, des éléphants se sont adressés à celui qui était susceptible de les voir.

    Curieusement, des chimpanzés ont moins bien réussi ce test dit de Povinelli, du nom de Daniel Povinelli, psychologue de l'université de Louisiane.

    Ce dernier dénie toute théorie de l'esprit aux chimpanzés.

    Mais les conditions de ses expériences ont été vertement critiquées : il aurait notamment testé des chimpanzés trop jeunes, les petits humains échouant également à ces exercices.

    Par ailleurs, d'autres grands singes, testés par David Premack - le premier à avoir postulé l'existence d'une théorie de l'esprit chez les chimpanzés en 1978 - ont réussi des tests similaires ou approchants.

    Le primatologue Michael Tomasello, de l'institut Max-Planck de Leipzig, juge de son côté plus pertinent d'observer ce type d'interactions entre singes et non entre singes et humains.

    Il a obtenu un résultat savoureux : les chimpanzés auxquels on donne le choix entre deux sources de nourriture - l'une visible, l'autre invisible par le mâle dominant - préfèrent s'emparer de l'aliment que le chef ne voit pas.

    Pour pouvoir manger en paix ?

    La dissimulation, fréquente chez les singes, a été mise en évidence lors d'expériences.

    Les primates indiquent par exemple de fausses cachettes de bonbons à un expérimentateur s'ils ont appris à leurs dépens que ce dernier les gardait pour lui.

    Koko, la femelle gorille formée au langage des signes (lire également pp. 8-13), a un gros mensonge à son actif.

    Un jour qu'on lui demandait pourquoi elle avait détérioré un évier, elle accusa l'une de ses instructrices :

    « Kate-évier- mal ».

    Redoutait-elle une semonce ? (lire l'encadré ci-contre.)

    Les tromperies de Dandy, un chimpanzé mâle, ont également stimulé la réflexion de l'éthologue Frans de Waal, de l'université Emory (Atlanta).

    L'animal avait trouvé le moyen de s'accoupler malgré la présence du mâle dominant.

    Il copulait avec sa femelle préférée de sorte que le chimpanzé puisse les voir tous deux en partie, sans toutefois visualiser l'accouplement.

    La femelle, quant à elle, se gardait bien d'émettre le cri qu'elle poussait habituellement avec le dominant.

    Mieux, Dandy neutralisait ses rivaux en alertant le dominant pour qu'il les chasse s'ils venaient à serrer d'un peu trop près « sa » femelle.

    Difficile de lui dénier un savoir sur les intentions d'autrui.

    Le miroir aux dauphins

    Au terme de trente ans d'expériences et d'observations, et même si la question divise toujours les spécialistes, on peut accorder aux chimpanzés une théorie de l'esprit au moins partielle.

    Ils semblent comprendre ce que l'autre voit et sait, et quel est le but de ses actions.

    Pour Josep Call, cependant, « rien ne prouve qu'ils attribuent des désirs ou des croyances à autrui ».

    En revanche, certains grands mammifères semblent avoir conscience d'eux-mêmes.

    Après les chimpanzés, d'autres espèces ont réussi le test du miroir imaginé par le psychologue Gordon Gallup à partir des travaux de Jacques Lacan.

    Ce dernier avait découvert qu'à partir de 18 mois, les jeunes humains confrontés à leur reflet dans une glace exploraient la partie de leur corps qui avait été marquée par une tache.

    Dans les années 1990, Ken Marten, de l'université de Californie (Santa Cruz), a testé cette aptitude sur des lions de mer, des dauphins souffleurs, des orques et des pseudo-orques.

    Ces animaux étant dépourvus de mains, il fallait rechercher chaque fois des comportements suggérant un autoexamen à partir de l'image reflétée : mouvements rythmiques de la tête, émission de bulles... et les distinguer de leurs comportements sociaux face à d'autres congénères.

    Ardu.

    Au final, si les orques et les dauphins s'examinent dans la glace, la réponse est moins claire pour les pseudo-orques, et les lions de mer échouent catégoriquement.

    Derniers en date, des éléphants puis des pies ont traversé avec succès l'épreuve du miroir en 2006 et 2008 !

    Toutefois, l'explication selon laquelle la réussite au test de la tache prouve que l'animal se reconnaît « en tant que lui-même » est remise en question, toujours par le sceptique Daniel Povinelli : il interprète cette réussite dans des termes plus économiques en considérant que les animaux ne se reconnaissent pas dans le miroir comme nous, mais qu'ils reconnaissent leurs mouvements, comme d'ailleurs les jeunes enfants.

    Il s'agirait d'une reconnaissance « kinesthésique ».

    Le débat n'est donc pas clos.

    Métacognition, voyage dans le temps, théorie de l'esprit, reconnaissance de soi...

    Toutes ces aptitudes sont incomparables, selon des chercheurs comme Josep Call, qui se refuse à établir une articulation, encore moins une hiérarchie, entre elles.

    Reste que dans ces expériences, les animaux sont mis en demeure de répondre à nos questions, de parler notre
    langage.

    « Il serait plus intéressant d'observer quelles questions ils se posent spontanément, imagine le biologiste Yves Christen. Cela demande évidemment une tout autre approche, des expériences menées dans un esprit de coopération, voire l'apprentissage - même partiel - par les humains de leur langage. Bien sûr, ce n'est pas pour demain. »

    Comme le dit l'éthologue Boris Cyrulnik :

    « Le jour où l'on comprendra qu'une pensée sans langage existe chez les animaux, nous mourrons de honte de les avoir enfermés dans des zoos et de les avoir humiliés par nos rires. »

    ***

    Christof Koch, A la recherche de la conscience, Odile Jacob, 2006.

    Donald Griffin, La Pensée animale, Denoël, 1998.

    Yves Christen, L'animal est-il une personne ? Flammarion, 2009.

    Mark Bekoff, Les Emotions des animaux, Payot, 2009.

    Karine Lou Matignon, Sans les animaux, le monde ne serait pas humain, Albin Michel, 2000.

    RACHEL MULOT

  • "Un autre exemple de schizophrénie morale" (Gary Francione)

    http://uwpresse.com/SERVER/reportages/MARINE_LIFE/REQUIN_BLANC_ATTAQUE_OTARIES/images/prevs/prev3.jpg

    Chères collègues et chers collègues,

    Depuis maintenant plusieurs années, j’utilise l’expression « schizophrénie morale » pour décrire la manière confuse et illusoire dont nous, humains, pensons le statut moral des animaux nonhumains.

    Ce matin, je suis tombé sur un exemple de schizophrénie morale qui m’a paru remarquable.

    L’Associated Press rapporte l’histoire suivante : Les grands requins blancs chassent exactement comme Hannibal Lecter.

    Selon ce qui est raconté, des personnes apparemment considérées comme des scientifiques soutiennent ce qui suit :

    "Les grands requins blancs ont quelque chose en commun avec les tueurs en série, nous apprend une nouvelle étude : ils n’attaquent pas au hasard, mais traquent des victimes spécifiques, qui tentent de leur échapper.

    Selon une étude publiée en ligne lundi dans le Journal of Zoology, les requins restent à l’écart et observent d’un point de vue ni trop rapproché, ni trop éloigné, chassent stratégiquement et apprennent de leurs précédentes attaques.

    Les chercheurs ont utilisé une méthode servant à comprendre le profil des tueurs en série pour saisir comment chasse ce prédateur sans peur des océans, ce qui est difficile à observer de la surface."

    Réfléchissons à tout ça quelques secondes.

    Les animaux nonhumains seraient comparables à des tueurs en série sous prétexte qu’ils chasseraient de façon stratégique et prendraient des décision délibérées à propos de ce qu’ils vont manger.

    S’agit-il d’une blague ?

    Les chasseurs humains ne font-ils pas la même chose ? Bien sûr que oui.

    L’article continue :

    "Il y a une grosse différence entre les grands requins blancs et les tueurs en série et elle peut être identifiée par les bonnes vieilles méthodes d’enquête : la recherche du motif.

    Les grands requins blancs attaquent pour manger et survivre, pas pour le plaisir.

    Et les grands requins blancs sont des créatures majestueuses qui doivent être sauvées, nous dit Hammerschlag."

    Mais la plupart des chasseurs humains ne chassent pas pour survivre ; ils chassent parce qu’ils aiment traquer et tuer.

    Est-ce que cela ne les rend pas davantage comparables aux tueurs en série, compte tenu de la définition que donne l’auteur de l’article de ces derniers ?

    Il me semble qu’il s’agit là de la conclusion logique à laquelle nous mène inéluctablement l’article.

    Le fait que les animaux nonhumains agissent de manière stratégique pour se procurer de la nourriture ne les distingue pas des chasseurs humains - ou, en l’occurrence, des consommateurs humains qui font des choix alimentaires lorsqu’ils parcourent les allées du supermarché.

    De plus, le comportement des requins (et d’autres nonhumains) consistant à traquer est une preuve assez probante du fait que les nonhumains sont cognitivement sophistiqués et capables de penser rationnellement.

    Comme vous le savez, ma théorie des droits des animaux requiert seulement que les nonhumains soient sensibles pour être des membres à part entière de la communauté morale.

    Aucune autre capacité cognitive n’est nécessaire.

    Cela signifie que, du moment que les animaux sont conscients de leurs perceptions et peuvent ressentir la douleur, nous avons l’obligation morale de ne pas traiter ces animaux comme des ressources à la disposition des êtres humains.

    Mais ce comportement de traqueur indique tout de même que la philosophie occidentale, qui a traditionnellement nié toute pensée rationnelle aux animaux, s’est tout simplement trompée.

    En fait, l’analyse du comportement de chasse des requins que les chercheurs ont offerte constitue une preuve convaincante que certains humains sont incapables de penser rationnellement.

    Afin de nous sentir « supérieurs » et de maintenir le fantasme voulant que le nonhumain soit l’« autre », nous assimilons une activité qui caractérise notre propre comportement (dans le cas des chasseurs humains, l’analogie est beaucoup plus appropriée que dans celui des requins) avec celle d’un « tueur en série ».

    Voilà un exemple illustrant parfaitement à quel point notre raisonnement est confus et erroné ; c’est ce que je veux dire lorsque je parle de schizophrénie morale.

    Gary L. Francione

    http://www.abolitionistapproach.com/fr/2009/06/22/un-autre-exemple-de-schizophrenie-morale/

  • "Pauvre Che Guevara" (Gary Francione)

    http://membres.lycos.fr/guevara/photos/che302sa.jpg

    Chères collègues et chers collègues,

    Bien que je sois opposé à toute violence et que, par conséquent, je n’approuve pas la violence à laquelle a eu recours Ernesto « Che » Guevara pour libérer Cuba de l’emprise du dictateur cubain appuyé par les É.U. Fulgencio Batista, je trouve qu’il est profondément triste de voir la dernière campagne de PETA où la petite-fille du Che, Lydia Guevara, pose à demi nue dans une annonce de la campagne de PETA qui fait la promotion de la « révolution végétarienne ».

    Cette annonce banalise la lutte pour la justice sociale en laquelle le Che croyait et pour laquelle il a donné sa vie.

    Pouvez-vous imaginer Che Guevara « se mettre nu pour la libération plutôt que d’être une marionnette pour les É.U. ? ».

    Non, bien sûr que non.

    En 2007, PETA sortait son State of the Union Undress, un vidéo montrant une femme faisant un strip-tease complet « pour les animaux » qui se terminait sur une citation du Dr. Martin Luther King.

    Dans mes commentaires à propos du vidéo de PETA, je disais :

    Le fait que PETA considère qu’il est approprié de terminer l’enregistrement vidéo d’un strip-tease par une citation de Martin Luther King à propos des injustices est une indication supplémentaire nous permettant de conclure que PETA est prêt à banaliser n’importe quoi et n’importe qui dans le cadre de ses efforts acharnés pour se promouvoir lui-même.

    PETA devrait peut-être se souvenir que Dr. King a fait avancé de manière significative la cause de la justice en se servant de l’intelligence, de la ténacité, de la dignité et du courage, sans jamais se dévêtir pour gagner des droits civils ou utiliser les moyens sensationnalistes et vulgaires qui sont devenus la marque de commerce de PETA.

    Voilà le problème avec les tentatives pathétiques de PETA visant à lier ses campagnes aux luttes pour les droits civils ou pour d’autres luttes pour la justice sociale.

    Les gens impliqués dans ces luttes étaient des gens sérieux qui ont fait de sérieux sacrifices et ont tenté d’amener des changements fondamentaux dans la manière dont les gens pensent.

    PETA ne fait rien de plus que visiter de la publicité et des dons pour lui-même.

    Et c’est dommage.

    De plus, il est tragiquement ironique que PETA utilise des images sexistes alors que Che Guevara, un marxiste engagé, rejette le sexisme.

    Mais j’imagine qu’en fin de compte, ce n'est pas bien important puisque je suppose que la plupart des membres de PETA ne savent pas du tout qui était Che Guevara.

    Dans la mesure où des gens d’ailleurs dans le monde se souviennent du Che, ils seront, comme moi, profondément attristés par cette campagne.

    Et malheureusement, plusieurs utiliseront ce coup de publicité idiot comme excuse pour discréditer les droits des animaux en tant que position éthique sérieuse.

    Che Guevara n’était pas végétarien.

    Peut-être, s’il avait survécu, en serait-il venu à considérer les droits des animaux comme une question sociale sérieuse.

    Je doute, par contre, qu’il y serait arrivé grâce aux campagnes de PETA.

    Gary L. Francione

    http://www.abolitionistapproach.com/fr/2009/06/20/pauvre-che-guevara/

  • "Le contexte fait toute la différence" (Gary Francione)

    http://fc07.deviantart.com/fs35/f/2008/306/6/f/Horse__s_Eye_by_Sugargrl14.jpg

    Chères collègues et chers collègues,

    Le professeur Gary Steiner a porté à mon attention une vidéo intéressante de la Onion News Network.

    Il porte sur l’histoire d’une jeune gymnase ayant été « euthanasiée » par ses parents après avoir souffert de blessures mineures, mais qui affectaient sa carrière.

    Si nous employons le vocabulaire utilisé lorsque des chevaux de course blessés sont « endormis » dans un contexte où des humains sont impliqués, nous obtenons des indices intéressants nous permettant de réaliser que même ceux qui disent « aimer » les animaux font souvent d’eux des marchandises et les perçoivent exclusivement comme des moyens d’atteindre leurs fins.

    Nous entendons également dire que, selon la plupart des gens, le problème serait seulement la souffrance et que, tant et aussi longtemps que la mise à mort serait faite sans douleur, aucune question morale indépendante ne devrait être soulevée.

    Cela sous-entend que l’acte de tuer, en soi, ne causerait pas de tort.

    Nous comprenons facilement le problème lorsque nous appliquons ce raisonnement au contexte humain.

    Si vous aviez tué quelqu’un sans lui causer de douleur et l’aviez fait alors que votre victime dormait et qu’elle ne pouvait savoir que sa mort était imminente, vous auriez tout de même causé un tort à cet individu.

    Bien sûr, vous lui auriez causé un tort encore plus grave si, en plus de la tuer, vous l’aviez également torturée.

    Mais vous lui auriez aussi causé un tort même si vous ne l’aviez que tuée sans lui infliger de douleur ou de souffrance.

    Lorsqu’il s’agit des animaux, la plupart d’entre nous ne comprennent pas cela.

    Nous croyons que le problème entoure la souffrance - pas la mort.

    Nous pensons qu’il est acceptable pour nous d’utiliser les animaux tant que nous les traitons « humainement ».

    C’est là toute la prémisse de l’approche en faveur du bien-être animal : il est moralement acceptable que les humains utilisent les animaux, du moment qu’ils minimisent la souffrance impliquée.

    Cette idée est véhiculée par de nombreux défenseurs des animaux et j’ai déjà écrit à ce propos sur ce site (voyez ce billet par exemple) et d’autres de mes écrits (c’est un des thèmes centraux de Animals as Persons).

    C’est précisément cette idée qui porte les activistes à appuyer des campagnes faisant la promotion des œufs de « poules en liberté » plutôt que de consacrer leur temps et leurs ressources à informer les gens des raisons pour lesquelles ils ne devraient pas manger d’œufs du tout.

    Ces campagnes visant à réformer les normes de bien-être animal ne seraient pertinentes que si l’utilisation des animaux était moralement acceptable et que le problème ne concernait que la manière dont nous traitons ces animaux que nous exploitons.

    Plusieurs welfaristes expriment clairement que tuer des animaux - si c’est fait sans douleur - ne soulève pas de question morale.

    Comme le vidéo d’Onion le démontre, nous jugerions une telle chose absurde dans un contexte humain.

    C’est seulement parce que nous sommes spécistes que nous sommes incapables de voir qu’il est également absurde de soutenir que la mise à mort d’animaux nonhumains - même lorsque ces animaux ne souffrent pas - implique l’imposition d’un tort à ces animaux.

    Devenez végans et ayez recours à des méthodes créatives et non violentes pour parler aux autres du véganisme.

    Gary L. Francione

    http://www.abolitionistapproach.com/fr/2009/06/19/le-contexte-fait-toute-la-difference/

  • La chasse aux trophées coûte cher aux lions et aux pumas (Sciences et avenir)

    http://tempsreel.nouvelobs.com/file/713437.jpg

    Chez ces grands félins, les infanticides provoqués par la perte d’un mâle aggravent les effets de la chasse de loisirs.


    Chassés pour la satisfaction de ramener un trophée, de grands félins comme les lions et léopards en Afrique ou les pumas en Amérique du Nord feraient les frais de ce sport qui vise en priorité les mâles adultes.

    Chez ces animaux la disparition d’un mâle pousse un autre mâle à tuer les petits du disparu pour se reproduire avec la lionne restée seule. Les populations de lions et de pumas souffriraient de ces infanticides, selon une étude publiée dans la revue PLoS ONE.

    Craig Packer (University of Minnesota, USA) et ses collègues ont comparé les chiffres de la chasse pour ces trois espèces de félidés avec ceux de l’ours noir américain, une espèce également chassée mais chez laquelle on n’observe pas d’infanticides liés à cette pratique.

    Pour les lions en Afrique et les pumas en Amérique, les chiffres des trophées, en baisse depuis quelques années, coïncident avec la diminution des populations observée sur le terrain, relèvent les chercheurs.

    Cependant, dans certaines régions, comme dans la réserve de Selous en Tanzanie où la chasse aux lions est intense, les léopards profitent de la disparition de leur principal prédateur.

    L’effet de la chasse sur eux est donc moins visible, estiment les chercheurs.

    En comparaison, les populations d’ours noirs n’ont pas diminué aux Etats-Unis malgré une importante chasse aux trophées.

    Utilisée comme un moyen de mettre en valeur la conservation des animaux, la chasse sportive est malheureusement souvent détournée pour répondre à d’autres besoins, estiment Packer et ses collègues.

    Elle répond aux pressions des populations locales qui veulent protéger leur bétail des prédateurs.

    Ces 25 dernières années, les zones où les populations de lions et de pumas ont le plus diminué sont aussi les zones qui ont la plus forte densité de têtes de bétail, écrivent les chercheurs.

    Ils citent l’exemple de l’Etat de l’Oregon, aux États-Unis, qui a décidé de réduire de 40% sa population de pumas pour réduire la prédation sur les animaux domestiques et d’élevage.

    Le nombre de lions vivant en liberté en Afrique est aujourd’hui estimé à moins de 30.000, soit 45 à 70% de moins qu’il y a 15 ans.

    Cécile Dumas
    Sciences-et-Avenir.com

    http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/sciences/nature/20090618.OBS1104/la_chasse_aux_trophees_coute_cher_aux_lions_et_aux_puma.html

  • Danemark : reprise de la chasse de la baleine à bosse

    http://www.lesbaleines.net/loisirs/images/baleine-a-bosse.jpg

    Une organisation écologiste a dénoncé mardi l'intention du Danemark de reprendre la pêche à la baleine à bosse, espèce protégée depuis 1966, et appelé les Européens à s'y opposer au cours du prochain sommet annuel de la Commission baleinière internationale (CBI).

    LISBONNE, Portugal ; 16 juin 2009.- Selon la Société pour la conservation des baleines et des dauphins (WDCS), le Groenland, territoire semi-autonome danois, a l'intention de réclamer un quota de 50 baleines à bosse sur cinq ans dans le cadre de sa «chasse aborigène», au sommet de la CBI qui se réunit à partir de lundi sur l'île portugaise de Madère.

    « Le Danemark exerce une forte pression, avec le soutien de la Suède, pour essayer d'obtenir un consensus européen en faveur de la proposition du Groenland », affirme le porte-parole de la WDCS Nicolas Entrup, dans un communiqué publié à Funchal (Madère, Portugal) où se déroulent depuis le 28 mai des travaux préparatoires au sommet.

    « La WDCS appelle les Etats membres et la présidence tchèque (de l'UE) à ne pas mettre en cause la réputation de l'Union européenne et son engagement pour la conservation des baleines dans le monde », ajoute M. Entrup.

    Depuis la réunion de la CBI de 2008, à Santiago du Chili, les pays membres de l'UE votent en bloc, mais le Danemark peut échapper à cette règle car le Groenland n'appartient pas à l'Union.

    Le Danemark s'apprêterait à justifier sa demande par des besoins accrus en viande de baleine des populations du Groenland, ce que conteste la WDCS, arguant qu'au cours de la dernière décennie, le Groenland « n'a jamais capturé toutes les baleines comprises dans son quota de ''subsistance' '».

    La CBI impose depuis 1986 un moratoire illimité interdisant la chasse commerciale à la baleine, mais autorisant, selon des quotas précis, la chasse à des fins scientifiques et à la subsistance de populations indigènes.

    L'organisation regroupe 85 pays qui tentent depuis des années de parvenir à un nouveau compromis pour réglementer la chasse et la conservation des baleines.

    (Agence France-Presse)

    http://www.planetaazul.com.mx/www/2009/06/16/reprise-de-la-chasse-a-la-baleine-a-bosse-des-ecologistes-inquiets/

    Enlaces Relacionados
  • "Préparer un kiosque d’éducation végane" (Francione)

    vegan-education.jpg

    Chères collègues et chers collègues,

    L’approche abolitionniste, telle que je l’ai discutée et développée sur ce site et dans mon travail des 20 dernières années, veut que devenir végan et avoir recours à des méthodes créatives et non violentes pour éduquer les autres à propos de l’importance éthique du véganisme sont les plus importantes formes d’activisme social disponibles pour ceux d’entre nous qui souhaitent remplacer le paradigme selon lequel les animaux sont notre propriété par celui selon lequel les animaux sont des personnes.

    Plusieurs militants qui sont d’accord avec l’approche abolitionniste n’ont aucun problème avec le premier pas du programme : devenir végans.

    Mais le deuxième pas les laisse perplexes.

    Que peuvent-ils faire comme éducation végane créative et non violente ?

    Un des objectifs de ce site est de partager avec vous certaines des merveilleuses choses que d’autres militants ont faites dans ce sens.

    Par exemple, il y a plusieurs jours de cela, je vous ai parlé des « flip books » contenant des fiches individuelles de nos vidéos qu’Elizabeth Collins utilisera dans son travail d’éducation communautaire.

    Aujourd’hui, je vous offre quelques informations pratiques à propos de la manière de construire un kiosque végan - une sorte de station d’éducation végane - afin que vous puissions montrer des vidéos et distribuer des pamphlets.

    Adam Kochanowicz de The Vegan News-Vegan FM, avec l’aide de son père, enseigne en 6 minutes, comment, avec très peu d’argent, construire et installer un kiosque d’éducation végane qui peut aisément être transportée et installée dans plusieurs des évènements communautaires qui sont de si bons endroits pour faire un tel travail.

    Il s’agit d’une vidéo formidable.

    Regardez-la.

    Construisez un kiosque.

    Et éduquez, éduquez, éduquez !

    C’est la seule manière de changer le monde.

    Gary L. Francione

    http://www.abolitionistapproach.com/fr/2009/06/16/preparer-un-kiosque-deducation-vegane/

  • Parties de HOME : plus d’activisme non violent (Francione)

    http://lorenjy.files.wordpress.com/2009/06/home-film.jpg

    Chères collègues et chers collègues,

    La semaine dernière, j’ai blogué à propos de HOME, un documentaire extraordinaire portant sur la manière dont l’avidité humaine et le matérialisme détruisent notre planète.

    Bien que HOME était (et est toujours) disponible sur YouTube, il est aussi disponible sur support DVD dans la plupart des clubs vidéos.

    Pour l’avoir vu sur un écran d’ordinateur d’abord et sur le large écran d’une télévision ensuite, je peux vous assurer que l’expérience est qualitativement différente.

    HOME est esthétiquement magnifique lorsqu’il est diffusé sur l’écran 17 pouces d’un Mac.

    Mais lorsqu’il l’est sur un écran plat de 40 pouces, l’expérience est stupéfiante.

    Nous avons tenu deux « parties HOME ».

    Nous avons invité des petits groupes d’amis à se joindre à nous pour regarder le film, qui dure à peu près 90 minutes.

    Pendant le visionnement, nous avons offert une variété de bouchées véganes.

    Après cela, nous avons eu une discussion où, à tour de rôle, nous interprétions ce que nous venions de voir, partagions le message retenu et imaginions les différentes choses nous pouvons faire dans nos propres vies pour rendre notre passage sur cette planète un peu moins dommageable.

    Dans tous les cas, la discussion a glissé vers l’élevage ainsi que vers la relation générale entre le matérialisme et les violations des droits des humains et des nonhumains.

    Même si aucun de nos invités n’était végan avant de venir (plusieurs étaient végétariens), il est clair que le film et la discussion qui a suivi les a stimulés à réfléchir et je ne serais pas surpris d’apprendre que certains changements personnels profonds avaient été inspirés à l’occasion de ces réunions autour de HOME.

    Comme je l’ai mentionné dans mon premier billet, HOME ne véhicule pas un message explicitement pro-végan, mais il est difficile de ne pas comprendre que le véganisme est un message implicite, au moins pour des raisons écologiques, sinon pour des raisons directement associées à la valeur inhérente des animaux, sujet dont je parle dans mon travail portant sur l’éthique animale.

    À cet égard, une discussion après-film peut facilement se diriger vers la relation entre les préoccupations écologiques et celles qui touchent la valeur inhérente.

    Les opportunités de promouvoir l’éducation créative et non violente à propos du véganisme nous entourent. HOME a attiré plus de 1 million de spectateurs YouTube en une semaine.

    C’est un excellent moyen d’explorer plusieurs des sérieuses questions morales impliquant les humains et les nonhumains.

    Les réunions HOME peuvent constituer une bonne façon de faire découvrir à vos amis et à vos voisins la nourriture végane afin qu’ils puissent s’apercevoir qu’ils peuvent manger de manière non violente sans avoir à sacrifier le bon gout de leurs repas.

    Pensez à organiser une party HOME.

    Cela pourrait vous donner une bonne opportunité d’informer vos inviter, de participer à des discussions stimulantes et d’avoir du plaisir.

    Gary L. Francione

    http://www.abolitionistapproach.com/fr/2009/06/15/parties-de-home-plus-dactivisme-non-violent/

  • "Une bonne idée d’éducation communautaire" (Francione)

    http://i198.photobucket.com/albums/aa224/ode2/vegan.gif

    Chères collègues et chers collègues,

    Elizabeth Collins, une militante abolitionniste et « podcaster » de la Nouvelle-Zélande, m’a fait part d’une idée pour éduquer les gens de manière créative et non violente à propos du véganisme.

    J’aimerais à mon tour la partager avec vous.

    Elizabeth est en train de construire un kiosque qu’elle utilisera pour faire de l’éducation communautaire à propos des droits des animaux et du véganisme.

    Elle compte utiliser les vidéos en ligne que l’on trouve sur ce site — Théorie des droits des animaux, Animaux comme propriétés, et Droits des animaux c. Bien-être animal — mais elle trouve qu’il est compliqué d’apporter son ordinateur portable dans la rue.

    Alors, elle a décidé d’imprimer chaque diaporama et de créer un album ou une « flip-book » qui permettra aux gens qui viendront visiter son kiosque de lire ces présentations relativement brèves et accessibles à propos des idées centrales de l’approche abolitionniste.

    Ses collègues et elle pourront répondre à toutes les questions et discuter plus longuement du sujet avec ceux qui le désirent.

    Elle distribuera également notre pamphlet abolitionniste et d’autre écrits sur le véganisme et l’abolitionnisme.

    Pour ceux qui veulent utiliser les vidéos pour faire de l’éducation communautaire à propos des droits des animaux et du véganisme, mais qui ne peuvent les projeter ou les faire jouer sur un ordinateur, ces albums ou « flip-books » semblent être une excellente solution.

    Devenir végan et éduquer les autres à propos du véganisme est la plus importante forme d’activisme que vous puissiez faire.

    Partagez avec les autres l’idée simple : devenez végans.

    C’est facile, c’est bon pour votre santé et pour celle de la planète et, c’est là le plus important, c’est la juste chose à faire.

    Gary L. Francione

    http://www.abolitionistapproach.com/fr/2009/06/14/une-bonne-idee-deducation-communautaire/

  • "Prendre soin de notre maison" (à propos de "Home") (Francione)

    http://lorenjy.files.wordpress.com/2009/06/home-film.jpg

    Chères collègues et chers collègues,

    Le vendredi 5 juin - le jour de l’environnement - un documentaire remarquable appelé HOME a été diffusé dans les salles de cinéma et à la télévision de plus de 50 pays, ainsi que sur internet.

    HOME est l’histoire de la Terre et de l’évolution de la vie sensible, sur la manière dont les êtres humains ont, dans une période de temps relativement courte, amené la planète au bord du désastre.

    Je vous recommande fortement de visionner ce documentaire, qui sera disponible jusqu’au 14 juin à l’adresse YouTube.

    Encouragez vos ami(e)s et votre famille à le voir.

    C’est gratuit et chaque seconde des 93 minutes que dure le film vaut la peine.

    La narration est intelligente et ceux qui en connaissent peu à propos de l’écologie en sortirons riches d’une expertise considérable.

    Ceux qui sont déjà instruits en sauront encore davantage.

    La photographie est absolument sensationnelle.

    Chaque plan représente une photo qui pourrait facilement être affichée sur l’un de vos murs.

    Et à l’égard de la question animale, HOME est largement meilleur que le documentaire de Al Gore, An Inconvenient Truth, ce qui était surprenant, considérant que les commanditaires de HOME produisent des produits animaux.

    Le film contient une critique explicite de l’agriculture intensive et une discussion à propos de l’inefficacité de notre utilisation des ressources (céréales, eau) pour la production de la viande.

    Bien que le film ne défende pas le véganisme en tant que tel, il s’agit pourtant là de la conclusion logique vers laquelle mène son message.

    Tel que je le soutiens depuis plus longtemps que ce dont je souhaite me souvenir, quiconque se soucie le moindrement de l’environnement doit devenir végan même s’il ou si elle ne se soucie pas des problèmes éthiques entourant l’exploitation animale.

    HOME est un signal d’alerte dont nous avons désespérément besoin.

    Nous, êtres humains, - spécialement ceux qui, parmi nous, vivent dans les nations riches et industrialisées - devons comprendre la pure insanité du style de vie que nous considérons comme « normal ».

    Regardez HOME.

    Gary L. Francione

    http://www.abolitionistapproach.com/fr/2009/06/08/prendre-soin-de-notre-maison/

  • "Personne n'a été blessé dans l'incendie" (Francione)

    dinde.jpg

    Chères collègues et chers collègues,

    Le professeur Roger Yates vient de m’envoyer un article d’actualité portant sur la ferme d’élevage de dindes au Minnesota.

    Dans cet article, on affirme :

    "Environ 25 000 dindes sont mortes sous les flammes qui ont ravagé une grosse étable dans la région rurale de Cannon Falls, mais personne n’a été blessé par l’incendie."

    Vingt-cinq mille dindes ont été tuées, mais « personne n’a été blessé par l’incendie ».

    Il est clair que « personne » ne réfère aux humains.

    Comme j’adhère au principe de Ahimsa, ou de non-violence, je suis évidemment soulagé de savoir qu’aucun être humain n’a été blessé par le feu.

    Mais parce que les animaux sont du bétail - ils sont des choses et rien d’autre - ils ne sont pas considérés comme des individus qui auraient pu être blessés lors de l’incendie.

    Une dinde n’est personne.

    On peut également lire, dans cet article :

    "John Peterson aide l’entreprise familiale. Il déclare qu’il s’agit d’un « terrible incendie » et d’un événement réellement choquant."

    Si nous parlions d’un feu qui aurait tué des êtres humains et que nous utilisions le mot « terrible », cela renverrait au fait que la perte d’une vie constitue un évènement moralement indésirable.

    Mais nous parlons de propriétés.

    Pour monsieur Paterson, ce qui est « terrible » est le fait que sa propriété a été endommagée et que les dindes n’aient pas pu vivre assez longtemps pour être entassées dans des cages, pendues la tête en bas, voir leur gorge tranchée et être immergées dans un bassin d’eau brûlante - ce qui empêche monsieur Peterson et tous ceux qui mangent de la viande et des produits animaux d’obtenir les bénéfices de cette opération.

    Et rappelez-vous que les gens qui sont ultimement responsables de l’exploitation animale ne sont pas ceux qui opèrent des fermes ou les abattoirs ; c’est sur ceux qui consomment de la viande et des produits animaux et qui créent ainsi la demande que repose la responsabilité morale ultime.

    Monsieur Peterson ferait autre chose de sa vie s’il n’y avait aucune demande pour la chaire et les autres produits d’origine animale.

    Tous les êtres sensibles sont semblables en ce sens qu’ils accordent tous de la valeur à leur propre vie et qu’ils ont intérêt à ne pas souffrir.

    Chaque être sensible est quelqu’un.

    Cet article aurait plutôt dû rapporter ce qui suit :

    "Environ 25 000 dindes sont mortes sous les flammes qui ont ravagé une grosse étable dans la région rurale de Cannon Falls; 25 000 individus ont donc été tués."

    Jusqu’à ce que nous faisions en sorte que plus d’humains voient les choses sous cet angle, rien ne changera jamais.

    Devenez végans et utilisez des méthodes créatives et non-violentes pour éduquer les autres à propos du véganisme.

    Gary L. Francione

    http://www.abolitionistapproach.com/fr/2009/06/07/personne-na-ete-blesse-dans-lincendie/

  • Charles Danten : nazi toi-même (ou le triomphe de la mauvaise foi)

    http://www.sagesse-primordiale.com/blog/wp-content/colombe.jpg

    Merci à Marjolaine Jolicoeur pour ce beau texte magistral, où rien ne manque - pas même Romain Gary.

    ***

    Charles Danten : un nazi ? (Marjolaine Jolicoeur)

    Disciples d’Hitler et milieux néonazis peuvent être contents : il se trouve encore des humains utilisant la propagande nazie pour salir la réputation de militants sincères et dévoués.

    Charles Danten, dans une démarche assez méprisante, fait un amalgame douteux entre le nazisme, la supposée « zoophilie des nazis », la compassion humaine envers les animaux et les végétariens vus comme des "nazis hypocrites".


    Pour dénigrer l’éthique du végétarisme et le mouvement pour la libération animale, il faut être de bien mauvaise foi ou complètement ignorant pour invoquer la monstruosité nazie ou Hitler, l’incarnation du mal absolu pour plusieurs.

    Cette tactique polémique, la reductio ad hitlerum, vise à disqualifier quelqu’un ou un groupe de personnes en les comparant à Hitler : Hitler était végétarien (ce qui est faux) et aimait les animaux, alors tous les végétariens et ceux qui aiment les animaux sont des nazis.

    Quand on est à court d’arguments, Hitler n’est jamais bien loin.

    On peut se questionner sur les motivations derrière ce parallèle entre Hitler et la vie pacifique de millions de végétariens et de militants pour les animaux.

    Danten pense-t-il vraiment qu’il fait avancer le mouvement pour la libération animale, que ses délires injurieux vont mettre fin à l’exploitation et aux massacres d’animaux ?

    Les fondements de la pensée nazie prennent racine dans des thèmes racistes et haineux.

    Aucune espèce de compassion chez les nazis, aucune empathie pour la souffrance de l’autre, qu’il soit humain ou animal.

    La conviction nazie reposait essentiellement sur une chose : le plus fort a le droit de soumettre le plus faible, de toutes les manières possibles, dans la violence s’il le faut, dans la cruauté aussi.

    « Qui ne possède pas la force perd le droit de vivre », disait Hitler.

    HIMMLER

    C’est en passant par l’élevage industriel des poulets que Himmler, le chef des SS et des camps d’extermination nazis, accrut son obsession pour garder, sur le plan racial, la "pureté" des Allemands.

    Selon Fritz Redlich cité dans l’ouvrage Eternel Treblinka de Charles Patterson :

    « Son intérêt pour la reproduction et l’abattage des poulets se transforma en intérêt pour la procréation et le meurtre des êtres humains ».

    Et le meurtre des êtres humains, comme celui des poulets, n’est absolument pas compatible avec le soi-disant bouddhisme de Himmler.

    Tout dans la morale bouddhiste - et chrétienne - s’articule autour de la non-violence, du pacifisme et de la bienveillance à l’égard des êtres vivants.

    Himmler n’était pas plus bouddhiste que George W. Bush est un disciple de Jésus.

    Comme d’autres nazis, Himmler a perverti certains concepts bouddhistes mais aussi hindouistes.

    Selon plusieurs témoignages, Himmler avait toujours sur lui une copie de la Bhagavad-Gita.

    Dans ce texte millénaire de l’Inde ancienne, Krishna dialogue avec son disciple Arjuna sur un champ de bataille, lui ordonnant de passer à l’action et d’accomplir son devoir avec détachement.

    Himmler interpréta à sa façon la Gita, s’en servant pour justifier la supériorité de la race allemande et aryenne sur les "sous-hommes dégénérés", qu’ils soient Juifs, Noirs, homosexuels, handicapés ou malades mentaux.

    La Gita était aussi le livre préféré de Gandhi.

    Au contraire d’Himmler, Gandhi puisa dans la Gita ses visions de non-violence et de paix autant envers les humains que les animaux.

    Pour ce digne représentant du végétarisme éthique et de l’ahimsa, cette histoire sacrée de l’hindouisme doit être prise dans un sens mythologique où l’âme se débat dans l’illusion du monde matériel, à la recherche de sa délivrance.

    Dans la Gita, « l’humble sage, éclairé du pur savoir, voit d’un oeil égal, le brahmane noble et érudit, la vache, l’éléphant ou encore le chien et le mangeur de chien. »

    Le yogi doit être « sans haine pour aucun être », il se libère et libère les autres grâce à l’amour.

    On est loin de l’idéologie nazie.

    HITLER

    Hitler n’était pas, de près ou de loin, un adepte du végétarisme.

    Tout comme Himmler, il ne mettait pas en pratique ce qu’il disait et croyait à ses propres mensonges.

    Pendant toute sa vie, Hitler a mangé de la saucisse et du jambon.

    Même en étant publiquement contre la chasse, en privé il consommait du gibier.

    Hitler se servait du végétarisme pour se gagner un capital de sympathie auprès du peuple allemand, les groupes écologistes étant très puissants et l'alimentation sans viande à la mode.

    A Berlin, en l900, on retrouvait plus de vingt restaurants végétariens.

    Quelques colonies végétariennes aussi, comme celle nommée Eden qui vendait divers produits alimentaires végés, dont un succédané de beurre, une sorte de margarine.

    Agriculture biologique, consommation de fèves de soja, de pains de blé entier, jeûnes, cures au soleil ,thérapies holistiques, homéopathie, massages et végétarisme s’intégraient dans le mouvement Lebensreform ou "réforme de vie", une expression apparue dès 1896.

    Une figure dominante de ce mouvement était l’Allemand Arnold Ehret (1866-1922).

    Ses livres sont toujours en réédition et extrêmement populaires, encore de nos jours, dans les milieux naturistes ou hygiénistes.

    Pour Ehret, les viandes demeurent toujours en état de décomposition et « elles se putréfient dans le colon et conduisent au cancer » ; la seule alimentation valable se compose de fruits et de légumes crus, elle est végétalienne, sans viande, lait ou oeuf.

    Hitler considérait le mouvement crudivore comme « une révolution », affirmant même « que l’une des causes du cancer réside dans la nocivité des aliments cuits. »

    Malgré ses beaux discours et sa peur de mourir du cancer comme sa mère, Hitler n’a jamais cessé de se gaver de gâteaux, de sucreries, de café, de viandes diverses, de lait, d’oeufs et d’aliments cuits.

    ("Hitler, un végétarien ?", Journal Ahimsa, 2007 : Http://www.ass-ahimsa.net/vege5.html )

    Hitler, un végétarien aimant les animaux ?

    Ce canular inventé de toutes pièces par son fidèle ministre de la propagande Joseph Goebbels se perpétue encore de nos jours.

    Hitler ne supportait que les chiens-loups - les bergers allemands - et plusieurs témoins rapportent qu’il battait à coups de fouet les chiens récalcitrants.

    A l’image de ses idées sur les humains, Hitler ne reconnaissait pas une égalité entre les animaux.

    Il refusait de se laisser photographier en compagnie des bichons d’Eva Braun, tout juste bons pour une femme.

    Les films de propagande nazie n’encensaient que les animaux pur-sang tout en se moquant de l’affection que les femmes seules ont pour leurs animaux.

    Le film Was du ererbt (« Ce dont vous avez hérité ») accusait les femmes propriétaires de chiens de dévoyer leur affection et leur instinct maternel.

    « Un amour exagéré pour un animal est dégénéré. Il n’élève pas l’animal mais dégrade l’être humain. »

    On croirait lire du Danten...

    Manifestement Hitler n’aimait guère les animaux puisqu’il traitait ses ennemis de « cochons », de « sales chiens », le peuple allemand de « stupide troupeau de moutons » et les Juifs de « vermine et de rats ».

    Cette pratique d’insulter des humains par des noms d’animaux n’appartient pas qu’aux nazis.

    Elle a souvent été un prélude à la persécution ou l’exploitation de peuples jugés comme inférieurs.

    Le monde animal a toujours été une abondante source de métaphores pour la désensibilisation devant la souffrance d’autrui :

    « Auschwitz commence quand quelqu’un regarde un abattoir et pense : ce ne sont que des animaux. » (Theodor Adorno)

    DERRIÈRE LES APPARENCES

    Hitler n’a jamais eu aucune implication personnelle en faveur de l’animal, d’un point de vue individuel ou juridique.

    Elisabeth Hardouin-Fugier a enquêté aux sources des documents législatifs du IIIe Reich concernant la protection animale et sur ces soi-disantes lois décrites par certains comme « les plus progressistes jamais écrites et qui feraient rêver n’importe quel défenseur des animaux ».

    L’historienne dément ces affirmations mensongères, s’interroge « sur les motifs qui incitent à diaboliser la démarche protectrice de l’animal, par contamination avec un personnage hors norme, Hitler » et s’insurge à juste titre contre ces manoeuvres pour dénigrer le milieu de la défense animale.


    Les premières mesures pour la protection animale ne viennent pas de l’Allemagne nazie mais du Royaume-Uni où de telles réglementations datent de l822.

    Le Martin’s Act punissait d'amende ou d’emprisonnement quiconque battait, abusait ou maltraitait chevaux, juments, ânes ou animaux dits domestiques.

    D’autres législations européennes suivirent.

    Afin « de réduire la souffrance animale et faire la promotion de valeurs humanitaires à l’égard des êtres animés », c’est à Londres, en l824, que la Society for the Prevention of Cruelty of Animals (SPCA) fut fondée.

    La SPCA prenait aussi position contre la pratique de certains scientifiques effectuant des expérimentations sur les animaux.

    Dans la société anglaise, ceux qui défendaient les animaux militaient aussi pour l’émancipation des esclaves humains (comme Jeremy Bentham).

    En France, une loi pour la protection des animaux date de l850.

    La sollicitude nazie envers les animaux de laboratoire n’était que du bluff et les nazis n’ont jamais vraiment légiféré contre la vivisection.

    Là encore ils mentaient, puisque les expériences sur les animaux continuèrent massivement autant dans les laboratoires que dans les camps d’extermination.

    Leur supposée loi contre la vivisection ne différait en rien dans sa substance de celle édictée en l875 en Angleterre ; elle émettait certaines restrictions, mais n’éliminait pas l’expérimentation animale :

    « Les expériences sur des prisonniers furent nombreuses et variées, mais elles avaient un point commun : toutes prolongeaient ou venaient compléter des expériences sur les animaux (...) et aux camps de Buchenwald et d’Auschwitz, les expériences sur les humains et les animaux furent menées simultanément, comme parties d’un seul programme. » (Dark Face of Science, John Vyvya, Micah Publications)

    La vivisection sur des animaux et des humains s’appuyait sur des bases scientifiques.

    Un grand nombre d’adhérents du parti nazi étaient médecins ou chercheurs scientifiques.

    Ce sont des scientifiques allemands qui ont synthétisé pour la première fois, dans les années 30, le Demerol, un dérivé de la morphine et la méthadone.

    (Goering et Goebbels étaient morphinomanes tout comme Hitler, malgré de grandes campagnes contre les drogues auprès du peuple allemand).

    Les premières études établissant la relation entre tabac et cancer du poumon furent réalisées pendant la période de l’Allemagne nazie.

    Hitler supervisa lui-même un ensemble de règles et de restrictions contre le tabac dans les lieux publics et les transports.

    En l939, le "Bureau contre les dangers de l’alcool et du tabac" vit le jour et les nazis inventèrent le terme de « tabagisme passif ».

    Antis-tabac et scientifiques, tous des nazis en puissance comme les végétariens et les défenseurs des animaux ?

    ÉVOLUTION SPIRITUELLE

    Les nazis se mentaient à eux-mêmes et aux autres aussi.

    Si au contraire, Hitler et les nazis avaient démontré de la bonté envers les animaux, de la compassion autant envers le chien que le cochon mangé, le cours de l’histoire aurait-il été le même ?

    Ressentir la douleur de l’autre, avoir de l’empathie envers les plus vulnérables, étendre l’égalité de considération à l’ensemble des êtres capables de sentience - de sensibilité - voilà de grandes qualités pouvant aider l’humain à devenir meilleur, individuellement mais aussi collectivement.

    La compassion est un signe d’évolution pour beaucoup de traditions spirituelles, philosophiques ou pour de grands esprits comme Pythagore, Plutarque, Plotin, Bouddha, les esséniens, les jains, les gnostiques, les cathares, Gandhi, Marguerite Yourcenar, Albert Einstein, le transcendantaliste Bronson Alcott, Isaac Bashevis Singer, Paul McCartney et tant d’autres.

    « Tant qu’il y aura des abattoirs, il y aura des champs de bataille », écrivait Leon Tolstoi, végétarien pendant les vingt-cinq dernières années de sa longue vie.

    Et pour Gary L. Francione, juriste et philosophe américain, « c’est une erreur de concevoir les problèmes de l’exploitation humaine et animale comme mutuellement exclusifs. Au contraire, toutes les formes d’exploitation sont inextricablement liées. Tant et aussi longtemps que nous tolérons la violence sous une ou l’autre de ses formes, la violence existera sous toutes ses formes. »

    Tant et aussi longtemps que les animaux seront considérés en tant que machines, objets, choses à tuer, à chasser ou à disséquer, il sera difficile sinon impossible de guérir cette violence qui détruit les humains et la planète.

    Chaque année dans le monde, plus de 50 milliards d’animaux sont abattus pour leur chair, sans compter les milliards de poissons et d’animaux aquatiques.

    Des millions de singes, chiens, chats, poissons ou lapins meurent dans les laboratoires pour tester pesticides, armements ou vaccins.

    L’industrie de la viande est un désastre écologique, privant des populations humaines d’eau potable et de céréales.

    Elle est une source de grande souffrance pour les animaux, des êtres conscients ayant le droit de vivre, comme nous, leur existence dans la paix.

    Mais il est « difficile de reconnaître quelque droit que ce soit à un animal dont on souhaite faire son repas » (Henry Salt).

    LES PROTECTEURS DES ANIMAUX ET LES VÉGÉTARIENS

    Selon Danten, les défenseurs des animaux regroupent des frustrés aux prises avec de graves problèmes psychologiques.

    Des violents qui s’ignorent, souffrant de narcissisme, d’égoïsme, des végétariens fanatiques faisant le salut hitlérien devant un bloc de tofu.

    Danten divague et fait de la psychologie à cinq cents.

    La nature humaine est mystérieuse et complexe, elle va bien au-delà des clichés et des étiquettes.

    Ceux et celles qui militent pour les droits des animaux, pour leur protection et leur libération font partie d’une infinie diversité.

    On ne peut les mettre dans le même sac, brasser le tout et faire de leurs motivations une généralisation ainsi réductrice.

    Mais une chose est certaine cependant : prendre la défense des animaux est un exercice périlleux dans nos sociétés axées sur le matérialisme et la consommation à outrance, la domination et l’exploitation.

    Facile de ridiculiser et de mépriser une cause impopulaire autant dans les médias qu’auprès d’un public soumis à la désinformation.

    Facile de dénigrer des militants motivés par un réel désir de justice, de solidarité et d’amour pour d’autres êtres vivants, pour la planète, les arbres, les baleines, les papillons ou les rivières, puisque tout est lié.

    Dans notre monde où la violence est partout banalisée, la compassion n’a pas bonne presse.

    Si cette sympathie universelle ne nous rend pas "meilleur", cela revient-il à dire que c’est son contraire, la violence, qui nous fait évoluer en tant qu’humain ?

    Philosophes, mystiques mais aussi psychiatres, sociologues, criminalistes, juristes et protecteurs des animaux affirment pourtant le contraire.

    Il existe une corrélation entre la violence faite aux animaux et celle perpétrée contre d’autres humains.

    Nombre de tueurs en série, sinon la majorité, ont commencé par abuser et violenter des animaux avant de le faire à des humains.

    Le tristement célèbre Ted Bundy, qui viola et tua plus de 40 femmes, avait été témoin pendant son enfance de la violence de son père envers les animaux ; il avoua par la suite avoir lui-même torturé nombre d’animaux pendant son adolescence.

    Que la violence soit dirigée vers les femmes, les enfants, les personnes âgées ou les animaux, elle est indissociable de cette loi du plus fort.

    Plus de la moitié des femmes se retrouvant dans des refuges ont signalé que l’animal de la famille avait été aussi menacé ou blessé par l’auteur de la violence. (McIntosh:2001)

    Selon le professeur Andrew Linzey, fondateur et directeur de l’Oxford Center for Animal Ethics, « la cruauté envers les animaux n’est pas seulement injuste pour les animaux : on constate maintenant, de façon de plus en plus évidente, que la cruauté envers les animaux est aussi préjudiciable aux êtres humains

    ÉTHIQUE ANIMALE

    Il est absolument important de dénoncer les usines à chiots, les animaleries sans scrupules, la surmédicalisation, les vaccins inutiles et potentiellement toxiques, la domination brutale, le dressage excessif et ce non-sens de l’animal acheté pour sa race ou sa beauté.

    Mais pour cette vieille dame seule avec son chat, pour cet homme et son vieux chien marchant ensemble, pour cet enfant parlant à son chien dans des mots qu’eux seuls comprennent, pour ces humains compatissants qui travaillent dans des refuges d’animaux surpeuplés, pour ces autres qui adoptent des chiens vieux ou malades, soignent des chats blessés, ayons tout de même un peu de respect.

    Comparer l’amour que ces humains portent aux animaux avec l’hypocrisie des nazis relève d’un cynisme outrageant.

    (Soyons aussi logiques et responsables: même en étant contre une certaine forme de domestication, il est présentement impossible de mettre à la rue tous les chats et les chiens, de les retourner dans leur environnement naturel.)

    La « misanthropie viscérale » des végétariens et des militants pour la défense des animaux, tant décriée par Danten, se trouve finalement peut-être de son côté à lui.

    Dans l’éthique animale il y a place autant pour une vision de justice globale, que pour la compassion, le désir de soulager la misère et une forme d’altruisme envers les animaux.

    Comme si pour devenir meilleur, nous devions passer moins par notre tête mais plus par notre coeur, comme nous le dit si bien Romain Gary :

    « Dans les Andes boliviennes, j’ai vu un paysan famélique partager avec son chien quelques vivres que je lui avais données, puis hisser le grand animal squelettique sur son dos pour grimper sur la montagne. Il n’y avait là aucun rationalisme : juste ce que l’on connaît sous le nom d’"humain". Voir dans les animaux plus que de la viande et de la peau est un acquis culturel, tout comme la beauté, et un tel concept est indissociable des sentiments. Trop longtemps, on les a dénigrés pour n’y voir que du sentimentalisme tout en exaltant le matérialisme au point que le monde a vu holocauste sur holocauste. Essayons les sentiments et les émotions, pour changer... »

  • Environnement : "La France perd de son naturel" (Sciences et Avenir)

    http://www.airimage.fr/images/lotissement-borderouge.jpg

    L'inventaire biophysique Corine fait un état des lieux alarmant de l'occupation des sols.

    Un constat qui renforce celui du Grenelle de l'environnement.

    Les villes s'étendent, les terres agricoles reculent, les étangs artificiels se multiplient, les forêts, landes, pâturages naturels, garrigues, maquis se fragmentent.

    Ainsi se modifie l'occupation des sols de France, selon les observations du dernier inventaire biophysique Corine (Coordination de l'information sur l'environnement) mené sur une période de six ans. Entre 2000 et 2006, 620 km2 d'espaces ont changé d'affectation tous les ans.

    Toujours au détriment de la nature.

    Depuis que Corine est née, au début des années 1990, les mêmes tendances lourdes sont observées.

    L'artificialisation des sols se poursuit à un rythme soutenu : les villes ont grignoté 53 km2 de prairies et près de 200 km2 de terres cultivées.

    Par exemple, les zones industrielles et commerciales ont colonisé 152 km2 de champs.

    Les emprises des réseaux routiers et ferroviaires ont progressé de 78 km2.

    Pour construire tous ces bâtiments, il a fallu produire des matériaux, ce qui se voit dans le paysage : 50 km2 de terres arables sont devenus des carrières d'extraction de pierres, cailloux et granulats.

    Au total, si l'on prend en compte l'ensemble des changements d'occupation des sols, la surface des terres agricoles a reculé de 780 km2 en six ans.

    Les milieux naturels sont, eux, affectés par des catastrophes comme les tempêtes ou les incendies.

    Ainsi, les tempêtes Lothar et Martin de décembre 1999 sont les principaux responsables de la transformation de 1710 km2 de forêts de conifères et de feuillus en végétations arbustives.

    Le feu a dévoré 52 km2 de maquis et garrigues.

    350 km2 de milieux naturels ont disparu.

    Le Grenelle de l'environnement a défini des lignes d'action pour contrer ces tendances : lutte contre l'étalement urbain, création de réseaux d'espaces naturels protégés (les trames vertes et bleues), préservation des prairies.

    Corine tombe à pic pour montrer l'ampleur de la tâche.

    Les cartographies aux échelles nationales, régionales et communales sont téléchargeables gratuitement sur le site www.ifen.fr/bases-de-donnees/occupation-des-sols.htm

    ***

    Repères :

    CORINE est un programme de l'Agence européenne de l'environnement, mené dans les 27 Etats membres.

    Cette BASE DE DONNEES est faite à partir d'images satellitaires interprétées par des géographes spécialisés.

    La nomenclature comprend 44 définitions d'occupation des sols réparties en 5 chapitres : territoires artificialisés, territoires agricoles, forêts et milieux semi-naturels, zones humides, surfaces en eau.

    Loïc Chauveau
    Sciences et Avenir

    http://sciencesetavenirmensuel.nouvelobs.com/hebdo/parution/p748/articles/a401451-.html

  • Françoise Héritier : « Les hommes et les femmes seront égaux un jour, peut-être... »

    http://www.hautcourant.com/local/cache-vignettes/L300xH303/arton236-6bdda.jpg

    L'égalité entre sexes se heurte toujours à des schémas mentaux hérités de la préhistoire.

    Pour la célèbre anthropologue, la femme demeure contrainte.

    La femme n'est pas biologiquement plus faible que l'homme, dites-vous. En fait, son aspect physique aurait-il été culturellement sélectionné ?

    Je ne nie pas le pouvoir des hormones, le fait que les femmes ont la voix douce et une pilosité réduite par exemple.

    Mais si elles n'avaient pas été culturellement contraintes, la différence de force si souvent évoquée n'aurait pas une telle importance.

    Le travail de Priscille Touraille, dont la thèse vient d'être publiée aux éditions de la Maison des sciences de l'homme, montre que la différence morphologique de poids et de taille entre homme et femme n'est pas une question de nature mais d'accès à la nourriture.

    Depuis la préhistoire, les hommes prennent pour eux les protéines, la viande, les graisses, tout ce qui est nécessaire pour fabriquer les os; tandis que les femmes ont eu accès aux féculents, à ce qui est calorique, qui donne des rondeurs.

    C'est cette alimentation différentielle qui, au fil des millénaires, a «anormalement» et progressivement produit une sélection dangereuse pour les femmes au moment de l'accouchement.

    Aujourd'hui, dans les pays occidentaux, où les enfants des deux sexes ont accès à la même nourriture, la différence a tendance à se gommer.

    Mais il faudra encore des générations avant que les femmes atteignent leur réelle stature.

    Que pensez-vous des études actuelles qui traquent la différence entre hommes et femmes dans les replis de nos cerveaux ?

    Je ne suis pas étonnée que les tenants d'une différence essentielle veuillent la justifier au moyen des neurosciences.

    Toutefois, la neurobiologiste Catherine Vidal, directrice de recherche à l'Institut Pasteur, a montré qu'on n'observe pas de différence selon le sexe dans l'organisation et le fonctionnement du cerveau.

    Son développement est lié à l'apprentissage et à l'environnement.

    Selon la façon dont sont élevés les enfants, se créent des liens synaptiques forts, qui vont être les grands câbles sur lesquels le reste va se greffer par apprentissage.

    C'est cet apprentissage qui est différentiel.

    Il est fonction des schémas mentaux, eux-mêmes intériorisés par les enfants.

    On pourra dire ainsi que les filles sont naturellement peu intéressées par les maths et la physique et davantage par la littérature.

    Les femmes et les hommes sont égaux en capacités intellectuelles et émotionnelles, mais on ne leur permet pas de les développer de la même manière.

    Qu'est-ce que l'anthropologie peut apporter au combat pour l'égalité ?

    Elle aide à comprendre comment les choses que nous croyons évidentes, naturelles, sont en fait des constructions.

    Elle fait apparaître des mécanismes cachés sous-jacents.

    De ce point de vue, l'anthropologie peut aider à la prise de conscience des individus, des décideurs économiques et des politiques, de ceux qui ont accordé hier le droit de vote aux femmes, aujourd'hui la parité.

    Que pensez-vous des avancées obtenues dans la seconde moitié du XXe siècle ?

    Il ne faut pas se faire trop d'illusions : non seulement les femmes n'ont pas totalement acquis l'égalité, mais il peut toujours y avoir des retours de bâton, y compris institutionnels.

    Nous vivons dans un monde de l'immédiateté où l'on pense que les mesures politiques suffisent à révolutionner le monde.

    Or, il n'y a pas de révolution à court terme possible en la matière.

    Des jeunes femmes regrettent que l'on puisse encore se plaindre alors qu'on a le droit de vote, le droit à l'avortement, le droit de travailler sans l'autorisation du mari, l'égalité salariale - dans les textes, pas dans les faits - et l'accès à la contraception.

    Parce qu'il y a eu toutes sortes d'acquis légaux - ô combien fragiles ! -, elles s'imaginent qu'il n'y a plus rien à faire.

    Or il reste l'essentiel : changer les mentalités.

    De plus, ailleurs, en Afrique ou en Asie, les femmes vivent des contraintes dramatiques...

    Même en Occident, toutes les femmes n'ont pas également accès à l'IVG, et cet acquis est lui-même menacé dans certains pays.

    En Europe, comme ailleurs, nous vivons sur des modes de pensée archaïques, hérités de la nuit des temps.

    Ils ont été transmis génération après génération, raffinés par des penseurs, des philosophes et nous continuons - par nous, j'entends y compris les femmes éduquées - de les transmettre dans nos discours, dans nos comportements anodins, dans nos écoles laïques !

    A quand l'égalité entre hommes et femmes, donc ?

    Selon les experts du Bureau international du travail (BIT), au rythme où les choses changent en Europe, il faudrait attendre 500 ans pour parvenir à une réelle égalité de salaire, de carrière, etc.

    Alors imaginez le temps nécessaire pour qu'elle s'installe dans tous les domaines !

    Lorsque j'en parle - cela effraie les auditeurs -, je dis que dans quelques millénaires il y aura une égalité parfaite pour hommes et femmes dans le monde entier.

    Peut-être !

    Il faut de la volonté et du temps parce qu'il est plus facile de transmettre ce qui vous a été transmis, que de se remettre en question et changer notre mode d'éducation.

    Par exemple, nous pensons agir rationnellement en disant aux enfants que « papa a déposé une graine dans le ventre de maman ».

    Or, cette explication renvoie à des croyances archaïques, théorisées par Aristote, qui ont toujours cours dans les sociétés dites primitives et que l'on retrouve dans les ouvrages de médecine du XIXe siècle : la mère n'est soit qu'un matériau, soit qu'un réceptacle.

    L'étincelle, le germe, ce qui apporte la vie, l'identité humaine, l'esprit, l'intelligence et même parfois la religion ou la croyance, tout est contenu dans le sperme !

    Cette pensée archaïque est sous-jacente aux viols ethniques.

    En ex-Yougoslavie, on disait aux femmes musulmanes « on va te faire un enfant chrétien », et aux chrétiennes « on va te faire un enfant musulman ».

    L'enfant qui va naître est censé être d'une autre nature que sa propre mère par la puissance du sperme.

    La grossesse forcée est la violence spécifique faite aux femmes.

    Pourquoi les religions sont-elles si opposées au droit à la contraception qui, dites-vous, a redonné sa dignité d'être humain à la femme ?

    Les Eglises chrétiennes - on peut au moins leur reconnaître cette intelligence - ont parfaitement conscience du fait qu'en donnant la liberté du choix à une femme, on lui donne d'autres libertés en amont.

    On ne peut donner le droit à la contraception ou à l'avortement à quelqu'un qui est considéré comme une mineure, ou comme appartenant à un mari.

    En France, si le législateur en avait eu conscience, aurait-il voté cette loi en 1974 ?

    Non.

    Il y a vu une oeuvre de santé publique évitant le recours massif à l'avortement.

    Le droit à la contraception a été mis entre les mains des femmes parce que tout ce qui touchait les enfants était leur affaire.

    L'intérêt des hommes aurait été d'avoir la main haute sur cette question.

    Notez que la plupart d'entre eux voient encore le droit à la contraception comme un droit à la licence pour les femmes (et une aubaine pour les hommes).

    C'est encore le cas dans les pays musulmans.

    Le désir féminin est-il moindre que le désir masculin ?

    Il n'est pas moindre, il est occulté et redouté.

    On observe toujours une image « duplice » des femmes : elles sont à la fois la vierge folle et la vierge sage.

    Ce sont des stéréotypes, des instruments de contrôle.

    Mais il existe aussi un stéréotype masculin dont les répercussions sont désastreuses : celle du mâle à la libido exacerbée, naturellement irrépressible, qui a besoin de corps disponibles pour s'épancher.

    Tous les hommes ne sont pas ainsi.

    Dans un autre discours, l'homme est un être de raison capable de se dominer et de résister à l'appel des sens.

    Il reste que ce discours dominant justifie le port du voile, du hidjab, la clôture des femmes, voire le viol : seule la femme est responsable du désir qu'elle suscite.

    Quel profit y aurait-il à favoriser l'instruction des filles ?

    Le prix Nobel d'économie Amartya Sen a démontré qu'il y aurait un profit économique mondial.

    Dans le cas de l'Inde, dès lors que le seuil d'éducation progresse pour les filles, la misère et les problèmes sanitaires reculent.

    L'Organisation mondiale du commerce et les Nations unies font le même calcul.

    On prône l'éducation des filles, leur travail à l'extérieur de la maison, non pour des questions éthiques mais économiques.

    On voit que le sous-développement est un effet de la non-éducation des filles.

    Un grand pas est accompli... pour des raisons adventices, certes, mais l'égalité avance.

    L'un des obstacles principaux à l'égalité, c'est la question domestique.

    Les hommes savent qu'ils ont beaucoup à perdre à partager les tâches domestiques, l'éducation des enfants..., tout ce travail accompli souterrainement, peu reconnu.

    Quels avantages apporterait l'égalité ?

    J'en vois déjà un : parler d'égal à égal avec quelqu'un que vous comprenez et qui vous comprend est un privilège extrêmement rare.

    La plupart des couples cessent de fonctionner dans ce rapport d'entente intellectuel et moral extrêmement vite.

    Un échange profond implique qu'il y ait un regard d'égalité porté l'un sur l'autre.

    Avoir des enfants tardivement était jusqu'alors un privilège masculin. Or une femme de 59 ans a récemment accouché après un don d'ovocytes. Est-ce une conquête ?

    Je ne le crois pas.

    Et je ne vois pas où se situe le progrès scientifique sinon technique.

    Cela se fait au détriment des enfants.

    Cette mère accueille ses enfants à un moment où ses forces et sa patience déclinent.

    Or, lorsqu'un sexagénaire a un enfant, il le fait généralement avec une femme beaucoup plus jeune... qui s'occupera des enfants après sa mort.

    L'asymétrie biologique est amplifiée par un consensus social.

    Il reste que le désir d'enfant ne donne pas un droit à l'enfant.

    Que pensez-vous du combat des homosexuels qui réclament eux aussi le droit d'avoir des enfants ?

    Les unions homosexuelles sont reconnues avec le Pacs, la reconnaissance de la filiation viendra.

    C'est d'ailleurs très important pour l'enfant, qu'il ne soit pas considéré comme vivant une situation d'anormalité.

    A partir du moment où il y a de l'amour et de l'autorité lors de son éducation, il n'y a aucune raison que cela se passe mal.

    Des psychologues se sont intéressés à des enfants élevés aux Etats-Unis par des couples homosexuels, ils ne voient pas de troubles majeurs se dégager par rapport aux enfants élevés par des hétérosexuels.

    Et puis, l'altérité n'est pas gommée puisque l'enfant aura été conçu grâce à l'apport de l'autre sexe.

    Ce n'est pas comme le clonage.

    Certaines voix s'élèvent contre la légalisation des mères porteuses. Qu'en pensez-vous ?

    Je suis plutôt de cet avis, malgré l'argument fort d'égalité pour donner satisfaction à des femmes et des hommes stériles, à cause de l'atteinte, par le commerce, à la dignité du corps féminin.

    On peut ainsi choisir des ovocytes « caucasiens », puis faire porter l'embryon par une femme indienne.

    C'est un commerce difficilement acceptable.

    Un Américain misogyne a choisi cette méthode pour faire cinq enfants tout seul.

    C'est un cas rare mais précurseur.

    Sur le plan de l'égalité, rien de scandaleux à ce que les hommes bénéficient aussi de ces techniques, sauf qu'on évince l'autre sexe pour la construction d'une famille.

    La gestation pour autrui, si elle était acceptée, devrait être gratuite et avoir lieu hors du cadre familial.

    La filiation devrait être définie selon des critères sociaux : les parents sont les parents « d'intention » qui ont demandé la fabrication de l'enfant, qui vont l'élever, l'aimer, l'inscrire dans une histoire.

    Mais la question est bien : faut-il légaliser une pratique où les femmes ont tant à perdre ?

    Que pensez-vous de la filiation biologique qui occupe une place de plus en plus importante ?

    La « filiation biologique » est une hérésie.

    Il n'y a de filiation que sociale.

    Le malheur est que le législateur a rendu le critère de vérité biologique opposable aux autres critères : la filiation légitime, la filiation naturelle, la « reconnaissance » d'un enfant qu'on n'a pas fait.

    Ce qui a permis à des hommes de contester la filiation de leur enfant, alors qu'ils avaient consenti à une insémination artificielle avec donneur ou après des tests génétiques.

    Le tribunal leur a donné raison.

    C'est un tort infini que l'on fait à un enfant, en lui déniant son identité, son histoire, l'amour dont il croyait disposer, en raison des intérêts changeants des adultes.

    La filiation, inscription dans un groupe, est un lien socialement défini et il convient que la loi privilégie l'intérêt de l'enfant.

    ***

    FRANCOISE HERITIER a occupé la chaire d'anthropologie au Collège de France. Elle a consacré l'essentiel de ses recherches aux fondements de la domination masculine. Auteure de Masculin/féminin I et II chez Odile Jacob, elle vient d'y publier Une pensée en mouvement.

    « La filiation biologique est une hérésie, il n'y a de filiation que sociale. »

    ***

    Repères

    LA VALENCE DIFFERENTIELLE DES SEXES.

    Pour exprimer le rapport orienté et hiérarchique entre les sexes, Françoise Héritier parle de la « valence différentielle des sexes ».

    Ce rapport, profondément inscrit dans la structure sociale, a été construit sur la première différence observable, celle du corps des hommes et des femmes.

    Il s'ensuit que toute pensée de la différence est aussi une classification par doublets, comme on peut le voir dans les catégories cognitives : haut/bas, chaud/froid, sain/malsain, etc.

    C'est ainsi qu'hommes et femmes partagent des catégories «orientées» pour penser le monde.

    Or les valeurs masculines sont valorisées et les féminines dévalorisées.

    Ainsi en Europe, la passivité, assimilée à de la faiblesse, serait féminine tandis que l'activité, associée à la maîtrise du monde, serait masculine.

    Selon Françoise Héritier, ce rapport émanerait de la volonté de contrôle de la reproduction de la part des hommes, qui ne peuvent pas faire eux-mêmes leurs fils.

    Les hommes se sont appropriés et ont réparti les femmes entre eux en disposant de leur corps et en les astreignant à la fonction reproductrice.

    Reste une question : pourquoi les femmes se sont-elles laissé faire ?

    Rachel Mulot
    Sciences et Avenir

    http://sciencesetavenirmensuel.nouvelobs.com/hebdo/parution/p748/articles/a401483-.html